Star Wars : L'Ascension de Skywalker
La Novélisation

Star Wars : L'Ascension de Skywalker - La Novélisation
La couverture
Titre original :
Star Wars : The Rise of Skywalker
Éditeur :
Outre Fleuve
Date de publication USA :
Le 04 juin 2020
Genre :
Science-fiction
Label :
Star Wars - Univers Officiel
Auteur(s) :
Rae Carson
Autre(s) Date(s) de Publication :
Del Rey (US) : Le 17 mars 2020
Nombre de pages :
352

Le synopsis

An 35 après la Bataille de Yavin (Univers Officiel)
La bataille de Crait n'a pas eu raison de la Résistance. Rey et ses compagnons sont prêts à reprendre le combat contre le Premier Ordre que son Suprême Leader, Kylo Ren, dirige d'une main de fer. Alors que l'étincelle de l'insurrection se ravive partout dans la galaxie, une nouvelle vient tout bouleverser : l'Empereur Palpatine, donné vaincu depuis des décennies, est revenu d'entre les morts...

La critique

rédigée par
Publiée le 02 juillet 2020

Star Wars : L'Ascension de Skywalker - La Novélisation est, comme son nom le laisse entendre, la novélisation du film éponyme.

Si le film originel est réalisé par J.J. Abrams, le roman est lui signé par Rae Carson. Née le 17 août 1973, à Oakland en Californie, l'écrivaine débute sa carrière littéraire en 2011 avec La Fille de Braises et de Ronces, le premier volet de La Trilogie de Braises et de Ronces qu'elle complétera d'un recueil de nouvelles. Elle se lance ensuite en 2015 dans une deuxième trilogie Gold Seer avec Walk on Earth a Stranger, puis Like a River Glorious en 2016 et Into the Bright Unknown en 2017. La même année, elle commence à écrire pour Star Wars en proposant deux nouvelles, The Red One dans le recueil Star Wars : From a Certain Point of View et Hear Nothing, See Nothing, Say Nothing dans le recueil Canto Bight, avant de proposer son premier roman Morts ou Vifs.

La novélisation de Star Wars : L'Ascension de Skywalker est sûrement la plus réussie de la postlogie, tout simplement car elle a tendance à fluidifier le récit et à clarifier beaucoup de choses qui étaient obscures, précipitées ou téléphonées dans le long-métrage. Il faut dire que celle de Star Wars : Le Réveil de la Force d'Alan Dean Foster était insipide tant l'auteur était bridé, ne pouvant quasiment rien révéler de plus que ce qui était vu à l'écran tandis que celle de Star Wars : Les Derniers Jedi de Jason Fry, certes plus digeste grâce à la description des pensées des personnages, n'arrivait jamais à atteindre l'intensité du film. Rae Carson réussit, quant à elle, à apporter beaucoup au récit, le rendant cohérent, intense et émouvant là où le long-métrage manquait cruellement de respiration, incapable qu'il est de bouleverser le spectateur par rapport au destin de ses personnages. L'auteure parvient ainsi à mettre la larme à l'oeil à ses lecteurs ; certains moments contés étant bien plus poignants dans le livre que dans le film, comblant dans un sens un vide certain, reproche récurrent formulé contre la version long-métrage. Pour autant et parce que Rae Carson est une habituée des romans jeunes adultes, elle conserve son habitude de peu s'attarder aux descriptions et aux détails. Elle va à l'essentiel dans un style simple et efficace et privilégiant toujours le ressenti des personnages sur le relevé précis de l'environnement où ils se trouvent. Faiblesse pour les uns, force pour les autres... Une chose est sûre : le livre se lit d'un trait et avec un plaisir certain.

La grande force du roman est ainsi à rechercher du côté des pensées des personnages. Elles permettent en effet grandement de compléter voire d'expliquer certaines réactions qui semblent faciles ou inopportunes dans le film. Et le plus grand apport de la novélisation est bien sûr tout ce qui concerne le personnage de Leia. Comme l'opus cinématographique a dû simplement se contenter des rush de Carrie Fisher en raison du décès de l'actrice, les scènes de la Générale y sont terriblement frustrantes car le spectateur a toujours l'impression qu'il manque des passages. Le long-métrage fait sur ce point ce qu'il peut et s'en sort d'ailleurs plutôt bien. Mais voilà, compte tenu du rôle plutôt central du personnage, le public aurait voulu en voir plus. La novélisation corrige donc ce souci et permet de rendre Leia incroyablement touchante ; le lecteur étant ici en capacité de mieux saisir la nature de ses relations avec Rey ou Poe. Le livre en profite aussi pour changer l'ordre des scènes du début du film, préférant commencer par l'entraînement de Rey plutôt que sur la quête de Ren. Mine de rien, cela modifie l'ambiance et le focal du lancement de l'histoire. Autre apport notable, les pensées du Suprême Leader s'avèrent ici limpides même si le film arrivait globalement à retranscrire ce que le fils de Han Solo pensait et les plans qu'il avait en tête. Enfin, il sera apprécié pour les fans de l'Univers Étendu de voir l'auteure préciser que Snap Wexley, qui meurt héroïquement dans le film, est bien le beau-fils de Wedge Antilles comme mentionné dans le roman Riposte : Chute de l'Empire.

Étonnamment, Star Wars : L'Ascension de Skywalker - La Novélisation apporte beaucoup d'explications mais peu de scènes supplémentaires. Les deux rajouts principaux sont une séquence expliquant comment Zorii Bliss et Babu Frik arrivent à s'enfuir de la planète Kijimi avant qu'elle ne soit détruite par le Dernier Ordre tandis qu'une autre voit Kylo Ren torturer Chewbacca, le meilleur ami de son défunt père mais aussi, d'un certain point de vue, son oncle adoptif. Pour le reste, les précisions sont apportées via des dialogues, des pensées ou des visions. Elles n'en demeurent pas moins primordiales et changent légèrement la perception du film. La plupart auraient d'ailleurs mérité de se retrouver dans le version cinématographique finale. Déjà, beaucoup d'éléments sur l'Empereur, de son retour au fait qu'il ait survécu, sont expliqués et rendent l'ensemble bien plus logique et cohérent là où tout tombe comme un cheveux sur la soupe dans le film. Même chose en ce qui concerne la création des clones de Snoke ou encore les révélations sur sa petite fille ou son fils. Tout ici apparaît aussi limpide que logique et aurait manifestement mérité, là encore, d'être précisé dans le long-métrage. Le lecteur comprend aussi pourquoi le Général Allégeant Pryde ou les Chevaliers de Ren se retournent aussi facilement contre celui qu'a été Kylo Ren. Enfin, le concept de la dyade de Force est approfondi et le parallèle fait avec la règle des deux chez les Sith est décidément très intéressant.

Star Wars : L'Ascension de Skywalker - La Novélisation est un roman qui bonifie clairement le récit poussif du film. Il présente, par contre, un inconvénient majeur : il montre combien le long-métrage de J.J. Abrams est un acte manqué, venu d'un montage bien trop frileux et d'une absence criante de contextualisation, produit d'un réalisateur qui, par peur de perdre les spectateurs, est resté bien trop flou. La novélisation prouve s'il en était besoin qu'il ne manquait pas grand chose pour que Star Wars : L'Ascension de Skywalker soit une belle réussite.

Poursuivre la visite

1985 • 2020

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.