Cloués au sol
All-New Les Gardiens de la Galaxie - Tome 4

All-New Les Gardiens de la Galaxie - Tome 4 : Cloués au sol
La couverture
Titre original :
Guardians of the Galaxy: New Guard - Vol. 4: Grounded
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 16 août 2018
Collection :
Marvel NOW!
Auteur(s) :
Brian M. Bendis (Scénariste)
Valerio Schiti (Dessinateur)
Phil Noto (Dessinateur)
Andrea Sorrentino (Dessinateur)
Ed McGuiness (Dessinateur)
Arthur Adams (Dessinateur)
Kevin Maguire (Dessinateur)
Mark Bagley (Dessinateur)
Sara Pichelli (Dessinateur)
Filipe Andrade (Dessinateur)
Nombre de pages :
160

Le sommaire

• Introduction
• All-New Les Gardiens de la Galaxie Chapitre 15 (Guardians of the Galaxy #15) (2016)
• All-New Les Gardiens de la Galaxie Chapitre 16 (Guardians of the Galaxy #16) (2017)
• All-New Les Gardiens de la Galaxie Chapitre 17 (Guardians of the Galaxy #17) (2017)
• All-New Les Gardiens de la Galaxie Chapitre 18 (Guardians of the Galaxy #18) (2017)
• All-New Les Gardiens de la Galaxie Chapitre 19 (Guardians of the Galaxy #19) (2017)
• Adieu aux Gardiens de la Galaxie… Pour l’instant ! (Lettre de Brian M. Bendis – 2017)
• Galerie de couvertures
• Dans la même collection

La critique

rédigée par
Publiée le 23 avril 2020

Après le génial All-New Les Gardiens de la Galaxie - Tome 1 : Empereur Quill, le très fade All-New Les Gardiens de la Galaxie - Tome 2 : Recherchés, puis All-New Les Gardiens de la Galaxie - Tome 3 : Civil War II dans laquelle les célèbres Gardiens étaient malgré eux embarqués dans la deuxième guerre civile opposant les super-héros, la saga All-New Les Gardiens de la Galaxie s’achève avec un quatrième et dernier tome, Cloués au sol, qui regroupe les cinq derniers épisodes scénarisés par Brian M. Bendis et déssinés par Valerio Schiti.

Parti rejoindre en 2017 les équipes de DC Comics après avoir été l’un des piliers de Marvel Comics, maison pour laquelle il a signé certains des plus grands arcs de ces dernières années (Ultimate Spider-Man, Secret War, Secret Invasion), Brian Michael Bendis signe donc ce dernier volume des nouvelles aventures des Gardiens. Pour l’occasion, il est une nouvelle fois associé à Valerio Schiti (Journey Into Mystery, Avengers A. I., New Avengers), épaulé pour certaines planches par une véritable armée de dessinateurs : Phil Noto (X-23, The Infinite Horizon), Andrea Sorrentino (Green Arrow, Old Man Logan, Gideon Falls), Ed McGuiness (Deadpool, Superman/Batman, Wolverine), Arthur Adams (Red Hulk, X-Men), Kevin Maguire (Captain America, New Titans, Supergirl), Mark Bagley (The Amazing Spider-Man, Ultimate Spider-Man, Trinity), Sara Pichelli (X-Men: Pixie Strikes Back, Ultimate Comics All-New Spider-Man, Spider-Man : New Generation) et Filipe Andrade (Captain Marvel, Deadpool : La Mort de Deadpool, John Carter : Une Princesse de Mars, Rocket Raccoon, T2 : Monstre en Folie).
All-New Les Gardiens de la Galaxie - Tome 4 : Cloués au sol est ainsi l’ultime incursion des célèbres Gardiens dans l’univers Marvel NOW! / All-New. Initié en juillet 2012 par Axel Alonso, le rédacteur en chef de Marvel Comics, la collection Marvel NOW! visait à permettre aux nouveaux lecteurs d’entrer dans l’univers des comics en faisant repartir chacune de ses séries au numéro 1. Suivi d’une seconde vague en mars 2013, la ReEvolution entreprise par Marvel se poursuivait alors avec une troisième salve estampillée All-New à laquelle est associée la majorité des héros de la Maison des idées : Thor, Wolverine, Spider-Man, Captain America, Deadpool et Iron Man. Les Gardiens de la Galaxie sont eux aussi de la partie avec la série All-New Les Gardiens de la Galaxie.

L’équipe des Gardiens est apparue pour la première fois en janvier 1969 dans Marvel Super-Heros #18. Imaginée par l’éditeur Roy Thomas, le scénariste Arnold Drake et le dessinateur Gene Colan, la fameuse bande associe alors le major Vance Astro, l’homme de cristal Martinex T’Naga, l’aventurier de Jupiter Charlie-27 et Yondu dans leur lutte contre les terribles Badoon. En 2008, Peter Quill alias Star Lord, Rocket Raccoon, Groot, Drax le Destructeur et Gamora prennent le relais sous l’égide de Dan Abnett et Andy Lanning qui les mettent en scène dans Annihilation: Conquest #6. Popularisée au cinéma grâce au film de James Gunn sorti dans les salles en 2014, l’équipe change une nouvelle fois après l’arc Secret Wars. Toujours au rendez-vous, Rocket Raccoon est ainsi devenu le chef du groupe composé cette fois de Groot, Drax, Kitty Pride issue de la famille des X-Men, La Chose, l’un des membres des 4 Fantastiques, et enfin Flash Thompson, alias Venom. Peter Quill et Gamora les rejoignent de nouveau suite aux événements survenus dans All-New Les Gardiens de la Galaxie - Tome 1 : Empereur Quill. Angela, la fille d’Odin, suit le même mouvement après avoir été libérée du joug des Badoon dans All-New Les Gardiens de la Galaxie - Tome 2 : Recherchés.
À noter qu’en parallèle de la série All-New Les Gardiens de la Galaxie qui s’achève après dix-neuf épisodes, certains membres de l’équipe ont vu en parallèle leurs aventures se poursuivre en solo. Peter Quill est ainsi passé entre les mains de Sam Humphries dans Legendary Star-Lord. Rocket Raccoon et Groot ont pour leur part été repris par Skottie Young. Drax et Gamora ont enfin évolué dans des séries signées respectivement par CM Punk (Drax Vol. 1: Galaxy’s Best Detective) et Nicole Perlman (Gamora: Memento Mori).

Après avoir combattu Hala l’Accusatrice, puis botté le train des tortionnaires Badoon et enfin participé malgré eux à la deuxième guerre civile opposant les super-héros, les Gardiens de la Galaxie sont désormais coincés sur la planète Terre. Et la situation est plus désespérée que jamais. Leur vaisseau a, en effet, été réduit en miettes durant le conflit. Pire, l’équipe s’est disputée avant d’imploser, chacun de ses membres vivant désormais son existence dans son coin. La Chose, nostalgique de sa vie d’antan aux côtés des autres membres des 4 Fantastiques, est ainsi de retour dans les rues de New York. Bien qu’il se soit absenté de la Terre pendant longtemps, Ben Grimm découvre alors qu’il est toujours aussi populaire auprès de la population. Groot, pour sa part, a pris racine dans Central Park où il coule des jours paisibles avec Rocket Raccoon qui, lui, ronge son frein. Un redoutable ennemi vient toutefois perturber la paisible existence de l’arbre extra-terrestre. Gamora traque toujours de son côté son père adoptif, Thanos, une entreprise que Captain Marvel cherche à tout prix à contrecarrer, craignant pour l’avenir de la Terre si l’affrontement dégénère. Angela se lance quant à elle à la recherche d’une vieille amie. Mais rapidement, l’équipe doit se reformer et remettre ses talents en commun afin de mener la lutte contre le Titan fou épaulé par Annihilus, la reine des Broods et le chef des Skrulls qui cherchent à se partager l’univers et à détruire cette planète qui, systématiquement, se met en travers de leur chemin… la Terre.

Au premier abord, All-New Les Gardiens de la Galaxie - Tome 4 : Cloués au sol est une œuvre somme toute étrange. En faisant le choix de scinder la bande des Gardiens et de suivre certains de ses membres dans leurs pérégrinations respectives, Brian M. Bendis adopte une attitude un peu déroutante pour le lecteur qui peut légitimement craindre de se perdre dans une flopée d’intrigues secondaires qui, de fait, feront perdre toute sa saveur à l’histoire principale. En abordant les premiers chapitres, chacun peut en effet se demander si celle-ci bénéficiera d’une fin digne de ce nom. L’émiettement du scénario est d’ailleurs d’autant plus à craindre que Bendis s’est déjà livré à ce genre d’ellipse dans le second tome de la série, Recherchés, durant lequel les lecteurs se sont retrouvés trimballés au cœur de la planète-prison des Badoon et guidés tout du long dans un épisode qui, au final, les a complètement éloignés du récit principal. L’envie de fermer le livre et d’en rester là n’est dès lors pas loin.

Le lecteur aurait toutefois tort de s’arrêter en chemin. Les trois premiers chapitres, centrés sur la vie de La Chose, de Rocket et Groot, puis de Gamora sont, il est vrai, intéressants et permettent de creuser en profondeur les sentiments et le caractère de chacun. Ben Grimm apparaît ainsi comme un être vivant difficilement sa condition de Chose. Géant de pierre difforme, c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il avait quitté la Terre avec la promesse de ne plus y remettre les pieds. Mais son retour est finalement marqué par la bienveillance des new-yorkais, heureux de revoir l’une de leurs célébrités locales. L’épisode avec Gamora, quant à lui, témoigne une fois encore de la souffrance de celle qui fut au final la principale victime de Thanos.

Le moment de grâce de l’album reste certainement le deuxième épisode du tome et le seizième de la saga. Consacrée à Groot, l’histoire est en effet franchement sympathique et démontre avec joliesse à quel point le héros plein de candeur est franchement génial. Décidé à vivre au cœur de Central Park au milieu des arbres et des enfants qui jouent au ballon, Groot est magnifique. Débordant de joie, il profite de l’instant sans prêter attention à Rocket qui, avachi près de lui, bougonne avant de finalement s’en aller. Pendant vingt pages, les lecteurs profitent alors de la joie du personnage, joie de courte durée puisqu’elle est bientôt perturbée par l’arrivée d’un nouveau méchant, un mutant mi-homme, mi-tatou semant le chaos. Voyant sa tranquillité perturbée et surtout les honnêtes gens terrassés par cet ennemi redoutable, Groot sort de sa retraite pour livrer le combat. Chacun redécouvre ainsi que derrière la mine joviale de l’arbre se cache en réalité un héros surpuissant. Mais la force du récit ne se trouve pas là. L’épisode consacré à Groot jouit tout d’abord de dessins magnifiques avec une mise en scène rythmée et pleine de vie. Surtout, le récit est composé tel un poème en vers très bien trouvé. Chapeau-bas, d’ailleurs, à la traduction française impeccable menée de main de maître par Mathieu Auverdin.

En fait, parmi tous les épisodes individuels de l’album, seule la partie avec Angela est insignifiante, comme le personnage lui-même au final. Le lecteur est en effet à même de se demander ce qu’elle fait là et surtout à quoi elle sert. Ses interrogations sont d’ailleurs tout à fait légitimes. Après tout, Bendis a passé un tome entier à lancer les Gardiens à sa recherche. Et pour quel résultat ? Une perte de temps semble-t-il. À part le fait qu’elle dispose de pouvoirs extraordinaires, Angela est ici un personnage creux, mystérieux… et d’autant plus inutile que face à la menace qui pèse sur la Terre et ses habitants, les Gardiens disposent de l’aide de Captain Marvel. De là à penser que Bendis a introduit un personnage qu’il aime bien sans trop savoir ce qu’il en ferait par la suite, il n’y a qu’un pas…
Le dernier chapitre du tome, pour sa part, revient aux fondamentaux et se concentre sur l’enjeu véritable de cette saga. Les héros sont une nouvelle fois réunis. Et enfin, le lecteur retrouve les méchants rassemblés autour de Thanos dans la Zone négative avant leur invasion de la Terre. L’intrigue principale reprend ses droits. Il était temps, donc ! Le lecteur va connaître le fin mot de cette histoire qui avait débuté dix-huit épisodes plus tôt au même endroit et avec les mêmes protagonistes. Et heureusement, il en a pour son argent. L’arrivée des vaisseaux ennemis dans le ciel de New York est splendide et rappellera à chacun le survol de la Grosse Pomme par les Chitauris dans Marvel’s Avengers. L’invasion de ces mêmes vaisseaux dans différentes régions du monde, notamment au-dessus du Wakanda et de nombreuses autres villes, est amenée de main de maître. Le rêve serait alors de voir un jour paraître des hors-séries montrant comment se sont déroulés les combats dans chacune de ces régions du monde.

Le combat contre Thanos, par ailleurs, est épique. L’arrivée du Titan fou sur l’un des vaisseaux-mères du S.H.I.E.L.D. est de toute beauté. Les héros embarqués à bord de l’appareil, Peter Quill, Rocket, Captain Marvel et Drax au premier chef, doivent alors rivaliser de force et d’éclat pour empêcher le méchant de mettre les pieds sur Terre. Le combat entre Thanos et Drax, notamment, est magistral. L’arrivée de Groot dans la bataille est également notable, les dessinateurs livrant des planches franchement superbes dont les couleurs, exécutées par Richard Isanove et Andrea Sorrentino, sont une vraie valeur ajoutée.
Le principal point faible de ce tome 4, en réalité, et c’est le principal point faible de toute la série, reste le découpage opéré par Brian M. Bendis. À force de se perdre dans des histoires secondaires, au point d’y consacrer un tome entier, la fin de l’histoire a forcément dû être abrégée. Seul le dernier chapitre est ainsi consacré à la lutte contre Thanos et ses alliés, unique véritable menace du récit. Et encore ! Il ne s’agit pas d’y consacrer tout le chapitre. Le temps de rappeler le contexte puis de réunir les Gardiens éparpillés aux quatre vents, la raclée du Titans fou ne dure au final qu’une vingtaine de pages. Sur une œuvre totalisant 536 pages, seule une vingtaine est consacrée au nœud du problème… Le lecteur regrettera forcément d’avoir perdu 126 pages à secourir Angela qui n’apporte rien à l’histoire et ensuite encore vingt pages sur sa quête totalement inutile pour le reste de l’histoire. À la place, Bendis aurait pu écrire deux tomes sur le combat contre Thanos, Annihilus et compagnie en apportant davantage de suspense et surtout en ne se débarrassant pas aussi rapidement de l’un des plus grands méchants de l’écurie Marvel. À défaut d’avoir pu savourer plus longuement l’ultime combat de la saga, le lecteur profitera heureusement en fin d’album d’une belle galerie de couvertures alternatives.

All-New Les Gardiens de la Galaxie - Tome 4 : Cloués au sol clôt ainsi la série dirigée par Bendis et Schiti sur une note positive grâce à de beaux moments de gloire et surtout un combat final qui, bien qu’il soit expédié en deux coups de cuillère à pot, reste tout à fait digne d’intérêt…

Poursuivre la visite

1968 • 2019
1966 • 2020

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.