Un peu d’histoire...

rédigé par

Passage incontournable pour entrer dans le Royaume enchanté du Resort parisien, le Disneyland Hotel est sans aucun doute l’un des éléments visuels les plus forts et les plus symboliques de Disneyland Paris. Initialement représenté sur les premières esquisses du Parc Disneyland comme un élément de décor en deux dimensions, il devait être la figure rassurante et chaleureuse que l’imaginaire collectif associe généralement aux hôtels. Cependant, lors de la présentation du projet par Tony Baxter à Michael Eisner, alors à la tête de The Walt Disney Company, cette idée fut rapidement abandonnée pour des raisons principalement budgétaires. La seule façon de conserver cet imposant élément de décor à l’entrée du Parc tout en palliant les problèmes financiers, fut donc de réaliser... un véritable hôtel capable d'accueillir et d’héberger les visiteurs ! Pour mener pleinement à bien ce titanesque projet, il aura d’ailleurs fallu dégager des fonds supplémentaires au budget initialement alloué aux Hôtels, se traduisant par l’annulation pure et simple de la construction d’un complexe prévu à l’origine à Venturi Site. Le Disneyland Hotel devient alors un joyau d'hôtellerie, point d'entrée emblématique vers un monde de fantaisies, unique sur de nombreux points ; son histoire recelant d'une myriade de secrets.

Figure de proue du Parc Disneyland avec ses lignes victoriennes façon gingerbread, le Disneyland Hotel a sans nul doute bénéficié d’un traitement de faveur significatif dès sa conception jusqu'à sa réalisation, ainsi que l’a voulu Michael Eisner. Il peut en effet se targuer d’être le seul hôtel du Resort parisien à avoir été entièrement encadré par Walt Disney Imagineering dont les bureaux se situent à Glendale en Californie, avec à sa tête de grands noms comme Tony Baxter, Eddie Sotto, ou encore Wing Chao, en collaboration avec l’architecte Dana Aiken et le cabinet californien Wimberley Allison Tong & Goo. Les autres Hôtels Disney, quant à eux, ont été confiés à des architectes extérieurs à l’entreprise, dont Michael Graves, sous l’œil tout de même bienveillant, et avec l’approbation bien entendu, de la compagnie.

L’Hôtel parisien présente la particularité de porter le même nom que le Disneyland Hotel situé à Anaheim, en Californie. Ils ne partagent d’ailleurs que leurs noms, leurs styles architecturaux étant diamétralement opposés. Ce dernier, installé aux abords même du tout premier Disneyland, fut le premier établissement hôtelier au monde habilité à porter le nom de Disney, sans en être toutefois la propriété de la compagnie. En effet, en 1955, après un investissement de plus de dix-sept millions de dollars pour son Parc, Walt Disney ne pouvait assumer les futurs coûts liés à la construction d’un hôtel dans son complexe de loisirs. Il fit alors appel à son ami Jack Wrather, entrepreneur et directeur de la société de médias The Wrather Company, afin de financer ce projet. En échange de quoi, l’hôtel aurait l’autorisation légale de porter le nom de Disney pendant les quatre-vint-dix-neuf prochaines années. Cet accord prit finalement fin le 21 janvier 1988 lors du rachat de The Wrather Company par The Walt Disney Company. Autre singularité notable, le Disneyland Hotel français était, lors de son inauguration, le seul Hôtel Disney au monde à être implanté à l’entrée d’un Parc à thèmes de la société de divertissement. Fait révolu depuis, avec l’arrivée du Tokyo DisneySea Hotel Miracosta à Tokyo DisneySea ouvert en septembre 2001, ou encore avec le Tokyo Disneyland Hotel de Tokyo Disneyland ouvert en 2008, tous deux installés à Tokyo Disney Resort, au Japon.

Côté architectural, l'établissement hôtelier de Disneyland Paris puise son inspiration directe auprès du Disney’s Grand Floridian Resort & Spa de Walt Disney World Resort, en partageant pour thème commun le style victorien des stations balnéaires de la côte Est floridienne des années 1890. Ce dernier, qui a ouvert ses portes le 28 juin 1988 en Floride sous le nom de Disney’s Grand Floridian Beach Resort, s’inspire principalement de l’architecture du luxueux hôtel Del Coronado, installé à San Diego en Californie (par ailleurs lieu de tournage de la cultissime comédie romantique Certains l'Aiment Chaud, avec Marilyn Monroe), avec ses larges structures faites de bois, les formes arrondies des coupoles et des tours et ses toits de tuiles rouges ainsi que d’autres palaces à l’architecture victorienne (The Mount Washington Hotel dans le New Hampshire, The Grand Hotel sur l'île Mackinac, le Belleview Biltmore à Clearwater, etc.). Toutefois, malgré leurs grandes similitudes, le Disneyland Hotel et le Disney’s Grand Floridian Resort & Spa se différencient sur bien des points, notamment au niveau des palettes de couleurs utilisées.

La version floridienne se voit en effet habillée de blanc pour ses façades et de rouge ocre pour ses toitures, tandis que la version parisienne opte pour un rose clair en façade des rotondes, des innombrables chiens-assis et de ses murs, et sombre sur ses toits à facettes, couleurs d’ailleurs accentuées lors d’une repeinture complète de l’Hôtel en 2006. Ce choix de coloris s'inscrit, tout comme pour Le Château de la Belle au Bois Dormant et d’autres bâtiments du Resort européen, dans une optique de contraster avec le gris fréquent du ciel parisien. Les deux Hôtels ont par la suite été une grande source d’inspiration pour le Hong Kong Disneyland Hotel, lui aussi de style victorien. Une autre influence architecturale pour l’Hôtel parisien se trouve sur la côte Est américaine avec son « Stick Style », mélange entre le style gothique charpentier et le style Queen Anne, alors en vogue au XIXe siècle et très pratique pour les Imagineers de par son utilisation massive de panneaux de bois préfabriqués.

L’architecture victorienne, quant à elle, répond merveilleusement bien à deux intentions de Walt Disney Imagineering. La première étant, tout comme pour les autres Hôtels du Resort parisien, de rester dans la thématique de la culture américaine vue et majoritairement appréciée par les Européens, afin de se différencier de l'architecture européenne des établissements hôteliers déjà fortement représentée sur le continent. À Disneyland Paris, cette thématique est par ailleurs appuyée par un consortium d’architectes s’étant penchés sur la conception des Hôtels du Resort, tous exclusivement de nationalité américaine, à l'exception du Français Antoine Grumbach, ayant conçu le Disney’s Sequoia Lodge. La seconde volonté réside dans la conservation d’une cohérence visuelle et narrative avec Main Street, U.S.A., premier et dernier Land par lequel passent les visiteurs du Parc et dont l’Hôtel fait pleinement partie. Il joue ainsi un rôle primordial dans l’immersion du visiteur dans une histoire qui commence bien avant son entrée dans le Parc. Lors de la conception, il fallait d’ailleurs s’assurer que l’Hôtel ne paraisse pas trop imposant et écrasant par rapport à la petite ville américaine du début du XXe siècle. Pour atténuer cet effet, l’idée fut donc d’insérer suffisamment de détails sur les façades du Disneyland Hotel afin de tromper la perception visuelle du visiteur. Avec ce simple procédé, le palace paraît, comme par magie, plus petit qu’il ne l’est réellement. Enfin, son emplacement, au sortir de la station terminus du RER, d'une station du TGV et de la Main Street Station traversée par le Disneyland Railroad, fait écho à ces resorts construits aux États-Unis par les magnats de l’immobilier à la fin du XIXe siècle, en bout des lignes de chemins de fer.

L’établissement parisien de cinq étoiles, inauguré le 11 avril 1992 - un jour avant l’ouverture d’Euro Disney Resort -, suspendu à six mètres au-dessus du sol par le biais de multiples piliers soutenant sa structure, se divise en trois parties de quatre étages maximum ; l’aile Est (East Wing), le Bâtiment Principal (Main Building) et l’aile Ouest (West Wing). Ces trois entités communiquent à l’aide de passerelles installées au deuxième étage de l’Hôtel sous lesquelles les visiteurs empruntent quotidiennement le chemin de sortie du Parc Disneyland. Visibles depuis les Fantasia Gardens, jardins pensés par l’Imagineer Tony Baxter et servant d’entrée au Parc et d’aire de promenade, les trois bâtiments apparaissent comme parfaitement symétriques, ce qui n’est toutefois pas le cas.

Pour parvenir au majestueux Disneyland Hotel, les visiteurs sont invités soit à suivre le chemin tracé par les Trottoirs Roulants, reliant le Parking Visiteurs à l’Esplanade autour desquels gravitent les Parcs Disney et Disney Village, soit à arriver par les rails de la gare de RER-TGV de Marne-La-Vallée Chessy ou enfin à emprunter l’Avenue René Goscinny en voiture puis la Rue de la Marnière menant directement au pied de l’Hôtel où un voiturier se charge de garer le véhicule. Un panneau affichant le nom de l’Hôtel en couleur dorée apparaît alors, bordé d’une multitude de fleurs et arborant la silhouette de la Fée Clochette comme symbole. En progressant sur la route, les alentours deviennent rapidement boisés, permettant ainsi un isolement quasi parfait du domaine hôtelier. Un rond-point garni de fleurs aux tons rose et vert (mais dont les couleurs peuvent varier) expose les célèbres Minnie, Mickey et Dingo sous la forme d’épatantes topiaires, avec en son centre une fontaine à jet d’eau. Le premier contact avec le personnel hôtelier se fait au dépose-minute, où voituriers et bagagistes accueillent les clients.

Une fois passée cette étape et poussées les portes de l’entrée principale, les visiteurs se retrouvent dans l’imposant et majestueux hall de l’aile Est de l’Hôtel. Ce dernier dispose, au rez-de-chaussée, d’une réception, d’une conciergerie, d’une bagagerie, d’un service bagagiste et voiturier et de la salle de réunion Mary Poppins Suite. Pour le plus grand confort des visiteurs, plusieurs canapés et fauteuils sont dispersés dans le hall avec également, au premier étage, un espace détente doté d’une télévision, accessible par le majestueux escalier (souvent lieu de représentation de la Descente des Marches par de nombreux Personnages Disney) menant à la pléiade de mezzanines donnant sur le hall. Depuis 2008, le deuxième niveau accueille un petit espace intime dédié à l’activité Princesse d'un Jour offrant un choix de plusieurs packs variant selon leurs prix et leurs contenus, avec la promesse de transformer les enfants en leur Princesse favorite ou pour les plus aventuriers, en pirate. Le hall a également son lot d’éléments décoratifs, avec pour exemple sa somptueuse cheminée ouverte surmontée d’une peinture illustrant une représentation de Main Street, U.S.A. en pleine agitation, avec en fond le Disneyland Hotel. À la saison de Noël, dans ce hall classieux, l’Hôtel est le seul du Resort à bénéficier d’une somptueuse Maison en Pain d’Épices depuis 2011, tradition devenue emblématique dans d'autres Hôtels de Resorts Disney de la planète.

Le Bâtiment Principal (ou Main Building), situé au centre, relie logiquement les deux autres ailes avec ses passerelles accessibles au deuxième étage. Toutes deux convergent vers le Main Street Lounge, salon spacieux au centre de la rotonde, desservant les trois lieux de restauration accessibles au public ; le Café Fantasia, Inventions et le California Grill. L’un des rares Hôtels Disney de Disneyland Paris, avec le Camp Davy Crockett (aujourd'hui Disney’s Davy Crockett Ranch), à présenter des références à l’univers Disney dès son ouverture, le Café Fantasia étant un flagrant exemple en tirant son nom du long-métrage d'animation Fantasia. Piano-bar proposant boissons et desserts dans une atmosphère feutrée et chaleureuse, le café entier est en effet chargé de références à l’univers de ce film, et plus généralement, à celui de la musique. Le restaurant Inventions, quant à lui, propose un repas sous forme de buffet dans un cadre évoquant et exposant les grandes inventions dans le domaine du transport de l’époque victorienne. Le California Grill, enfin, se présente comme un restaurant à la carte proposant une cuisine gastronomique raffinée dans le cadre luxueux de ses salles Napa Valley, Sonoma Valley et The Wine Cellar. Dans ce bâtiment réside également la boutique Galerie Mickey, proposant, entre autres, jouets, vêtements, costumes et objets de collection, ainsi que trois salle de réunions nommées Disney Classics Suites : les Suites Bambi (71 m²), Dumbo (47 m²) et Pinocchio (43 m²).

Les troisième et quatrième étages de cette partie de l’Hôtel sont privatifs et dédiés au prestigieux Castle Club, qui offre des prestations supplémentaires et uniques à ses résidents. L’accès à ces étages est en effet uniquement accessible à ces derniers via un ascenseur, lui aussi privatif, ayant pour particularité de disposer d'un point d’entrée et de sortie aux guichets même du Parc Disneyland. Le Castle Club dispose d’une réception privée, de cinquante chambres et suites, de deux salles de réunions ; l’Executive Boardroom et la Founders Club, ainsi que d’un salon, le Castle Lounge, proposant boissons et encas à ses clients. La suite la plus luxueuse et qui fait sans nul doute rêver plus d’un visiteur est la suite présidentielle Sleeping Beauty. Elle offre à ses invités un espace de 187 mètres carrés dont une salle à manger pouvant accueillir dix invités, une chambre à coucher et un jacuzzi, avec en atout majeur une vue panoramique unique sur le Parc Disneyland. La suite vice-présidentielle Cinderella dispose quant à elle d’une surface de 112 mètres carrés, avec une vue sur le Parc Disneyland, un imposant salon, une chambre à coucher et un jacuzzi. Au nombre de quatre, les suites Walt’s Apartments reprennent comme idées de décor l’appartement privé que Walt Disney avait aménagé au-dessus de la caserne de pompiers situé à Main Street, U.S.A. à Disneyland Park d'Anaheim. Également au nombre de quatre, les suites Tinker Bell ont pour thème la célèbre Fée Clochette et offrent une vue sur les Fantasia Gardens.

Le reste des chambres de l’Hôtel, toutes de catégorie supérieure pouvant accueillir jusqu’à quatre personnes chacune, et les vingt-et-une suites de haut standing est une ode à l’univers Disney et au raffinement. Du mobilier élégant aux épais rideaux encadrant les fenêtres, de l'épaisse moquette fleurie aux frises noblement dessinées, ces espaces de vie se targuent de bénéficier d’une petite touche disneyenne féerique. Sur l’armoire, la Fée Clochette veille au grain, les montants des lits rendent hommage au (Le) Château de la Belle au Bois Dormant tandis qu'un hippopotame de Fantasia pare la frise en céramique de la baignoire. Le rez-de-chaussée du Bâtiment Principal n’est pas considéré comme faisant partie intégrante du Disneyland Hotel. Il tient, il est vrai, pour rôle de billetterie à l’aide de ses soixante-quatre guichets, qui ont pour particularité d’être couverts. Cette décision de protéger les infrastructures du Resort européen des intempéries est en réalité une caractéristique typique de Disneyland Paris, également observable dans différents lieux du Parc Disneyland. Le rez-de-chaussée accueille aussi deux boutiques, Plaza East Boutique et Plaza West Boutique, uniquement accessibles depuis le Parc Disneyland.

L’Aile Ouest dispose, en plus de ses chambres, de différents centres récréatifs proposés aux clients de l’Hôtel, avec le Disneyland Pool and Health Club. Constitué d’une piscine couverte et chauffée avec Jacuzzi encagée dans une verrière telle un solarium des bords de mer, de saunas et hammams, et d’une salle de sports, cet espace est dédié au bien-être et à la détente. Lieu d’ailleurs renforcé par la présence, depuis 2007, du Celestia Spa, qui propose des soins et massages tarifés à la clientèle de l’Hôtel. Le jardin aux abords de la piscine est pour sa part devenu privatif en 2002 et constitue un élément important de séparation naturel entre les Parcs et l’Hôtel. La salle de jeux Minnie Club accueille, quant à elle, les enfants dans un décor reprenant le thème de Fantasia sous la surveillance d’un personnel qualifié. La salle de jeux vidéo Mad Hatter’s Game Arcade propose pour sa part plusieurs activités électroniques moyennant paiement.

Pour accentuer merveilleusement bien la magie déjà présente dans l’établissement, une boucle musicale se voit diffusée en continu dans les couloirs et le hall de l’Hôtel. Cette dernière est composée de plus de cinquante extraits musicaux tirés d’une quinzaine de films des Walt Disney Animation Studios, traversant plus de trente-cinq années de production cinématographique, tous joués par l’orchestre Cincinnati Pops Orchestra et dirigé par Erich Kunzel. Parmi ces œuvres peuvent ainsi être citées : Les Trois Petits Cochons (Qui a Peur du Grand Méchant Loup ?), Blanche Neige et les Sept Nains (Ouverture, Un Sourire en Chantant, Heigh-Ho, Je Souhaite / Un Chant, Un Jour Mon Prince Viendra, Siffler en Travaillant), Pinocchio (Quand On Prie la Bonne Étoile, Sifflez Vite, Vite !), Dumbo (Thème Principal, Le Train du Bonheur), Bambi (L’Amour est Éternel), Mélodie du Sud (Zip-a-Dee-Doo-Dah), Cendrillon (Tendre Rêve, Les Harpies, Bibbidi-Bobbidi-Boo, C’est Ça, l’Amour), Alice au Pays des Merveilles (Pays du Merveilleux, Un Matin de Mai Fleuri, Je Suis En R’tard, Peignons les Roses en Rouge), Peter Pan (Tu T’Envoles), La Belle et le Clochard (Belle Nuit), La Belle au Bois Dormant (J’En Ai Rêvé), Mary Poppins (Chem Cheminée, Quelle Jolie Promenade Avec Mary, Un Morceau de Sucre, Laissons-Le s’Envoler, Supercalifragilisticexpialidocious, Prenons le Rythme), Winnie l'Ourson et l’Arbre à Miel (Winnie l’Ourson), Le Livre de la Jungle (Aie Confiance, La Patrouille des Éléphants, Il En Faut Peu Pour Être Heureux, C’est Ça l’Amitié). Des morceaux supplémentaires provenant d'autres sources sont aussi mis à l’honneur comme la musique entêtante d’it’s a small world (after all) écrite par les frères Sherman pour l’attraction quasi-éponyme de 1964 ou encore The Mickey Mouse March du Mickey Mouse Club (1955). Il faut ajouter à cette atmosphère si particulière l’odeur du parfum d’ambiance si singulier de l’établissement, et le tout est sublimé.

Fort de ses 496 chambres et de ses 18 suites, le Disneyland Hotel représente finalement un subtil mélange entre le luxe par excellence et les forces créatrices de Walt Disney Imagineering, sublimé par une touche de magie dont seul Disneyland Paris a le secret. 

Voici la liste des attractions, des restaurants, des boutiques, des solutions d’hébergement, des salles de réunion et des événements du Disneyland Hotel de Disneyland Paris.

Liste des attractions

001
Piscine et centre de bien-être
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
002
Arcade de jeux vidéo
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
003
Club enfant
1994 • ...
En activité
1994 • ...
En activité
004
Point-photo avec Personnages Disney
1995 • ...
En activité
1995 • ...
En activité
005
Spa
2007 • ...
En activité
2007 • ...
En activité
006
Club enfant
1998
Fin d'activité
1998
Fin d'activité

Liste des restaurants

001
Service à table
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
002
Buffet à volonté
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
003
Bar
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
004
Service à table
2017 • 2017
Fin d'activité
2017 • 2017
Fin d'activité

Liste des boutiques

001
Souvenirs
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
002
Maquillage et vêtements
2008 • ...
En activité
2008 • ...
En activité
003
Portraits
2014 • ...
En activité
2014 • ...
En activité

Liste des solutions d'hébergement

001
Chambres
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
002
Chambres
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
003
Suites
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
004
Suites
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
005
Suites
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
006
Suite vice-présidentielle
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
007
Suite présidentielle
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
008
Zone Premium
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité

Liste des salles de réunion

001
Salles de réunion au deuxième étage du Bâtiment Principal
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
002
Salle de réunion au rez-de-chaussée de l’Aile Est
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
003
Salle de réunion au Castle Club
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité
004
Salle de réunion au Castle Club
1992 • ...
En activité
1992 • ...
En activité

Liste des évènements

001
Cérémonie
1992
Fin d'activité
1992
Fin d'activité
002
Concours
1999
Fin d'activité
1999
Fin d'activité

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.