Les Agents du Chaos - II : L'Éclipse des Jedi
Le Nouvel Ordre Jedi - 5

Le Nouvel Ordre Jedi - 5 : Les Agents du Chaos - II : L'Éclipse des Jedi
La couverture
Titre original :
The New Jedi Order : Agents of Chaos II : Jedi Eclipse
Éditeur :
Fleuve Noir
Date de publication France :
Le 24 janvier 2002
Genre :
Science-fiction
Label :
Star Wars - Univers Légendes
Auteur(s) :
James Luceno
Autre(s) Date(s) de Publication :
Del Rey (US) : 3 octobre 2000
Nombre de pages :
316

Le synopsis

An 25 après la Bataille de Yavin (Univers Légendes)
Les écrasantes victoires remportées coup sur coup par les Yuuzhan Vong ont laissé la Nouvelle République dans un état proche du point de rupture. Leia se charge ainsi d'évacuer les réfugiés tandis que Luke rassemble les Jedi affaiblis par leurs divisions. Pendant ce temps, les envahisseurs laissent filtrer une information cruciale : les coordonnées de leur prochaine cible. Un piège ? Peut-être. Mais comment négliger, quand la déroute est proche, une donnée qui peut changer l'issue fatale ? Yan Solo se retrouve alors au cœur d'une bien noire bataille...

La critique

rédigée par
Publiée le 23 octobre 2020

Les Agents du Chaos - II : L'Éclipse des Jedi est le cinquième tome de ce qui reste encore aujourd'hui la série de romans Star Wars la plus ambitieuse : Le Nouvel Ordre Jedi.

Son auteur, James Luceno, né en 1947, commence à écrire au début des années 80 avec Head Hunters, un récit d'aventure sur des chasseurs de trésors en Amérique du Sud, continent qu'il connaît bien. Il continue ensuite à signer des romans inédits mais se charge aussi de la novélisation de films comme The Shadow et Le Masque de Zorro ou de séries telles que Robotech. Il fait ensuite véritablement ses premières armes chez Lucas Books en 1992 avec le roman The Mata Hari Affair de la série Young Indiana Jones Chronicles. Il reprendra la plume pour l'aventurier près de quinze ans plus tard, en 2008, avec la novélisation d'Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal. Mais c'est pourtant principalement sur Star Wars que l'auteur est le plus prolifique. Il écrit en effet entre temps trois romans de la série du Nouvel Ordre Jedi : Les Agents du Chaos - I : La Colère d'un Héros (2000), Les Agents du Chaos - II : L'Éclipse des Jedi (2000) et La Force Unifiée (2003) mais aussi les romans indépendants Vent de Trahison (2001), Le Labyrinthe du Mal (2005), Dark Lord : L'Ascension de Dark Vador (2005), Millenium Falcon (2008) et Dark Plagueis (2012) et les nouvelles Dark Maul : Saboteur (2001), Dark Maul : Entrave (2012) et Fin de Partie (2012). Toutes ses publications font ainsi partie de l'Univers Légendes et il faut attendre 2014 pour voir James Luceno publier Tarkin, son premier livre relevant de l'Univers Officiel. Il continue en 2016 avec Catalyseur, un prologue à Rogue One : A Star Wars Story.

Han Solo avait été placé au centre du précédent roman et il est ici, encore une fois, le héros du livre. S'il est toujours renfrogné et a du mal à rester avec sa famille, ayant le besoin d'aller voir ailleurs pour oublier la mort de Chewbacca, il commence petit à petit à remonter la pente. Sa colère le quitte en effet peu à peu et il veut désormais tenir la promesse faite à son nouvel ami Droma. L'ancien contrebandier forme donc toujours un binôme avec le Ryn dans le but de secourir les membres de sa famille. Ces derniers ont en fait rejoint un camp de réfugiés créé à la suite des attaques des Yuuzhan Vong mais se demandent vite s'il ne s'agit pas là d'un piège, les lieux ressemblant plus à un camp d'esclaves dont les gestionnaires, faux sauveurs, trempent dans un mélange de corruption, trahison et rafle d'êtres vivants. Ils ne savent pas, en revanche, qu'Han et Droma sont à leur recherche, suivant leur piste dans toute la galaxie, et qu'ils pourraient prendre le risque de les croiser sans les voir.

Les Agents du Chaos - II : L'Éclipse des Jedi propose également un contexte politique passionnant. Trois camps jouent une partie de cache-cache à qui bernera qui. Il y a d'abord les Yuuzhan Vong qui rêvent toujours de mettre à genoux la galaxie et qui avancent méticuleusement, sans pitié pour leurs ennemis. Pour autant, ils veulent profiter des faiblesses de leurs adversaires pour faciliter leur avancée inexorable vers les mondes du noyau. Pour cela, ils vont utiliser les Hutts, dont le cartel de contrebande et de marché noir contrôle un territoire non négligeable de la galaxie. Comme à leurs habitudes, les grosses limaces vont jouer un double jeu mais risquent de tomber, pour une fois, sur plus forts qu'eux. Enfin, la Nouvelle République utilise ses propres faiblesses (des politiciens corrompus et une lourdeur administrative) afin de mettre en place un piège contre les envahisseurs. Mais tout ceci ne pourra fonctionner qu'à condition qu'un traître ne vienne pas casser cette machine bien huilée. Ce jeu de dupe est particulièrement intéressant car chacun pense tromper l'autre et il est intéressant de découvrir, à la fin du roman, qui a été le plus malin.

James Luceno continue aussi de placer de nombreuses références aux précédents romans de Star Wars, et force est de constater que cela enrichit beaucoup le récit. L'auteur s'amuse, par exemple, à faire croire à Han Solo qu'un des robots rencontrés dans sa quête est Bollux, le droïde vu dans la trilogie Les Aventures de Yan Solo de Brian Daley. Il intervient ainsi dans une tentative d'évasion haletante. L'écrivain envoie aussi Leia chercher de l'aide auprès du Consortium de Hapès dont le Prince Isolder avait voulu épouser la sœur de Luke Skywalker dans Le Mariage de la Princesse Leia de Dave Wolverton. Là encore, cela fait plaisir de retrouver ce personnage, entr'aperçu aussi dans la série Les Jeunes Chevaliers Jedi de Kevin J. Anderson, même si l'auteur laisse très vite entendre, via une vision de Leia, qu'un grand malheur va arriver. Ou encore, la station spatiale Centerpoint, dans le système de Corellia, vu dans La Trilogie Corellienne de Roger MacBride Allen, qui va jouer un rôle primordial dans le roman après qu'Anakin et Jacen Solo ont été envoyés pour la réactiver. Mais l'utilisation d'une arme si dangereuse va à l'encontre de leurs croyances Jedi et un choix cornélien va s'imposer aux deux frères : l'utiliser mais montrer encore moins d'intérêt pour la vie que leur adversaire ou alors ne rien faire mais laisser périr des innocents. Enfin, comme son titre l'indique, le roman fait intervenir plusieurs Jedi, en dehors des enfants Solo, notamment Ganner Rhysode et Kyp Durron, ce dernier étant apparu la première fois dans le roman L'Académie Jedi - 1 : La Quête des Jedi de Kevin J. Anderson. Tous deux partent secourir le Jedi Wurth Skidder qui s'est laissé capturer intentionnellement par les Yuuzhan Vong pour essayer d'en apprendre plus.

Les Agents du Chaos - II : L'Éclipse des Jedi est à l'image du premier roman : référencé et palpitant. La seule différence est en fait que le deuxième volet se voit un peu moins centré sur Han Solo en offrant une panoplie de personnages bien plus large. Il s'agit là, à la fois, d'une qualité car cela diversifie les intrigues mais aussi d'un défaut dans la mesure où la multitude empêche un réel approfondissement. Il n'empêche, le livre s'insère parfaitement dans le canevas de la série Le Nouvel Ordre Jedi et donne surtout envie de dévorer la suite.

Poursuivre la visite

1985 • 2020

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.