Cougar Town
Saison 1

Cougar Town - Saison 1
L'affiche
Titre original :
Cougar Town - Season 1
Production :
ABC Studios
Doozer
Coquette Productions
Date de diffusion USA :
23 septembre 2009 - 19 mai 2010
Genre :
Comédie
Création :
Bill Lawrence
Kevin Biegel
Musique :
WAZ
Durée :
528 minutes
Cougar Town - Autre(s) saison(s) :
Saison 01
Saison 02
Saison 03
Saison 04
Saison 05
Saison 06
Disponibilité(s) en France :

Liste et résumés des épisodes

1. Pilot
Bienvenue à Cougar Town
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 1
Date de diffusion USA : 23 septembre 2009
Réalisé par : Bill Lawrence
Durée : 22 minutes
Célibataire à quarante ans, Jules se retrouve malgré elle à fricoter avec un jeune homme…
2. Into the Great Wide Open
Seconde Jeunesse
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 2
Date de diffusion USA : 30 septembre 2009
Réalisé par : Chris Koch
Durée : 22 minutes
Jules, privée de jeunesse, décide de faire la fête à outrance avec sa folle collègue Laurie…
3. Don't do me Like That
C'est pour ce Soir
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 3
Date de diffusion USA : 7 octobre 2009
Réalisé par : Gail Mancuso
Durée : 22 minutes
Après avoir imposé à Josh de chastes rendez-vous, Jules doit se préparer pour le grand soir…
4. I Won't Back Down
Ébats Intimes
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 4
Date de diffusion USA : 14 octobre 2009
Réalisé par : Michael Spiller
Durée : 22 minutes
Jules veut faire admettre à son voisin Grayson, lui aussi divorcé, qu’ils se trouvent attirants…
5. You Wreck Me
L’Art du Baiser
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 5
Date de diffusion USA : 21 octobre 2009
Réalisé par : Jamie Babbit
Durée : 22 minutes
Afin de passer plus de temps avec Josh, Jules confie à Laurie de nouvelles responsabilités…
6. A Woman in Love (It's Not Me)
Amoureuse
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 6
Date de diffusion USA : 28 octobre 2009
Réalisé par : Ken Whittingham
Durée : 22 minutes
Jules décide de provoquer sa toute première rupture quand Josh lui annonce qu’il l’aime…
7. Don't Come Around here no More
Le Barbecue Hebdomadaire
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 7
Date de diffusion USA : 4 novembre 2009
Réalisé par : Sanjay Shah
Durée : 22 minutes
Grayson parie avec Jules qu’elle ne peut passer la journée seule, sans s’occuper de ses amis…
8. Two Gunslingers
L’Anniversaire
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 8
Date de diffusion USA : 18 novembre 2009
Réalisé par : Phil Traill
Durée : 22 minutes
Jules fête son anniversaire en compagnie de son amie Ellie et de Laurie, qui se détestent…
9. Here Comes my Girls
La Femme Idéale
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 9
Date de diffusion USA : 25 novembre 2009
Réalisé par : Lee Shallat Chemel
Durée : 22 minutes
Thanksgiving est l’occasion pour Jules et ses amis de rencontrer la copine de son fils Travis…
10. Mystery Man
Un Drôle de Client
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 10
Date de diffusion USA : 9 décembre 2009
Réalisé par : John Putch
Durée : 22 minutes
Jules est à la fois exaspérée et attirée par Jeff, un client de son âge confiant mais charmant…
11. Rhino Skin
Les Complexes
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 11
Date de diffusion USA : 6 janvier 2010
Réalisé par : Millicent Shelton
Durée : 22 minutes
La froide dermatologue de Jules est également la nouvelle conquête de son ex-mari Bobby...
12. Scare Easy
Une Relation trop Sérieuse
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 12
Date de diffusion USA : 13 janvier 2010
Réalisé par : Chris Koch
Durée : 22 minutes
Jules semble filer le parfait amour avec Jeff, sous les yeux impuissants de Bobby et Grayson…
13. Stop Dragging my Heart Around
Ma Possibilité
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 13
Date de diffusion USA : 20 janvier 2010
Réalisé par : Michael McDonald
Durée : 22 minutes
À nouveau célibataires, Laurie regrette d’avoir couché avec Grayson et Jules avec Bobby…
14. All the Wrong Reasons
De Bien Mauvaises Raisons
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 14
Date de diffusion USA : 3 février 2010
Réalisé par : Michael Spiller
Durée : 22 minutes
Jules est surprise quand Ellie lui reproche de faire preuve d’égocentrisme depuis son célibat…
15. When a Kid Goes Bad
La Mauvaise Éducation
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 15
Date de diffusion USA : 10 février 2010
Réalisé par : Michael McDonald
Durée : 22 minutes
Seuls célibataires pour la Saint-Valentin, Jules propose à Grayson de la passer ensemble…
16. What Are you Doin' in my Life?
Ma mère, cette Barjo
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 16
Date de diffusion USA : 3 mars 2010
Réalisé par : Gail Mancuso
Durée : 22 minutes
Jules aide Laurie à acquérir son premier appartement, jusqu’à l’arrivée de sa nocive mère…
17. Counting on You
Les Bons Copains
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 17
Date de diffusion USA : 10 mars 2010
Réalisé par : Gail Mancuso
Durée : 22 minutes
Malgré les avertissements de Grayson, Jules interprète mal la promiscuité de son voisin Tom…
18. Turn this Car Around
Un Mois d'Abstinence
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 18
Date de diffusion USA : 24 mars 2010
Réalisé par : John Putch
Durée : 22 minutes
Jules remet en cause ses projets d’avenir suite à un petit moment d’inattention en voiture...
19. Everything Man
Tout à la Fois
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 19
Date de diffusion USA : 31 mars 2010
Réalisé par : Michael McDonald
Durée : 22 minutes
Lors de l’inauguration de sa salle de bain, Jules rencontre Sara, la petite amie de Grayson…
20. Wake up Time
Les Hommes de sa Vie
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 20
Date de diffusion USA : 14 avril 2010
Réalisé par : John Putch
Durée : 22 minutes
Jules se mêle des histoires de cœur de Travis, tout en faisant les frais de la jalousie de Sara...
21. Letting You Go
Drôles de Drames
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 21
Date de diffusion USA : 28 avril 2010
Réalisé par : Michael McDonald
Durée : 22 minutes
Travis attend les réponses de deux facs, tandis que Jules espère qu’il choisira la plus proche...
22. Feeling a Whole Lot Better
Amis-Amants
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 22
Date de diffusion USA : 5 mai 2010
Réalisé par : John Putch
Durée : 22 minutes
Jules et Grayson décident de faire amis/amants en espérant préserver leur groupe d’amis…
23. Breakdown
Le Nouveau Lauréat
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 23
Date de diffusion USA : 12 mai 2010
Réalisé par : Bill Lawrence
Durée : 22 minutes
Fière de son fils, Jules encourage Travis à écrire un discours pour la remise des diplômes…
24. Finding Out
Le Troisième Larron
Genre : Episode télé
Série : Cougar Town
Saison 1 Épisode 24
Date de diffusion USA : 19 mai 2010
Réalisé par : Michael McDonald
Durée : 22 minutes
Jules prétexte une journée à la plage pour annoncer à Bobby qu’elle est avec Grayson...

La critique

Publiée le 23 novembre 2020

En 1999, un nouveau et drôle de terme apparaît dans le domaine d’un site internet de rencontre canadien, avant de faire l’objet d’un article dans le Toronto Sun puis de très vite se répandre aux États-Unis : une « cougar ». Initialement connu pour être l’autre nom du puma américain en québécois, ce mot d’argot désigne désormais une femme d’âge mûr ayant un goût prononcé pour les jeunes hommes (celui-ci trouverait son origine dans les années 80, désignant les matures supportrices des jeunes joueurs de hockey). Banalisé par l’image publique de certaines célébrités malgré son côté réducteur - pointant du doigt à la fois l’écart d’âge et l’esprit de collection de ces femmes modernes - ce mode de vie décrié peut cependant être abordé avec humour.

C’est précisément le parti pris de Cougar Town dès 2009 - mais de manière finalement très éphémère comme il sera présenté ici - année de l’apogée de cette espèce en voie d'apparition et de sa popularisation en France.

Et cela tombe plutôt bien ! Courteney Cox - après avoir brillé durant dix années dans le cultisme Friends (1994/2004), participé à la saga Scream (1997, 1998, 2000, puis 2011 en attendant 2022), loupé de peu le casting de Desperate Housewives (2004/2012), rebondi dans Dirt (2007/2008), puis tourné dans Histoires Enchantées (2008) pour Disney, tout en trouvant le temps d'épouser David Arquette (Buffy, Tueuse de Vampires) en 1999 et de donner naissance à son unique enfant en 2004 - alors âgée de quarante-cinq ans et libérée de toute obligation professionnelle aussi bien à la télévision qu’au cinéma, est en quête de nouveaux projets... malheureusement de plus en plus rares pour les actrices ayant dépassé une certaine et ridiculement basse limite d’âge.
Cox contacte alors Bill Lawrence, le créateur de l’excellente et délirante Scrubs : Toubib Or Not Toubib ! (2001/2010), pour lui proposer de travailler ensemble. Avant d'étudier cette opportunité, ce dernier l'invite lors des trois premiers épisodes de la huitième et avant-dernière saison sous la blouse du Docteur Taylor Maddox pour faire un bout d'essai début 2009. Ravis de cette courte collaboration mais de cette entente immédiate, l’actrice et le show runner - bientôt disponible - décident donc de se lancer dans un nouveau projet commun, produit par Cox en personne et Arquette via leur société Coquette Productions (contraction de leurs deux patronymes) fondée en 2004, Lawrence via sa compagnie Doozer bâtie en 1998 et ABC Studios qui soutient le projet.

Né en 1968 dans le Connecticut, Bill Lawrence débute sa carrière en participant à l'écriture de sitcoms reconnues comme Friends justement, ou encore l’inimitable Une Nounou d'Enfer. En 1996, il est le cocréateur de Spin City (1996/2002), qui remportera un Emmy Award et quatre Golden Globes, avant de monter seul Scrubs : Toubib Or Not Toubib !, qui comptera pas moins de dix-sept nominations aux Emmy Awards. La série arrivant à son terme et à la suite de la proposition de Courteney Cox, Lawrence propose à Kevin Biegel - scénariste de Scrubs : Toubib Or Not Toubib ! dès la cinquième saison, avant d’en devenir scénariste principal, puis directeur éditorial, pour atteindre le rang de co-producteur - d'officier comme partenaire et d'écrire le pilote de sa nouvelle trouvaille.
Inspirés par le phénomène de société narré en introduction, c'est justement une anecdote personnelle du couple Lawrence/Miller qu'illustre la toute première scène (dans une version plus exagérée) de Cougar Town ! Quand après la naissance de leur troisième enfant, Lawrence voit sa femme, l'actrice Christa Miller Lawrence alors âgée de 42 ans, se regarder de manière désespérée, dégoûtée et fataliste dans le miroir. Loin d'être une cougar car Miller n'a que quatre ans de plus que son mari, Courteney Cox qui en a sept de plus que son époux encore trentenaire, voit là l'occasion de s'amuser de la situation, renouer avec la comédie - genre dans lequel elle excelle tout particulièrement - et par la même occasion opérer un retour en force à la télévision.

S’il croit fermement en son nouveau projet, Bill Lawrence prévient tout de même la comédienne que le pari est risqué vu le sujet (qui peut ne pas plaire au plus grand nombre). D’ordinaire peu angoissé quand il n’engage que lui, Lawrence s’inquiète ici des retombées que pourrait subir Courteney Cox si le programme ne parvenait pas à atteindre sa cible. D’autres titres plus évasifs sont d’ailleurs envisagés avant la présentation à ABC : 40 and Single ou le peu inspiré The Courteney Cox Show. Accompagné et encouragé par les studios qui commandent un épisode pilote, il décide cependant de jouer la carte de la provocation en choisissant le titre définitif évocateur et brûlant connu de tous afin d’attiser la curiosité auprès du public. Le mot « cougar » ne sera pourtant jamais prononcé au fil de cette première saison.
Et bien que tournée dans les studios de la ville de Culver City du comté de Los Angeles, l’action prend place dans le bel État de Floride - l’accueillant et bien nommé The Sunshine State - préféré à celui de la Californie que Lawrence et son acolyte estiment déjà bien trop vu à la télévision. Plus précisément sur la côte Ouest de l'État, peu montrée elle aussi, Miami située à l'Est étant le lieu de prédilection de Deux Flics à Miami, Dexter, Nip/Tuck, ou encore Les Experts : Miami. Ces derniers trouvaient d'autant plus sympathique de choisir un lieu de vacances où les habitants sont réputés pour être plus simples et détendus qu'ailleurs (plus dévêtus aussi ?). Chaque épisode à de rares exceptions près porte d'ailleurs en version originale le titre d'une chanson du célèbre chanteur floridien Tom Petty.

C’est donc une traditionnelle carte postale de la Floride qui fait office de rapide écran titre, invitant l’audience avec un bienveillant « Welcome to Cougar Town » à se poser devant... Cougar Town. Un écran dont le « Bienvenue » anglais disparaîtra dès la deuxième saison pour faire les frais d’un effet comique dont seul Bill Lawrence a le secret. Ce florilège de couleurs acidulées aux tons bleu et orange à l’image de l’État qu’il représente est accompagné des quelques notes du compositeur WAZ (Pete Yorn de son vrai nom) pour son tout premier travail à la télévision, assisté de sa femme Jamie Jackson, Will Golden et Al Sgro pour composer l’ensemble des musiques du show (tout en s’appuyant sur quelques titres actuels toujours biens placés).
Les curieux sont donc conviés à suivre les folles et libertines aventures de Jules Cobbs au sein de son petit quartier résidentiel situé dans la ville fictive de Gulfhaven (dont la mascotte du lycée est un couguar), elle-même localisée dans le comté - réel celui-là - de Sarasota. Femme active de tout juste quarante ans et mère d’un fils de dix-sept ans qui a tout pour elle, le téléspectateur fait sa connaissance lorsqu'elle se retrouve seule pour la toute première fois à la suite de son récent divorce. Mariée tôt à son amour de lycée et tombée rapidement enceinte lors de ses études qu’elle a finalement dû abandonner (elle est tout de même à la tête de sa petite agence immobilière), une nouvelle vie pleine de jeunes opportunités commence donc pour Jules, toutefois quelque peu perdue et dépassée.

Excessive, maladroite et intrépide, il est alors impossible de ne pas succomber au(x) charme(x) de Jules, dont le mérite revient entièrement à Courteney Cox ! Née en 1964 en Alabama, découverte à la télévision dans Superminds (1985) puis au cinéma dans Les Maîtres de l'Univers (1987), Cocoon, le Retour (1988) et Ace Ventura, Détective Chiens et Chats (1994), elle est ici plus espiègle que jamais et emprunte de nombreux traits de caractère qui rappellent ceux de l'inoubliable Friends Monica Geller. À moins que ce soit la comédienne qui apporte un peu d'elle à ces deux rôles... Enjouée, névrosée et maternelle, c'est comme si Jules était déjà connue du public, telle une amie de longue date perdue de vue depuis plusieurs années mais dont le plaisir de retrouver reste intact.
Si elle ne veut surtout pas ressembler à ses homologues masculins adeptes de jeunes filles bien plus jeunes qu'eux, elle se retrouve malgré tout dans les bras d'un jeune homme qui ne fera pas long feu mais qui permet à Jules de tenter de rattraper la jeunesse et le temps qui lui ont été volés, comme le présente avec beaucoup d'humour l'épisode Seconde Jeunesse. Attention cependant à la gueule de bois ! Car les débuts de la série en profitent également pour s'amuser avec beaucoup d'ironie du décalage entre la fraîche vingtaine et la moins fraîche quarantaine, comme en témoigne C'est pour ce Soir, ou quand se préparer pour une nuit d'amour relève d’un défi contre la montre digne d'un chantier de rénovation pour Jules ! Mais très rapidement, la « prédatrice » s'efface…

Même si l'écriture est efficace, assortie d'un humour détonant et décalé (rappelant fortement celui de Scrubs : Toubib Or Not Toubib !), Bill Lawrence et Kevin Biegel réalisent très vite que « la femme qui sort avec des hommes plus jeunes » ne peut tenir sur la durée. De même que les situations les plus cocasses et drôles (à écrire, à tourner et à visionner) ne viennent finalement pas de cet axe, contrairement aux scènes de groupe durant lesquelles l'alchimie opère à merveille. C'est donc un nouveau point de vue totalement inédit et loin de son postulat de départ qui voit le jour : soit le quotidien d'une bande d'amis dans leurs plus belles années, qui apprécient les aléas de la vie et le vin (un peu de patience). Oui, le quotidien peut être mouvementé après quarante ans !
C'est donc très rapidement, à partir du sixième épisode Amoureuse (quand Jules quitte l'insignifiant Josh), que Cougar Town opère un virage à 180 degrés et que l'amitié devient le cœur du programme comme l'annonce l’épisode suivant Le Barbecue Hebdomadaire, puis La Femme Idéale mettant en scène l’incontournable Thanksgiving entre amis. Jules, apeurée de finir seule, n'oublie pas l'amour pour autant mais préfère devenir la maman de tout son petit groupe et prendre soin d'eux, avec un soupçon d'autorité tout de même. Oui, un véritable Friends dix ans après, en bien plus absurde et farfelu tout de même. De quoi rendre la protagoniste encore plus sympathique et bien moins clichée. De quoi laisser aussi un peu plus de place au reste de l'irréprochable casting également.

Sa jeune et délurée collègue Laurie Keller n'est donc plus la simple copine de Jules lors de ses premières virées nocturnes, mais devient une véritable amie tout en restant, non pas sa mauvaise conscience, mais celle qui lui fait profiter de la vie. Insouciante et légère, Laurie est pourtant pleine de convictions, osant affirmer tout haut que les femmes qui osent porter des montres sont de sacrées chaudasses. Faire appel à la pétillante et énergique Busy Philipps (qui a choisi comme nom de scène le surnom donné par ses parents à cause de sa jeune hyperactivité) est une véritable trouvaille ! Née en 1979 dans l’Illinois, elle est notamment connue pour sa participation à Dawson entre 2001 et 2003, avec laquelle elle est nommée Meilleure Acolyte aux Teen Choice Awards de 2002.
Elle attise d'ailleurs la jalousie de la voisine et plus proche amie de Jules, la nonchalante et revêche Ellie Torres. Femme au foyer quelque peu tyrannique à la franchise intraitable et qui perd toute attention quand il n’est pas question d’elle, il est cependant impensable de la détester tant elle dispose des punchlines les plus assassines. Une nouvelle fois, offrir ce rôle à Christa Miller Lawrence qui a déjà incarné ce genre de personnage à la perfection dans Scrubs : Toubib Or Not Toubib ! (la glaciale Jordan Sullivan) est une excellente idée. Née en 1964 à New York, c'est en effet le show de son mari qui la révèle au grand public et lui permet d'être nommée à deux reprises aux Golden Satellite Awards dans la catégorie Meilleure Actrice dans un Second Rôle en 2003 et 2004.

Ellie est marié au gentil Andy Torres, véritable nounours au cœur tendre. S’il est par la force des choses ami avec Jules, il est envers et contre tous celui de son ex-mari : le puéril et coureur de jupons Bobby Cobbs. Le premier est interprété par Ian Gomes, né en 1964 à New York également, déjà partenaire de Christa Miller Lawrence sur le Drew Carey Show entre 1995 et 2002, avant d’être aperçu dans The Last Shot (2004) pour Touchstone et Vacances à la Grecque (2009) pour Searchlight Pictures. Le second est campé par Brian Van Holt, né en 1969 dans l’Illinois, acteur de télévision principalement et qui effectuera une petite participation aux (Les) Agents du S.H.I.E.L.D. en 2014. Leur détonante relation donne sans aucun complexe tout son sens au terme « bromance ».
Pour semer la zizanie au sein de ce viril petit couple, ne manque que le voisin solitaire de Jules, le fraîchement célibataire Grayson Ellis. Séducteur et grand collectionneur de jeunes demoiselles (belles mais peu malines) qui ne veut surtout pas d’amis, le personnage est joué par Josh Hopkins. Né en 1970 dans le Kentucky, il est aperçu dans À Armes Égales : G.I. Jane (1997) d’Hollywood Pictures avant de se consacrer davantage à la télévision, notamment dans la cinquième saison d’Ally McBeal (2001/2002) et la première de Quantico (2016). Amateur de musique, l’acteur offre à ce personnage des plus ordinaires - le plus « normal » de Cougar Town finalement - son goût pour la musique, ponctuant régulièrement ses apparitions de chansons à la guitare plus ou moins dérangeantes.

Si tous sont discrets en début de saison et occupent finalement peu de place à l’écran, la répartition et le développement des rôles s’améliorent au fur et à mesure du changement de ton de la série. Plus que de simples faire-valoir de Jules, tous vont ainsi participer plus activement à la petite vie bouleversée de leur amie (tour à tour fidèle amie, bienveillante ex-femme ou curieuse voisine), jusqu’à avoir leurs propres occupations. Laurie s’assagit lorsqu’elle tombe amoureuse du richissime Smith Franck (elle raffole des hommes qui ont pour prénom un nom et comme nom de famille un prénom !), Ellie apprend peu à peu à la supporter (a-t-elle le choix ?) et à pardonner les frasques de Bobby tout en gérant sa difficile vie de femme au foyer débordée et mère… d’un nourrisson.
Andy retrouve alors son meilleur ami Bobby pour de nouvelles aventures, mais se sent néanmoins menacé par l’entrée plus ou moins forcée de Grayson dans le petit cercle d’amis, dont le bar fait souvent office de QG quand le salon de Jules n’est pas disponible. Protagoniste quelque peu désagréable au début de la saison, c’est quand le téléspectateur apprend qu’il a été quitté par sa femme qui ne voulait pas d’enfants (avant que Jules ne tombe bien entendu sur elle, de nouveau en couple et enceinte) qu’il devient sympathique et que son humour acerbe peut être enfin apprécié. Mais la chose devient vraiment intéressante quand ce dernier se surprend à éprouver de nouveaux sentiments amoureux (pourtant bannis) pour Jules… en même temps que le repenti Bobby.

Comment les en blâmer ? C’est en effet avec beaucoup d’humour et d’autodérision que Courteney Cox insuffle vie à Jules et à Cougar Town dans son ensemble. En grande forme et jouant de son image sans retenue, elle se considère ici tout simplement elle-même et s’amuse comme jamais ! Son fils à l’écran, le pataud Travis - interprété par Dan Byrd, né en 1985 en Géorgie - a d’ailleurs l’occasion en feuilletant le supposé album de fin d’année du lycée de sa mère de lui demander ce qu’elle fait en photo (réelle celle-ci) avec Bruce Springsteen. Une anecdote qui fait écho au vidéoclip de Dancing in the Dark du chanteur que la comédienne a tourné à tout juste vingt ans en 1984. Pour le reste - que Travis ne voudrait savoir - Jules offre à ses admirateurs de grands moments de télévision.
Elle est tour à tour : risée d'une publicité à l’image douteuse diffusée dans toute la ville, boute-en-train de soirées qu'elle ne peut plus encaisser - mémorable moment sur Single Ladies (Put a Ring on It) de Beyoncé (Epic : La Bataille du Royaume Secret, Le Roi Lion) -, victime d’ordures ménagères quand elle sort ses poubelles en tenue de soirée pour impressionner son voisin, ou bien encore fautive d'un crash en voiture dans la piscine de ses acquéreurs pour s'être maquillée au volant. Elle ne mange que la friture des plats gargantuesques qu’elle s’offre pour se remettre de ses peines de cœur, mais ne fait que mâcher le chocolat avant de le recracher… Et tant d’autres moments encore qui font mouche à chaque occasion ! Dernier point important : Jules vénère le vin comme personne.

Deux véritables institutions sont introduites dans cette première saison : le jeu de la « Pièce dans le Pot » (« Penny Can » en anglais) créé par Bobby, consistant à jeter des pièces de monnaie dans une boite de conserve qui reviendra tout au long du programme, et le vin. Cet élément purement décoratif devient au fil des épisodes plus qu’un accessoire pour le groupe (excepté pour Travis bien entendu). Inconcevable d’en perdre la moindre goutte, il est sorti pour les très grandes occasions : parler potins, égayer les soirées jeux ou télé, et célébrer les mardis. Jules peut affirmer avec beaucoup de sérieux et de nostalgie que le dernier est mémorable ! De son côté, Ellie en fait la seule composante de son attaché-case quand elle simule travailler pour justifier l’embauche d’une nounou.
Parmi les grands événements se comptent aussi les apparitions des premières guest-stars. Là aussi en toute amitié. Bill Lawrence convie Scott Foley qu’il a dirigé sur Scrubs : Toubib Or Not Toubib ! et que Courteney Cox a côtoyé sur Scream 3. Tous deux invitent également leur amie commune Sheryl Crow (qui signe les titres phares du 007 Demain ne Meurt Jamais et Cars - Quatre Roues avant d’apparaître dans Hannah Montana et GCB). Josh Hopkins appréhendait d’ailleurs devoir pousser la chansonnette avec la chanteuse. Mais la surprise vient surtout de la participation de Lisa Kudrow (Romy et Michelle - 10 Ans Après), ancienne Friends en la personne de Phoebe Buffay et proche amie de Courteney Cox, dans un petit rôle ici à contre-emploi loin de sa bonne humeur habituelle.

Et c’est finalement toute une panoplie de personnages secondaires qui gravite dans le quartier. Car si les invités n’apparaissent que trop rapidement, trois autres sont introduits même s’ils sont encore anecdotiques. Parmi eux se trouvent Kyllie (Spencer Locke, vue dans la saga cinématographique Resident Evil), la petite amie de Travis qui voit d’un œil étrange la relation qu’il entretient malgré lui avec sa bien aimante mais fantasque et envahissante mère (elle regarde Travis dormir la nuit et reste toujours prioritaire lors des distributions de câlins) et le timide et neurasthénique Tom (Bob Clendenin, lui aussi vu dans Scrubs : Toubib Or Not Toubib !), dernier voisin de Jules qui n’aspire qu’à intégrer la bande. Encore discret, il sera de plus en plus présent par la suite.
Mais la plus mémorable reste Barb (Carolyn Hennesy), vague connaissance et concurrente de Jules. Femme indépendante libre dans sa tête et dans son corps, elle assume son âge et sa préférence pour les jeunes proies dont elle ne fait qu’une bouchée. Énigmatique et libidineuse prédatrice dont le public sait finalement peu de choses - mais qui laisse peu de place à l’imagination - elle apparaît de manière inopinée et indésirée le temps d’une phrase ou deux dès le premier épisode, mais toujours avec fracas quand il s’agit de chasser sur le même territoire que Jules ou de vanter ses multiples prouesses intimes dont elle est toujours prête à faire la démonstration. Sans mauvais jeu de mots, Barb est ainsi la dernière relique de ce qu’il reste des débuts de Cougar Town.

Diffusé le 23 septembre 2009 aux États-Unis, le premier épisode réalisé par Bill Lawrence regroupe plus de onze millions de curieux. Malgré une habituelle perte d’audience, ABC annonce pourtant dès novembre une saison complète de 22 épisodes (avant de la porter à 24) ainsi que la commande d’une seconde. Le dernier épisode regroupe plus de six millions de fidèles, la saison réunissant en moyenne sept millions de téléspectateurs chaque semaine. En France, Jules et compagnie débarquent en mai 2010 sur OCS Happy puis en novembre sur Téva, avant d’intégrer les grilles de NRJ 12 en 2011 et Chérie 25 en 2013. Malgré son sujet délicat et son changement de cap, l’audience est au rendez-vous et accompagnée de critiques presse et public positives !
Jules peut dégainer ses doigts pistolets qu'elle exhibe à chaque excès de confiance, car Courteney Cox est nommée - pour la première fois de sa carrière - aux Golden Globes dans la catégorie Meilleure Actrice dans une Série Comique ou Musicale, ainsi qu'aux Women's Image Network Awards dans la même catégorie en 2010. Elle remporte tout de même lors de cette dernière cérémonie le « Lifetime Achievement Honoree », ainsi que le Gold Derby Award de la Meilleure Actrice dans une Comédie (elle sera à nouveau nommée en 2011). La série est elle aussi nommée aux People’s Choice Awards dans la catégorie Nouvelle Série Comique Préférée en 2010 (de nouveau en 2014 et 2015 dans une autre catégorie, comme Courteney Cox en 2011, 2012, 2014 et 2015).

Il faut dire que cette première saison est en soi une jolie réussite. En complément de son parfait casting (Busy Philipps et Christa Miller Lawrence seront nommées ultérieurement pour leurs prestations), l’une des grandes forces de Cougar Town est de proposer un divertissement de qualité tout en ne se prenant pas au sérieux. La série est bourrée de trouvailles tant visuelles que verbales, de gags redondants, de nombreuses références également - Bill Lawrence s’amuse de placer Jules et Bobby devant un épisode de Scrubs : Toubib Or Not Toubib ! - quand les heureux possesseurs de la première saison en DVD peuvent « bénéficier » en bonus des conseils de Barb, à travers les webisodes humoristiques et totalement inutiles Ask Barb qui complètent pleinement la liste.
Si le ton et l’ambiance générale sont décontractés, elle aborde cependant quelques thématiques universelles comme la peur de se retrouver seul et de vieillir, la place de l’amour et de l’amitié, ou encore quelques questions comme retrouver confiance en soi et reprendre sa vie en main à l’aube de ses plus belles années. Le public rencontre une Jules déprimée et perdue, pour la quitter heureuse et épanouie après moult péripéties, entourée de personnages plus loufoques les uns que les autres mais terriblement attachants. Cela faisait longtemps que l’amitié n'avait pas été aussi bien portée à l’écran, à travers des relations sincères et des petits moments simples de la vie. Il suffit juste de dépasser les aprioris fondés sur un nom qui ne reflète en rien l’identité de Cougar Town.

Son titre est en effet la seule ombre au tableau de la fructueuse collaboration entre Bill Lawrence et Courteney Cox. Vulgaire pour les uns, ringard pour les autres, certainement plus raccord avec son sujet aux yeux de tous, des sondages auraient démontré à la production que de nombreux téléspectateurs avaient ignoré le show - avant d’en regarder un épisode - à cause de son nom, finalement dissuasif. Bill Lawrence envisage donc dès mai 2010 de nouveaux titres tels que : Friends & Family, Friends & Neighbors, Neighborhood Jules, The Cul de Sac, The End of the Street, The Neighborhood et Neighborhooding, avec comme dénominateur commun l’amitié, la famille ou le voisinage de la petite impasse dans laquelle le rendez-vous hebdomadaire est fixé.
Sont également proposés Sunshine State (en référence au surnom de l’État de Floride), mais qui rappelle bien trop la nouvelle série d’ABC intitulée M. Sunshine mettant en scène un autre Friends en la personne de Matthew Perry (qui sera annulée après une saison) et Grown Ups (« Les Adultes »), mais dont un film sur le point de sortir au cinéma porte le même nom. Malgré toutes ces propositions, les studios frileux décident de ne pas apporter le moindre changement pour la saison suivante. Mais l’histoire ne s’arrête pas là pour Lawrence qui reviendra à la charge l’année suivante, tout en finissant par s’amuser de son erreur, l’assumer, puis la tourner en dérision sous les yeux du public chaque semaine… qui aurait tout de même tort de définitivement bouder ce petit plaisir.

Si beaucoup trouvent que la ressemblance avec Scrubs : Toubib Or Not Toubib ! est frappante (et alors ?), il serait tout de même dommage de ne pas retrouver Courteney Cox dans l'un de ses meilleurs rôles et de passer à côté d'une bonne dose de bonne humeur plus que bénéfique le temps d’une petite vingtaine de minutes. Il est vrai que le format court des épisodes (canevas qui se perd de plus en plus) est en accord parfait avec le rythme effréné et la légèreté des mésaventures de Jules et de sa petite bande d’amis. Il permet de savourer ces petites pastilles à l'unité, ou de les enchaîner sans lassitude un jour de pluie ou lors d'une froide soirée d'hiver... pour profiter d'un soleil plus que bienvenu. À l'image d'un bon verre de vin : ni trop, ni trop peu. Et ce n'est que la saison une !

Cougar Town est donc à découvrir de toute urgence ou à revoir dès que le désir se fait sentir, mais dans les deux cas à savourer... entre amis et sans aucune modération.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.