Noël à Disneyland
Dans le Secret du Plus Grand Parc d'Attraction d'Europe

Noël à Disneyland : Dans le Secret du Plus Grand Parc d'Attraction d'Europe
L'écran titre
Titre original :
Noël à Disneyland : Dans le Secret du Plus Grand Parc d'Attraction d'Europe
Production :
Kalisté Productions
Date de diffusion France :
Le 10 décembre 2014
Genre :
Promotionnel
Réalisation :
Sophie Lainé
Durée :
90 minutes

Le synopsis

Féérique en tout point, la saison de Noël à Disneyland Paris est un moment prisé par les visiteurs de la destination. Noël à Disneyland : Dans le Secret du Plus Grand Parc d'Attraction d'Europe lève le voile sur les préparatifs de cet évènement hors du commun, aux rouages bien huilés.

La critique

rédigée par
Publiée le 14 décembre 2021

S’il ne fallait garder qu’une seule saison à Disneyland Paris, beaucoup s’accorderaient à dire que celle de Noël figure en premier choix. Et pour cause, cette saison incarne à elle seule un grand nombre de valeurs chères à la destination et à ses visiteurs. La fête de Noël, bien qu’initialement chrétienne et commémorant la naissance de Jésus-Christ, a aujourd’hui largement dépassé sa connotation religieuse et se voit célébrée par des millions de personnes à travers le monde, qu’elles soient croyantes ou non. Les valeurs de famille et de partage sont en effet au centre de cet évènement hivernal, accompagné d'éléments folkloriques presque indissociables comme la présence du Père Noël, les sapins illuminés et les nombreux cadeaux soigneusement emballés prêts à être distribués. Tant d’ingrédients qui font tout le charme de cette période de l’année, et que le Resort parisien a su merveilleusement bien intégrer à son offre, et ce, dès l’année de son ouverture, en 1992. Mais mettre en place une telle saison ne s’improvise pas, et pour couvrir tous les préparatifs, Disneyland Paris a ouvert ses portes aux équipes de l’émission de télévision Noël à Disneyland : Dans le Secret du Plus Grand Parc d'Attraction d'Europe. Il est désormais un reportage complètement dépassé par le temps, mais conserve dans le cœur des fans de la destination une place toute particulière, nostalgique d’une époque où les coulisses des Parcs ne s’ouvraient aux caméras qu’en de rares occasions.

Diffusé pour la première fois le 10 décembre 2014 à 20 h 50 sur la chaîne de télévision TMC appartenant au Groupe TF1, ce documentaire de quatre-vingt-dix minutes est produit par la société Kalisté Productions en collaboration avec TF1 Production. Réalisée par Sophie Lainé, l’émission bénéficie du talent d’un remarquable narrateur, en la personne de Lorànt Deutsch, acteur, écrivain, animateur de télévision et comédien de doublage animateur de télévision français bien connu des Walt Disney Animation Studios pour avoir prêté sa si reconnaissable voix au robot B.E.N. de La Planète au Trésor - Un Nouvel Univers en 2002 ou encore à Chicken Little dans le film éponyme de 2005. Assumant donc la narration de ce reportage sur les coulisses de Disneyland Paris, il n’en est pour autant pas à son premier essai dans cet exercice, ayant fait de même par le passé pour des attractions comme Chocs Cosmiques au Futuroscope en 2009 ou Le Monde Imaginaire de La Fontaine au Puy du Fou en 2012, mais aussi d’autres documentaires tels que La Fabuleuse Histoire des Jeux Vidéo en 2009, La Véritable Histoire des Bleus en 2010 et Dinotasia en 2013.

En 2014, les programmes télévisés consacrés à la destination se font encore discrets. Seuls les documentaires Disneyland et ses Secrets, diffusé en 2012, et le magazine télévisé 66 Minutes : Grand Format - Noël dans le Parc Disney en 2013, sont alors proposés aux téléspectateurs avides de connaissances et secrets sur le sujet si particulier des Parcs Disney parisiens. Noël à Disneyland : Dans le Secret du Plus Grand Parc d'Attraction d'Europe a donc tout le loisir de se démarquer et de tenter de marquer les esprits, en se libérant du format déjà imposé par ses confrères. L’objectif étant bien entendu de ravir les téléspectateurs en touchant le plus gros taux d’audience mais également d’assurer une promotion saine et intelligente à la destination.

La saison de Noël 2014 s’installe à Disneyland Paris le 9 novembre de la même année et s’étale, pour le plus grand plaisir des visiteurs, jusqu’au 7 janvier de l’année suivante. Elle propose alors son lot d'évènements exclusifs, à coup de Parades et spectacles, mais également de rencontres avec les plus célèbres des Personnages Disney, ainsi que le Père Noël en chair et en os, mais aussi en barbe. La Parade de Noël Disney est jouée trois fois par jour dans le Parc Disneyland, avec pour grande nouveautéson char baptisé Sucres et Délices, sur lequel le reportage s’attarde longuement. Le spectacle de son et lumière Les Vœux Magiques de Noël se joue lui sur l’imposant sapin de vingt-quatre mètres de haut, somptueusement orné de ses quelques huit-cent-cinquante décorations, bien implanté sur Town Square, à l’entrée de Main Street, U.S.A.. Le spectacle Disney Dreams! Fête Noël, projeté sur Le Château de la Belle au Bois Dormant, revient, pour sa part, dans une version quelque peu améliorée, en mettant, entre autres, le film d’animation La Reine des Neiges au cœur du spectacle nocturne.

La neige, toutefois artificielle, sera toujours présente à Main Street, U.S.A., qui se pare d’ailleurs de ses habituelles décorations hivernales, aidée par la projection de plus de huit-mille-deux-cents litres de savons étalés sur toute la période des festivités. Frontierland propose une rencontre avec Jack Skellington dans un lieu aménagé pour l'occasion (Le Cimetière de Jack et Sally), mais également la possibilité de faire part de ses souhaits à l’illustre Père Noël, directement à son atelier de jouets, installé cette année-là au Cottonwood Creek Ranch (Rencontre avec le Père Noël). Du côté du Parc Walt Disney Studios, seul le point de rencontre Mickey (et Minnie) vous Souhaite(nt) un Joyeux Noël fait office d’animation de Noël. L’offre est donc séduisante et suffisamment diversifiée, bien que concentrée sur le Parc Disneyland, pour satisfaire la plupart des visiteurs, promettant ainsi un Noël plus que jamais enchanteur.

Faisant l'impasse sur une description détaillée de l’offre de la saison de Noël 2014 sur le Resort, le documentaire s'intéresse avant tout aux employés de la première destination touristique européenne, et à leurs métiers parfois si atypiques. C’est près d’une quinzaine de vocations professionnelles, souvent hors du commun, qui sont présentées aux spectateurs tout au long de l’émission. Certaines ne sont que brièvement abordées, comme le métier d'apiculteur exercé par Nathalie sur le domaine du Disney’s Davy Crockett Ranch, dont les deux tonnes de miel produites chaque année servent à alimenter les plats et restaurants du Resort. À l’inverse, d’autres bénéficient d’une exposition nettement plus conséquente, comme la profession de metteur en scène, pratiquée par Kathy Harris et Françoise Baffioni, dit « Fanfan ». Les plans sur ces deux dernières délivrent de belles images des coulisses, notamment les répétitions de la chorégraphie organisées autour du char Sucres et Délices, nouveauté de la Parade de Noël Disney, où Françoise Baffioni, pointilleuse sur chaque mouvement de danse, démontre que rien n’est laissé au hasard au sein de la firme Disney. L’ambiance sérieuse et la recherche quasi constante de la perfection prouvent, s’il fallait encore le faire, combien l’entreprise souhaite proposer un contenu qualitatif à ses visiteurs.

Ce constat équivaut d’ailleurs pour tous les métiers présentés tout au long du reportage, l’exigence et l’excellence étant au centre de toutes les préoccupations. La répétition de danse est l’occasion de présenter Malou Utrecht, une jeune danseuse que le téléspectateur aura l’occasion de revoir à plusieurs reprises, notamment lors des séances d'essayage de costume et de maquillage. D’autres séquences avec Kathy Harris et Françoise Baffioni, les deux metteuses en scène, emmènent le public dans les répétitions nocturnes, l’occasion pour les équipes de tester la Parade en condition réelle, et d’ajuster si nécessaire certains points. L’instant passé face à ses images est agréable, le spectateur se surprendra peut-être même à partager les tensions ressenties par les figurants avant leur première répétition en condition réelle.

Les équipes de Noël à Disneyland : Dans le Secret du Plus Grand Parc d'Attraction d'Europe maîtrisent l’art de mettre l'eau à la bouche, et au travers d’une série de séquences avec Christophe Coutanson, le Chef Exécutif de la restauration à Disneyland Paris, parviennent à mettre à de nombreuses reprises le spectateur en appétit. Monsieur Coutanson, surnommé le « chef des chefs », ouvre ainsi les portes de ses cuisines et dévoile quelques secrets sur la conception du menu qu’il concocte pour certains hôtes chanceux du réveillon de Noël. Une fois encore, l’excellence est mise en avant, notamment dans la sélection rigoureuse et pointue des produits proposés aux heureux convives, le chef n’hésitant pas à sélectionner en personne les ingrédients composant l’onéreux repas. La caméra le suit jusque dans une ferme locale pour y goûter et sélectionner son fromage mais aussi dans un atelier de cuisine en coulisses, dans un lieu joliment nommé Les Délices de Minnie, pour y confectionner sa pâtisserie.

Grand final de tous ces préparatifs, la soirée de dégustation en compagnie des Directeurs de la Restauration, organisée au Blue Lagoon Restaurant. Côté chiffres, il est communiqué qu’un menu pour le réveillon démarre à deux-cents euros, pouvant parfois atteindre la somme de cinq-cents euros. Le raffinement culinaire et la recherche insatiable de la qualité sont mis en exergue pendant les quelques minutes consacrées au Chef Christophe, trompant peut-être le spectateur sur le service de restauration réellement proposé au sein des Parcs parisiens, le menu du réveillon étant aux antipodes de l’offre générale du Resort. Cependant, le reportage n’oublie pas de présenter le plus gros entrepôt de la destination, celui qui conserve et délivre les quelques seize-mille tonnes de nourritures par an, dont mille-cinq-cents rien que pour les frites surgelées. Bien que nettement moins vendeur sur le papier, il aurait été toutefois intéressant d’équilibrer les interventions sur le sujet de la restauration, en délivrant plus d’informations et d’images sur ce que le visiteur ordinaire a le plus de chance de côtoyer lors de sa visite, à savoir, la restauration rapide.

Les caméras de Noël à Disneyland : Dans le Secret du Plus Grand Parc d'Attraction d'Europe se focalisent également sur des métiers plus représentés, voire plus communs, au sein de la destination, comme celui de vendeuse avec Laura, une Espagnole effectuant selon l’émission son premier jour de travail. Il est toutefois permis d’en douter, tant certaines scènes et certains échanges semblent surjoués et donc écrits à l’avance. Les spectateurs les plus avertis relèvent cette scène cocasse durant laquelle la jeune employée prend le bus interne au Resort et réservé à ses employés afin de se rendre sur son lieu de travail, à savoir la boutique Emporium. La nouvelle recrue emprunte en effet le système de transport réservé aux Cast Members pour finalement ressortir au même arrêt de bus que celui pris au départ ! Ce petit parcours inutile n’est en définitive qu’un prétexte afin de présenter aux spectateurs le réseau de transport interne du Resort parisien.

Les quelques images de la boutique Emporium seront quant à elles l’occasion idéale de délivrer quelques chiffres colossaux dont les médias généralistes raffolent allègrement : il s’agit en effet de la plus grande des soixante-deux boutiques, celle qui délivre le plus gros chiffre d’affaires grâce aux trois-millions d’achats effectués chaque année en ses murs, et qui peut compter sur ses quelque soixante-dix vendeurs présents pour gérer les sept-mille produits disponibles sur les rayons. Rien que pour la robe de La Reine des Neiges, les chiffres sont à nouveau vertigineux : soixante-et-un-mille costumes à cinquante-huit euros pièce et trente-mille peluches ont été vendus en l’espace d’un mois. La nouvelle recrue Laura aura d’ailleurs pris le temps, bien avant sa prise de fonctions, de passer par le bâtiment où sont entreposés les vêtements de travail portés par tous les salariés. La plus grande penderie d’Europe, et le plus grand pressing de France, sont à nouveau le lieu d’échanges insolites entre l’employée et ses supérieurs, frôlant parfois le malaise, tant tout semble une nouvelle fois scénarisé avant que les caméras ne se mettent à tourner. Ce qui est finalement quelque peu regrettable pour Laura, presque tournée en ridicule à la moindre occasion.

D’autres professions sont encore brièvement mises en avant, comme celle d’Agnes, la cheffe d’atelier couture, ou celle de Luciana, une modéliste. Le spectateur n’apprend malheureusement rien ou peu de ces professions, le reportage préférant donner dans le sensationnalisme, à grand renfort une nouvelle fois de chiffres démesurés : les cinquante-six couturières de Disneyland Paris exercent dans un bâtiment où sont entreposés soixante-mille mètres de tissu, et d’où sont produits quatre-mille à cinq-mille pièces de costumes par an. La robe de Belle, qui est pris pour exemple, cumule à elle-seule cent-cinquante heures de travail. Les images de ce lieu restent cependant agréables, il est toujours intéressant d’avoir un aperçu des ateliers de travail, en coulisses, des employés de la destination touristique parisienne. Il est toutefois regrettable que les caméras de l’émission ne donnent pas plus de temps de parole à ses mêmes employés, afin de promouvoir indirectement ses métiers parfois si particuliers et de, pourquoi pas, créer de futures vocations chez les téléspectateurs.

Le documentaire se concentre également sur l'évènement phare de cette année 2014, l’ouverture de l’attraction Ratatouille : L'Aventure Totalement Toquée de Rémy, ainsi que toute la zone thématique de la Place de Rémy dans laquelle elle est installée, avec sa boutique Chez Marianne - Souvenirs de Paris et son restaurant Bistrot Chez Rémy. Le temps consacré à la célèbre attraction du Parc Walt Disney Studios laisse intervenir Beth Clapperton et Bjorn Heerwagen, deux Imagineers à l’origine de ce gigantesque projet. Les images laissent rêveur et démontrent tout le savoir-faire et l’imagination sans limite dont sont pourvus ces employés hors du commun. Les chiffres évoqués viennent une fois encore renforcer cette sensation de grandeur, avec les six ans de préparation nécessaires pour mettre sur pied cette formidable aventure scénique sur l’univers du film d'animation des studios Pixar Ratatouille, les quatre-mille ouvriers ayant œuvré sur ce projet, et le coût estimé, selon l’émission, à une dizaine de millions d’euros. La réalité est toutefois tout autre, le budget pouvant être multiplié par quinze, l’investissement se rapprochant des cent cinquante millions d'euros. Le spectateur lambda peut probablement se satisfaire de ce passage amusant, tant tout semble démesuré, pendant que le fan peut regretter le peu de temps de parole accordé aux deux Imagineers et le faible nombre d’images exclusives sur les coulisses de cette attraction inspirée des péripéties du rat cuisinier du Studio à la lampe.

Continuant de couvrir un large éventail de secteurs professionnels implantés sur le Resort parisien, le documentaire aborde la gestion du parc avec Alexandre Theophile, responsable des Parcs en journée, et Mathieu Roze, son homologue de nuit, démontrant leur extrême polyvalence et leurs motivations sans failles, étant tout simplement les personnes de référence à contacter en cas de problème. Arnaud, un employé responsable des flux de visiteurs, veille quant à lui à la sécurité des visiteurs, mais aussi à celle de ses collègues, lors de divers événements, dont la tant attendue Parade journalière. Ces séquences délivrent de rares images, celle d’une réunion entre employés pour planifier au mieux le déroulement de la prochaine Parade, où chacun d’entre eux se voit assigner un rôle et un emplacement bien précis, la sécurité étant la première préoccupation, au centre de presque toutes les discussions. Une fois encore, l’émission a à cœur de mettre en valeur les employés de la firme aux grandes oreilles, invités à respecter et appliquer les quatre clés propres aux Parcs, véritable leitmotiv que chacun se doit de connaître, qui sont la sécurité, la courtoisie, le spectacle et l'efficacité.

Le reportage Noël à Disneyland : Dans le Secret du Plus Grand Parc d'Attraction d'Europe est le mariage parfait entre information et divertissement, abordant une multitude de sujets propres au complexe touristique parisien. Cependant, loin d'être exempt de tout défaut, il cumule quelques erreurs grossières qui auraient facilement pu être évitées, mais que le spectateur lambda ne relèvera probablement pas. Ainsi, bien qu’il soit artificiel et composé de trois blocs de béton pour un poids total de vingt-quatre tonnes, le grand sapin de Noël du Parc Disneyland n’est définitivement pas le sapin le plus haut d’Europe, comme évoqué dans l’émission. L’erreur concernant le budget alloué à l’attraction Ratatouille : L'Aventure Totalement Toquée de Rémy n’est pas la seule puisque non, les visiteurs qui embarquent dans cette aventure ne se retrouvent pas dans la peau du célèbre rongeur.

Autre inexactitude presque absurde relevée dans le documentaire est la taille de trente-cinq mètres de haut du bâtiment où sont logés les chars de la parade. Il est envisageable que les équipes du programme télévisé aient confondu les mètres avec les pieds, trente-cinq pieds équivalant à presque onze mètres, taille nettement plus probable pour ce bâtiment. Il est intéressant de noter que certaines images, bien que sublimes, n’ont pas été tournées par les caméras de l’émission mais sont empruntées au documentaire Les Artisans du Rêve - Les Coulisses du Parc, produit en 2012. D’autres images encore sont mal exploitées et faussent la notion de temps en raison de mauvais raccords. Le spectateur découvre un plan du (Le) Château de la Belle au Bois Dormant avec pour fond un magnifique ciel bleu dépourvu de tout nuage, pour la seconde suivante, retrouver une météo grisâtre et pluvieuse, alors que l’action se déroule dans le même temps. Un autre raccord manque encore de sérieux quand des tests sont annoncés sur l’attraction Big Thunder Mountain lors d’un échange entre les responsables des Parcs, et que des séquences de maintenance sur l’attraction Indiana Jones et le Temple du Péril sont alors proposées. Malgré ces quelques faux-pas, l’émission s’en tire plutôt bien en proposant un contenu suffisamment recherché, qui sait combler les amateurs des Parcs et distraire le public ordinaire.

À bien des égards, Le Noël Enchanté Disney à Disneyland Paris est la saison la plus féerique et enchanteresse, mais également la plus aboutie et peaufinée de toutes les saisons. Hiver après hiver, elle apprend et se corrige, évolue et se renouvelle, dans le seul et unique but d’émouvoir tous les visiteurs. Focaliser un reportage sur cette saison si appréciée, c’est presque s’assurer de la réussite et du succès de ce dernier, tant le sujet peut laisser rêveur. Pourtant, l’émission rencontre un succès mitigé, en décrochant toutefois le meilleur taux d’audience de la TNT pour la soirée, avec 769 000 spectateurs, soit 2,9 % du public. Noël à Disneyland : Dans le Secret du Plus Grand Parc d'Attraction d'Europe accuse avec le temps le poids des années, mais était à sa sortie précurseur dans un milieu encore peu exploité, celui des documentaires sur la destination la plus prisée d’Europe. Bien qu’il se concentre sur des métiers déjà mis en avant par des prédécesseurs, il évite intelligemment certaines délicatesses propres aux médias généralistes, comme celle de ridiculiser le fan de Parcs Disney.

Peu exigeant sur la nomenclature gravitant autour du Resort français, et trop généreux sur les jeux de mots dont l’humour reste à prouver, le documentaire jouit d’une excellente narration en la personne de Lorànt Deutsch qui parvient, sans en faire trop et en évitant le sensationnalisme à tout prix, à captiver du début à la fin. Tout au long de ces quatre-vingt-dix minutes, les sujets abordés sont nombreux et variés, parfois à peine effleurés, mais mettent en avant des professions souvent atypiques et les femmes et hommes qui les exercent. Malgré les années, ce reportage est un excellent divertissement pour qui veut se replonger dans cette saison hivernale de l’année 2014, et en apprendre un peu plus sur le fonctionnement de cette machine à rêves.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.