Ted Pauley et son Assistant
Date de création :
Le 02 novembre 2001
Nom Original :
Ted Pauley and his assistant
Apparition :
Cinéma

Le portrait

rédigé par Thibaut Ange
Publié le 14 avril 2020

Ted Pauley est l'un des nombreux personnages de second plan figurant au casting du film des studios Pixar Monstres & Cie (2001). Il est l’un des treize monstres du niveau terreur de l’usine Monstres & Cie qui alimente la ville de Monstropolis en énergie grâce à la puissance extraite des cris des enfants terriens. Ainsi, chaque nuit, les équipes de choc de la compagnie traversent les portes des placards des chambres des bambins humains et les effraient pour recharger leurs piles d'énergie. L’usine emploie pour cela les meilleures terreurs d’élite, menées par le duo Jacques « Sulli » Sullivent et Robert « Bob » Razowski, et forme les nouvelles recrues qui seront les champions de demain.

Ce monstre violet aux gros bras et aux poings énormes possède des pics dans le dos et de multiples yeux (rien qu’une quinzaine) qui peuvent s'enlever et se remettre à volonté. Il est situé à la onzième position du tableau des scores du niveau terreur, dont la tête est occupée par Sulli depuis des mois. Comme toutes les autres terreurs d’élite, Ted Pauley est accompagné d’un assistant chargé de lui préparer les portes des chambres d’enfant qu'il doit visiter, ainsi que les bonbonnes permettant de collecter l’énergie issue des cris de bambins terrorisés. Cet assistant dont le nom n’est pas révélé est un petit monstre vert et visqueux ayant lui-même cinq yeux. Avant le début de la journée de travail, il aide d'ailleurs Ted à mettre les siens en place.

Ted Pauley est présent dans le restaurant Harryhausen le soir où la jeune Bouh fait son irruption au milieu des clients, déclenchant une panique générale et l’intervention des agents de la CDA. Son assistant, qui se trouve aussi parmi les convives lors de l’apparition de l’enfant, est interviewé en direct à la télévision pour expliquer ce qu’il a vu.

À la fin du film, lorsque Jacques Sullivent est devenu le directeur de l'usine et que les rires ont remplacé les cris comme source d'énergie de Monstropolis, Ted Pauley apparaît de nouveau parmi les monstres travaillant dans le niveau terreur.


L'assistant de Ted Pauley

Le Niveau Terreur

Le niveau Terreur (Scare Floor en version originale) est la salle centrale de l’usine Monstres & Cie. C’est dans ce grand hangar que les monstres terreurs d’élite, aidés de leurs assistants, collectent l’énergie fabriquée à partir des cris d’enfants. L’usine dispose en réalité de plusieurs niveaux, celui dans lequel évoluent Bob et Sulli étant le niveau F. Chacun de ces niveaux est placé sous la surveillance d’un manager, tel Jerry.

Au début de chaque journée de travail, les assistants sont chargés de préparer le matériel indispensable pour permettre à leur partenaire terreur d’élite d’être le plus efficace possible dans les chambres d’enfant. Pour chaque bambin, un dossier permet de connaître son visage, son âge, la disposition de sa chambre, ses points faibles identifiant ce qui peut le plus l’effrayer ainsi que les dernières visites de monstres qu’il a reçues. Le dossier contient aussi la carte personnelle et unique de l’enfant, qui permet d’activer sa porte et ainsi d’entrer dans sa chambre.

Chaque porte de chambre est également unique. Envoyée sur des rails de la salle de stockage jusqu’au poste de travail de chaque monstre, elle permet à chaque terreur d’élite qui la franchit de pénétrer dans le monde des humains pour effrayer un enfant endormi, et ainsi récolter ses cris comme source d’énergie. Les cris sont stockés dans une bonbonne jaune directement reliée à la chambre d’enfant.

Dans la grande salle du niveau Terreur, derrière chaque lieu de réception des portes, chaque assistant dispose d’un bureau sur lequel il peut stocker ses dossiers, qu’il ne faut pas oublier de remettre à la terrifiante Germaine à la fin de la journée !

Sur l’un des murs du hangar, un tableau des scores indique le classement des treize monstres du niveau Terreur selon la quantité de cris qu’ils ont collectée. Sulli occupe la première place du classement, suivi de près par Randall Bogue, habitué à traficoter son score en effectuant des heures supplémentaires la nuit…

Le nom de famille de Ted est un clin d’œil à Bob Pauley, artiste des studios Pixar qu’il a intégrés en 1993. Il y démarre sa carrière en tant que concepteur de personnages pour Toy Story, créant le personnage de Buzz l’Éclair. Par la suite, il travaille en qualité de directeur artistique pour 1001 Pattes (a bug's life) et de chef décorateur pour Monstres & Cie. Il a aussi participé à la production de Cars - Quatre Roues, Toy Story 3, Vice-Versa et Toy Story 4. Enfin, en tant que consultant, il a collaboré avec Walt Disney Imagineering pour la création de Cars Land ouvert en 2012 dans le Parc Disney California Adventure.

Ted Pauley est réapparu dans Monster TV Treats, une série de très courts-métrages publicitaires diffusés en 2002 sur la chaîne ABC, à l’occasion de la sortie en VHS et DVD du film Monstres & Cie. Ted Pauley y est vu participant à une partie de base-ball au cours de laquelle Bob Razoswki occupe le poste de lanceur de balle. Dans une autre séquence, il figure au sein d’une équipe de football américain, écoutant les conseils des coachs Bob et Sulli, aux côtés d'autres monstres tels que Bill, George Sanderson, Waxford et Lanky Schmidt notamment.


Monster TV Treats (2002)

Ted Pauley a aussi figuré dans deux jeux vidéo inspirés du film Monstres & Cie : Monsters, Inc. (Vicarious Visions, Natsume, 2001) et Monsters, Inc. Scream Arena (Radical Entertainment, 2002), titre dans lequel il est un personnage jouable.


Monsters, Inc. Scream Arena (2002)

Monstre de second plan n’ayant aucun rôle au cours de l’intrigue de Monstres & Cie, Ted Pauley est un personnage anecdotique, tout comme son assistant.

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.