Ricky Plesuski et son Assistant
Date de création :
Le 02 novembre 2001
Nom Original :
Ricky Plesuski and his Assistant
Apparition :
Cinéma
Jeux Vidéo
Télévision

Le portrait

rédigé par Thibaut Ange
Publié le 15 février 2021

Ricky Plesuski est l'un des nombreux personnages de second plan figurant au casting du film des studios Pixar Monstres & Cie (2001). Il est en fait l’un des treize monstres du niveau terreur de l’usine Monstres & Cie qui alimente la ville de Monstropolis en énergie grâce à la puissance extraite des cris des enfants terriens. Ainsi, chaque nuit, les équipes de choc de la compagnie traversent les portes des placards des chambres des bambins humains et les effraient pour recharger leurs piles d'énergie. L’usine emploie pour cela les meilleures terreurs d’élite, menées par le duo Jacques « Sulli » Sullivent et Robert « Bob » Razowski, et forme les nouvelles recrues qui seront les monstres de demain.

Ce monstre vert est une sorte de grande bouche sur pattes dotée de rangées de dents acérées, avec deux antennes supportant ses yeux et se déplace grâce à huit courtes pattes. Il est situé à la neuvième position du tableau des scores du niveau terreur, dont la tête est occupée par Sulli depuis des mois. Comme toutes les autres terreurs d’élite, Ricky Plesuski est accompagné d’un assistant chargé de lui préparer les portes des chambres d’enfant où il doit s’introduire, ainsi que les bonbonnes permettant de collecter l’énergie issue des cris des bambins terrorisés. Le sien est un monstre vert à trois yeux et aux cheveux longs, dont le nom n’est pas révélé.

Ricky Plesuski apparaît d’abord à la télévision, figurant dans la nouvelle publicité de l’usine Monstres & Cie que Bob et Sulli regardent un matin avant de partir travailler. Quelques instants plus tard, il apparaît dans le hall de l’usine, saluant Sulli qui arrive avec Bob pour entamer une journée de travail. Il fait son entrée au niveau terreur avec ses douze collègues pour une nouvelle session de récolte de cris d’enfants endormis. Avant que le coup d’envoi ne soit donné, son assistant lui brosse ses dents pointues, son principal atout pour faire peur.

Par la suite, Ricky et son assistant se font plus discrets, apparaissant au second plan dans les couloirs de l’usine, puis parmi les nombreux employés rassemblés à l’extérieur du bâtiment pour assister à l’arrestation d’Henri James Waternousse, le directeur, par les agents de la CDA. À la fin du film, lorsque Jacques Sullivent est devenu le directeur de l'usine et que les rires ont remplacé les cris comme source d'énergie de Monstropolis, Ricky n’apparaît pas mais son assistant, lui, est visible parmi les monstres travaillant dans le niveau terreur, un micro à la main.

L’assistant de Ricky Plesuski est réapparu dans Monster TV Treats, une série de très courts-métrages publicitaires diffusés en 2002 sur la chaîne ABC, à l’occasion de la sortie en VHS et DVD du film Monstres & Cie. Il figure au sein d’une équipe de football américain, écoutant les conseils des coachs Bob et Sulli, aux côtés d'autres monstres tels que Bill, George Sanderson, Waxford et Ted Pauley notamment. Ricky, lui, n’apparaît pas.


Monster TV Treats (2002)

Ricky revient furtivement dans le casting du préquel Monstres Academy (2013) narrant la rencontre de Bob et Sulli à l’époque où, adolescents, ils font leur entrée à la Monstres Academy. Élève de l’université, il apparaît au second plan parmi les élèves présents quand Bob Razowski arrive sur le campus. Il s'invite aussi au générique de fin du préquel : sa carte de terreur est en effet visible parmi celles d'autres monstres de l'univers des deux films.


Monstres Academy (2013)

Monstre de second plan n’ayant aucun rôle au cours de l’intrigue de Monstres & Cie, Ricky Plesuski est un pur personnage de figuration, tout comme son assistant.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.