Dossier » Films d'Animation » Éditos
Films d'Animation » Éditos

Compiler, C’est Créer !

L'article

rédigé par
Publié le 15 octobre 2008

Nombreux sont les longs-métrages d'animation qui sont en réalité composés de plusieurs séquences. Les films d'anthologie, comme ils s'appellent, appartiennent souvent à la catégorie des Grands Classiques, notamment dans les années '40 (Fantasia, Saludos Amigos, Les Trois Caballeros, La Boîte à Musique, Coquin de Printemps, Mélodie Cocktail, Le Crapaud et le Maître d'Ecole). Viennent ensuite Les Aventures de Winnie l'Ourson en 1977 puis Fantasia 2000. Hormis Fantasia et sa suite qui sont des exceptions et qui n'auraient pu se présenter autrement, les autres films d'anthologie sont généralement composés de segments qui ont parfois été prévus en tant que longs-métrages mais qui ont été raccourcis pour des questions de coûts. En effet, la Seconde Guerre Mondiale battant son plein et les studios occupés à produire des films de propagande, Walt ne pouvait plus se permettre de lancer des projets de grands films d'animation sur le modèle des cinq du Premier Âge d'Or (Blanche Neige et les Sept Nains, Pinocchio, Fantasia, Dumbo et Bambi).
Cependant, si ces films d'anthologie sont aujourd'hui sortis de l'ombre grâce à des éditions vidéo et à leur intégration dans la liste des Grands Classiques, il reste d'autres longs-métrages totalement oubliés. Composés de courts-métrages déjà sortis au cinéma au préalable, leur genre est inauguré par The Academy Award Review of Walt Disney Cartoons. Sorti le 19 mai 1937, ce film devait permettre de renflouer un peu les caisses vidées par la production de Blanche Neige et les Sept Nains. Cinq courts-métrages, tous oscarisés, le composaient : Des Fleurs et des Arbres, Les Trois Petits Cochons, Le Lièvre et la Tortue, Trois Petits Orphelins et Le Cousin de Campagne. En 1941, le film sort en Argentine dans une version plus longue contenant onze courts-métrages. Puis, il sera à nouveau remanié et sortira dans une version contenant neuf courts-métrages en 1966 : Les Chefs-d’œuvre de Walt Disney (proposé en VHS dans les années '90).

Autre cas intéressant : La Grande Parade de Walt Disney. Ce film d'animation est le premier à ne pas avoir été diffusé aux Etats-Unis. En 1940, la France était privée de longs-métrages d'animation par la Guerre (Pinocchio et Fantasia ne sortiront qu'en mai 1946, six ans après les Etats-Unis) et La Grande Parade de Walt Disney permettait de combler le manque. Les Français ont ainsi vibré au rythme des aventures de Mickey, Donald, Nif-Nif, Naf-Naf et Nouf-Nouf mais aussi du taureau Ferdinand ou du célèbre vilain petit canard en attendant l'arrivée du pantin de bois. Le système ayant apparemment fait ses preuves, d'autres versions sont proposées en 1961 et 1969.

1953 : voilà un autre cas particulier ! Le contrat liant Disney à son distributeur RKO touchant à sa fin, ce dernier voulut profiter encore du catalogue de Mickey et ses amis. Aussi, cette année-là vit la sortie de six compilations de courts-métrages, chacun sur une festivité précise : 4th of July Firecrackers pour la Fête Nationale, Thanksgiving Birthday Mirthquakes pour Thanksgiving, Halloween Hilarities pour Halloween, Mickey's Birthday Party pour l'anniversaire de notre héros favori, Christmas Jollities pour Noël et New Year's Jamboree pour le Nouvel An.

Si les américains avaient l'occasion de visionner de nombreux programmes inédits à la télévision via l'excellente émission Disneyland, les Français n'avaient eux pas cette chance. Aussi, parfois, certains programmes parmi les plus populaires sortaient au cinéma. Parmi eux, les films suivants composés de séquences inédites mais aussi de nombreuses images de courts-métrages : From Aesop to Hans Christian Andersen, The Goofy Success Story, La Fabuleuse Histoire de Mickey. D'autres encore à découvrir existent peut-être !

De 1955 au début des années '80, de nombreuses compilations sortirent au cinéma, ces films coûtant peu à la réalisation mais pouvant rapporter d'intéressants bénéfices, le public ne se lassant jamais des aventures des personnages si attachants de la compagnie ; c'est dans la même optique que nombreux Grands Classiques sortirent plusieurs fois. Il est donc utile de se souvenir de Music Land, Mickey Mouse Festival, Piles ou Farces, Kids is Kids, Donald et Dingo au Far-West, Dingo alias Goofy et Donald Champions Olympiques, Si Disney M'était Conté, Mickey, Donald, Pluto et Dingo en Vacances, La Fabuleuse Histoire de Donald et des Castors Juniors, Donald Duck's Fun Festival, Les Grandes Vacances de Donald, Mickey Jubilé. L'Allemagne et la France sont d’ailleurs les pays européens qui ont eu droit au plus grand nombre de ces compilations si particulières.
Dans les autres pays du vieux continent, de nombreux films inédits sortirent toutefois également, notamment en Italie (The Merry Troupe, Walt Disney's Fun Parade), en Argentine (Festival de Dibujos, Carnaval de Walt Disney) et en Finlande (Donald's Frantic Antic, Donald and His Duckling Gang, All Star Cartoon Revue, Donald Duck's Cartoon Mania). Il est à noter que les Finlandais étaient très friands des aventures de Donald Duck !
Dans les années '80, ce type de films a totalement disparu de la circulation suite à l'avènement de la vidéo qui permit aux gens de regarder, à volonté, directement de chez eux ces courts-métrages. Aussi, après avoir édité quelques compilations cinéma en vidéo, Disney s'est attaché à perpétrer la tradition et à créer de très nombreuses nouvelles compilations vidéo. Aujourd'hui encore, de nombreux DVDs de compilations continuent à voir le jour.

Ces films d'anthologie sont la preuve du capital de sympathie et de l'aura des personnages de la bande à Mickey auprès du public et ont sûrement participé à leur notoriété. Il est dommage de les voir aujourd'hui tomber dans l'oubli même si quelques irréductibles passionnés – dont Chronique Disney ! - tentent toujours d'en savoir plus...