La Parade Électrique de Main Street

La Parade Électrique de Main Street
L'affiche
Nom anglophone :
Main Street Electrical Parade
Date d'ouverture :
Le 12 avril 1992
Date de fermeture :
Le 23 mars 2003
Type d'attraction :
Parade
Musique :
Don Dorsey
Gershon Kingsley
Jean-Jacques Perrey

Le synopsis

À la nuit tombée, la Fée Bleue illumine le Parc Disneyland et invite les Personnages Disney à prendre part à un défilé haut en couleur. Alice et son pays des merveilles, Cendrillon et son carrosse enchanté, ou encore Peter et son ami Elliott le dragon transforment alors Main Street, U.S.A. en un sentier de milliers de lumière qui fait scintiller les yeux des petits et des grands...

L'expérience

Opening Window
Ouverture
Genre : Char
Période : 12 avril 1992 - 23 mars 2003
Au son d'une fanfare un peu particulière résonnant dans les rues de Main Street, U.S.A., une mystérieuse voix au ton « électro-synthé-magnétique » annonce l'arrivée d'un cortège haut en couleurs. Les lumières s'éteignent aussitôt et plongent le Parc Disneyland dans l'obscurité de la nuit lorsque la Fée Bleue parée de sa robe de lumière ouvre le défilé en éclairant de magie les pavés de Main Street, U.S.A., suivie de royaux serviteurs qui maintiennent son long voile scintillant. Juste derrière, Casey Junior, le petit train du cirque, conduit par Dingo, transporte un tambour géant sur lequel est indiqué le nom du cortège électrique. Au pied de ce tambour, la délicieuse Minnie Mouse, occasionnellement accompagnée par Donald Duck ou le chien Pluto, salue la foule tandis que Mickey Mouse fait de même du haut de l'instrument géant alors qu'une joyeuse troupe de soldats de plomb veille sur le grand caisson lumineux.
Pinocchio
Pinocchio
Genre : Char
Période : 11 juillet 1998 - 23 mars 2003
Chansons : Il Faut Savoir Briser Ses Liens / Sobre Las Olas
Une tête lumineuse géante fait son apparition dans l'assemblée et invite les enfants à rejoindre l'Île aux Plaisirs. Il s'agit de Cocher, le vieil homme prêt à changer les méchants petits garçons en ânes pour les revendre à un bon prix dans les mines de sel. Toutes les tentations y sont représentées, de la crème glacée à la grande roue, en passant par le jeu du billard. Le pauvre Pinocchio s'est une fois de plus fait embobiner par Grand Coquin et Gédéon et a donc rejoint l'île maudite. Il est accompagné de Crapule, l'exemple même du mauvais garçon. Comme des vedettes, ils saluent pourtant la foule alors que, derrière eux, des automates habillés en Indiens font la promotion de cigares.
Alice in Wonderland
Alice au Pays des Merveilles
Genre : Char
Période : 12 avril 1992 - 23 mars 2003
Chansons : Un Matin de Mai Fleuri / Pays du Merveilleux / Chanson du Non-Anniversaire
Alice invite ses amis insectes du Pays des Merveilles à rejoindre le défilé. De jolies créatures l'accompagnent, elles amusent la galerie en tournant sur elles-même et vont à la rencontre des visiteurs en émettant de drôles de petits bruits, comme pour communiquer avec leurs nouveaux amis. Parmi elles se trouvent deux abeilles, deux escargots et deux tortues. Ces dernières sont sur leur trente-et-un : l'une d'elle arbore des lunettes et une cravate, alors que l'autre porte un chapeau. Au milieu de ces bestioles espiègles défilent trois champignons géants. Au sommet du premier se trouve une coccinelle alors qu'un papillon se pose tranquillement sur le chapeau. Sur le deuxième trône Alice, curieuse de découvrir de nouveaux horizons et de papoter avec de nouveaux amis, tandis qu'en-dessous se cache le Chat du Cheshire qui s'amuse à disparaître et réapparaître pour jouer des tours à la petite fille. Sur le dernier champignon se remarque la Chenille, prête à faire réciter les jeunes esprits tout en fumant sa chicha, tandis qu'une petite grenouille tente d'attraper une mouche pour son goûter. À la traîne derrière cette assemblée décidément riche en biodiversité, un mille-pattes tente de rattraper à toute allure le joyeux groupe.
Swan Lake
Le Lac des Cygnes
Genre : Char
Période : 1997 - 23 mars 2003
Chansons : Le Cygne / Thème du Lac des Cygnes
Une maman cygne majestueuse s'avance scintillant de mille feux, accompagnée de ses trois petits cygnons, l'un d'eux baissant la tête, intimidé par le nombre d'invités présents.
Cinderella
Cendrillon
Genre : Char
Période : 12 avril 1992 - 23 mars 2003
Chansons : Cendrillon
Cendrillon arrive dans son carrosse en forme de citrouille, précédée par ses amies les souris. Marraine la Bonne Fée veille au grain à l'arrière du véhicule enchanté. La jeune femme rentre en fait tout juste du bal dont elle est partie avant minuit. Derrière la citrouille magique, sur la scène, se trouve le Prince Charmant qui tient dans ses mains la pantoufle de verre que sa bien-aimée portait lorsqu'ils dansaient ensemble. Son Altesse interroge au passage les visiteurs pour savoir s'ils ont aperçu la demoiselle. Afin de rappeler que l'heure tourne, la grande horloge du Château sonne les douze coups de minuit sur son passage.
Dumbo
Dumbo
Genre : Char
Période : 12 avril 1992 - 23 mars 2003
Chansons : Le Train du Bonheur / Entrée des Gladiateurs
Le cirque débarque à grands renforts de couleurs bariolées et festives ! Un ours géant coiffé d'un pot de miel et habillé en fakir joue un numéro d'équilibriste sur une série de rouleaux tout en faisant du hula hoop avec pas moins de quatre cerceaux. Deux clowns promènent leur chariot de ballons et saluent les visiteurs sur leur passage, alors qu'un éléphant rose avec un collier bleu s'amuse à jouer les fontaines avec sa trompe, tout en tenant ironiquement un parapluie. Blanche Neige et ses amis les sept Nains se sont également invités à la fête*. Un hippopotame vert tire quant à lui un calliope à bord duquel le Roi Léonidas, de l'île de Naboombu, joue à un rythme effréné. Le calliope est en fait un instrument de musique dont le son est produit par l'envoi d'air comprimé à travers des sifflets.

*Cet élément est retiré à l'arrivée du char dédié au film d'animation Blanche Neige et les Sept Nains, dès 1998.

Snow White and the Seven Dwarfs
Blanche Neige et les Sept Nains
Genre : Char
Période : 11 juillet 1998 - 23 mars 2003
Chansons : Sifflez en Travaillant / Heigh-Ho! / It's Mine
Les sept Nains, accompagnés de leur amie Blanche Neige, piochent dans leur mine pour extirper les plus beaux diamants. Trouver de tels trésors scintillants sous une nuit étoilée pourrait leur compliquer la tâche mais après tout, c'est leur jeu préféré.
Pete's Dragon
Peter et Elliott le Dragon
Genre : Char
Période : 12 avril 1992 - 23 mars 2003
Chansons : Je T'aime Beaucoup / Quelle Belle et Chaude Journée / Ce N'est Pas Rien
Peter, l'orphelin qui a échappé à la famille Gogan qui l'utilisait comme travailleur forcé, se promène, assis sur le cou de son meilleur ami Elliott, un grand dragon vert rigolo, curieux, parfois gaffeur mais au cœur d'or. Ce dernier s'amuse à cracher de la fumée pour faire une farce aux visiteurs, alors que pendant ce temps, Peter présente son ami dragon au nombreux public venu les saluer. Afin de ne pas perdre son chemin dans le noir, Elliott transporte également, au bout de sa queue, une lanterne qui clignote dans la nuit tel un phare guidant les bateaux vers la côte.
"it's a small world"
"it's a small world"
Genre : Char
Période : 12 avril 1992 - 1992
Chansons : It's A Small World Fanfare
Pour clore ce défilé unique en son genre, une véritable célébration de la paix sur la terre est lancée. Différentes cultures se mélangent ainsi pour former une seule et belle harmonie qui se divise en trois tableaux. Sur le premier, un totem tiki bleu à quatre faces présente des visages différents tandis qu'à côté, un cobra sort d'un panier, un charmeur de serpents n'étant certainement pas loin. D'autres éléments évocateurs de différentes contrées sont représentés tels qu'un torri, portail traditionnel japonais communément érigé à l'entrée des temples, et un moulin des Pays-Bas accompagné de tulipes. Sur le deuxième tableau, des bambins rappellent à quel point le monde est petit. Quelques enfants mènent le cortège dans leur petit kiosque alors que les autres forment un carrousel de diversité en dansant joyeusement. Le dernier tableau fait la part belle à quelques pays européens dont la France avec la représentation de la Tour Eiffel. Alors que les chars s'éloignent dans la nuit, la mystérieuse voix électronique clôture en apothéose le défilé sur des dernières notes qui semblent venir d'un autre univers...

La critique

rédigée par Vivian Fiérain
Publiée le 16 novembre 2020

Le spectacle nocturne reste toujours un grand moment dans la journée des visiteurs des royaumes magiques, comme un moment à ne pas manquer. En cela, La Parade Électrique de Main Street est certainement le plus culte d'entre eux, et son succès n'est pas à démontrer. Cependant, l'histoire de cette Parade mythique et féerique remonte à bien des années avant l'ouverture d'Euro Disney Resort en 1992. Retour donc sur une Parade à l’histoire riche et passionnante, qui traverse les générations et sillonne les continents...

Le 1er octobre 1971 ouvre Walt Disney World Resort à quelques kilomètres de la ville d'Orlando, qui propose son unique Parc à l'époque, le Magic Kingdom et ses nombreuses attractions inspirées de Disneyland Resort, en Californie. Mais les nuits paraissent bien calmes et sombres dans les marécages de Floride. Le vice-président du divertissement de Walt Disney World Resort, Bob Yonne, suggère alors de créer un spectacle nocturne pour éclairer le Seven Seas Lagoon, lac artificiel entouré par le Magic Kingdom et de ses Hôtels alentours (Disney's Contemporary Resort, Disney's Polynesian Resort, etc.). L'idée prend ensuite forme et quelques semaines après l'ouverture du Parc, le 25 octobre 1971, a lieu la première Electrical Water Pageant, une Parade constituée de barges de plus de sept mètres de haut, incrustés d'ampoules. Les chars représentent ainsi Neptune mettant en scène un cortège de créatures marines, et dont le final est un vibrant hommage patriotique aux États-Unis d'Amérique.

Card Walker, président de Walt Disney Productions de 1976 à 1983 commande le même style de spectacle pour Disneyland, en Californie. Des chars terrestres sont alors créés pour Main Street, U.S.A.. Certains d'entre eux s'inscrivent dans la lignée de ceux d’Electrical Water Pageant, plats et en 2D, alors que d'autres sont en trois dimensions comme le seront tous les chars dans le futur. L'idée est sans précédent : éteindre les éclairages existants dans la rue principale du Land et faire venir une nouvelle source de lumières vers les visiteurs, pleine de magie, d'animaux peu communs, de fleurs et de Personnages Disney, le tout sur une musique spécialement créée pour l'occasion ! Ainsi est née, le 17 juin 1972, la Main Street Electrical Parade.

De nombreux éléments repris dans La Parade Électrique de Main Street y sont déjà présents. La Fée Bleue ouvre ainsi le défilé de lumières, suivie par Casey Jr. avec à son bord Mickey et Minnie présentant le nom du spectacle. Des danseuses habillées en fleurs et une fontaine sont en quelque sorte les prédécesseurs de l'unité Alice au Pays des Merveilles. Non loin, des couples de nobles dansant sous un voile tenu par des pages se joignent au défilé, suivis du carrosse de Cendrillon en deux dimensions ; ni l'héroïne, ni le Prince Charmant ne faisant partie de la joyeuse troupe. Une unité de cirque est également présente à grand renfort de clowns, d'éléphants, d'une otarie et même du Roi Léonidas jouant de son calliope ! À l’époque, ce dernier se trouve être le Personnage le plus récent sur la Parade, le film L'Apprentie Sorcière dont il est tiré étant sorti dans les salles de cinéma sept mois auparavant. La Parade présente également un dragon chinois et se termine par un drapeau américain en deux dimensions.

Bob Yonne suggère alors à Jack Wagner, producteur de la division du divertissement à Disneyland d'utiliser la musique de Fantasia pour illustrer ce défilé de lumières, mais ce dernier souhaitait des sonorités plus dynamiques et plus entraînantes, une musique reflétant l'étincelant visuel. Après une recherche intense, il tombe sur un album de Jean-Jacques Perry et Gershon Kingsley, compositeurs de musique électronique, intitulé Kaleidoscopic Vibrations: Spotlight On The Moog, dont la face B est un morceau intitulé Baroque Hoedown. Don Dorsey, ingénieur son et consultant en production audio pour les Parcs Disney réorchestre alors le titre et en compose une introduction et une apothéose inédites pour la Main Street Electrical Parade. C'est Jack Wagner, connu dans les Parcs pour ses nombreux enregistrements d'annonces qui fera celle de cette Parade, mais de façon inhabituelle. Sa voix est en effet spécialement modifiée pour donner un aspect électronique afin de coller au thème musical de la Parade, un arrangement notamment réalisé à l'aide d'un vocodeur (dispositif électronique du traitement du signal sonore) mixé à un synthétiseur. Chaque groupe de chars possède ensuite sa propre boucle musicale composée de Baroque Hoedown et de morceaux réarrangés de grands Classiques Disney, correspondant à l'univers représenté par chacune des unités.

En 1977, la Parade fait peau neuve et se voit désormais présentée dans une version où tous les chars sont en trois dimensions. C’est cette version qui deviendra le défilé culte qui enchantera des millions de visiteurs à travers le monde et notamment à Disneyland Paris. La même année, la Parade fait ses débuts à Walt Disney World Resort. Pour la première fois dans l’histoire des Parcs Disney, une Parade est donc dupliquée à l'identique pour une autre destination. En 1985, le défilé de lumières est à nouveau dupliquée à destination de Tokyo DisneylandMain Street, U.S.A. n’existe pas (World Bazaar est le Land le remplaçant) ; le spectacle se voit alors tout simplement renommé Tokyo Disneyland Electrical Parade. Durant quelques années la Main Street Electrical Parade illumine donc les soirées de trois Parcs Disney dans le monde avant que son arrêt au Magic Kingdom ne soit officiellement annoncée pour le 14 Septembre 1991. Une nouvelle Parade voit alors le jour à Walt Disney World Resort le 1er octobre de la même année, SpectroMagic. Pourtant la Main Street Electrical Parade n'est pas prévue pour prendre la poussière dans un hangar, puisqu’elle est désassemblée et envoyée de l'autre côté de l'Atlantique, en France plus précisément, dans le prochain Parc Disney à sortir de terre, Euro Disneyland.

Le futur Resort français sera donc le premier à disposer de sa Parade nocturne dès son ouverture, un argument de poids vendu comme l'un des points à ne pas manquer lors de sa visite au royaume de Mickey. Le défilé est d'ailleurs donné lors de la cérémonie d'ouverture diffusée sur les chaînes de télévision partout en Europe le 11 avril 1992. Ainsi, dès le lendemain, les visiteurs d'Euro Disneyland peuvent profiter de cette impressionnante cavalcade de lumières, que les visiteurs francophones connaissent désormais sous le nom de La Parade Électrique de Main Street. Lorsque la destination change de nom en 1994, l'introduction de la Parade est modifiée pour transformer « Euro Disneyland » en « Disneyland Paris ». La Parade reste en revanche inchangée, et comme pour la version de Tokyo, c'est l'unité "it's a small world" qui clôture le défilé, à la différence des Parades américaines du genre se terminant par l’unité Honor to America, véritable cri patriotique qui porte tout son sens aux États-Unis.

Enchaînement d’unités sans lien scénaristique, La Parade Électrique de Main Street tire sa force dans le choix des Personnages Disney et des thèmes qu’elle aborde, de char en char. L’ouverture, tout d’abord, est laissée aux mains - ou plutôt aux gigantesques ailes - de la Fée Bleue du film Pinocchio, campée sur son char qui représente la moitié inférieure de sa robe, semblable à une cloche. Ce personnage magique arbore un long voile soutenu par six pages. Casey Jr. est le deuxième char de l'unité d'ouverture. Conduit par Dingo, le célèbre train du bonheur de Dumbo donne quelques coups de sifflet pour annoncer son arrivée. Casey Jr. transporte alors un gigantesque tambour, sur lequel les lumières changent régulièrement, pour afficher à tour de rôle le nom du spectacle « Main Street Electrical Parade » et « Présentée par Philips », société de technologie néerlandaise, sponsor de la parade jusqu’en 2002. Devant le grand instrument se tient Minnie Mouse, dont la robe scintille de mille feux, alors que Mickey trône au sommet de l'instrument.

L’unité suivante, consacrée à Alice au Pays des Merveilles, représente près d'un tiers de la Parade à elle seule. Cette partie est principalement composée de petites créatures qui se déplacent librement sur la route du convoi, pouvant tourner sur elles-mêmes, repartir en arrière et même se diriger vers le public pour le saluer, tout en émettant de petits sons facétieux. Parmi elles se trouvent deux abeilles, une jaune et une verte, deux escargots dont les motifs sur la coquille sont différents, et deux tortues, l'une portant un chapeau alors que l'autre arbore une cravate et des lunettes. Un mille-pattes est également de la partie, ne pouvant se déplacer qu'en ligne droite. L'autre élément de cette unité est formé des imposants champignons, le premier représentant un papillon et une coccinelle, le deuxième Alice et le Chafouin, et le dernier la Chenille et une grenouille gobant une mouche. L'ensemble comporte au final très peu de références au film d'animation de 1951, si ce n'est les quelques Personnages susnommés, ainsi que les références musicales avec les thèmes Pays du Merveilleux, Un Matin de Mai Fleuri et La Chanson du Non-Anniversaire qui les accompagnent.

La troisième unité de la Parade se consacre à Cendrillon, composée de son carrosse, avec à son bord la jeune Princesse, le cocher et Marraine la Bonne Fée. Jaq et Gus et leurs amis accompagnent, quant à eux, le véhicule magique dans leur plus beau costume, puis sont remplacés par Suzy et Perla lors des dernières années de la Parade. Étonnamment, aucun cheval ne tire le carrosse, insinuant peut-être que les souris, transformées en chevaux de trait dans le Classique de 1950, ne peuvent être à deux endroits en même temps. De nombreux couples de danseurs de la cour entourent une scène de bal sur laquelle se trouve le Prince Charmant tenant l'une des pantoufles de verre de Cendrillon. Derrière se tient, non pas le château du roi, mais juste la tour qui sert d'horloge, entourée de fontaines de lumières.

L'unité royale est suivie par celle consacrée à Dumbo, composée d'un ours jaune portant un gilet jouant l'équilibriste sur des barils, d'un éléphant rose tenant un parapluie qui se sert de sa trompe comme pommeau de douche et du calliope tiré par un hippopotame à bord duquel se trouve le Roi Léonidas du film L'Apprentie Sorcière. Les sept nains du film d’animation Blanche Neige et les Sept Nains sont également de la partie jusqu’en 1998, le classique de 1937 ayant ensuite droit à sa propre unité.

Plus loin, un dragon vert à pois jaunes approche, avec un jeune garçon sur son cou : Peter et son ami Elliott sont de la cavalcade et représentent le film Disney le plus récent de tout le défilé. Elliott crache de temps à autre de la fumée et tient au bout de sa queue une lanterne ; Peter, quant à lui, interagit directement avec les visiteurs, tout comme le fait Alice sur son unité, une spécificité de cette parade unique. La Parade Électrique de Main Street est en effet l'une des rares Parades Disney pendant laquelle des Personnages peuvent parler aux visiteurs sans l'intermédiaire d'un playback pré-enregistré. 

Enfin, l’unité "it's a small world" de trois chars compose le final. Elle rend hommage à la populaire attraction de Fantasyland qui célèbre la paix dans le monde. Des monuments symboliques y sont représentés aux côtés de quelques enfants de la fameuse croisière autour du globe. Cette ôde à la joie signe le grand final de La Parade Électrique de Main Street accompagné d'une apothéose musicale reprenant la voix électronique entendue plus tôt. Cependant, pour des raisons budgétaires, l'unité se voit retirée courant de l'année 1992, faisant de Peter et Elliott le Dragon le grand final de la Parade. Ce n’est pourtant pas le seul changement que la Parade subira à travers les années.

Alors que La Parade Électrique de Main Street bat son plein en France, la Tokyo Disneyland Electrical Parade prend, elle, fin le 21 juin 1995, cédant sa place à la toute nouvelle Parade nocturne Disney's Fantillusion!, qui mélange effets lumineux et transformations de chars tout en racontant une histoire de bataille entre le Bien et le Mal. Mais rien ne se perd car une unité de la Parade électrique nippone survit, expédiée à Disneyland Paris : le char du Lac des Cygnes défile ainsi dès février 1997. Ce char, exclusivité de la version japonaise, représente un cygne majestueux scintillant de mille feux accompagné par ses trois petits. L’un d’eux baisse la tête comme s'il était intimidé de défiler devant autant de visiteurs. Cette unité utilise le morceau intitulé Le Cygne du français Camille Saint-Saëns et le thème musical du célèbre ballet de Piotr Ilitch Tchaïkovski, Le Lac des Cygnes.

Le 25 novembre 1996, c'est à Disneyland en Californie que la Main Street Electrical Parade plie bagages, la dernière ayant eu le droit à une saison d'adieu, ce qui est très rarement le cas pour un spectacle de Parc Disney. Sa remplaçante, Light Magic, est alors un fiasco monumental. Les unités Blanche Neige et les Sept Nains et Pinocchio, qui n'étaient pas présentes sur la version de Floride, sont envoyées à Disneyland Paris où elles sont présentées comme l'une des nouveautés de la saison d'été 1998, appelée La Féerique Magique de Lumière, avec également Les Feux de la Fée Clochette. Ainsi à partir du 11 juillet 1998, La Parade Électrique de Main Street se voit complétée de trois chars. L'unité de Pinocchio est alors composée de deux morceaux de l'Île Enchantée, l'un avec Pinocchio et Crapule à son bord, l'autre avec une tête lumineuse géante qui invite les vilains garçons à venir s'amuser afin d'être transformés en ânes. Dans les années 2000, cette unité figure juste après les deux chars d’ouverture, la propulsant ainsi en début de Parade. La partie consacrée au tout premier long-métrage d'animation Disney Blanche Neige et les Sept Nains se voit elle matérialisée par la mine de diamants dans laquelle travaillent les nains. La Princesse est également de la partie pour soutenir ses petits amis durant l’extraction des pierres précieuses. 

Sur le plan technique, la Parade est composée de pas moins de 180 000 ampoules, de trois couleurs principales différentes : rouges, bleues et translucides (de petits capuchons sont posés par-dessus l'ampoule pour former les autres couleurs). Ce cortège scintillant est généralement joué durant la saison estivale quand le Parc ferme après la tombée de la nuit, pendant la saison de Noël, et les trois premiers mois de l'année avant le passage à l'heure d'été. Pour diverses raisons, et notamment d'effectifs, tous les chars ne défilent pas à chaque représentation, une unité pouvant être coupée et des rôles secondaires écartés, comme par exemple les pages soutenant le voile de la Fée Bleue, les soldats de plomb derrière Casey Junior, ou encore Peter sur le dos d'Elliott. Fait amusant, lorsque Michael Jackson visite Euro Disneyland en 1992, il a droit à un évènement privé dans les coulisses du Parc durant lequel il lui est permis de piloter l'une des tortues de la Parade nocturne pour son plus grand plaisir.

Une autre cocasserie s’est déroulée le 11 août 1999 : la France est alors plongée dans le noir complet en plein jour, lors d’une éclipse solaire totale, inondant Disneyland Paris dans l'obscurité pour quelques minutes. Les équipes du parc distribuèrent des lunettes aux visiteurs afin de pouvoir admirer, non seulement l'éclipse mais également une représentation exceptionnelle de La Parade Électrique de Main Street en fin de matinée, composée de quatre chars et quelques animaux de l'unité d'Alice, défilant à la vitesse « de la lumière ». Le 31 décembre 1999, pour le passage à l’an 2000, le défilé est présenté sous le nom de La Parade Électrique du Millénaire (Magical Millenium Electrical Parade) et a la particularité de présenter pour la première fois un showstop. Elle est proposée à 21h45, et lorsque l’horloge sonne 22h, heure à laquelle la Russie passe à l'an 2000, l’ensemble des chars s’arrêtent pour laisser place à une annonce. Un mini feu d’artifice est tiré durant 1 minute 40, avant que les chars ne repartent pour leur dernier défilé du millénaire.

La musique de la Parade pour le Parc parisien est Baroque Hoedown, la même que dans les autres Parcs Disney ayant accueilli une parade électrique, mais les équipes de Vasile Sirli, compositeur attitré pour Disneyland Paris, ont retravaillé les sonorités de cette dernière d'un point de vue purement technique afin de la rendre plus douce et adaptée au Main Street, U.S.A. français. Pour la première fois, l'annonce de l'introduction du spectacle est en français, seul le titre étant prononcé dans la langue de Shakespeare. Dès le premier Noël du Parc en 1992, La Parade Électrique de Main Street a le droit à sa version spéciale pour la saison et défile sous les grandes arches lumineuses qui longent la rue principale de Main Street, U.S.A. Les chars ne subissent cependant aucune modification, seule la musique est complétée de quelques sonorités rappelant, à juste titre, les chants de Noël les plus connus comme Vive le Vent, Noël Blanc ou encore Petit Papa Noël. Les premières années du défilé, Le Château de la Belle au Bois Dormant restait allumé durant les représentations, contrairement aux façades de Main Street, U.S.A.. Par la suite, lorsque l'annonce d'introduction se terminait, l’éclairage principal de l’édifice royal était éteint en même temps que les lumières environnantes sur Central Plaza, mais il scintillait à l'aide de lumières installées sur les tours et les toits, dans le même style que l'illumination de la Tour Eiffel.

Toutes les bonnes choses ont une fin… En 2003 c'est au tour du Resort européen de dire au revoir à sa féerie de lumières. Les trois premiers mois de 2003 constituent officiellement la saison d'adieu de La Parade Électrique de Main Street. Vendue comme telle dans de nombreux catalogues et publicités, Disneyland Paris offre la chance à ses visiteurs de venir dire au revoir à leur défilé favori. Un pin’s en édition limitée est même réalisé pour l'occasion, mettant en avant Blanche Neige devant le fameux tambour tiré par Casey Jr. sur lequel il est écrit « Au Revoir Main Street Electrical Parade, Disneyland Park », et pour coller parfaitement au thème, peut s'allumer, éclairant ainsi le nom de la Parade. Le 23 mars 2003 a donc lieu la dernière représentation de ce spectacle mythique ; dans l'assemblée - ou plutôt du haut du balcon de The Gibson Girl Ice Cream Parlour - Jean-Jacques Perrey, compositeur de Baroque Hoedown, est présent pour un dernier au revoir. Une fois le dernier char rentré en coulisses, les danseurs et Personnages Disney sont venus saluer les admirateurs réunis pour l'occasion avant que le rideau ne se referme sur la Parade qui aura à jamais marqué des générations de visiteurs, petits et grands.

Alors que le nouveau défilé nocturne du Parc Disneyland, la Parade Disney Fantillusion tout droit venue de Tokyo Disneyland s'apprête à enchanter de nouvelles générations de visiteurs quelques mois plus tard, deux unités de La Parade Électrique de Main Street sont envoyées par delà l'Océan Atlantique pour retourner en Californie. Il s'agit de celle de Blanche Neige, qui retrouve son autre moitié (le chariot de Simplet), et celle de Pinocchio qui défilent alors à Disney California Adventure à partir de 2009. En 2010, dans le cadre du festival Summer Nightastic! de Walt Disney World Resort, la Main Street Electrical Parade traverse les États-Unis pour défiler au Magic Kingdom pendant six ans, avant de refaire le chemin arrière vers la Californie en 2017. Alors qu'à une époque, cette Parade défilait à différents endroits du monde en trois exemplaires, au début des années 2010, il n'en n'existe plus qu'une seule d'entre elles. Pour son retour en 2017 sur la côte Ouest, Disneyland mène alors une campagne qui met en avant le retour de ce classique intemporel en soulignant le fait que le Parc californien est le lieu où a commencé son histoire, le slogan clamant « It's coming home » (« Elle revient à la maison » en anglais). La Parade défile pour un temps limité puis reviendra durant l’été 2019 pour désengorger les allées de Star Wars: Galaxy’s Edge tout fraîchement sorti de terre. 

Le 12 avril 2017, jour du vingt-cinquième anniversaire du Parc Disneyland, Disneyland Paris a rendu un hommage à La Parade Électrique de Main Street. Lors du spectacle d'ouverture La Grande Célébration du 25e Anniversaire de Disneyland Paris, un medley des musiques qui ont animé les rues du Parc français est diffusé, ce dernier laissant échapper quelques notes de Baroque Hoedown. Ce thème peut également être entendu à bord de l'attraction Le Pays des Contes de Fées, lors du passage devant la scène de la Cité d'Émeraude du pays d’Oz. Et pour cause, la musique utilisée pour ce segment de la croisière n'est autre que celle du char de la Parade dans sa version californienne créée en 1985 lors de la sortie du film Oz, un Monde Extraordinaire, ce dernier n'ayant défilé que quelques mois avant de disparaître dans un incendie. Des version réorchestrées de Baroque Hoedown ont aussi été introduites dans les boucles musicales de L'Auberge de Cendrillon, Walt's - An American Restaurant et du Disneyland Hotel. Et au-delà de sa musique, l’héritage de ce spectacle a perduré avec l'introduction de nouvelles Parades comme Tokyo Disneyland Electrical Parade: Dreamlights de Tokyo Disneyland ou Disney Paint The Night! de Hong Kong Disneyland et Disneyland Resort qui rendent hommage à la Parade originale au travers de la représentation des films mis en avant ou encore dans la conception de certains chars.

Bien que ne présentant pas les films Disney les plus récents, ce spectacle est avant tout un dépaysement total, une plongée dans un univers lumineux et loin du monde réel. L'arrivée d'une fée majestueuse, de petites créatures espiègles qui jouent avec les visiteurs, une belle princesse dans son carrosse, un grand dragon au regard coquin ou l'arrivée de héros de dessins animés sont indéniablement les ingrédients indispensables d'une recette réussie d’un conte de fée illuminé et d'un rêve éveillé.

Dès le 17 juin 1972, dans les rues du Disneyland Park, en passant plus tard par celles du Magic Kingdom, de Tokyo Disneyland, du Parc Disneyland à Marne-la-Vallée, s'invitant aussi à New York ou à l'Orange Bowl de Miami, La Parade Électrique de Main Street a marqué plusieurs générations d'enfants, petits et grands à travers le monde. Sa musique éternelle, qu'elle soit féerique ou plutôt « électro-synthé-magnétique » a fait applaudir des millions de mains et ses centaines de milliers de petites ampoules ont illuminé les yeux de nombreux visiteurs des royaumes magiques pendant près de cinquante ans.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.