Danse avec les Gardiens de la Galaxie
Vue d'ensemble
Nom anglophone :
Guardians of the Galaxy Awesome Dance-Off
Date d'ouverture :
Le 10 juin 2018
Type de :
Spectacle
Musique :
Stevie Wonder
Redbone
Joan Jett and the Blackhearts
Kiss
The Jackson Five
Queen
Marvin Gaye et Tammi Terrell
Blue Swede
Cat Stevens

Le synopsis

Les Gardiens de la Galaxie sont poursuivis par le Collectionneur. Une seule solution pour lui échapper : danser ! Au rythme des plus grandes musiques des années 70 et 80, tout le monde devra exécuter ses plus beaux pas de danse pour saturer les capteurs thermiques lancés à la poursuite de Star-Lord et Gamora !

L'expérience

Résonant soudainement à travers la Place des Stars, la mélodie de Signed, Sealed, Delivered (I’m Yours) interprétée par Stevie Wonder attire l’attention de la foule située aux abords de Production Courtyard. L’aventurier Peter Quill, plus connu sous le nom de Star-Lord, accompagné de la très piquante Gamora arrive alors sur une estrade derrière laquelle se trouve un écran où apparaît l'emblème des Gardiens de la Galaxie.

Tandis que Peter Quill mène une reconnaissance des lieux, Gamora commence elle à s’impatienter, agacée de devoir faire un détour sur cette planète qui lui est inconnue : la Terre. Rapidement Star-Lord trouve ce qu’il est venu chercher : un authentique ghetto-blaster qu’il avait visiblement perdu auparavant. Ne cachant pas son désarroi face à cette situation, Gamora en profite pour se moquer gentiment de son acolyte avant que ce dernier n’entame une danse très déhanchée sur Come And Get Your Love du groupe Redbone en invitant l’assemblée à chanter avec lui. Afin de convaincre Gamora de se joindre à la fête, Star-Lord décide de présenter leur duo de choc devant la foule exaltée de découvrir les héros galactiques. Alors que Peter Quill dévoile le nom de leur improbable équipe - les Gardiens de la Galaxie -, un étrange bruit retentit.

Peu téméraire, Star-Lord apeuré, se cache alors derrière Gamora qui, elle, se tient en position de combat, prête à se défendre à la moindre attaque. À cet instant, le duo reçoit une transmission de leur camarade Rocket Racoon leur annonçant qu’ils sont actuellement poursuivis par cinq capteurs thermoplasmiques que le Collectionneur a lancé à l’encontre des Gardiens de la Galaxie. Pour ne pas être retrouvé par le Collectionneur, Star-Lord demande à son ami Rocket de l’aider à trouver une solution mais le raton-laveur semble être déjà bien occupé à résoudre un autre problème : les bêtises que le jeune Groot fait à l’autre bout de la galaxie, s’amusant visiblement avec une arme que Rocket vient d’acquérir !

Les deux amis sont donc désormais seuls pour retrouver leur vaisseau spatial et quitter la Terre au plus vite. Seuls ? Pas si sûr ! Peter, qui a manifestement trouvé un plan, explique à la foule le fonctionnement des capteurs thermoplasmiques, très sensibles aux mouvements et à la chaleur dégagée par leurs cibles. Son idée est simple : il souhaite créer un maximum de mouvement afin de saturer les capteurs et brouiller ainsi le signal. Star-Lord met alors son plan à exécution - ou plutôt en musique - et se rapproche une nouvelle fois de son ghetto-blaster pour lancer une nouvelle piste qui saura faire danser la foule : I Love Rock'n' Roll de Joan Jett and the Blackhearts. Incitant l’assemblée à marquer le rythme de la musique et à danser, Peter encourage même les plus motivés à jouer un petit peu de air guitare.

Manifestement agacée et peu convaincue par la tactique de son partenaire, Gamora décide d’arrêter la musique. Star-Lord lui montre alors les premiers effets de son plan qui, il est vrai, peine à prendre corps, les mouvements générés n’étant pas assez puissants pour mettre à mal la technologie de l'ennemi. Plus décidé que jamais, Peter Quill le répète : les Gardiens de la Galaxie ont besoins de tous pour s’en sortir. Dans le but ultime de convaincre le plus grand nombre, le terrien à l’oreille musicale diffuse une nouvelle musique - I Was Made For Lovin’ You du groupe Kiss - et invite plusieurs membres de la foule à le rejoindre sur la plateforme leur apprenant les mouvements qui leur permettront peut-être de dégager assez d’énergie pour brouiller les capteurs et échapper au Collectionneur.

La ruse commence à fonctionner, la jauge à l’arrière de la scène évaluant le niveau de chaleur générée augmentant peu à peu. Incitant Gamora à le rejoindre dans sa danse, Peter Quill encourage aussi ses nouveaux amis du public à faire leurs propres pas et ainsi mettre un maximum de chances de leur côté. Bien décidé à faire exploser les capteurs de Taneleer Tivan, le Gardien convie ensuite plus de monde à le rejoindre sur la plateforme au son d’un titre phare des Jackson Five : I Want You Back. Enchaînant les pas de danse avec entrain, la foule devient peu à peu une véritable arme de défense. Soudainement, la musique s’arrête : les capteurs thermoplasmiques ont malheureusement retrouvé la trace du duo de choc et de leurs nouveaux amis. C’est alors que Rocket, reprenant contact avec Star-Lord et Gamora, les informe que le Collectionneur est sur le point de déceler leur position. Il s’agit désormais de surcharger les capteurs au plus vite !

Au grand danger les grands moyens, Star-Lord décide d’organiser, afin de générer un maximum de mouvements, un concours de danse. Et pour l'inaugurer, le choix musical se porte sur le célèbre Shake Your Groove Thing qui vient enflammer la piste. Les teams Alpha et Omega vont donc devoir s’opposer dans cette amicale - mais vitale - joute dansante. L’enjeu est de taille : il s’agit peut-être là de la dernière chance pour les héros de saturer le système espion et ainsi sauver leur peau ! Une fois chacune des équipes constituées et présentées, le concours peut débuter. Star-Lord, qui désigne les capitaines de chacune des équipes, informe l’ensemble des danseurs participant qu’ils devront suivre les moindres faits et gestes de leur capitaine respectif afin de remporter la mise.

S’exécutant avec grand soin, les équipes permettent à la jauge d’énergie de croître rapidement. Afin de poursuivre ces résultats plus qu’encourageants, Star-Lord choisit une nouvelle musique des Jackson Five : ABC. Bien que Gamora ne soit toujours pas d’humeur à danser, Peter ne baisse pas les bras et encourage ses danseurs. C’est à ce moment que nos héros reçoivent une nouvelle transmission de Rocket leur informant qu’il ne leur reste plus qu’une minute avant que le Collectionneur ne retrouve leur position. Il va falloir redoubler d’efforts. Gamora décide alors de prendre la situation en main. D’un air quasi-menaçant, elle ordonne à la foule de danser et fait un signe de tête à Star-Lord pour enclencher l’ultime chanson qui pourra peut-être les sortir de là : Don’t Stop Me Now de Queen. Esquissant quelques timides pas de danse, Gamora peut compter sur l’aide de son acolyte pour motiver la foule à taper dans les mains et faire une vague géante qui, à coup sûr, aidera à saturer les capteurs thermoplasmiques pour de bon.

Gamora, qui semble de plus en plus enthousiaste, exécute alors quelques mouvements plus rythmés bien qu’encore un peu rigides. La pression est à son comble mais les capteurs finissent par exploser, saturés par les pas de danse endiablés et les prestations de air guitare de l’assemblée. Non peu fier d’avoir brillamment accompli cette mission et sans oublier de préciser qu’il s’agissait de son idée, Star-Lord félicite la foule et s’empare de son ghetto-blaster d’où s’échappe la mélodie de Ain't No Mountain High Enough interprétée par Marvin Gaye et Tammi Terrell. L’heure pour les Gardiens de rejoindre leur vaisseau et de quitter la planète Terre, sains et saufs, tandis que bébé Groot vient saluer une dernière fois la foule à travers l’écran de la plateforme.

À savoir : lors de l’édition 2019 de cette aventure, le très populaire Groot rejoint, en sève et en bois, Gamora et Star-Lord pour les aider à brouiller les capteurs thermoplasmiques grâce à son déhanché légendaire à travers la galaxie. Envoyé par Rocket sur Terre pour aider les Gardiens, Groot apporte ainsi son propre groove à la playlist de Peter Quill, notamment avec le titre Hooked On A Felling de Blue Swede mais aussi un peu de douceur avec Father And Son interprété par Cat Stevens.

La critique

rédigée par Romain Hinault
Publiée le 17 juillet 2019

Danse avec les Gardiens de la Galaxie est une humble animation lancée à l’occasion de l’arrivée des super-héros de l’univers Marvel dans le Parc Walt Disney Studios à l’été 2018 au cours de L’Été des Super Héros Marvel. Au côté du spectacle diurne Stark Expo Présente : Une Énergie Pour Demain ! (qui sera remplacé par Stark Expo : Place à un Avenir Meilleur ! en 2019) joué à Production Courtyard et de l’épique Marvel : L’Alliance des Super Héros orchestré au Studio Theater, Danse avec les Gardiens de la Galaxie vient ainsi apporter une touche énergique et décalée à la saison super-héroïque en l’honneur des personnages de l’écurie Marvel.

Jouant très clairement sur le ton de l’humour présent dans les productions cinématographiques mettant en scène Les Gardiens de la Galaxie et tirant profit du goût de Peter Quill pour les chefs d’œuvres musicaux des années 70 et 80, Danse avec les Gardiens de la Galaxie est une animation interactive et dynamique qui permet aux visiteurs de se détendre dans une ambiance bon enfant et festive. Cette animation, la seule composée des héros de la récente franchise de James Gunn, agit telle une madeleine de Proust tant la dimension “rétro” de ce spectacle est séduisante. Pendant que certains replongent dans leurs souvenirs, les plus jeunes visiteurs se délectent de découvrir quelques mélodies et pas de danse qui ont fait déhancher leurs aînés.

D’une vingtaine de minutes, l’animation permet aux spectateurs de prendre le temps de rentrer dans l’ambiance et de se laisser entraîner pour quelques pas. Le spectacle, joué quatre à cinq fois tout au long de la journée, est interprété en français et en anglais. Cet équilibre entre la langue de Molière et celle de Shakespeare donne ainsi la possibilité la majorité des spectateurs de comprendre l’intrigue et d’oser entrer dans la danse.

Les visiteurs sauront apprécier le jeu entre les Gardiens de la Galaxie présents sur scène qui maintiennent une tension co(s)mique tout au long du spectacle, l’enthousiasme de Peter Quill étant aussi extrême que l’agacement de Gamora et la naïveté de Groot. À noter à ce propos l’arrivée tout en chair (ou en bois) très attendue, pour l’édition 2019 de Danse avec les Gardiens de la Galaxie, de l’extraterrestre végétal et son célèbre “Je s’appelle Groot” qui apporte une dimension plus attachante à l'animation toute entière. Ce rajout, bien que très appréciable, modifie d'ailleurs le positionnement de l’histoire par rapport à l’univers de la saga et aux événements qui se déroulent entre le premier opus, Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 mais aussi au sein des films Avengers: Infinity War et Avengers: Endgame. Peut-être le présage de l’arrivée d’autres Gardiens pour les saisons Marvel à venir...

Bien que le scénario et la mise en scène soient conventionnels, les fans les plus avertis noteront les allusions aux Personnages issus de l’univers Marvel, même s’il ne sont pas présents sur scène à l’instar de bébé Groot ou Rocket, mais aussi une référence au célèbre Dark Vador, héros de la saga Star Wars. Le décor de l'animation est en revanche très minimaliste, une simple plateforme surélevée et un écran permettant à la majorité visiteurs de profiter du spectacle. À noter néanmoins la taille réduite de la scène qui ne permet pas d’accueillir l’ensemble des spectateurs - danseurs lors des grandes affluences, le niveau sonore de l’animation attirant pourtant facilement les personnes se situant aux abords de la Place des Stars.

D’autres hommages dansants aux Gardiens de la Galaxie sont présents dans d’autres Resorts à travers le monde. L’animation Danse avec les Gardiens de la Galaxie présentée à Disneyland Paris est, en effet, directement inspirée du spectacle Guardians of the Galaxy: Awesome Dance Off! inauguré le 27 mai 2017 à l’occasion de la saison “Summer of Heroes” dans le Parc Disney California Adventure dans laquelle Gamora et Star-Lord dansent avec les visiteurs, devant la tour du Collectionneur abritant l’attraction Guardians of the Galaxy – Mission: BREAKOUT!. Plus court et bénéficiant d’une moindre mise en scène, la version originale de Guardians of the Galaxy: Awesome Dance Off! possède néanmoins une playlist similaire à celle qui a été conservée pour le spectacle de Disneyland Paris. Chose notable toutefois : le Resort californien bénéficiait de la présence de Groot dès son ouverture. En 2017 toujours, une animation similaire a été programmée au Parc Shanghai Disneyland lors de la première édition des soirées d’Halloween du parc chinois. Le Parc floridien accueille, quant à lui, depuis le 9 juin 2018, Guardians of the Galaxy – Awesome Mix Live!, spectacle live plus grandiose et survitaminé, toujours au rythme de la playlist de Star-Lord.

Avec Danse avec les Gardiens de la Galaxie, le Resort parisien capitalise une nouvelle fois, à l’instar de ses confrères à travers le monde, sur le développement des licences acquises par The Walt Disney Company comme Star Wars ou Marvel. Profitant de ces nouvelles synergies, cette animation permet de développer un nouvel univers tout en s’adressant à des publics qui étaient jusqu’alors moins touchés par les Parcs à thèmes de la firme aux grandes oreilles. Elle constitue au final une animation énergique et convaincante qui trouve toute sa place aux côtés des deux spectacles phares de la saison dédiée aux super-héros Marvel.

Bien que d’une ambition limitée, Danse avec les Gardiens de la Galaxie relève le défi de plonger petits et grands, grâce à la musique et la danse, dans l’univers des super-héros les plus déjantés de la Galaxie.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.