Titre original :
Snow White and the Seven Dwarfs
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 21 Décembre 1937
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Walt Disney
David Hand
Musique :
Frank Churchill
Leigh Harline
Larry Morey
Paul J.Smith
Durée :
83 minutes

Le synopsis

Blanche Neige est une très jolie princesse. Sa belle-mère, la Reine, sentant qu'un jour la beauté de la jeune fille dépasserait la sienne, donne l'ordre à son garde-chasse de la tuer. N'ayant pas le courage d'accomplir la funeste directive, le malheureux exécutant se contente d'abandonner Blanche Neige dans la forêt. La princesse, après une longue marche, tombe d'épuisement. Les animaux de la forêt l'emmènent alors jusqu'à la maison des Sept Nains.

A son réveil, elle fait la connaissance de Prof, Simplet, Grincheux, Joyeux, Dormeur, Timide et Atchoum. Mais le Miroir Magique de la méchante Reine lui révèle la présence de Blanche Neige dans la forêt. Furieuse, elle se déguise en vieille mendiante, et profite de l'absence des Sept Nains pour convaincre la jeune ingénue de croquer dans une pomme empoisonnée. Surprise puis poursuivie par les Sept Nains, la méchante Reine tombe dans un ravin. Mais il est déjà trop tard : Blanche Neige a plongé dans un profond sommeil...

La critique

rédigée par
★★★★

Si Walt Disney aimait à rappeler que "tout a commencé par une souris", force est de constater que son studio n'aurait jamais accédé au rang de Major du cinéma s'il n'y avait pas eu Blanche Neige et les Sept Nains. Aujourd'hui, pièce maîtresse de l'industrie cinématographique toute entière, il constitue en effet le premier long métrage d'animation sonore et couleur de l'histoire du 7e art.

La genèse du film remonte donc à 1934. Walt Disney voulait que son studio se consacre à une activité plus prestigieuse et plus rentable que les courts-métrages. En effet, si le succès était au rendez-vous avec Mickey Mouse, apparu en 1928, la plus célèbre des souris étant devenue un  véritable phénomène de société, son papa n'entendait pas se laisser enfermer par une seule création. Walt Disney décide de mener aussitôt une politique de diversification de sa production qui se concrétise, dès 1929, par une nouvelle série, les Silly Symphonies, axée sur la musique et les contes populaires. Il l'utilise d'ailleurs très vite pour tester un grand nombre d'idées et de techniques. Une fois encore, le public est au rendez-vous et lui accorde un accueil enthousiaste dont l'un des moments les plus remarquables est assurément le triomphe réservé à un épisode de la série : Les Trois Petits Cochons . Mais Walt Disney n'était toujours pas convaincu du caractère pérenne de ses productions. La mode passée, il craignait par-dessus tout, une "ringardisation" de ses produits et une bouderie du public. Le succès présent, aussi grand soit-il, des Mickey Mouse et des Silly Symphonies ne constituait pas en effet une assurance pour la vie. Dès lors, tout naturellement, l'idée d'un long-métrage traversa l'esprit du Maître au point d'en devenir bientôt une obsession. Walt Disney, seul contre tous, était persuadé qu'un film d'animation  mettrait sa compagnie à l'abri du besoin et pour longtemps. Ainsi, un fameux soir de 1934, il réunit toute son équipe et lui annonce le défi qu'il souhaite voir relever.  Il raconte le film avec moult détails et précise méticuleusement la manière dont il le conçoit. Il en fredonne même certaines des chansons. Blanche Neige et les Sept Nains était assurément déjà vivant dans la tête du Papa de Mickey.

Walt Disney jette donc son dévolu sur un conte des frères Grimm. Il en avait, dans sa jeunesse, vu une adaptation cinématographique en noir et blanc et muette. La légende veut d'ailleurs que c'est  le tout premier film qu'il ait  vu.
Les frères Jacob et Wilhelm Grimm sont nés à Hanau, en Allemagne, respectivement  le 4 janvier 1785 et le 24 février 1786. Si le premier écrit plutôt des oeuvres scientifiques, le second lui se tourne vers la critique littéraire. Parallèlement, ils s'intéressent, tous deux, aux contes populaires de leur pays. Il entreprennent ainsi de les réunir et font, à ce titre, un travail impressionnant de recherche. Ils  les publient, enfin, entre 1812 et 1829, sous le titre de Kinder-und Hausmärchen, (Contes pour les enfants et les parents). Deux volumes seront nécessaires. Une nouvelle édition paraît en 1857. Complétée d'histoires inédites, elle prend le titre, universellement connu depuis, des Contes de Grimm et contient la fameuse aventure de Blanche Neige.

Le chantier est à la hauteur de l'ambition de Walt Disney. Son studio vit, à cette occasion, une véritable révolution culturelle. Tout y passe. Le budget, déjà colossal pour l'époque (il est estimé à 250 000 $), explose en avoisinant, au final, les 1 500 000 $ ! L'effectif, ensuite, quadruple passant de 200 à 800 personnes. L'organisation opérationnelle, enfin, est revue. Les techniques de création, la façon de concevoir l'histoire, les gags, la qualité de l'animation : tout est réformé pour tendre vers l'excellence. Walt Disney, grand ordonnateur de cette mue qui ne dit pas son nom, invente, pour l'époque, un nouveau style de management. Il développe ainsi un système de "récompenses" : tout artiste dont le gag sera finalement retenu a droit à un bonus de 5$. Moins facile qu'il n'y parait !  Les équipes ont en effet dû réapprendre à travailler. Là où les séries produites jusqu'alors par le studio demandaient un déroulement rapide du récit, Blanche Neige et les Sept Nains se devait d'être développé à l'extrême, mais sans jamais tomber dans les affres des longueurs et autres errances de la narration. Le rythme se devait d'être préservé, les gags approfondis et les personnages développés. Walt Disney, aux commandes, veille au grain. Il n'hésite pas d'ailleurs à user des ciseaux. Et tant pis si le travail est déjà bien trop avancé. Des scènes entières se retrouvent implacablement remisées au rang de simples "rushes" au motif  qu'elles ralentissaient l'histoire principale. Deux séquences notamment font les frais de l'intransigeance du Maître : celle de la soupe, juste après que les nains se soient lavés, et celle où ils construisent un lit à Blanche Neige. Malheureux papa des ces deux extraits, Ward Kimball, un des futurs Neuf Vieux Messieurs, ne verra jamais son travail aboutir dans le film.

Blanche Neige et les Sept Nains nécessite aussi de développer de façon exceptionnelle la qualité de l'animation tout comme les effets spéciaux. Car, si la réputation des Studios n'est plus à faire en matière de dessins animés, ses productions restent, jusqu'alors, assurément plus portées sur la caricature que sur une représentation fidèle et minutieuse de la réalité. Les Sept Nains accèdent donc bien vite et  fort logiquement à leur apparence finale tandis que Blanche Neige, la Reine ou le Prince donnent, eux, du fil à retordre à leur concepteur. Aussi, les Silly Symphonies sont rapidement mise à contribution pour servir de ban d'essai.
Une jeune fille plus "réelle" apparaît ainsi, malicieusement, en 1934 dans le court-métrage The Goddess of Spring. Mais le résultat reste, somme toute, décevant et la marge de progrès apparaît encore immense. Les décors doivent aussi, quant à eux, gagner en qualité. Il est hors de question, en effet, de se contenter de paysages plats et peu crédibles. Il se devaient d'être plus réels et de gagner en profondeur. L'effet recherché est finalement possible grâce à la caméra multiplane. Outil innovant, elle permet, il est vrai, de filmer plusieurs parties de décors en espaçant ceux-ci d'une distance paramétrable, délivrant un effet de profondeur saisissant. Comme pour la princesse, le procédé est testé dans un épisode de Silly Symphonies, en 1937.  Le résultat est bluffant : The Old Mill remporte un Oscar pour couronner ce qui constitue, à l'époque, une avancée notable dans le monde de l'animation.

Le développement des personnages des nains est assurément l'une des plus grandes réussites de Blanche Neige et les Sept Nains. La grande originalité du long-métrage de Walt Disney, par rapport au conte et précédentes adaptations, est en effet de les avoir dotés de personnalités bien trempées, résumées par leur seul nom. Et c'est là où réside la marque de fabrique Disney ! Leur caractère respectif reprend, en plus, avec malice les différents épisodes psychologiques que l'on peut retrouver, parfois dans une même journée, chez les enfants. Dès lors, le processus d'identification du spectateur aux personnages est immédiat.
Deux nains concentrent en eux le résultat du travail exceptionnel réalisé par les artistes de Disney. Grincheux, en premier lieu, connaît une évolution dans ses sentiments envers la jeune fille, qui passent du rejet à l'adoration, tellement bien retranscrite qu'elle émeut le spectateur à l'extrême. Ce dernier partage d'ailleurs à coups sûrs ses larmes au moment tragique de la disparition de la belle. Simplet, ensuite, porte sur ses frêles épaules les ressorts comiques du film. L'idée de génie est assurément de l'avoir rendu muet lui faisant endosser, avec bonheur, le rôle de pantomime. Véritable mine de gags, il aère, de ses prestations comiques fines, le film  tout entier qui, sans lui, aurait assurément viré au simple drame pesant.
Blanche Neige et les Sept Nains  puise donc sa force dans la crédibilité de ses personnages principaux. La Princesse parait ainsi réelle. Son animation témoigne d'ailleurs, à elle seule, des immenses progrès réalisés en à peine trois ans. Son caractère, quant à lui, reprend les caractéristiques des jeunes filles des années 30, qui pourront ainsi, sans mal s'identifier au personnage.
Face la jeune fille pure, naïve et douce, le contraste se veut total avec la Reine. Certes, elle est tout aussi belle mais la douceur a laissé la place, chez elle, à la  froideur tandis que la pureté cède devant sa noirceur implacable. Sa méchanceté ressort jusque dans ses traits et trouve naturellement une apogée caricaturale dans sa transformation en méchante sorcière. Blanche Neige et les Sept Nains devient à cet égard réellement effrayant : les décors sont alors morbides, les effets spéciaux spectaculaires, la musique effrayante. Le tout premier Disney prend  curieusement son public à rebrousse-poil et n'hésite pas à susciter la peur. Tout le génie est ici : emmener le spectateur là où il ne s'y attend pas !
Le Prince, pour sa part, doit se contenter du strict minimum. Ses apparitions sont rares, se limitant à quelques scènes en début et fin de film. Il faut dire qu'il a donné bien du mal aux artistes Disney. Comment, en effet, l'animer de façon convaincante ? Le Prince se devait d'être séduisant, sans paraître ni efféminé ni barraqué. Son personnage reste assurément le talon d'Achille du film tout entier.

Blanche Neige et les Sept Nains assoie aussi sa qualité sur sa bande originale. Walt Disney voulait en effet marquer les esprits : et pour cela, rien de telles que des ritournelles prenantes. La musique se devait d'être envoûtante et les chansons inoubliables. La Maître formule donc ses attentes à Frank Churchill, l'heureux compositeur de Qui a Peur du Grand Méchant Loup ? dans Les Trois Petits Cochons de la série des Silly Symphonies. Il retient finalement huit des morceaux qui lui sont proposés. Le choix est inspiré : six compositions deviennent des tubes planétaires. Certaines chansons marquent l'inconscient collectif, à l'exemple de Heigh-Ho et Siffler en travaillant devenues des hymnes universels à la bonne humeur. Blanche Neige et les Sept Nains est, il est vrai,  la première production hollywoodienne à commercialiser sa bande originale. Disney est déjà redoutable en  merchandising populaire.

Blanche Neige et les Sept Nains demande trois ans de travail. Alors que tout Hollywood parle du chantier et raille "La folie de Disney", le papa de Mickey tient bon, contre vents et marées. Il reste persuadé de sa capacité à élever, à l'occasion de la sortie de son premier long métrage, le cinéma d'animation au rang d'art à part entière. Et il gagne son pari ! A la réussite économique du projet, s'ajoute en effet le succès critique. Blanche Neige et les Sept Nains est ainsi nominé pour l'Oscar de la meilleure musique et Walt Disney reçoit un Oscar spécial, accompagné de sept petits, des mains de Shirley Temple pour son audace.  Car les craintes tombent bien vite et les critiques se taisent aussitôt, devant le triomphe du film. Le soir de la première, ses détracteurs sont à la fois émerveillés et enchantés. Ils l'ovationnent et, revirement de convictions radical, sont instantanément persuadés que le public assistera sans mal à un dessin animé de plus d'une heure - une première pour l'époque !  A travers le monde, la critique est unanime et le public se rue dans les salles. A Paris, le film reste à l'affiche 31 semaines : un exploit ! Le retour sur investissement dépasse l'entendement.

Blanche Neige et les Sept Nains est tout simplement un chef d'œuvre du cinéma. Le premier des grands dessins animés de Walt Disney, avec sa musique et son humour inoubliables, est en effet un trésor inestimable, tant, jamais jusqu'alors, aucune œuvre d'animation n'était parvenue à capter aussi bien l'imagination et toucher le cœur des gens.

Enchantant des générations entières de spectateurs, à travers le monde,  Blanche Neige et les Sept Nains est un film éternel.

Les critiques de l'équipe
Laurent Armand-Zuniga : Peut-on se dire « fan Disney » et ne pas aimer ce film ou même trouver simplement à redire dessus ? Assurément non ! Il est ULTIME, voilà tout !
★★★★
★★★★

Les personnages

1937
Cinéma
1937
Cinéma

L'équipe du film

▼ Aller en bas de la liste ▼
1904 • 1968
Animateur
1905 • 1988
Animateur
1907 • 1979
Animateur
1909 • 1987
Animateur
1909 • 1985
Animateur
1911 • 1976
Animateur
1911 • 1952
Animateur
1912 • 2004
Animateur
1912 • 2008
Animateur
1912 • 1998
Animateur
1913 • 2000
Animateur
1914 • 2002
Animateur
1913 • 1992
Peintre Décorateur
1901 • 1966
Producteur
▲ Retour en haut de la liste ▲

L'édition vidéo

Jaquette Blanche Neige et les Sept Nains
Jaquette Blanche Neige et les Sept Nains
Editions DVD Video
Zone 1 Collector 2009
Zone 2 Simple 2001
Zone 2 Collector 2009
Editions Blu-ray Disc
Zone A Collector 2009
Zone B Collector 2009