La Vingtaine

Titre original :
Twenty Something
Production :
Pixar Animation Studios
Date de mise en ligne USA :
Le 10 septembre 2021 (Disney+)
Série :
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Aphton Corbin
Musique :
ASTU
Durée :
7 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Le jour de son 21e anniversaire, alors qu'elle part fêter l'évènement en boite avec sa sœur, Gia a toujours du mal à se comporter comme une adulte...

La critique

rédigée par
Publiée le 13 octobre 2021

La Vingtaine est le neuvième court-métrage Pixar de son programme intitulé SparkShorts.

En 2017, John Lasseter, alors toujours responsable de Pixar, impressionné par Piper qui vient de gagner l'Oscar du Meilleur Court-Métrage, choisit de renforcer la production de courts-métrages. Il décide ainsi que les studios de Luxo Jr. mettent en place un tout nouveau programme de réalisation de cartoons, intitulé SparkShorts. Le but est de permettre à chaque membre du studio, qu'il soit réalisateur, animateur ou technicien, d'avoir la possibilité de réaliser son propre dessin animé personnel. Pixar offre dans cette optique à chaque artiste six mois et quelques ressources techniques et financières pour mettre en œuvre son projet. La nouvelle série SparkShorts offre donc un ton spécifique et une vision artistique différente de ce qu'a produit l'ADN de Pixar jusque-là. Si les studios à la lampe de bureau s'étaient, il est vrai, déjà fait remarquer en laissant des artistes venus de diverses cultures proposer des courts-métrages sortant des sentiers battus à l'exemple de Sanjay et sa Super Équipe ou Bao, ici, les cartoons vont encore plus loin, se permettant aussi de viser, de temps en temps, un public différent de celui de Pixar : oubliée la cible familiale, les SparkShorts peuvent aussi proposer des cartoons qui ne parlent qu'aux adultes.

Les trois premiers SparkShorts, Purl, Écraser et Ramasser et Chatbull, sont d'abord proposés au cinéma durant une semaine, à partir du 18 janvier 2019, mais uniquement dans la salle du El Capitan Theatre à Los Angeles ; ce cinéma mythique d'Hollywood appartenant à The Walt Disney Company. Tous sont ensuite mis en ligne sur YouTube au rythme d'un par semaine, en commençant par Purl le 4 février 2019. Trois autres cartoons sont annoncés dans la foulée, L'EnvolWind et Renée, mais eux sont prévus pour sortir directement et uniquement sur la plateforme Disney+ qui ouvre sur le marché américain le 12 novembre 2019. Au final, ils sont diffusés également dans la salle du El Capitan Theatre à partir du 26 septembre 2019 tandis qu'au lancement de Disney+, quatre sont finalement proposés : Purl, Écraser et Ramasser, Chatbull ainsi que L'Envol. Wind arrive lui sur la plateforme le 13 décembre 2019 tandis que Renée est mis en ligne le 10 janvier 2020. Le septième de la série, Out, débarque lui directement sur Disney+ le 22 mai 2020. Mon Terrier était prévu un temps pour sortir au cinéma en avant-première de Soul, le 20 novembre 2020. Mais suite au passage du long-métrage sur Disney+ à cause de la crise sanitaire de la Covid-19, le court-métrage arrive finalement au même endroit et à la même date, le 25 décembre 2020. Les neuvième et dixième opus, respectivement La Vingtaine et Nona, sortent à une semaine d'intervalle les 10 et 17 septembre 2021.

Le cartoon est réalisé et écrit par Aphton Corbin. Après des études à CalArts, la jeune artiste débute chez Pixar en 2016 où elle travaille sur l'histoire de Toy Story 4 avant d'être assignée au même poste sur Soul. Pour le programme SparkShorts, elle prête sa voix à un personnage de Purl tandis qu'elle se charge également du récit de Renée. Finalement, elle décide de franchir le pas en tentant à son tour sa chance à la réalisation avec La Vingtaine. Pour elle, il s'agit d'un sacré challenge. Sur les longs-métrages, en tant qu'artiste de récit et de storyboard, elle intervient en effet en début de processus dans la création d'un film avant de passer à un autre projet alors que le précédent part juste en production pour sa mise en image définitive. Pour La Vingtaine, après la construction du récit, son poste de réalisatrice nécessite qu'elle suive le développement du court-métrage au fur et à mesure, à chaque étape, jusqu'à sa conception complète. L'artiste avoue que le processus est passionnant et qu'il est particulièrement gratifiant de voir ses idées prendre forme petit à petit.

La Vingtaine est donc un bel hommage à l'étape essentielle qu'est le passage à l'âge adulte avec toutes les inquiétudes que cela comporte. Dans le court-métrage, Gia a enfin 21 ans et, comme toutes les Américaines de son âge, a enfin le droit légalement de rentrer en boite et de commander de l'alcool. En d'autres termes, elle est enfin majeure ! Sauf que pour cette première fois, elle ne sent absolument pas à sa place, se trouvant maladroite et illégitime. À travers l'exemple de Gia, le cartoon propose alors une excellente métaphore sur le conflit de personnalité qui s'entrechoque dans l'esprit de chacun. Dans la vraie vie, en effet, certaines personnes réagissent de façon inappropriée dans certaines circonstances comme si elles avaient régressé en âge mental. En fonction des situations, un « moi » moins âgé prend alors les commandes, faisant souvent que les réactions de l'individu apparaissent en inadéquation avec son âge véritable. La Vingtaine part ainsi sur cette idée grâce à une superbe représentation visuelle. Le corps de Gia est ainsi constitué de trois corps cachés sous son manteau : la jeune fille qu'elle était à seize ans, à dix ans et un an. Et pour être sûr que le spectateur comprenne réellement ce qu'elles sont, chacune voit son âge indiqué sur son habit. Il est d'ailleurs amusant de noter qu'ici la somme des trois est supérieure au véritable âge du personnage ; la somme des trois ne l'aidant d'ailleurs pas pour autant à être une personne responsable pleine d'assurance. En fonction des situations, l'une prend donc les commandes du corps de Gia, amenant souvent des catastrophes car ses gestes ou ses réactions sont incongrus par rapport à ce qu'attend son interlocuteur en face d'elle. Le court-métrage se termine tout de même de façon positive en montrant que la jeune fille arrive finalement à reprendre le contrôle de sa psyché en retrouvant confiance en elle et réagissant enfin comme une fille de son âge. À ce moment-là, elle est enfin en mesure de voir que les gens qui l'entourent laissent également de temps à temps un de leurs jeunes « moi » enfouis au fond de leur propre personnalité prendre le dessus.

Si Aphton Corbin a rapidement compris qu'elle voulait trois âges différents pour représenter les différentes personnalités de Gia, elle a du mal à trouver les âges idéaux. L'adolescente lui est rapidement venue en tête car c'est l'âge de toutes les angoisses et de tous les émois, et le cartoon le montre d'ailleurs parfaitement bien. Si elle imaginait d'abord utiliser un enfant de cinq ans, elle a finalement plutôt opté pour un bébé d'un an. En effet, à cet âge, les besoins sont surtout primitifs comme manger ou s'amuser. Cela permet ainsi d'apporter au récit des moments plus cocasses et pleins d'humour. Enfin, le troisième âge a été le plus compliqué à retenir pour finalement s'arrêter sur celui de dix ans. Pour la réalisatrice, c'est en effet un âge où tout semble simple et où chacun pense avoir compris la vie et sait où il veut aller. Il est d'ailleurs amusant de voir que des trois personnalités, celle qui tient les rennes n'est pas la personnalité de seize ans, la plus âgée des trois, mais bien celle de dix ans ayant le plus d'assurance. L'aspect visuel joue enfin un rôle important dans La Vingtaine. En s'inspirant de graphiques simples vus dans de vieilles publicités ou des animés très stylisés, il offre des images aux dessins très personnels avec une animation 2D superbement réussie.

La Vingtaine est un joli court-métrage intelligent qui sait parfaitement retranscrire la difficulté de grandir et de devenir adulte.

Poursuivre la visite

1984 • 2021

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.