Titre original :
Spin
Production :
Disney Channel
Date de diffusion USA :
Le 13 août 2021
Genre :
Musical familial
Réalisation :
Manjari Makijany
Musique :
Marius de Vries
Durée :
93 minutes

Le synopsis

Rhea est une adolescente d'origine indienne qui aime développer des logiciels durant son temps libre lorsqu'elle ne travaille pas dans le restaurant de son père, Spirit of India. Lorsqu'elle rencontre Max, un étudiant britannique, elle renoue avec l'amour de la musique que lui avait inculqué sa mère défunte...

La critique

rédigée par

Spin, Pour l'Amour de la Musique est un téléfilm de la collection des Disney Channel Original Movies produit pour le réseau de télévision Disney Channel, même si, dans un premier temps, le long-métrage était prévu pour être une exclusivité Disney+.

Ces dernières années, Disney Channel propose pour ses téléfilms des genres assez définis. Souvent, il s'agit de comédies musicales (Teen Beach Movie), d'histoires fantastiques (Ma Soeur Est Invisible !) ou de remakes (Kim Possible) ; deux de ces genres étant d'ailleurs régulièrement mélangés comme dans Z-O-M-B-I-E-S ou Freaky Friday. Spin, Pour l'Amour de la Musique se rapproche pour sa part des productions de la chaîne du début des années 2000 où elle diffusait davantage des longs-métrages mettant en avant la diversité comme Cadence, À Nous de Jouer, Le Triomphe de Jace ou La Terre Sacrée des Bisons. Il est en revanche le tout premier DCOM à se consacrer à la culture indo-américaine avec un premier rôle confié à une jeune fille issue de cette communauté même si Disney Channel a déjà abordé les Indiens vivant en Amérique puisque l'un des personnages de Lemonade Mouth était par exemple d'origine indienne tandis que l'Inde était visitée dans la comédie musicale Cheetah Girls : Un Monde Unique se déroulant dans ce pays et offrant même quelques numéros musicaux façon Bollywood.

Spin, Pour l'Amour de la Musique met donc en avant la communauté indo-américaine à travers le personnage de Rhea mais également de son père Arvind, de sa grand-mère maternel Asha et de son jeune frère Rohan. La récit aborde leurs différences à travers leur musique, leur habits, leurs plats traditionnels mais aussi leurs danses tout en montrant qu'ils sont parfaitement intégrés dans leur pays d'adoption. Cette démonstration se fait ainsi naturellement, par petite touche, en étant positif et inclusif. Bien sûr, le long-métrage ne peut s'empêcher de proposer ici ou là quelques clichés, assez innocents au demeurant, comme le fait que le père possède un restaurant indien où il fait travailler toute sa famille ou encore l'idée que la jeune Rhea est une développeuse informatique douée et qu'elle pratique cette activité durant son temps libre. Pour autant, malgré ces images d'Épinal, l'approche du téléfilm est incroyablement rafraîchissante et offre au DCOM une saveur particulière le rendant assez original par rapport au reste de la collection.

Pour autant, Spin, Pour l'Amour de la Musique épouse de nombreux codes du Disney Channel Original Movie type. Le téléfilm est ainsi clairement à destination des adolescents. L'opus aborde en effet le conflit de génération entre un père qui en demande trop à sa fille sans comprendre ce qu'elle souhaite réellement et une fille qui n'arrive pas à trouver sa vraie voie. Rhéa essaye ainsi de gérer ses études, le travail dans le restaurant ainsi que les activités extra-scolaires. Mais elle fait tout ça de façon presque mécanique, sans se poser la question de ce qu'elle aime réellement faire. Pour l'aider dans cette introspection, elle est soutenue par ses amis dont la panoplie est un bel exemple de diversité bienvenue : la jolie instagrameuse qui, à rebours de ce que le téléspectateur pouvait attendre, est plus que sympathique, la geek à lunette et enfin le spécialiste de mode un peu queer. Tout ceci fait que le téléfilm s'inscrit vraiment dans l'air du temps, tout en proposant un univers bienveillant.

Spin, Pour l'Amour de la Musique est par contre un peu décevant dans la relation qui se met en place entre Rhea et Max, l'étudiant britannique. Le début du film est pourtant promoteur lorsque le jeune Européen montre sa passion de DJ à la jeune fille puis lui apprend comment l'être elle-même. Il se rend compte, bien avant elle, qu'elle est douée et qu'elle a une âme d'artiste. Rhea refuse d'y croire, s'étant enfermée dans les certitudes inculquées par son père selon lesquelles elle est douée pour le codage et qu'elle apprécie en plus de travailler avec lui au restaurant. Quand Max lui demande son aide pour un concert, elle accepte et sort ainsi un peu de sa routine. Jusque-là, la relation entre les deux jeunes gens se déroule à merveille mais le téléfilm choisit de lui donner un tournant différent à ses deux tiers. Le personnage de Max change en effet radicalement de personnalité au point d'être caricatural à outrance, en plus d'être affreusement cliché. La jeune fille va réagir naturellement en conséquence mais le DCOM aurait pu arriver à la même évolution de la jeune fille avec un message bien plus positif que celui qui est proposé. Au lieu de cela, Rhea finit certes par se découvrir elle-même mais plus par revanche que via une introspection constructive.

Comme beaucoup de Disney Channel Original Movies, le thème central de Spin, Pour l'Amour de la Musique est bien sûr la musique. Mais là aussi, le téléfilm innove un peu en proposant une découverte du monde des DJ en expliquant notamment en quoi consiste cette pratique musicale. Pour un néophyte, les bases sont bien abordées et permettent aux téléspectateurs de comprendre en quoi consiste ce genre de musique mais aussi la façon dont la table de mixage, outil indispensable à tous les DJ, est utilisée. La musique est aussi présente par d'autres aspects comme les sonorités indiennes, notamment au restaurant. Néanmoins, la vraie bonne idée du DCOM est de lier la passion musicale naissante de Rhea au souvenir de sa mère défunte. La jeune fille avait en effet perdu son intérêt pour la musique au décès de sa mère et s'était alors concentrée sur les passions que son paternel voulait pour elle. C'était à la fois un moyen d'oublier son chagrin mais également de soutenir son père blessé dans l'épreuve qu'ils traversaient. Cette façon d'aborder le deuil est superbement mise en avant dans le téléfilm, de façon subtile. Tous ces éléments se regroupent dans un final poignant lorsque la jeune fille se dévoile enfin en embrassant totalement sa culture indienne ainsi que sa passion pour la musique DJ dans une superbe composition. Cet excellent morceau qui donne la pêche au public, aussi bien celui de la fiction que les téléspectateurs, est composé par Marius de Vries, Pratibha Singh Baghel, Raj Pandit et Lauren Evans.

Le casting de Spin, Pour l'Amour de la Musique s'avère plutôt rafraîchissant surtout qu'une fois n'est pas coutume, Disney Channel n'a pas pioché dans son cheptel de jeunes acteurs venus de ses séries.
Avantika Vandanapu, qui campe à merveille Rhea, a tout de même été aperçue dans la série Disney+ Journal d'une Future Présidente et entendue comme voix récurrente dans la série Disney Junior Mira, Détective Royale. La jeune actrice arrive ici à rendre son personnage particulièrement attachant entre l'envie de ne pas décevoir son père et les souvenirs vivaces de sa mère qui lui a transmis l'amour de la musique. Pleine de fraîcheur, elle crève l'écran durant tout le téléfilm, notamment au cours du final où elle est resplendissante.
La famille de Rhea tient aussi une place importante dans le téléfilm. Meera Syal (Alice de l'Autre Côté du Miroir, Casse-Noisette et les Quatre Royaumes) interprète la grand-mère attentionnée de la jeune fille, Asha. La vieille dame a néanmoins du caractère et compte bien empêcher son beau-fils de faner malgré lui la personnalité de sa fille. Abhay Deol tient lui de le rôle du père de Rhea, Arvind, qui aime beaucoup sa fille mais se plonge dans son travail en sortant peu de son restaurant, refusant de réellement vivre à la suite du décès de sa femme.
Parmi les autres personnages, il sera apprécié, du moins au début du téléfilm, l'étudiant anglais Max joué par un Michael Bishop plutôt convaincant. Il sera également remarqué l'une des amies de Rhea, Molly, interprétée par Anna Cathcart remarquée dans les DCOM Descendants 2 et Descendants 3 en tant que Dizzy Tremaine.

Spin, Pour l'Amour de la Musique est un téléfilm vraiment sympathique avec un sujet rafraîchissant et un casting de qualité. Il est juste dommage que le personnage de Max soit si maltraité aux deux tiers, délégitimant la sincérité de l'évolution de la personnalité de Rhea.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.