PanoraMagique
L'affiche
Date d'ouverture :
Le 9 avril 2005
Type d'attraction :
Ballon captif
Crédit Photos :
Vivian Fiérain
Durée :
7 minutes
(variable)

Le synopsis

À bord d’un gigantesque ballon ayant posé sa nacelle sur les eaux calmes du Lake Disney, les voyageurs de la voûte céleste embarquent pour une incroyable envolée à cent mètres d’altitude pour admirer tout Disneyland Paris vu du ciel...

L'expérience

La fête bat son plein à Disney Village ! Alors que certains visiteurs de Disneyland Paris s’adonnent au shopping dans les nombreuses boutiques ou se délectent d’un délicieux repas dans l’un des divers restaurants, d’autres, se baladant le long de la Promenade du Lac, se dirigent attirés par leur curiosité vers l’énorme ballon captif situé au fond de Disney Village et nommé PanoraMagique. Situé aux abords du Lake Disney, le ballon propose alors aux visiteurs, contre une petite somme d’argent, de monter à bord et de s’envoler vers le ciel afin de découvrir Disneyland Paris d’un tout nouveau point de vue.

Facilement reconnaissable à l’horizon avec ses larges rayures bicolores jaunes et rouge, sa partie inférieure arborant des silhouettes de mongolfières sur fond bleu ciel et sa rose des vents dorée visible une fois le ballon dans les airs, PanoraMagique est sans conteste un joyau des cieux. Sur son flanc, la Fée Clochette fait une apparition, comme si la machine volante s’envolait grâce à sa mystérieuse poussière de fée… Elle est rejointe plus tard par l’éléphant volant Dumbo, l’intrépide Peter Pan, le couple princier Aladdin et Jasmine sur le Tapis Volant ou encore le plus connu des rangers de l’espace, Buzz l’Éclair.*

Les visiteurs désireux de faire un tour dans le ciel se dirigent vers le guichet se trouvant en face du ballon. Ce kiosque arbore une toiture métallique en zinc supportée par des poutrelles rivetées en métal bleu-vert, et un blason doré avec le nom et la silhouette de PanoraMagique en son sommet. Ses murs sont flanqués d’une multitude d’affiches promotionnelles de ballons captifs et d’annonces de compétition fameuses d’aérostation. Datant du début du XXe siècle, l’une d’elles promeut ce nouveau type de voyage dans les airs, tandis qu’une autre fait la promotion du premier ballon captif à destination du peuple présenté lors de l’Exposition Universelle de Paris de 1878. Non loin, une annonce met en avant les différents types d’aéronefs comme la montgolfière ou le dirigeable. Plus atypique, un poster vante la technologie d’un nouveau procédé de projection de films sur un écran circulaire situé près de la Tour Eiffel, le Ballon Cinéorama et ses projections panoramiques imaginés par l’inventeur français Grimouin-Samson.

Sur les côtés du kiosque, des affiches d’évènements sportifs rappellent que l’aérostation est bien plus qu'un loisir. Parmi eux, la Coupe Aéronautique Internationale Gordon-Bennett du 12 octobre 1913, organisée par l’Aéro-Club de France avec la collaboration du Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget, lance sa huitième édition au Jardin des Tuileries, au bénéfice de la Caisse de Secours de l’Aéronautique. Se déroulant aussi dans le fameux parc parisien, le Grand Prix de l’Aéro-club de France du 14 mai 1922 est mis en avant avec son concours de distance auquel participent quinze ballons venus des quatre coins de l’Europe (Italie, France, Belgique et Grande-Bretagne), accompagnés d’une musique de la Garde Républicaine et d’un lâcher de cinq-mille pigeons voyageurs ! Sont également affichées les consignes de sécurité, les prix, ainsi que les conditions de vol, permettant aux visiteurs de savoir à combien ils pourront embarquer suivant la vitesse du vent et autres mesures météorologiques.

Les passagers munis de leur billet de voyage sont invités à traverser le quai puis la passerelle faite de planches de bois protégées de chaque côté par des barrières métalliques empêchant de tomber dans les eaux de Lake Disney. Au bout du chemin se tient fièrement le ballon multicolore, pratiquement posé sur les eaux et prêt à lever les voiles. Après avoir écouté les consignes de sécurité de l’aérostier, ils peuvent enfin monter à bord de la nacelle pour que le voyage commence. Les voyageurs quittent alors la terre ferme, qui s'éloigne au fur et à mesure que le ballon prend progressivement de l’altitude et monte en douceur jusqu’à atteindre son point culminant, cent mètres. 

Une fois arrivés tout en haut, les passagers peuvent profiter d’une vue des plus spectaculaires sur Disneyland Paris. Semblant être devenus minuscules, Disney Village et les hôtels aux alentours montrent leurs élégantes silhouettes d’ensemble, dévoilant ainsi toute leur ampleur. Cette virée aérienne permet également d’apercevoir les Parcs Disney sous un nouveau jour et de dépasser certains des plus grands symboles de la destination tels que le classieux Disneyland Hotel, l’angoissant Hollywood Tower Hotel dont émanent les cris des clients apeurés, les falaises de grès de Big Thunder Mountain, les flancs rétro-futuristes de Space Mountain ou encore l’iconique Château de la Belle au Bois Dormant et ses tourelles d’or. Encore plus loin à l’horizon, PanoraMagique permet de profiter d’une vue étendue sur les alentours du site comme Val d’Europe et les campagnes environnantes à perte de vue.

Après quelques minutes de pur émerveillement la tête dans les nuages, le ballon entame sa descente afin de ramener les visiteurs sur la terre ferme pour leur permettre de découvrir par eux-même les merveilles qui se cachent derrière Disneyland Paris.

*dès 2020.

La critique

rédigée par Vivian Fiérain
Publiée le 15 mars 2021

En 2005, Disneyland Resort Paris lance quelques nouveautés telles que le spectacle pyrotechnique Wishes ou Space Mountain : Mission 2 pour les amateurs de sensations fortes. Mais Disney Village s’apprête également à présenter sa toute nouvelle attraction : PanoraMagique, un ballon captif qui permet aux visiteurs de monter à cent mètres d’altitude pour leur offrir une vue spectaculaire sur l’ensemble de la destination, comme jamais auparavant, une exclusivité à l'époque.

Qualifié d’aérostat car plus léger que l’air, le ballon captif est un type d'aéronef qui permet à ses passagers de s’élever en altitude au sein de l’atmosphère terrestre. La première apparition de ce type de ballon captif est d’ordre militaire et remonte en 1794, à la Bataille de Fleurus en Belgique : l’armée de la République française utilisa alors un ballon d’observation - L’Entreprenant - pour surveiller les mouvements ennemis, la Première Coalition. L’aérostation débute ainsi son histoire. Des années plus tard, lors de l’Exposition Universelle de 1867 se déroulant à Paris, Henri Giffard, inventeur du dirigeable à vapeur, propose une virée dans un ballon à hydrogène marquant la toute première utilisation d’un ballon captif à destination du public, à des fins de divertissement. Gagnant en popularité à travers les années, les ballons captifs trouvent d’autres applications dans différents domaines comme la publicité, la météorologie (Ballon de Paris), l’aviation civile ou militaire et surtout, comme PanoraMagique, les loisirs. 

Mot-valise habilement composé des termes « Panorama » et « Magique », PanoraMagique porte bien son nom tant chaque voyage promet son lot de nouveautés et de vues époustouflantes. Reposant sur le Lake Disney à la sortie de Disney Village, PanoraMagique est donc le premier ballon au monde à avoir été installé sur une plateforme de décollage située sur l’eau, servant aussi de plateforme d'atterrissage qui porte la forme d’une rose des vents. Conçu par Aérophile, leader mondial de ballon captif et géré par sa filiale Aerotourism, cet Aero30NG - premier prototype du nom - peut accueillir jusqu’à trente passagers (ou deux tonnes et demi), si les conditions météorologiques sont favorables. Mesurant vingt-deux mètres de large et trente-quatre de haut, le ballon est non polluant car il est mis en mouvement par l’énergie de l’électricité et s’éleve grâce à l’hélium, un gaz rare dont la densité est trois fois plus faible que l’air : le ballon monte ainsi en douceur et silencieusement.

Contrairement à une montgolfière, ce ballon captif est relié au sol par un câble tiré par une poulie de renvoi reliée à la station de treuillage fonctionnant à l’énergie hydroélectrique, l'ensemble étant conduit par un aérostier qui garantit la sécurité des visiteurs, priorité première des Parcs Disney à travers le monde. La montée du ballon jusqu’à son point culminant se fait donc tout en douceur jusqu’à atteindre les cent mètres d’altitude, et ce, en moins de deux minutes - à une vitesse maximale de 3,6 km/h - une durée similaire à la descente. Durant l’intervalle de temps, les passagers peuvent profiter d’un panorama sans pareil sur l’ensemble de Disneyland Paris

Car l’un des points forts de ce moyen de locomotion unique sur la destination est sans aucun doute le nombre d’éléments remarquables s’offrant au regard du visiteur. Le tour offre en effet une vue aérienne sans obstruction visuelle sur les sites voisins tels que Disney Village, Disney Events Arena, Disney’s Hotel New York, Disney’s Sequoia Lodge et Disney’s Newport Bay Club. Un peu plus loin, les Disney’s Hotel Cheyenne et Disney’s Hotel Santa Fe, perdus parmi la végétation abondante des alentours, peuvent malgré tout être distingués.

Les passagers ont également l’occasion de voir les Parcs Disney sous un nouveau jour. Ce voyage en altitude leur permet de voir d’en haut certains éléments imposants de la destination tels que The Twilight Zone - Terror of Terror : Un Saut dans la Quatrième Dimension (à partir de 2007), le Château d’Eaureilles du Parc Walt Disney Studios, Big Thunder Mountain, Space Mountain ou encore Le Château de la Belle au Bois Dormant. Au-delà de Disneyland Paris, une vue imprenable sur la région s’offre aux yeux des visiteurs. Ils peuvent ainsi admirer Val d’Europe, ses environs et des paysages urbains et campagnards à perte de vue.

Bien sûr, PanoraMagique dévoile en même temps, et inévitablement, quelques coulisses et bâtiments habituellement voilés aux yeux des visiteurs, brisant quelque peu la magie des lieux, un faible prix à payer pour profiter d’un tel spectacle, tout en prenant en considération ce facteur. De plus, l’amplitude horaire de PanoraMagique reste relativement large (pouvant s’étendre de 9h00 jusqu’à 23h00 suivant la saison), permettant ainsi à tout le monde de pouvoir profiter d’une vue aérienne de la destination à n’importe quel moment de la journée, de jour comme de nuit. Cela étant, le ballon peut rester à terre si les conditions climatiques sont défavorables, ce qui peut arriver régulièrement en Île-de-France. Mais les équipes de PanoraMagique ont trouvé une parade à ce facteur difficilement prédictible. Depuis le 16 juin 2019, PanoraMagique propose en effet aux visiteurs une expérience en réalité virtuelle - ou Vol Virtuel - pour pallier aux conditions météorologiques qui empêcheraient le ballon de voler. Le voyage dure 5 minutes et coûte bien moins cher qu’une véritable virée en ballon. Par ce biais, l’attraction montre qu’elle peut proposer des solutions alternatives en adéquation avec son temps.

Toutefois, PanoraMagique peut présenter un défaut, inhérent à tous les ballons captifs. En réalité, toutes les opportunités de panorama ne peuvent pas être forcément vues en une seule virée : en cas de forte affluence, il peut, il est vrai, être difficile de circuler à l’intérieur du ballon dont le couloir est assez étroit. Le voyageur doit alors se contenter de profiter de la vue qui se trouve uniquement devant lui... Élément visuel imposant, PanoraMagique relie Disney Village au Lake Disney et aux Hôtels Disney avoisinants. Il peut donc servir de point de rencontre, ou d’indication de repère. Il est d’autant plus immanquable qu’une fois élevé dans les airs, il est visible jusqu’à une vingtaine de kilomètres à la ronde. Contrairement aux attractions des Parcs Disney qui sont incluses dans le billet d’entrée, PanoraMagique, lui, est payant, tandis que l’accès à Disney Village reste gratuit.

Esthétiquement parlant, PanoraMagique - kiosque inclus - arbore un style du début du XXe siècle, une époque où ce type d’aéronefs a connu un fort essor. Les authentiques affiches sur le guichet témoignent d’une période faste pour l’aérostation, riche de compétitions en tout genre et ballons captifs de renom ayant réellement existé, asseyant PanoraMagique dans une historicité solide. Facilement reconnaissable par ses couleurs, son enveloppe comporte de larges rayures jaunes et rouges tandis que son ballonnet est bleu flanqué de motifs de ballons représentés sur tout le tour. Il est aussi à noter qu’à l’endroit où se trouve le ventilateur est représentée une rose des vents. Sa nacelle rouge consiste en un anneau étroit, reliant le cercle de charge aux cordes d’arrimage, rouges également. Sur le haut du ballon, la Fée Clochette du film Peter Pan répand sa magie. Anecdotiques, les tickets d’embarquement arborent la silhouette de l’aérostat, le tout dans des tons noirs et blancs. Depuis 2019, de nouveaux tickets colorés remplacent les anciens et rappellent les nuances de couleurs du moyen de locomotion.

Bien que son apparence globale n'ait jamais véritablement changé, certains éléments ont été modifiés au fil du temps. Lors du 15e anniversaire de Disneyland Paris en 2007, la partie inférieure du ballonnet présentait un rideau de théâtre rouge en partie ouvert laissant apparaître le logo de la célébration, le macaron bleu et doré sur lequel est inscrit le numéro 15, ainsi que le nom de la destination. À la fin de la célébration, le ballon reprend son apparence habituelle, mais cette fois, la Fée Clochette n'apparaît plus que sous forme de silhouette. Son look change à nouveau en 2020 lorsque Disney Village rouvre ses portes le 16 juillet 2020, après la fermeture liée à la crise sanitaire de la COVID-19. Bien qu’il ait l’air très similaire à première vue, quelques différences notables sont à relever. La Fée Clochette par exemple, apparaît de nouveau en couleur, saupoudrant le ballon de poussière de fée. Le bas du ballon se voit orné de personnages Disney connus pour leur habilité à voler : Dumbo, Peter Pan, Aladdin et Jasmine sur le Tapis Volant ou encore Buzz l’Éclair, le jouet cosmonaute de la franchise Toy Story, sont désormais au rendez-vous !

Une fois arrivés au sol, les visiteurs peuvent se diriger à gauche de l’entrée de l’attraction pour y trouver le kiosque Ben & Jerry’s, proposant boissons rafraîchissantes, chaudes, et de nombreux desserts à base de crème glacée, spécialité de la marque. La structure de la petite guérite est du même style que l’attraction, mais la gamme de couleurs choisie est beaucoup plus douce. Les murs sont jaune vanille et bleu foncé tandis que son toit blanc est surmonté du logo Ben & Jerry’s.

Assez rare dans le monde des Parcs à thèmes Disney, ce type d’attractions est aussi accessible à Walt Disney World Resort, en Floride, au sein de Downtown Disney (Disney Springs depuis 2016), avec Characters in Flight ouvert en 2009, premier ballon captif de la société Aérophile aux États-Unis. Ce dernier a changé d’apparence plusieurs fois au cours de ses années d’exploitation. Il peut s’élever encore plus haut que PanoraMagique, atteignant plus ou moins cent-vingt mètres.

Devenu une icône de Disney Village, PanoraMagique fait indéniablement partie intégrante du décor, visible sur de longues distances, comme une balise dans le ciel indiquant l’emplacement d’un monde magique. L'expérience qu’il propose, unique sur la destination, est absolument à essayer pour tous ceux qui sont curieux - et n’ayant pas le vertige - de découvrir Disneyland Paris avec le regard d’un oiseau.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.