Parade Disney ImagiNations

Parade Disney ImagiNations
L'affiche
Nom anglophone :
Disney’s ImagiNations Parade
Date d'ouverture :
31 décembre 1999
Date de fermeture :
2001
Type d'attraction :
Parade
Musique :
Vasile Sirli
Durée :
20 minutes
(10 minutes après l’arrêt des show-stops)

Le synopsis

De Fantasyland à Town Square, Mickey et ses amis partent à la découverte des beautés des six continents, traversant monuments historiques, biodiversité animale et cultures du monde entier !

L'expérience

Mickey et sa Magigolfière
Genre : Char
Période : 31 décembre 1999 - Mars 2001
Chansons : Mickey Mouse Club March / Zip-a-Dee-Doo-Dah / It's a Small World (After All)
Ouvrant le joyeux cortège mettant à l’honneur les cultures du monde entier, Minnie, Daisy, Donald, Dingo, Pluto et Tic & Tac défilent, fièrement vêtus de costumes évoquant les différents continents à l’image des chars qui les suivent. À bord de sa Magigolfière, Mickey, dans une combinaison d’aviateur argentée, inaugure également les festivités dans un char représentant, lui, une véritable invitation au voyage, mêlant les différents moyens de transports d’hier et d’aujourd’hui : montgolfières, zeppelin, parachutes, bateau avec sirène sculptée sur la proue, avion et même une fusée forment un ensemble rétro-futuriste, arrimés au sol par des ancres pour éviter que le tout s’envole.
Minnie - Asie
Genre : Char
Période : 31 décembre 1999 - Mars 2001
Chansons : Comme un Homme / Imperial City / Honneur à Tous / Il en Faut Peu Pour Être Heureux / Je Suis Ton Meilleur Ami
Trônant fièrement au-dessus de la foule et protégée par une ombrelle aux multiples lanternes colorées, une princesse chinoise, vêtue d’un immense hanfu orangé et bordeaux fleuri sur laquelle un dragon doré serpente, ouvre la marche à l’immense Minnie, accompagnés de danseurs et danseuses en habits traditionnels asiatiques. Derrière elle, la Grande Muraille de Chine s'enroule autour de la géante souris, vêtue d'une robe rouge aux délicats motifs dorés, tenant dans chaque main un éventail traditionnel aux mille drapeaux comme celui du Japon, de la Corée du Sud, du Pakistan, de la Chine, d’Israël, de la Mongolie, de l’Arabie Saoudite, du Sri Lanka, de Taïwan, du Kazakhstan, de la Jordanie ou encore de la Malaisie. Le Taj Mahal s’est également glissé dans les plis de sa robe. Elle accueille sur la tête l’une des tours imposantes d’Angkor Vat tandis qu'à ses pieds portant des geta, chaussures traditionnelles japonaises, ci et là sont disposés un vase Ming, un bol de nouilles chinoises et des théières en porcelaine.
Tic & Tac - Afrique
Genre : Char
Période : 31 décembre 1999 - Mars 2001
Chansons : Entre Deux Mondes / Je Voudrais Déjà Être Roi / Prince Ali
À l'avant du char, Tac a pris la forme d'un sphinx d'Égypte régnant sur le Nil, le plus grand fleuve d’Afrique, et surmonté d’un soleil aveuglant et d’un palais oriental. Sur les côtés, de petites huttes aux toits de chaume sont envahies de girafes tandis qu'à l’arrière, Tic, portant un masque africain géant, est représenté avec une coiffe faite de feuilles de bananier et d’un collier mettant à l’honneur les drapeaux de nombreux pays africains dont le Botswana, le Nigeria ou encore l’île Maurice ! Des tams-tams les accompagnent, ainsi qu’une flopée d’animaux sauvages comme une tortue, un hippopotame et un alligator tenant dans sa gueule un diamant rouge. Devant, deux autruches et une antilope cachée dans la nature africaine se joignent à l'assemblée.
Daisy - Océanie
Genre : Char
Période : 31 décembre 1999 - Mars 2001
Chansons : The Tiki, Tiki, Tiki Room / Hawaii Five-O Theme / Aloha 'Oe / Ta-Hu-Wa-Hu-Wai
Un coquillage contre l'oreille pour mieux entendre le bruit des vagues, Daisy, non loin de quelques palmiers, surfe au milieu des dauphins, des tortues et d'une myriade de poissons en plein océan Pacifique, avec des fleurs tropicales pour seuls ornements. Elle tient dans la main une colombe prête à s’envoler. Dans les vagues d'un océan déchaîné, des cachalots et une baleine se frayent un chemin, croisant sur leur route un ballon de rugby en cuir. Un kangourou les accompagne à l’arrière du char tandis que devant, une conque géante est posée sur la grève, jonchée d'étoiles de mer, et sert de trompette.
Donald - Amérique Latine
Genre : Char
Période : 31 décembre 1999 - Mars 2001
Chansons : Sous l’Océan / Partir Là-Bas / Tico Tico / The Girl From Ipanema / La Cumparsita / La Bamba / Brazil
Assis sur le dos d’un lama arborant un bonnet péruvien, Donald, vêtu d’une tenue violette et coiffé d’une couronne de plumes multicolores, semble s’amuser aux couleurs de l’Amérique latine, maracas en mains ! Il est perché en haut d’un temple maya du Machu Picchu sur lequel sont flanqués un ballon de football et un oiseau de paradis suivi de sa belle traîne chatoyante. Devant, une danseuse du Carnaval de Rio est escortée par quelques danseurs aux tenues colorées.
Dingo - Amérique du Nord
Genre : Char
Période : 31 décembre 1999 - Mars 2001
Chansons : Quand On Prie la Bonne Étoile / Virginie Compagnie / Au Son Calme des Tam-tams / In the Mood / New York, New York / Sing, Sing, Sing / I Got Rhythm / Summertime / That's Entertainment / There's No Business Like Show Business / Living In America / Oh, Happy Days!La Bannière Étoilée / Ma Cabane au Canada / Cielito Lindo / Oh Susanna / The Yellow Rose of Texas
Transformé en Statue de la Liberté avec sa couronne et sa torche, Dingo survolant les falaises de grès des Montagnes Rocheuses, est surmonté du Mont Rushmore, célèbre monument américain représentant notamment les présidents des États-Unis les plus marquants à l’instar de Georges Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln. Un ours et un caribou, animaux typiques de l’Amérique du Nord, se tiennent aussi fièrement au sommet du monument. D’autres éléments marquants font, en outre, référence à certains États ou villes célèbres comme une machine à sous pour Las Vegas, une fusée pour la Floride (Cap Canaveral) et le Texas (Houston) ou encore des gratte-ciels, véritable symbole de métropoles modernes comme New York ou Chicago. Sur les côtés du char, se tient un réalisateur de cinéma avec sa caméra, et à l’arrière, l’Ouest américain est à l’honneur avec le Grand Canyon, des tipis, un cactus et des Amérindiens. Devant, trois totems de tribus amérindiennes, des cactus dansants coiffés de sombreros et une guitare géante chevauchée par un cowboy précèdent Dingo.
Pluto - Europe
Genre : Char
Période : 31 décembre 1999 - Mars 2001
Chansons : C’est la Fête / Supercalifragilisticexpialidocious / Bella Notte / La Tyrolienne des Nains / Hungarian Rhapsody No. 2Symphonie no. 9 / Kalinka
Pluto, qui ferme la marche, se laisse emporter par le courant sur une gondole vénitienne rouge et or et est paré d’un blouson sur lequel sont cousus les drapeaux des nations européennes comme l'Irlande, l'Espagne ou la Roumanie. Rendant hommage à la culture du Vieux Continent, il est accompagné de plusieurs monuments emblématiques représentant des pays d’Europe : l’Italie est représentée par la Tour de Pise, la France par la Tour Eiffel, la Grèce par l’Acropole d'Athènes et une amphore antique, le Danemark par la statue de la Petite Sirène de Copenhague, le Royaume-Uni par Big Ben, mais aussi de divers symboles évocateurs comme un train à grande vitesse, une chope de bière, un moulin hollandais, un ballon de football, un taureau et une muleta utilisée lors de corridas, une cigogne apportant un bébé et une grappe de raisin. Devant, une représentante de la noblesse européenne, vêtue d'une robe rose aux mille dorures et miroirs finis à la feuille d'or, salue la foule.

La critique

rédigée par Victoire Beretton
Publiée le 03 novembre 2020

Les Parades, éléments essentiels du Parc Disneyland depuis 1992 et par extension de tout Parc Disney dans le monde entier, sont souvent signe de grandeur, mettant à l’honneur des Personnages Disney, généralement accompagnés d’une myriade de danseurs à la chorégraphie parfaite sur un hymne spécialement créé pour l’occasion. Pour l’an 2000, Disneyland Paris n’a pas fait exception sur ce terrain et a voulu marquer le coup ; c’était ainsi l’occasion idéale de remplacer La Parade du Monde Merveilleux Disney par une nouvelle Parade tout aussi grandiose, la Parade Disney ImagiNations. Elle est ainsi présentée au Parc Disneyland à l'occasion des festivités du millénaire : en avant-première lors de la soirée du réveillon du 31 décembre 1999, puis chaque après-midi à partir du 1er janvier 2000 jusqu’au mois de mars 2001. D’une qualité indubitable, son passage éclair n’est pourtant pas sans explications. 

Ce projet extrêmement ambitieux avait pour but de rendre hommage à chaque continent du monde, en reprenant sur chaque char les symboles les plus emblématiques des cultures du monde entier. Afin de rattacher cette idée à l'univers Disney, les personnages de Mickey et ses amis se voient harmonieusement intégrés aux convois, cette fois non interprétés par des Cast Members à taille humaine mais par le biais d’immenses représentations de chaque Personnage : ainsi, Minnie arbore des yeux bridés, Tic intègre une tribu africaine, Tac se transforme en sphinx, Dingo est personnifié en Statue de la Liberté, Daisy surfe dans l’Océan Pacifique, Donald fait un tour dans les Andes tandis que Pluto s’improvise gondolier. Le seul Personnage des Big Five à ne pas avoir de char à son effigie est donc Mickey ; toujours exceptionnelle, la petite souris, vêtue d'un costume d'aviateur argenté, ouvre en effet la parade perchée dans un immense avion appelé Magigolfière. Intégrer ces personnages emblématiques dans des chars représentant les sept continents est donc un concept intéressant et inclusif. Il propulse également Disneyland Paris en tant que destination internationale, prête à recevoir des visiteurs des quatre coins du globe.

Pour ce projet grandiose, sept chars monumentaux ont ainsi été conçus : d’une hauteur de onze mètres, il s’agissait alors des plus grands chars jamais conçus à Disneyland Paris. Produisant un effet spectaculaire auprès des visiteurs, l’innovation en termes de conception est sans pareille ; mais c’est aussi, paradoxalement, l’un des aspects de la Parade qui lui a nui le plus. En effet, leur taille gigantesque a posé plusieurs problèmes d’ordre logistique et opérationnel : tout d’abord, l’arche entre les deux tours marquant l’entrée de Fantasyland a dû être retirée afin de permettre le passage des convois colossaux. Ensuite, toujours sur la route de la Parade, qui s’étend traditionnellement de Fantasyland à droite d’“it’s a small world” à Town Square dans Main Street, U.S.A., un autre aspect technique a été mis à l'épreuve : les chars avaient un poids si conséquent que les pavés de Main Street, U.S.A. ont commencé à s'enfoncer. Ces conséquences logistiques s’ajoutent enfin à un autre évènement qui aurait pu mettre en péril le lancement de la Parade : quelques jours avant, la tempête Lothar qui débuta dans le Nord de la France dès le dimanche 26 décembre 1999 avait abîmé les chars, qui ont été cependant réparés in extremis pour le départ officiel prévu le 31 décembre 1999.

Une autre caractéristique majeure de cette Parade inédite réside dans le fait qu’aucun Personnage Disney ne pouvait se trouver dessus, hormis pour la Magigolfière de Mickey. Ainsi, Minnie, Dingo, Donald, Daisy et Pluto ouvraient la Parade Disney ImagiNations à pied, et étaient les seuls personnages, avec Mickey, présents sur l’animation. Il s’agit là d’un autre point noir de la Parade Disney ImagiNations : les visiteurs, en plus de se tordre le cou pour regarder des chars démesurément grands, regrettent indubitablement l'absence de Personnages Disney. Si de nombreux danseurs animent en effet le cortège entre les chars, vêtus de magnifiques costumes colorés rendant hommage aux différentes traditions dans le monde, aucun Personnage Disney ne les accompagnait. Les Parades Disney ayant pour but, à l’origine, de mettre en scène les Personnages, leur absence sur la Parade Disney ImagiNations est un choix assez incompréhensible a posteriori ; d’autant plus qu’ils étaient très nombreux sur La Parade du Monde Merveilleux Disney qui a précédé la Parade Disney ImagiNations, ce qui a sans doute renforcé la déception du public par comparaison.

Malgré cela, la Parade Disney ImagiNations était conçue de manière à engager les visiteurs : lors de ses premiers mois d’existence, elle fonctionnait, il est vrai, sur un principe de « show-stop », qui engageait les danseurs installés notamment dans les plus petits chars, entre chacun des chars principaux. Chaque mini-char faisait ainsi écho au continent du grand char qui le suivait : dans celui représentant l’Asie, autour duquel s’enroule un dragon, la danseuse est vêtue d’une robe traditionnelle chinoise jaune et surmontée d’une ombrelle à laquelle sont suspendues des lanternes ; celui représentant l’Afrique, quant à lui, est décoré de bananes, de masques africains, de lions et de deux majestueuses autruches ; vient ensuite le mini-char de l’Océanie, ressemblant à une merveilleuse robe faite de vagues, d’écume et de coquillages d’où surgissent des dauphins ; puis, celui de l’Amérique latine, qui représente le monument classé à l’UNESCO de la pyramide de Kukulcan, au Mexique, ornée de serpents et de symboles mayas ; le char de l’Amérique du Nord, pour sa part, rend un bel hommage à l’âge d’or du jazz avec une profusion de saxophones ; l’Europe, pour finir, est symbolisée par une sculpture, dans l’esprit des tableaux de Picasso, jouant de la mandoline.

Au cours de ces show-stops, les danseurs invitaient des enfants à les rejoindre pour danser avec eux au son de medleys musicaux, réalisés à partir d’extraits de bandes-originales de l’univers Disney liées au continent concerné, ainsi qu’à des musiques plus traditionnelles. La seule exception était la Magigolfière de Mickey, où ne figuraient que des musiques Disney à l’instar de Mickey Mouse Club March, Zip-a-Dee-Doo-Dah et It's a Small World (After All). Ainsi, le continent asiatique était représenté par des musiques issues de Mulan (Comme un Homme, Imperial City, Honneur à Tous), du Livre de la Jungle (Il en Faut Peu Pour Être Heureux) et d’Aladdin (Je Suis Ton Meilleur Ami). Le continent africain était caractérisé, quant à lui, par des musiques de Tarzan (Entre Deux Mondes), Le Roi Lion (Je Voudrais Déjà Être Roi) et Aladdin (Prince Ali), le seul film d’animation se retrouvant étonnamment dupliqué sur deux continents. L’Océanie était représentée par les chansons The Tiki, Tiki, Tiki Room composée par les frères Sherman pour l’attraction Walt Disney’s Enchanted Tiki Room de Disneyland en Californie, Hawaii Five-O Theme tiré de la série télévisée du même titre, une musique extrêmement populaire dans les fanfares des lycées et des universités américaines (notamment à Hawaï) mais qui n’a, dans les faits, aucun rapport avec les activités de The Walt Disney Company ; et des chansons traditionnelles hawaïennes Aloha 'Oe et Ta-Hu-Wa-Hu-Wai. L’Amérique latine était symbolisée, elle, par les musiques de La Petite Sirène (Sous l’Océan, Partir Là-Bas), bien qu’aucune référence, hormis l’accent jamaïcain du crabe Sébastien, ne soit faite à cette partie du monde dans le film d’animation de 1989, ainsi que des musiques brésiliennes et mexicaines notamment Tico Tico, The Girl From Ipanema, La Cumparsita, La Bamba et Brazil.

L’Amérique du Nord est le continent représenté par le plus grand panel de chansons : le medley comporte, en effet, des chansons Disney issues de Pinocchio avec Quand On Prie la Bonne Étoile (un choix sans lien direct avec l'Amérique du Nord) et de Pocahontas, une Légende Indienne avec Virginie Compagnie et Au Son Calme des Tam-tams ; mais aussi des standards du jazz tels que In the Mood de Glenn Miller, New York, New York de Frank Sinatra, Sing, Sing, Sing de Louis Prima et I Got Rhythm et Summertime, toutes deux composées par George Gershwin ; des chansons issues de comédies musicales avec That's Entertainment chantée notamment par Fred Astaire dans Tous en Scène et There's No Business Like Show Business composée par Irving Berlin pour le musical Annie du Far-West ; du funk avec Living In America de James Brown ; du gospel avec Oh, Happy Days! ; l’hymne national des États-Unis avec La Bannière Étoilée ; le Canada était représenté par Ma Cabane au Canada de la chanteuse française Line Renaud ; le Mexique avec le chant populaire Cielito Lindo de Quirino Mendoza y Cortés ; et, pour une plongée historique dans le passé sombre des États-Unis, le Sud confédéré se retrouve représenté avec les chants confédérés Oh Susanna et The Yellow Rose of Texas. Il est d’ailleurs plutôt étonnant voire choquant de voir ici Disneyland Paris reprendre, dans une parade célébrant la diversité, des chants somme toute racistes même si leur renommée acquise au cours des années les ont faits devenir, par la force du temps, des classiques de la culture musicale américaine. Enfin, l’Europe est représentée par des musiques de La Belle et la Bête (C’est la Fête) pour la France, Mary Poppins (Supercalifragilisticexpialidocious) pour le Royaume-Uni, La Belle et le Clochard (Bella Notte) pour l’Italie - bien que le film se déroule en fait aux États-Unis -, Blanche Neige et les Sept Nains avec La Tyrolienne des Nains et son célèbre yodel, mais aussi de grandes compositions classiques telles que Hungarian Rhapsody No. 2 de Liszt, la Symphonie no. 9 de Beethoven et le célèbre chant russe Kalinka composé par Ivan Petrovitch Larionov.

Au bout de quelques mois, les arrêts de la Parade Disney ImagiNations furent supprimés, ce qui a considérablement réduit la durée de la parade. Les medleys musicaux ont donc disparu et la chanson officielle All Around The World est devenue la seule musique diffusée durant toute la durée de la parade. Cette chanson, par ailleurs, a été composée par Vasile Sirli, Directeur de la Musique à Disneyland Paris depuis décembre 1990, et qui avait précédemment composé la chanson de La Parade du Monde Merveilleux Disney, Dancin' (A Catchy Rhythm). All Around The World a d’ailleurs également été interprétée par Tania Hencheroff, qui était déjà la voix féminine de Dancin’ A Catchy Rhythm. Mais contrairement à elle, les paroles de All Around The World ne font pas mention de l’univers de Disney ; illustrant parfaitement la Parade Disney ImagiNations, elles rendent hommage à la solidarité, l’amitié et le partage entre les êtres humains du monde entier - et ne sont pas, en ce sens, sans rappeler l’hymne des frères Sherman It’s a Small World (After All), notamment quand il s'agit de faire référence aux rires des enfants à travers le monde… Quatre versions de la chanson All Around the World ont ainsi été enregistrées : une chantée par Tania Hencheroff seule, une chantée par Tania Hencheroff et un chœur, une chantée par le chœur seul et, enfin, une version instrumentale.

Entre le manque de succès auprès des visiteurs et les contraintes opérationnelles, maintenir la Parade Disney ImagiNations devient difficile à justifier. Il est pourtant évident que Disneyland Paris, à l'époque du lancement, fondait sur elle de grandes ambitions : un soin tout particulier avait en effet été apporté à sa médiatisation, poussée jusqu'à une collaboration avec McDonald's qui avait, lors du lancement en 2000, proposé dans le Happy Meal des petites peluches à l'effigie des amis de Mickey tels qu’ils sont représentés sur les chars. Mais au bout de quinze mois, en mars 2001, la Parade Disney ImagiNations est finalement définitivement arrêtée et remplacée par La Parade du Monde Merveilleux Disney. Malgré le budget et l’ambition mis dans la création de cette incroyable Parade, les chars de la Parade Disney ImagiNations ne seront jamais réutilisés, contrairement, par exemple, à La Parade Électrique de Main Street qui a été envoyée à Hong Kong Disneyland après la fin de son utilisation à Disneyland Paris de 1992 à 2003. Ainsi, les immenses chars qui ont posé tant de soucis de par leur taille sont finalement détruits : un beau gâchis, tant créatif que financier, pour ces colosses mal-aimés qui n’auront eu droit qu’à un peu plus d’un an d’exploitation au sein du Parc Disneyland.

Innovante et visuellement éblouissante, la Parade Disney ImagiNations est pourtant un échec en raison de ses contraintes techniques peu anticipées et du manque d'animations liées à l'univers Disney. Elle reste néanmoins un hommage digne au nouveau millénaire, et une curiosité rare et magnifique pour les visiteurs qui auront eu la chance de la voir pendant son bref passage au sein du Parc Disneyland.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.