Les Tribulations d'Hector le Chien
(The Million Dollar Collar)

Les Tribulations d'Hector le Chien (The Million Dollar Collar)
L'écran titre
Titre original :
The Ballad of Hector the Stowaway Dog
Production :
Walt Disney Productions
Date de diffusion USA :
Le 05 janvier 1964
(première partie : Where the Heck is Hector ?)
Le 12 janvier 1964
(deuxième partie : Who the Heck is Hector ?)
Genre :
Comédie dramatique
Date de sortie cinéma Angleterre :
1967
Réalisation :
Vincent McEveety
Musique :
Oliver Wallace
Richard M. Sherman
Robert B. Sherman
Durée :
90 minutes

Le synopsis

Chien d’un officier de la marine marchande, Hector s’égare lors d’une escale à Lisbonne. Capturé par des contrebandiers, il se voit bien vite utilisé comme mulet dans une affaire de trafic de diamants. Mais c’est sans compter sur son sens inné de la justice et du droit...

La critique

rédigée par
Publiée le 26 janvier 2021

Les Tribulations d'Hector le Chien est un téléfilm diffusé dans le cadre de l'émission de la chaîne américaine NBC, Walt Disney's Wonderful World of Color.

En 1961, Walt Disney claque la porte de la chaîne ABC après sept années de bons et loyaux services au cours desquelles il présente le show Disneyland. Refusant de se faire enfermer dans un genre, il décide, en effet, de rejoindre NBC qui lui offre de nouvelles et grandes opportunités pour développer son savoir-faire naissant en matière d'œuvres de télévision. Le papa de Mickey dispose désormais non seulement d'un budget plus conséquent mais aussi d'une très large autonomie dans le choix de ses programmes là où, justement, ABC lui imposait la production de westerns à la Davy Crockett. Le transfert d'une chaîne à l'autre offre également aux productions télévisuelles de Disney l'avantage de la couleur. Ni une, ni deux, l'émission Disneyland se mue en logiquement nommée Walt Disney's Wonderful World of Color, dès septembre 1961. L'une des toutes premières conséquences visibles de l'arrivée sur NBC est la disparition progressive des séries à nombreux épisodes (Texas John Slaughter...) au profit de téléfilms de qualité, limités à deux ou trois parties (Le Prince et le Pauvre, Escapade in Florence...).

Les Tribulations d'Hector le Chien est assurément typique des productions « animalières » réalisées par les studios Disney dans les années 60 du vivant de Walt. Ce téléfilm, qui adapte le roman Hector, the Stowaway Dog de Kenneth Dodson, est en effet un mélange d'une comédie d'animaux (dans la lignée de Sammy, Le Phoque) et d'un polar de type européen (à l'exemple de La Baie aux Emeraudes en nettement plus sage toutefois). Son récit, qui se divise en deux parties, localisées pour la première au Portugal et pour la seconde en Espagne, permet d'apporter une atmosphère européenne dépaysante. Le téléfilm propose ainsi, aux détours de quelques scènes, des images des danses locales à l'image de la série de court-métrage des People and Places ; Walt Disney gardant comme objectif de divertir et d'instruire son public. La première partie se concentre alors plus sur la comédie de situation avec de nombreuses chutes même si l'aventure est bout du chemin entre le léopard qui s'enfuit de sa cage et le patron du cirque qui organise le kidnapping du chien Hector. La deuxième partie est, elle, policière avec le pauvre chien qui est choisi pour passer en douce des diamants volés en les cachant dans son collier. Là aussi, le téléfilm propose une course-poursuite mouvementée et, même si le téléspectateur ne frissonne pas pour le héros à quatre pattes car il sait que tout va se finir bien, la fiction offre tout de même de belles scènes emblématiques comme celle dans l'enclos du taureau de corrida.

Deux personnages humains sortent du lot. Au début du téléfilm, Hector se trouve être le chien du second d'un navire marchand joué par l'acteur plutôt convaincant Craig Hill. Se dénommant Bill Mantel, il est alors un maître bon et gentil avec son animal, les deux étant liés l'un à l'autre par une forte amitié. Mais le marin a bien du mal à faire accepter Hector sur le bateau car le capitaine a une préférence pour les chats. Lors d'une escale au Portugal, un propriétaire de cirque, passager temporaire du navire, fomente alors l'enlèvement du chien qu'il trouve particulièrement intelligent, afin de l'utiliser pour des spectacles. Bill le cherche en vain toute la journée mais doit malheureusement reprendre la mer sur ordre de son capitaine. Le jeune homme repart donc le cœur brisé de devoir abandonner son compagnon canin.
Hector échappe ensuite vite à son kidnappeur mais arrive trop tard au port : le bateau de son maître ayant déjà levé l'ancre. Heureusement, il croise en chemin un autre marin, Max Reiner (dont le rôle est tenu par l'excellent Guy Stockwell) qui va le recueillir sur son navire. Ce dernier avait aidé, plus tôt dans la journée, son maître dans une bagarre provoquée par les employés du cirque afin de détourner son attention. Max prévient alors Bill par radio qu'il a retrouvé son chien et qu'il le rapportera lors de l'escale de leurs bateaux respectifs à Barcelone en Espagne. Mais ce que Max ne sait pas, c'est que son passé de cambrioleur va le rattraper et qu'il va devoir utiliser le pauvre Hector pour se sortir d'un mauvais pas.
Les deux personnages sont vraiment attachants, que cela soit Bill le maître droit et honnête ou Max qui, certes plus vaurien, garde un bon fond et surtout apprécie, lui aussi, beaucoup Hector. Le passage entre les deux personnages se fait d'ailleurs plutôt subtilement à travers la scène de la bagarre sur une terrasse de café permettant ainsi de les faire se croiser tous les deux.

Derrière la caméra, c'est un réalisateur connu des studios Disney, Vincent McEveety, qui se charge de mettre en image l'aventure. Il s'agit ici de sa première réalisation pour les studios Disney. Né le 10 août 1929, il se fait un nom dans le monde de la télévision pour avoir signé de nombreux épisodes de séries cultes comme Les Deux Font la Paire, Supercopter, Les Incorruptibles, Star Trek, Magnum, Columbo, Arabesque, Huit, ça Suffit, Perry Mason, Bonanza... Les studios Disney remplissent toutefois l'essentiel de sa carrière. Ainsi, après Les Tribulations d'Hector le Chien, il travaille ensuite aussi bien sur des longs-métrages de cinéma comme La Cane aux Œufs d'Or (1971), Les Aventures de Pot au Feu (1972), Charley et l'Ange (1973), Superdad (1974), Un Cowboy à Hawaï (1974), L'Homme le Plus Fort du Monde (1975), Gus (1976), Le Trésor de Matacumba (1976), La Coccinelle à Monte-Carlo (1977), Le Retour du Gang des Chaussons aux Pommes (1979) ou La Coccinelle à Mexico (1980), que des téléfilms comme Smoke (1970), Menace on the Mountain (1970), Le Fantôme des Cyprès (1977) ou Ask Max (1986), ou encore des séries télévisées comme Herbie, the Love Bug (1982) et Chevalier Lumière (1986).
Il sera aussi noté la participation des frères Richard M. Sherman et Robert B. Sherman qui composent la chanson Hector, chantée par le groupe The Yatchmen, qui revient régulièrement au cours du téléfilm.

Les Tribulations d'Hector le Chien fleure bon le charme des fictions familiales des années 60 et, plus encore, celles portant la patte de Disney : ce petit air de légèreté qui témoigne d'une époque télévisuelle où tout semblait devoir aller de soi, sans anicroche particulière, mais avec le zeste de piment d'action pour tenir en haleine les enfants de l'époque !

A noter :
Le téléfilm a été diffusé au cinéma, à l'international, en 1967, dans une version raccourcie à une heure (il perd un quart d'heure par partie) et sous un nouveau titre (The Million Dollar Collar au lieu de The Ballad of Hector the Stowaway Dog) histoire de l'assoir dans la catégorie du polar. Les coupes opérées sont cependant si brutales que l'opus tout entier perd en cohérence et accumule des scènes tombant comme un cheveu sur la soupe. L'ensemble devient alors plutôt décousu, de nature à perdre le spectateur en cours de route. Ainsi, le changement de maître peine à convaincre tant il apparaît dans cette version artificiel, motivé qu'il est à servir un rebondissement qui semble alors poussif et laborieux.

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.