Titre original :
Better Nate Than Ever
Production :
Disney
Date de mise en ligne USA :
Le 1er avril 2022 (Disney+)
Genre :
Comédie dramatique
Réalisation :
Tim Federle
Musique :
Gabriel Mann
Lyndie Lane
Durée :
91 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Nate Foster rêve de se produire à Broadway. Mais voilà, à 13 ans, il n’arrive même pas à décrocher un rôle dans la pièce annuelle de l’école ! Toujours décidé à aller au bout de ses rêves, il profite de l'absence de ses parents quelques jours, pour pas moins que foncer à New York passer une audition. Il emmène dans son périple sa meilleure amie Libby...

La critique

rédigée par
Publiée le 16 avril 2022

Le Monde de Nate est le genre de film venu de nulle part, que personne n'attend mais qui touche contre toute attente au cœur. Il faut dire que le leitmotiv qui invite à « croire en ses rêves » a de tout temps été un thème cinématographique porteur. Et quand, en plus, le message est amené par des personnages forts, interprétés par des acteurs lumineux, l'ensemble ne peut qu'emporter les spectateurs dans un tourbillon d'émotions. Le long-métrage marque également une étape importante pour Disney car, pour la toute première fois dans l'histoire du label, le personnage principal est gay et l'assume.

Le film, comme le livre dont il est l'adaptation, prennent origine dans la vie de l'auteur et réalisateur Tim Federle. Né le 24 mars 1980 à Foster City en Californie, il passe son enfance dans la ville de Pittsburgh en Pennsylvanie. Durant son adolescence, il ne rêve en fait que d'une chose : faire carrière à Broadway et jouer dans des musicals ! Il débute ainsi sur les planches new-yorkaises en tant que professionnel en obtenant un rôle lors de la reprise de Gypsy en 2003, puis dans la version de Broadway de Chitty Chitty Bang Bang en 2005 pour continuer ensuite dans l'adaptation en musical de La Petite Sirène en 2008. Dans les trois spectacles, il est à chaque vois membre de l'ensemble, c'est-à-dire de la troupe des danseurs. En 2009, il passe de l'autre côté du rideau en devenant capitaine de danse (une sorte d'assistant chorégraphe) sur Billy Elliot. Toujours à Broadway, il écrit en 2016 le livret de Tuck Everlasting qui ne tiendra malheureusement qu'un seul mois à l'affiche. Parallèlement à sa carrière théâtrale, Tim Federle se lance dans l'écriture en publiant en 2013, son premier roman jeunesse semi-autobiographique Better Nate Than Ever. Salué par la critique, remportant de nombreux prix, le livre sera tellement populaire qu'il aura droit à deux suites : Five, Six, Seven, Nate! en 2014 et Nate Expectations en 2018. En plus de sa trilogie phare, le désormais auteur publie également en 2016 le roman jeune adulte The Great American Whatever. Enfin, après la scène et la littérature, Tim Federle tente sa chance à Hollywood. Il débute d'abord en écrivant le script du film d'animation Blue Sky Studios Ferdinand en 2017 avant de devenir le show runner, le scénariste et le producteur exécutif de la série Disney+ High School Musical : La Comédie Musicale - La Série. Il est finalement choisi pour pour porter lui-même à l'écran son roman, ce qui en fait ainsi son tout premier poste en tant que réalisateur. Après cet essai réussi, il assume la lourde tâche de réaliser le tant attendu Sister Act 3, toujours pour Disney+.

L'adaptation du (Le) Monde de Nate commence quand le livre de Tim Federle se retrouve sur le bureau du compositeur d'Hamilton, Lin-Manuel Miranda. Ce dernier est tellement emballé par le récit qu'il le transmet tout de suite à 20th Century Studios. Le studio, racheté depuis peu par The Walt Disney Company, se montre intéressé par le livre surtout que l'écrivain travaille déjà avec la maison mère sur la série dérivée de la franchise High School Musical. Finalement, l'adaptation part directement chez le label Disney tandis que le tournage se déroule, dans un esprit d'authenticité, à New York même, notamment dans le fameux New Amsterdam Theatre qui, cela ne s'invente pas, appartient aux studios aux grandes oreilles et a vu être joués de grands musicals maison comme King David, Le Roi Lion, Mary Poppins ou Aladdin. Les responsables du label Disney sont alors persuadés que Tim Federle est la personne idéale pour réaliser et écrire le film. Il faut dire que Le Monde de Nate, que ce soit le livre comme le long-métrage, s'inspire de sa propre jeunesse. À peu près au même âge que le héros de son livre, le futur réalisateur quitte en effet sa Pennsylvanie natale pour partir auditionner pour le rôle titre de Billy Elliot lors d'une immense session de casting appelant plus de 1400 participants. Le roman reprend d'ailleurs l'anecdote en changeant juste le musical. L'auteur opte ainsi pour le spectacle fictif d'E.T. tandis que le film, label Disney oblige, lui préfère un imaginaire musical Lilo & Stitch. Ce choix ne s'est, pour autant, pas fait au hasard. D'abord, il y a eu un problème de droits pour utiliser E.T. : l'auteur a donc cherché une autre franchise iconique avec un extra-terrestre tombant naturellement sur l'alien bleu qui atterrit en catastrophe à Hawaï. Ensuite, la morale du film d'animation « Famille signifie que personne ne doit être abandonné, ni oublié » fonctionne parfaitement avec le parcours de Nate. Enfin, dernier point important, le fait que Nate soit un garçon caucasien impliquait qu'il ne pouvait pas jouer n'importe quel rôle comme dans E.T. : il est donc appelé à camper celui de Stitch dans un costume et aucun autre. Le jeune héros se doit ainsi de briller pour obtenir le rôle titre, ce qui permettait d'apporter plus d'intensité au long-métrage.

Le Monde de Nate est avant tout un film sur l'accomplissement de ses rêves. Nate Foster ne souhaite en effet qu'une chose : obtenir le premier rôle dans le spectacle de son collège. Mais sa professeure trouve qu'il manque d'expérience et ne lui donne la possibilité que de jouer... un arbre ! Or, comment montrer de quoi il est capable si personne ne lui donne la possibilité de se révéler ? Sa meilleure amie lui propose alors de partir tenter sa chance dans le casting d'un VRAI musical à Broadway, sans rien dire à leurs parents respectifs. Et Nate hésite bien peu avant de se lancer dans cette aventure. Il faut dire qu'il ne vit que pour les comédies musicales. Après tout, il se pense le seul garçon de son âge à connaître par cœur les chansons de Pippin, le musical de 1972 ! Son meilleur atout est de savoir exactement ce qu'il veut et de forcer sa chance en prenant des risques pour réussir. Peu importe qu'il trébuche, que les autres se moquent, que personne (mis à part sa meilleure amie Libby) ne croit en lui. Lui croit en sa bonne étoile, son talent, ses envies, sa passion... et surtout se donne les moyens de son ambition en entreprenant sa quête initiatique. Le film est ainsi une merveilleuse ode à l'optimisme et au dépassement de soi où un jeune garçon fait face à l'adversité pour arriver à ses fins. Surtout, le personnage démontre que sa différence n'est pas un handicap mais au contraire un atout qui le démarque des autres. Et c'est cette même différence qui fait de lui un être lumineux qui inspire et illumine la vie des gens qu'il rencontre.

Le Monde de Nate rend ainsi un bel hommage aux musicals en général et à Broadway en particulier. Pour autant ce n'est pas une comédie musicale au sens strict du terme. Le film ne propose en effet que trois chansons et encore, une seule possède une musique extradiégétique, c'est-à-dire qu'elle ne peut pas être entendue par les personnages. Ainsi, seule Big Time est une vraie séquence musicale avec chant et danseurs dignes d'un spectacle de Broadway. Arrivant dans une séquence de rêve que fait Nate alors en route pour New York, le jeune adolescent imagine qu'il est en haut de l'affiche, faisant carrière dans la ville où il pense pouvoir réaliser toutes ses ambitions. La deuxième chanson est la reprise de On Broadway écrite en 1963, qui a été interprétée de nombreuses fois notamment dans le film Que le Spectacle Commence. D'ailleurs, la séquence propose un joli caméo puisque George Benson, dont la réinterprétation jazz peut être entendue dans le long-métrage de 1979, félicite le jeune Nate qui l'a magnifiquement chantée en plein milieu de Times Square devant un public conquis. La dernière chanson, No One Gets Left Behind, est celle qui bouleversera sûrement les spectateurs. Censée être un extrait du musical Lilo & Stitch, elle est en réalité un miroir parfait de ce que vit Nate. Quand il se rend compte que ses proches le soutiennent et sont fiers de lui, il retrouve en effet le courage qui lui manquait, lui permettant alors d'offrir une interprétation bouleversante qui fera sans mal couler les larmes du public. À noter, les deux chansons Big Time et No One Gets Left Behind sont écrites par une inconnue du nom Lyndie Lane... qui est en réalité le pseudonyme d'Olivia Rodrigo, la star montante découverte dans les séries Disney Frankie et Paige et High School Musical : La Comédie Musicale - La Série et dont l'album visuel OLIVIA RODRIGO : driving home 2 u (a SOUR film) est sorti aussi sur Disney+. Côté musique, il faut aussi souligner le magnifique score de Gabriel Mann. Le compositeur, qui est plutôt habitué aux séries notamment High School Musical : La Comédie Musicale - La Série ou La Légende des Trois Caballeros chez Disney, offre ici une musique instrumentale qui sait parfaitement se rendre émouvante et dont certains thèmes ressortent au visionnage.

Mais l'hommage à Broadway dans Le Monde de Nate va au-delà des chansons. Notamment, les personnages citent ou font référence à de nombreux musicals, scéniques ou cinématographiques, comme par exemple Guys and Dolls dont Nate pense retrouver l'aspect fantasmé de la Grosse Pomme ; Un Violon sur le Toit qui sert d'inspiration au héros pour se faire remarquer lors d'un casting ; La Reine des Neiges où Nate est l'un des rares garçons a oser chanter Libérée, Délivrée ; ou encore West Side Story où le jeune adolescent rêve de prendre l'un des fameux escaliers de secours typiques de New York comme Tony le fait après avoir rendu visite à María. Un autre clin d'œil vraiment amusant est sûrement le passage où les parents de Nate sont d'accord pour que leur jeune fils apprenne à leur aîné à chanter des passages de musicals mais à la condition expresse que ce ne soient pas des chansons de Wicked. Le détail est sympathique parce qu'ici, Norbert Leo Butz qui joue le père Rex Foster et Michelle Federer qui interprète la mère Sherrie Foster ont tous deux fait partie du casting original du musical inspiré du (Le) Magicien d'Oz. Le Monde de Nate dépeint aussi de façon un peu moqueuse le monde impitoyable qui se déroule derrière le rideau des spectacles, en particulier la compétition féroce des castings juniors. Il s'amuse également à décortiquer les comportements à avoir et à éviter afin de réussir dans le milieu. Il évident que l'auteur / réalisateur Tim Federle sait de quoi il parle et met du vécu dans son film.

Le Monde de Nate permet aussi de proposer le premier personnage principal Disney gay, ou du moins à le laisser pressentir. Comme le jeune adolescent a treize ans, il ne nomme en effet pas encore clairement les choses mais a déjà quelques certitudes sur le fait d'être différent et de ne pas être attiré sentimentalement par les filles. Le mot « gay » n'est, par contre, jamais prononcé ni par lui, ni par son entourage. La démarche peut sembler frileuse mais elle n'est clairement pas nécessaire dans le récit. Sa différence est suffisamment mise en avant et le doute n'est absolument pas permis. Le personnage assume entièrement ce qu'il est, n'hésitant pas, par exemple, à mettre du gloss sur les lèvres pour son audition, ou se prendre une patte de lapin porte bonheur arc-en-ciel. Il est aussi rafraîchissant de voir ses parents n'avoir aucune once de rejet vis-à-vis de leur fils, actant comme une évidence sa différence. Cela explique d'ailleurs qu'ils adaptent leur éducation en fonction de leurs deux garçons. Le jeune Nate peut aller dormir chez une copine là où son frère aîné, sportif et macho, n'avait pas cette liberté au même âge. Pour autant, tout n'est pas fatalement rose dans la vie du jeune garçon. Son exubérance et son côté extraverti lui amènent quelques ennuis notamment avec la brute de l'école ou encore son frère qui a tendance à se moquer de lui et a un peu trop lui montrer qu'il lui fait honte. Une chose est sûre : Le Monde de Nate tombe à point nommé pour The Walt Disney Company qui s'est empêtré dans le scandale « Don't Say Gay » et montre avec ce film que le label Disney est enfin capable de proposer des héros LGBT+, sans tomber dans la caricature, mais au contraire avec optimisme et bienveillance.

Le Monde de Nate, au delà du personnage de Nate, propose aussi en filigrane la thématique de la famille, celle qui entoure et soutient le garçon. Les parents sont bienveillants avec leur fils mais n'essayent pas de pousser plus que ça sa passion pour les musicals. Ils regardent de loin et voient cette passion plutôt comme une excentricité sans importance. Son frère Anthony donne lui l'impression de ne pas aimer son frère et de se moquer perpétuellement de ses manières ou de sa façon de s'habiller. En réalité, il est bien plus subtil et sera à l'origine de la scène la plus poignante du long-métrage en montrant tout son amour pour son cadet. Enfin, il faut également saluer la tante Heidi, sœur de la mère de Nate. En froid toutes deux depuis des années, les deux femmes ont laissé s'installer une incompréhension stupide qui les empêche de s'adresser la parole ; aucune ne voulant faire le premier pas pour pardonner. Cela n'empêche pour autant pas Nate d'être admiratif de sa tante qui est non seulement son idole mais devient aussi brièvement son mentor. Dans son imaginaire, elle est allée au bout de ses rêves et a la vie qu'il rêverait d'avoir même si, dans les faits, il idéalise beaucoup les réussites de sa tante. Le film pèche peut-être d'ailleurs un peu sur un point : si le long-métrage conclut à merveille le parcours de Nate, celui d'Heidi aurait mérité d'avoir une fin digne de ce nom, ou du moins un peu plus positive.

La grande force du (Le) Monde de Nate est son casting rayonnant, avec en premier lieu, son rôle-titre. Le jeune Rueby Wood fait ici ses débuts en tant qu'acteur. Il est tout simplement époustouflant en portant littéralement le film sur ses épaules. Pétillant et bouillonnant, il campe un personnage qui ose tout et croque la vie à pleines dents afin de réaliser ses rêves. Il brille dans toutes ses scènes : les chansons bien sûr, mais aussi toutes les scènes de casting où il bouscule le processus bien huilé des adultes qui sont décontenancés par le tourbillon qu'il déclenche. La séquence du monologue où il récite par cœur une scène de la sitcom des années 1980/1990 Femmes d'Affaires et Dames de Cœur est ainsi extraordinaire. Son énergie et sa joie de vivre en font non seulement un exemple pour de nombreux enfants mais aussi une inspiration pour tous ceux qui n'osent pas être eux-mêmes et vivre leur vie.
La meilleure amie de Nate, Libby est jouée par la convaincante Aria Brooks. Cette dernière adore également les musicals mais ne se voit pas sur scène. Elle cherche encore sa voie et Nate va lui permettre de savoir ce qu'elle veut faire de sa vie. L'encourageant, elle arrive souvent à lui donner l'étincelle qui lui manque dans les moments difficiles. Elle saura aussi apprendre qu'elle ne pourra pas être sa petite amie...
Le rôle du frère de Nate, Anthony, est tenu par Joshua Bassett qui s'est fait connaître grâce à High School Musical : La Comédie Musicale - La Série. Ce dernier joue cette fois-ci un personnage moins sympathique que ce à quoi il était habitué auparavant mais il arrive pourtant à faire ressortir une vraie émotion lors du moment clé du film.
Enfin, il faut souligner la présence de Lisa Kudrow, la fameuse Phoebe Buffay dans F.R.I.E.N.D.S. et qui a déjà joué, pour Disney, dans le film Touchstone Romy et Michelle - 10 Ans Après. L'actrice est merveilleuse dans le rôle de la tante Heidi qui a poursuivi son rêve jusqu'au bout, quitte à couper les ponts avec sa sœur et sans forcément obtenir la réussite tant attendue. Quand elle voit son neveu, elle retrouve en lui un peu de la jeune fille candide qu'elle était. Elle va donc tout faire pour le guider dans l'accomplissement de ses rêves sans savoir qu'il va également lui permettre de raviver sa flamme théâtrale qu'elle croyait éteinte.

Le Monde de Nate est une petite pépite qui offre un tourbillon d'émotions grâce au personnage de Nate porté par le talentueux Rueby Wood. Le jeune acteur brille de mille feux et il va falloir suivre sa carrière tellement il promet de grandes choses. En attendant, il livre ici une prestation qui rend le film émouvant et pétillant, plein d'innocence et d'espoir, montrant qu'il faut suivre ses rêves et faire de sa différence une force. Elle n'est en fait que source de joie et de fierté.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.