Dark Vador
Tome - 4 : En Bout de Course

Dark Vador - 4 : En Bout de Course
La couverture
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 14 juin 2017
Genre :
Comics
Auteur(s) :
Kieron Gillen (Scénariste)
Salvador Larroca (Dessinateur)
Mike Norton (Dessinateur)
Max Fiumara (Dessinateur)
Nombre de pages :
168

Le sommaire

• En Bout de Course (I) : Dark Vador #20 (11/05/2016)
• Bonus : Les Mésaventures de Triple Zéro et BT - Dark Vador #20 (11/05/2016)
• En Bout de Course (II) : Dark Vador #21 (08/06/2016)
• En Bout de Course (III) : Dark Vador #22 (29/06/2016)
• En Bout de Course (IV) : Dark Vador #23 (20/07/2016)
• En Bout de Course (V) : Dark Vador #24 (10/08/2016)
• En Bout de Course (VI) : Dark Vador #25 (12/10/2016)
• Bonus : Coda - Dark Vador #25 (12/10/2016)

La critique

rédigée par
Publiée le 02 octobre 2020

Dark Vador - 4 : En Bout de Course conclut efficacement la saga Dark Vador, première série consacrée au Seigneur Sith dans l’Univers Étendu Officiel de Star Wars. Dans une aventure offrant un dénouement satisfaisant, Vador fait il est vrai preuve de sa puissance tout en révélant déjà les faiblesses qui conduiront au retour d’Anakin Skywalker.

Kieron Gillen achève d’imaginer ce pan inconnu de la vie de l’iconique Dark Vador. Né le 30 septembre 1975, le Britannique débute sa vie professionnelle en tant que journaliste spécialisé dans le jeu vidéo et la musique, écrivant dans de multiples journaux et magazines dont l’illustre The Guardian. En 2006, il rédige son premier scénario et crée la série de comics mêlant musique et fantaisie Phonogram. Deux ans plus tard, il débute sa collaboration avec Marvel Comics en écrivant les scénarios d’issues uniques puis d’arcs entiers, notamment dans Thor (Volume 3), Uncanny X-Men (Volume 1), Uncanny X-Men (Volume 2) ou Iron Man (Volume 5). Ses succès lui donnent l’opportunité de scénariser la série Dark Vador sur 25 issues. À partir du personnage éponyme qu’il a créé dans cette dernière, il initie la très réussie Docteur Aphra. En parallèle, il est l'auteur des crossovers Vador : Abattu et La Citadelle Hurlante puis rédige les numéros 38 à 67 de la série Star Wars dont Les Cendres de Jedha et Mutinerie sur Mon Cala.

Salvador Larroca est, pour sa part, de nouveau à l’œuvre sur le dessin. Né en 1964 à Valence en Espagne, il débute dans l’univers des comics en 1993 au sein de la filiale britannique de Marvel après avoir travaillé en tant que cartographe. Il rejoint ensuite les États-Unis et dessine sur les titres Ghost Rider et Fantastic Four avant de devenir un spécialiste des mutants avec notamment Uncanny X-Men, X-Treme X-Men ou encore Ultimate X-Men. Au-delà de son travail sur Dark Vador, il dessine les numéros 26 à 55 de Star Wars dont les recueils La Guerre Secrète de Yoda, Des Rebelles Naufragés, Les Cendres de Jedha et Mutinerie sur Mon Cala.

Au début de Dark Vador - 4 : En Bout de Course, le Seigneur Sith retrouve son rang et la confiance de l’Empereur mais reste sous la menace de la divulgation de son secret : l’existence d’un fils qu’il veut rallier à ses côtés pour régner sur la galaxie à la place de Palpatine. Seule à pouvoir témoigner de ces velléités et des complots mis en œuvre dans les précédents opus, le Docteur Aphra a justement été localisée par Thanoth qui devine rapidement ce dessein.
Mais Vador n’est toujours pas débarrassé de Cylo, docteur humanoïde capable de renaître éternellement tel un phénix, qui a trahi l’Empire dans Dark Vador - 3 : La Guerre Shu-torun. Le dénouement de l’histoire de Cylo - ou plutôt des Cylo - est alors épique, dans une symétrie ingénieuse avec la naissance de Dark Vador à laquelle le scientifique a contribué.

La dualité de Vador, devenu autant sinon plus machine qu’homme, est d’ailleurs prégnante dans le récit et notamment dans le cadre de son affrontement avec Cylo. Un long flash-back sur une réalité alternative, s’appuyant sur des planches réussies, revisite d'ailleurs le dernier acte de Star Wars : La Revanche des Sith en le mêlant à des événements intervenus ultérieurement et racontant un passé qui n’a jamais existé pour Anakin Skywalker. Révélant le conflit intérieur que saura déceler Luke et qui mènera au retournement final de Star Wars : Le Retour du Jedi, ce passage constitue l’un des moments les plus forts du tome et de la série tout entière.
Il n’en reste pas moins que le Côté Obscur est toujours le plus fort chez le Sith, dont la haine l’emporte encore sur les doutes, et qui n’est plus dupe des manipulations de l’Empereur. En toute cohérence chronologique, le personnage s’approche de celui que le spectateur de Star Wars : L’Empire Contre-Attaque connaît, maître impitoyable et tout-puissant de l’Executor, dont il obtient d’ailleurs la possession durant le récit.

Tout autant philosophique, un autre thème récurrent de l’histoire de Vador et de la saga Star Wars est évoqué : celui de la science contre la foi en une Force invisible, irrationnelle et spirituelle. Celui qui prononce la réplique “Votre manque de foi me consterne” dans Star Wars : Un Nouvel Espoir est à nouveau amené à démontrer l’irrésistibilité de la Force lorsqu’il affronte l’ingénieure Voidgazer. Les inventions de cette dernière ont beau rivaliser d’imagination, donnant par là-même un caractère grisant à la lecture, elles ne peuvent rien contre la maîtrise par le Sith de la Force. Bien que vu et revu, cet aspect est ici abordé avec fraîcheur et apporte au caractère plaisant du récit.

Dark Vador - 4 : En Bout de Course compte d’autres trouvailles véritablement intéressantes qui contribuent à la richesse de l’univers, des vaisseaux-baleines de Cylo au rancor modifié par un système de cyber-animation dans le but de résister aux pouvoirs de Vador.
Comme le reste de la série, le tome n’est cependant pas dénué de défauts. Dans la continuité de Dark Vador - 3 : La Guerre Shu-torun, le combat contre Morit Astarte, l’un des jumeaux présentés dans le premier tome, est particulièrement décevant. Alors que sa mise en scène est grandiose, la séquence s’achève bien trop rapidement et frustre le lecteur qui se questionne encore davantage sur l’opportunité d’avoir introduit ce personnage.

Cette conclusion peut heureusement compter sur le personnage du Docteur Aphra pour achever brillamment son histoire au sein de la série Dark Vador. Après avoir manqué au lecteur dans le tome précédent, l’archéologue fait ici preuve de malice et d’un certain sens politique, indispensables pour parvenir à survivre face à Vador. Capturée par ses droïdes, elle profite de ses connaissances quant à leur fonctionnement pour composer avec eux. En danger à plusieurs reprises, elle tâche d’avoir toujours un coup d’avance et use de la ruse pour jouer avec la fascination des Sith pour la trahison. Suscitant l’empathie du lecteur, elle est à l’origine des meilleurs moments de suspense et retournements de situation de l’ouvrage.
Kieron Gillen soigne ici la sortie du personnage qu’il a créé et lui dresse le tapis rouge vers sa série dédiée, Docteur Aphra, dont la parution débute moins de deux mois après la fin de Dark Vador, le 7 décembre 2016. Il s’agit là d’un événement, celle-ci constituant la première série régulière à être centrée sur un personnage ne provenant pas d’un film ou d’une série télévisée de l’univers de la saga intergalactique. Voici la preuve, s’il en fallait une, du charisme de l’archéologue et de son apport à l’Univers Étendu de Star Wars !

Comme pour les opus précédents, les illustrations de Salvador Larroca oscillent entre le très bon et le médiocre. La reproduction de certains visages de personnages connus au cinéma est une nouvelle fois manquée, celui de Cassio Tagge remportant ici certainement la palme du ratage. Le dessinateur espagnol signe malgré tout des illustrations remarquables, montrant son aisance sur les dessins industriels avec une double planche splendide de la construction du mythique Super Destroyer Stellaire Executor. Il en va de même pour le combat entre Vador et Morit, dont la mise en valeur visuelle surclasse la nature même d’un événement victime d’une certaine pauvreté scénaristique.

Ce tome 4 voit également deux autres artistes mettre en image des courtes histoires scénarisées par Kieron Gillen.

Les Mésaventures de Triple Zéro et BT, publiée en bonus de Dark Vador #20 et proposée dans sa continuité au sein de ce volume, est ainsi illustrée par Mike Norton. Américain ayant grandi avec les aventures de Spider-Man et Star Wars, le dessinateur est notamment passé par DC Comics sur le titre All New Atom avant de remporter un prix Eisner en 2012 pour le comic book en ligne Battlepug. Le récit de dix pages permet au lecteur de suivre les droïdes assassins dans des péripéties où est abordée leur origine tandis qu’ils font une nouvelle fois preuve de leur humour. Dispensable mais plaisant, il bénéficie de plus d’illustrations réussies de la part de Norton.
Le tome s’achève avec une deuxième historiette intitulée Coda, publiée en bonus de Dark Vador #25. Point d’humour cette fois, puisque Gillen décide de revenir sur Tatooine après le massacre vengeur de Pillards Tuskens par le Seigneur Sith, intervenu dans Dark Vador - 1 : Vador. Il narre alors sans aucun dialogue le destin d’un survivant qui témoigne du drame avant d’être au cœur d’un rite tribal organisé par les clans à la suite du drame. Tragique, le récit bénéficie d’illustrations superbes de Max Fiumara. L’artiste argentin, notamment passé par The Amazing Spider-Man pour Marvel, signe ici des planches magnifiques dans un style minimaliste jouant sur les couleurs et notamment sur les tons jaunes à rouges du feu. Coda constitue alors une œuvre à part entière qui ferme la boucle de la série de la plus belle - et plus tragique - des manières.

Malgré son rôle de conclusion, Dark Vador - 4 : En Bout de Course ne signifie pas pour autant la disparition du Seigneur Sith des comics de l’Univers Étendu Officiel, en toute logique compte tenu de l’importance centrale du personnage dans la saga. Dark Vador : Le Seigneur Noir des Sith débute ainsi le 7 juin 2017 sous la plume de Charles Soule, également auteur de Poe Dameron, et le pinceau de Giuseppe Camuncoli (The Amazing Spider-Man). Cette excellente série change de période et narre les débuts de Dark Vador, dans la continuité immédiate de l'Épisode III. S’étalant sur 25 issues, elle s’achève le 19 décembre 2018 et se voit regroupée au sein de quatre volumes par Panini Comics.
En 2020, Marvel initie un nouveau cycle de comics. Après s’être concentré sur la période située entre Star Wars : Un Nouvel Espoir et Star Wars : L’Empire Contre-Attaque, l’éditeur se focalise sur l’année qui sépare l’Épisode V de Star Wars : Le Retour du Jedi et relance ses séries Star Wars, Doctor Aphra et Darth Vader avec de nouveaux récits qui s’y situent chronologiquement. Lancée le 5 février 2020 aux États-Unis, Darth Vader (2020) suit le Sith après que son fils a préféré se jeter dans le vide de la Cité des Nuages de Bespin plutôt que d’accepter sa proposition. Voyant sa publication interrompue entre mars et juillet 2020 en raison de la crise sanitaire liée à la COVID-19, la nouvelle série est publiée en France par Panini Comics à partir de janvier 2021.

Dark Vador - 4 : En Bout de Course apporte un dénouement satisfaisant à Dark Vador. Si le tome n’est pas exempt de défauts, il conclut efficacement la plupart des enjeux initiés dans la série et parvient à s’inscrire parfaitement dans le grand canevas de la saga. Annonçant le destin du Sith dans les Épisodes V et VI, il assure également la continuité avec les comics de l’Univers Étendu et donne assurément envie d’entamer l’excellente série Docteur Aphra !

Poursuivre la visite

1985 • 2020

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.