Titre original :
Hero in the Family
Production :
Walt Disney Television
Date de diffusion USA :
Le 28 septembre 1986
Genre :
Science-fiction
Réalisation :
Mel Damski
Musique :
William Goldstein
Durée :
87 minutes

Le synopsis

Célèbre astronaute, le colonel "Digger" Reed, accompagné par le lieutenant Orville T. Starbright, un chimpanzé, est envoyé dans l'espace pour une ultime mission : ramener un échantillon d'un étrange cristal qui flotte autour de la Terre. Mais tandis qu'ils s'en approchent, une lointaine lumière les enveloppe et échange leurs cerveaux...

La critique

rédigée par
Publiée le 13 novembre 2021

Drôle de Héros est un téléfilm diffusé, en 1986, sur ABC dans l'émission hebdomadaire nouvellement intitulée The Disney Sunday Movie et héritière du show créé sur la même chaîne en 1954 par Walt Disney lui-même, sous le titre de Disneyland.

Les studios Disney réinvestissent avec Drôle de Héros un genre de productions dont ils s'étaient faits une spécialité au cinéma dans les années 60 et 70 (Un Pilote dans la Lune, The Misadventures of Merlin Jones, Un Neveu Studieux, Singes, Go Home !, Un Singulier Directeur), plaçant ainsi au centre du récit un personnage de chimpanzé. Cet animal présente, en effet, la particularité de disposer auprès du grand public d'un capital sympathie aussi fort et durable qu'instantané, permettant aisément de servir des trames burlesques à bon compte. Ici, le téléfilm ne réinvente pas la poudre et offre une dynamique courante dans les fictions mettant en scène un singe : celle d'un duo avec un jeune homme. Naturellement, qui dit chimpanzé, dit bêtises en tout genre et courses-poursuites dans tous les sens. Il est ainsi impossible de ne pas avoir dans ce genre de production au moins une chambre qui n'est pas mise sens dessus dessous par le singe sans oublier bien sûr un banquet qui tourne à la catastrophe avec des gâteaux qui volent dans la salle de réception. Ceci dit, même si le téléfilm est prévisible dans sa construction, cela n'enlève rien aux facéties amusantes du chimpanzé dont les mimiques sont certaines de plaire aux enfants.

Drôle de Héros aborde également un thème qui est très familier pour les fans Disney ! Intervertir le corps entre deux personnages est en effet une astuce narrative très présente dans le catalogue audiovisuel de la compagnie de Mickey qui remonte au film "live" de 1977 avec Jodie Foster, Un Vendredi Dingue, Dingue, Dingue. L'idée est alors tellement populaire que l'opus a droit à deux remakes : le premier à la télévision en 1995 dans Un Vendredi de Folie et le second au cinéma en 2003 dans Freaky Friday : Dans la Peau de ma Mère avec Jamie Lee Curtis et Lindsay Lohan ; les trois longs-métrages exploitant les affres du conflit de génération. Il faut également signaler le téléfilm de 1999 À Chacun Son Tour, qui reprend la même idée mais l'applique sur un mari et son épouse, permettant à un homme de découvrir les aléas de la vie de femme, et vice versa. Ici, Drôle de Héros change un peu l'idée en faisant intervertir un adulte dans le corps d'un chimpanzé. Pour autant, même si l'animal a bien l'esprit d'un humain, il n'a pas la capacité de parler tandis que l'humain avec l'esprit du chimpanzé régresse, baragouinant des phrases inintelligibles. L'idée est plutôt originale même si le but est de permettre au singe d'avoir le beau rôle tout en développant également une relation intéressante entre le père et le fils.

Drôle de Héros est aussi une comédie adolescente qui met en avant Benjamin Reed, le fils de Digger Reed, le célèbre cosmonaute. Le téléfilm aborde ainsi la difficulté pour l'adolescent de vivre dans l'ombre de son paternel. Ce dernier est admiré de tous, ce qui fait que ses camarades viennent, pour la plupart, le voir pour parler de son héros de père et non pour le connaître lui. Surtout qu'à la différence de l'astronaute, Benjamin est plutôt un scientifique préférant les études et ne cherche pas à devenir un héros ou même célèbre. Mais au-delà de ce que l'entourage pense de son père, l'adolescent a également du mal avec la personnalité de l'astronaute. Digger a il est vrai tendance à avoir un ego surdimensionné faisant qu'il n'écoute personne, et pense toujours être le meilleur en tout. Il est ainsi difficile pour Benjamin de se sentir exister pour ce qu'il est surtout quand son père, par mégalomanie, l'appelle "Junior" en sa qualité de fils de Digger Reed, et non par son propre prénom. Il s'agit tout de même de la pire des humiliations. La mésaventure qui va arriver à Digger en se retrouvant dans le corps d'un singe va alors lui permettre de remettre son ego à sa place et surtout de comprendre enfin de quoi son fils est capable.

Drôle de Héros propose également un certain nombre de courses-poursuites, d'allers-retours, d'évasions et d'effractions. Il faut dire que Benjamin est d'abord le seul à accepter l'idée que le chimpanzé Orville soit en réalité son père. Pour le faire revenir à la normale, il se doit de récupérer le cristal spatial à l'origine de leur mésaventure. Sauf que les responsables de la NASA ne croient pas un traître mot de l'histoire abracadabrantesque qu'il leur raconte en affirmant que l'esprit de l'astronaute serait désormais dans le corps du singe. Au contraire même, ils ont peur que le chimpanzé soit contaminé et veulent l'étudier pour ne pas dire le disséquer. Face aux opinions obtuses et aveugles des officiers, Benjamin va donc devoir sauver son père malgré eux avec l'aide de son meilleur ami Ralph et de sa petite amie Jessie. Il sera alors amusant de noter qu'à l'époque, il était très facile de rentrer à la NASA. Il faut dire que dans les années 80, la sécurité était bien moins drastique qu'aujourd'hui mais aussi que les productions pour enfants étaient bien plus naïves. En attendant, le téléfilm propose une succession de tentatives ratées pour obtenir le fameux cristal où tout est bon pour s'enfuir et échapper aux forces de sécurité. Il s'agit ainsi de se cacher dans les gaines d'aération, de pédaler à vélo pour servir de leurre ou encore d'emprunter une voiture ou un hélicoptère afin de fausser compagnie à la NASA. Dans ces deux derniers cas, la véritable prouesse est de voir le chimpanzé et non l'adolescent conduire les véhicules ! Cet aspect improbable amène alors un côté un peu grandiloquent et exagéré qui donne en fait tout son charme et son originalité au téléfilm. Il en est de même de la petit touche de science-fiction dans son final. La machine servant à rendre l'apparence normale à Orville et Digger est une invention faite de bric et de broc comme les films pour enfants mettant en scène des inventeurs, en herbe ou non, aimaient en proposer dans les années 80. Dans le même genre, les fans Disney pensent bien sûr à Chérie, J'ai Rétréci les Gosses ou à Comment Épouser sa Prof Quand on a Quatorze Ans ?.

Drôle de Héros offre un casting plutôt convaincant.
Christopher Collet sert ainsi un Benjamin Reed vraiment sympathique. Écrasé par l'ego et la popularité de son père, il essaye tant bien que mal d'exister surtout qu'il a tendance à être plus effacé et plus humble que lui alors qu'il est plus intelligent. Quand son père est en danger, il montre en plus une grande capacité de débrouillardise et de courage.
Digger Reed est lui joué par Cliff De Young, du moins au début du téléfilm. Il se montre particulièrement sûr et fier de lui. Son ego a un côté un peu énervant même il n'en est pas pour autant insupportable. L'acteur s'amuse ensuite pendant les trois quarts du long-métrage à avoir un QI de chimpanzé, ne prononçant alors que des gargouillis et ne mangeant que des bananes.
Parmi le reste du casting, il sera aussi apprécié Annabeth Gish dans le rôle de Jessie, la petite amie de Benjamin ; Darleen Carr dans celui de Lisa Reed, la mère de Benjamin et l'épouse de Digger ; Keith Dorman dans celui de Ralph, le meilleur ami de Benjamin ; et enfin M. Emmet Walsh dans celui du Général Presser, l'officier borné de la NASA.

Drôle de Héros est une gentille comédie, très marquée années 1980, mélangeant pitreries de singes, courses-poursuites en rafale et un zeste de science-fiction.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.