Out
L'affiche
Titre original :
Out
Production :
Pixar Animation Studios
Date de mise en ligne USA :
Le 22 mai 2020 (Disney+)
Série :
Genre :
Animation 2D / Animation 3D
Réalisation :
Steven Clay Hunter
Musique :
Jake Monaco
Durée :
9 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Greg appréhende de faire son coming-out à ses parents. Un événement imprévu, et un peu magique, va lui permettre de franchir cette étape délicate...

La critique

rédigée par
Publiée le 03 juin 2020

Out est le septième court-métrage Pixar de son programme intitulé SparkShorts.

En 2017, John Lasseter, alors toujours responsable de Pixar, impressionné par Piper qui vient de gagner l'Oscar du Meilleur Court-Métrage, choisit de renforcer la production de courts-métrages. Il décide ainsi que les studios de Luxo Jr. mettent en place un tout nouveau programme de réalisation de cartoons, intitulé SparkShorts. Le but est de permettre à chaque membre du studio, qu'il soit réalisateur, animateur ou technicien, d'avoir la possibilité de réaliser son propre dessin animé personnel. Pixar offre dans cette optique à chaque artiste six mois et quelques ressources techniques et financières pour mettre en œuvre son projet. La nouvelle série SparkShorts offre donc un ton spécifique et une vision artistique différente de ce qu'a produit l'ADN de Pixar jusque-là. Si les studios à la lampe de bureau s'étaient, il est vrai, déjà fait remarquer en laissant des artistes venus de diverses cultures proposer des courts-métrages sortant des sentiers battus à l'exemple de Sanjay et sa Super Équipe ou Bao, ici, les cartoons vont encore plus loin, se permettant aussi de viser, de temps en temps, un public différent de celui de Pixar : oubliée la cible familiale, les SparkShorts peuvent aussi proposer des cartoons qui ne parlent qu'aux adultes.

Les trois premiers SparkShorts, Purl, Écraser et Ramasser et Chatbull, sont d'abord proposés au cinéma durant une semaine, à partir du 18 janvier 2019, mais uniquement dans la salle du El Capitan Theatre à Los Angeles ; ce cinéma mythique d'Hollywood appartenant à The Walt Disney Company. Tous sont ensuite mis en ligne sur YouTube au rythme d'un par semaine, en commençant par Purl le 4 février 2019. Trois autres cartoons sont annoncés dans la foulée, L'EnvolWind et Renée, mais eux sont prévus pour sortir directement et uniquement sur la plateforme Disney+ qui ouvre sur le marché américain le 12 novembre 2019. Au final, ils sont diffusés également dans la salle du El Capitan Theatre à partir du 26 septembre 2019 tandis qu'au lancement de Disney+, quatre sont finalement proposés : Purl, Écraser et Ramasser, Chatbull ainsi que L'Envol. Wind arrive lui sur la plateforme le 13 décembre 2019 tandis que Renée est mis en ligne le 10 janvier 2020. Le septième de la série, Out, débarque lui directement sur Disney+ le 22 mai 2020.

Le cartoon est réalisé et écrit par Steven Clay Hunter. L'artiste débute sa carrière au sein des studios Pixar à la fin des années 90 en qualité d'animateur sur le film 1001 Pattes (a bug's life). Il travaille ensuite sur Toy Story 2, Monstres & Cie, Le Monde de Nemo, Les Indestructibles, WALL•E, Rebelle, Le Voyage d'Arlo, Les Indestructibles 2 et Toy Story 4 mais aussi sur les courts-métrages Baby-Sitting Jack-Jack, Extra-Terrien, Toy Story : Angoisse au Motel, Purl ou Écraser et Ramasser. Out représente ainsi sa toute première incursion en tant que réalisateur. Et comme l'indique le cartoon à son début, il est inspiré de faits réels.

La représentation de l’homosexualité dans les films Pixar a longtemps fait partie des interdits - cela était impensable - puis des tabous - cela n’était pas envisagé comme possible. Il faut ainsi attendre 2019 et Toy Story 4 pour mettre fin à ce manque de diversité, ceci en misant sur un couple de femmes venant déposer puis récupérer son enfant à l’école maternelle. L’allusion est là évidente et il n’est pas besoin de recherches particulières pour le comprendre. L'année suivante, En Avant va encore plus loin avec un personnage lesbien qui dispose d’une ligne de dialogue rendant son orientation sexuelle limpide. Une audace qui vaudra d’ailleurs au film de se voir censuré ou interdit dans certains pays... Out propose, lui, le tout premier personnage principal officiellement gay et dont l'histoire tourne autour du coming-out qu'il n'arrive pas à faire à ses parents.

Le court-métrage Pixar arrive à être incroyablement réaliste et touchant avec ses personnages et leurs sentiments tout en apportant une petite touche de magie qui lorgne plutôt vers les productions Disney. Greg coule ainsi le parfait amour avec Manuel et s'apprête à déménager avec lui à l'autre bout du pays. Si la justification de ce départ est sans doute professionnelle, il s'avère aussi que les kilomètres sont surtout un moyen pour Greg de ne pas avoir à avouer à ses parents son homosexualité. Il n'ose en effet pas franchir le pas car au fond de lui, il a peur de leur réaction et appréhende qu'ils aient de la peine ou pire le rejettent. Il préfère donc se taire plutôt que d'affronter une vérité qu'il serait incapable de gérer. Manuel, son compagnon, veut lui qu'il soit honnête avec eux mais aussi avec lui-même. Il sait en fait qu'il ne sera jamais totalement heureux tant qu'il cachera qui il est vraiment, en particulier à ses propres parents. Out est ainsi particulièrement touchant car il arrive à retranscrire parfaitement les émotions de ses personnages sans forcément se perdre dans des dialogues à rallonge. Ce sont plutôt les gestes désespérés de Greg et l'agacement de Manuel qui permettent de comprendre ce qu'ils ressentent. Le cartoon s'attache aussi à explorer une autre facette de la situation : les sentiments de la mère qui voit son fils incapable de se confier à lui. Pour y arriver, Out a alors l'excellente idée d'échanger l'esprit de Greg avec son chien Jim, un peu à la façon de Freaky Friday. La loufoquerie de l'astuce permet ainsi de mettre en avant les doutes, les appréhensions mais aussi l'amour de la mère du jeune homme. Greg se rend alors compte qu'elle a déjà compris qui était son fils, et surtout, qu'elle l'aimait et l'acceptait tel qu'il est. Elle souffre juste qu'il ne communique plus avec elle ou son père comme il le faisait auparavant.

Out est une œuvre importante chez Pixar car il montre vraiment de façon sincère et authentique ce que nombreux jeunes homosexuels ressentent. Il est surtout un formidable message d'espoir car en se plaçant à la fois du côté de Greg et de sa mère, il dépeint les deux aspects de ce passage obligé dans la vie d'un jeune gay. Il montre aussi aux adolescents que très souvent, les parents savent déjà qui ils sont et qu'ils les aimeront quoiqu'il arrive. Le court-métrage leur donnera peut-être le courage que Greg a mis du temps à avoir. Il permet aussi à un grand nombre, homosexuels comme hétérosexuels, parents comme enfants, de comprendre comment pour un gay, le fait d'avouer sa véritable identité est un acte difficile et courageux. Ceux qui ne sont pas concernés par ce passage obligé ne se rendent, en effet, peut-être pas compte de la difficulté émotionnelle qu'il exige. Steven Clay Hunter propose ainsi une histoire autant personnelle qu'universelle. Enfin, il ose aussi le premier baiser gay de chez Pixar, offrant un joli moment de simplicité.

D'un point de vue narratif et esthétique, le twist magique n'était pas fatalement nécessaire. L'apparition du chien et du chat qui descendent de leur arc-en-ciel façon ange gardien queer est certes caricaturale mais elle est avant tout drôle, d'autant que les deux animaux ont une personnalité qui est en adéquation parfaite avec leur représentation de la race canine et féline dans l'inconscient collectif, bonne pâte pour l'une et cynique pour l'autre. L'échange d'esprit entre Greg et son chien est en revanche nécessaire pour bien montrer les sentiments de la mère, d'une part, et de son fils, d'autre part. Seul bémol, les facéties du corps de Greg avec l'esprit du chien Jim sont par trop extravagantes, sauf à accepter l'idée que ces scènes sont là pour alléger un récit somme toute lourd, apportant un petite touche de loufoquerie.

Graphiquement, Out se permet d'utiliser une technique peu mise en avant chez Pixar et qui avait plutôt été vue chez Disney, notamment dans le court-métrage Le Festin. Il propose ainsi un rendu 3D avec une impression de 2D, le tout sur des couleurs mélancoliques et automnales dans la réalité et très rose et mauve lors des moments magiques. Enfin, pour les férus de clins d'oeil, il sera possible de reconnaître Siffli, le personnage de Toy Story 2, en tant que jouet pour chien mais aussi la lampe tirée de Luxo Jr..

Out est un superbe court-métrage qui sait parfaitement retranscrire la difficulté émotionnelle d'un coming-out. Il faut féliciter Pixar d'avoir enfin proposé une œuvre prônant la diversité et qui permettra à certains jeunes de trouver espoir et courage dans leur propre évolution personnelle mais aussi aux parents de décomplexer leurs enfants sur le sujet et de les inviter à se livrer.

Poursuivre la visite

1984 • 2020

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.