Timon’s « MataDance »
Vue d'ensemble
Nom anglophone :
Timon's “MataDance”
Date d'ouverture :
Le 30 juin 2019
Date de fermeture :
Le 22 septembre 2019
Type d'attraction :
Spectacle
Durée :
18 minutes

Le synopsis

Dans un recoin d’Adventureland, Timon et sa MataSquad convient des danseurs en herbe à partager un moment festif et coloré au rythme de la MataDance, pendant que Pumbaa pimente l'atmosphère à sa façon !

L'expérience

Entre les murs de torchis séché réchauffés par le soleil dans un coin paisible d’Adventureland, non loin du Village Djembe Joy, une musique épique résonne tandis que la foule commence à se constituer et applaudir. Il semblerait que Timon, l'intrépide mangouste de la Terre des Lions, rôde dans les parages. D’imposantes portes en bois aux motifs géométriques s’ouvrent. L’hôte de la cérémonie accueille alors les invités ; Pumbaa, assis lui sur un tapis de feuilles disposé dans une charrette et accompagné de trois danseurs, salue à son tour la foule avant de roter en s’excusant, la faim du pachyderme semblant l’avoir déjà rattrapé.

Soudain, Timon, escorté par deux de ses amis, rejoint le groupe et salue chacun d’entre eux, à commencer par son éternel acolyte Pumbaa qu’il remercie « d’avoir gardé la boutique ». Désormais tous réunis, l’un des membres demande aux invités s’ils sont prêts à rejoindre la MataDance Squad de Timon puis s’empresse d’ajouter « et de Pumbaa » lorsque ce dernier émet un râle de mécontentement, de peur d’être oublié par le reste de la troupe. Sur ce, Timon rappelle que l’aventure qui va suivre reste principalement sienne au plus grand désarroi de son ami phacochère. La mission du jour : apprendre la « sans souci philosophie » pour oublier qu’aucun d’entre eux ne se trouve au sommet de la chaîne alimentaire. À peine après avoir prononcé ces mots, Timon est pris d’un vent de panique, pensant aux hyènes qui pourraient rôder aux alentours. Ses camarades se moquent gentiment de lui en imitant alors des prédateurs sortant leurs griffes. Heureusement, Timon reprend rapidement ses esprits et rappelle qu’il est toujours possible de compter sur ses amis.

L’hôte de la MataDance poursuit la leçon. Pour lui, la « sans souci philosophie » c’est aussi « s’allonger dans l’herbe et regarder les étoiles un soir d’été ». Alors qu’il prononce ces paroles, quelques notes rappellent que L’Amour Brille Sous les Étoiles, la foule se laissant bercer par ce moment de grâce avant que ne résonnent, cette fois, les flatulences de Pumbaa. Pendant qu’une légère fumée s'échappe du derrière du phacochère, toute la troupe met fin à ses rêveries en rejoignant Pumbaa. Après tout, se soutenir et partager un bon repas entre amis, c’est aussi ça la « sans souci philosophie ». L’heure a maintenant sonné : il faut mettre en action cette nouvelle façon d'appréhender la vie avec la MataDance ! Mais, alors que toute la troupe esquisse des premiers mouvements, un cri lointain semble venir de la savane environnante. Le timoré Zazu arrive en un battement d’ailes et interrompt la danse, craignant que cet attroupement sauvage ne soit trop dangereux, au risque d’attirer les hyènes. Il n’en fallait pas plus pour provoquer la panique de Pumbaa et Timon qui sont fort heureusement rassurés par leurs amis et tous les invités bienveillants qui les entourent.

Le zélé conseiller du roi ailé en rajoute et les avertit qu’il s’agit là d’un non-respect du protocole, mais toute la troupe semble bien décidée à se prendre au jeu de la MataDance. Alors que le calao décide de se rapprocher de Pumbaa pour montrer son profond désaccord, le cochon sauvage se met de nouveau à roter, provoquant l’hilarité générale et convaincant Zazu de rejoindre la danse en s’écriant « Hakuna Matata ». Tous s’apprêtent alors à danser à l'exception de Timon qui doit encore enfiler son costume de « MataDancer » avant de rejoindre ses amis. Quelques instants passés à l'abri des regards indiscrets, derrière la charrette où Pumbaa a posé son séant, et la mangouste réapparaît dans un costume haut en couleurs fait de multiples perles de bois et de bouts d'étoffes colorées. Place à la danse ! L’hôte rappelle à tous les invités les trois éléments qui composent la MataDance : le rythme avec les tam-tams, les « cool-cool » et les « Grrr ». Pour débuter, la troupe a besoin de cinq nouvelles recrues. Choisissant parmi la foule les danseurs en herbe qui souhaitent s'initier à la MataDance, le groupe grossit ses rangs. Timon et ses danseurs accueillent leurs invités et demandent un tonnerre d’applaudissement pour le premier squad qui vient de se constituer : celui des tam-tams.

Il faut dorénavant apprendre les pas de la MataDance. Alors que toute la troupe s’apprête à exécuter le mouvement de départ, Pumbaa, sûrement dans un excès d’excitation, se met une nouvelle fois à roter. Mais pas une minute à perdre, le capitaine reprend la danse avec les pas suivants : des balancements et sauts de gauche à droite, un plongeon vers l’avant avant de finir en jouant du tam-tam ! Juste le temps pour Timon, Pumbaa et la foule de faire une ola et d’encourager les premiers danseurs avant que la musique s’intensifie. Le groupe des tam-tams exécute alors l'enchaînement. Zazu se mêle à la danse, et au fil de la chorégraphie, la troupe accueille le second groupe de MataDancers : les cool-cool. Pour ce squad, les pas sont plus frénétiques : claquements de doigts et mains en l’air combinés à des mouvements de gauche à droite puis de haut en bas, la chorégraphie semble bien huilée. Après de nouveaux encouragements de Timon, Pumbaa et tous leurs amis, les deux groupes vont désormais exécuter leurs mouvements respectifs, à l’unisson, au rythme entraînant de la MataDance. À la suite de ce deuxième entraînement, la chorégraphie se voit complétée d’un ultime groupe de MataDancers : les Grrr. Pendant que Zazu avoue, un peu honteux, s’amuser, toute la troupe part à la recherche des derniers membres de cette folle aventure au rythme des tam-tams. Sans perdre une minute, les nouveaux participants apprennent les nouveaux pas. Mouvements d'alligator, de lion et d’antilope apportent à la chorégraphie un air des plus sauvages.

La danse n’attendant pas, la MataDance se lance dans une dernière et complète représentation des trois groupes en harmonie. Sous le soleil de la savane, les danseurs réalisent avec minutie leurs pas, quand soudain la musique s'accélère. Les MataDancers se retirent quelques instants pendant que Timon invite la troupe à se rassembler auprès de lui. Au rythme des dernières notes du chant entraînant, et sous une pluie de confettis bleu ciel et blanc, la MataDance prend fin. Alors que Zazu s’étonne des compétences de danse des bipèdes invités à cette fête, chaque danseur en herbe se voit attribuer un badge sur lequel est inscrit « Timon’s MataDance, Timon says : I can dance » (comprendre « Timon dit que je sais danser »). Les danseurs amateurs rejoignent la foule tandis que Timon, Pumbaa, Zazu et tous leurs amis remercient l’ensemble des invités en leur rappelant d’insuffler à tous la « sans souci philosophie ». Sur des notes enjouées, la troupe reprend une dernière fois la MataDance pour le plus grand plaisir de tous, notamment de Pumbaa qui ne peut retenir ni son émotion, ni ses flatulences au moment du grand final. Derrière la troupe, les massives portes de bois s'ouvrent de nouveau pour laisser passer cette joyeuse assemblée, en route vers de nouvelles aventures et, selon les dires de Pumbaa, vers un buffet à volonté ! En bon dernier, Zazu continue de chanter et voler au rythme de la MataDance tandis que la foule se disperse dans la savane aride d’Adventureland.

La critique

rédigée par Romain Hinault
Publiée le 30 juillet 2020

Timon’s « MataDance » est un spectacle exclusif de la saison estivale Le Festival du Roi Lion et de la Jungle, lancée le 30 juin 2019. En plus de ce show, cette saison comprend en effet deux nouvelles animations : la colorée Parade Le Rythme de la Jungle et le puissant spectacle Le Roi Lion et les Rythmes de la Terre. Mettant en avant les Personnages du (Le) Roi Lion l’année de la sortie de son remake réalisé par Jon Favreau et de celle des vingt-cinq ans du trente-deuxième long-métrage des Walt Disney Animation Studios, Timon’s « MataDance » est un hommage qui ne dit pas son nom.

Même s’il s’agit de l’animation la moins ambitieuse de cette saison, Timon’s « MataDance » n’en demeure pas moins divertissante. En cohérence avec Le Festival du Roi Lion et de la Jungle, ce spectacle extérieur est présenté six fois par jour dans un espace peu exploité d’Adventureland mais se prêtant parfaitement à la situation. Chacune des représentations se déroule à la fois en français et en anglais afin d’être comprise par une majorité de visiteurs. Donnant un cachet unique à l’animation et une plus-value certaine, les acteurs des Personnages du (Le) Roi Lion ont repris de la voix. Ainsi, Timon est doublé par Jean-Philippe Puymartin, acteur, réalisateur et légendaire doubleur de la mangouste mais aussi de Tom Hanks (Toy Story, Dans l’Ombre de Mary - La Promesse de Walt Disney) et Tom Cruise dans de nombreux films (Le Dernier Samouraï, La Guerre des Mondes). Homme de théâtre, acteur et doubleur français, Michel Prud'homme prête, pour sa part, une fois de plus sa voix au calao à bec rouge. Pour Disney, il est aussi la voix personnage de Chi-Fu, le conseiller de l’Empereur de Chine dans le Grand Classique Mulan (1998). Enfin, Ernie Sabella, connu outre-Atlantique pour sa carrière à Broadway et ses apparitions dans de nombreuses séries télévisées (A Fine Romance, Encore! Encore!) et téléfilms (Le Temps d’une Idylle, Annie), reprend son rôle de Pumbaa dans sa version originale. L’hôte de l’animation alterne quant à lui le français et l’anglais pour aiguiller au mieux les visiteurs dans l’apprentissage de la MataDance.

Les costumes des six danseurs, de Timon et du marionnettiste jouant Zazu ont été créés pour l’occasion. Le soin particulier apporté à la tenue de Timon qui comporte mille deux cents perles de bois et pas moins d’une cinquantaine de mètres de ruban ajoute de l'authenticité à l’ensemble. Le maquillage de la totalité de la troupe a lui aussi été grandement travaillé, renforçant la cohérence visuelle de toute l'animation. Pour leur plus grand plaisir, les visiteurs ont également la chance de retrouver Pumbaa : Personnage assez rare au sein du Resort parisien, il y intervient plus vrai que nature, perché sur son chariot. Les mimiques du phacochère et les effets spéciaux sont orchestrés avec brio et permettent de réelles interactions avec Timon et le reste de la troupe. Chose notable, ici, rien ne se perd et tout se transforme : la marionnette de Pumbaa provient en effet du char Dreams of Adventure de La Parade des Rêves Disney, jouée de 2007 à 2012, puis utilisée sur le char Magic of Adventure! issu de La Magie Disney en Parade ! présente de 2012 à 2017 au sein du Parc Disneyland. La marionnette de Zazu utilisée sur cette animation est issue, quant à elle, du spectacle Animagique joué sur la scène du Soundstage 3 de 2002 à 2016 au Parc Walt Disney Studios.

Spectacle indubitablement créé pour un jeune public, il use et abuse d’un ton léger et de ressorts comiques faciles tout au long de la représentation, notamment en ce qui concerne les flatulences de Pumbaa. Timon’s « MataDance » rend néanmoins grandement hommage au film d’animation Le Roi Lion à travers de nombreuses références tirées du chef d'œuvre des Walt Disney Animation Studios comme la « sans souci philosophie », l’attaque des hyènes, le respect du protocole selon Zazu ou encore un buffet d’insectes, sans évidemment faire l'impasse sur les problèmes gastriques de Pumbaa. 
Animant un espace d’Adventureland souvent calme, Timon’s « MataDance » propose une véritable expérience interactive et dansante à l’instar d’autres animations comme Danse avec les Gardiens de la Galaxie que les visiteurs ont pu découvrir dès 2018 au Parc Walt Disney Studios. Portant bien son nom, Timon’s « MataDance » permet ainsi aux petits mais aussi aux plus grands de devenir, le temps d’une danse, acteurs de la magie qui opère au sein du Resort parisien.

Le reproche majeur formulé à l’encontre de Timon’s « MataDance » est le manque de visibilité pour les spectateurs ne se trouvant pas dans les premiers rangs de la foule. Il est vrai que ce spectacle ne possède pas de scène à proprement parler et se joue dans un espace réduit, voire reclus, au sein d’Adventureland, ne permettant pas un accès visuel égal à toute l’assemblée. Pis encore, la grande affluence pour cette animation bloquait régulièrement d’autres visiteurs souhaitant traverser le Land. À l’instar de précédents spectacles comme Hissez Pavillon, Moussaillons !, où Jack Sparrow apprenait aux plus jeunes visiteurs à devenir de véritables pirates durant le Festival Pirates & Princesses, le manque d’espace dédié à Timon’s « MataDance » a quelque peu entaché sa réputation. Par ailleurs, a contrario des animations Le Rythme de la Jungle et Le Roi Lion et les Rythmes de la Terre reconduites pour la seconde édition de la saison Le Festival du Roi Lion et de la Jungle, Timon’s « MataDance » ne fut pas joué en 2020 du fait des restrictions sanitaires appliquées suite à la pandémie de la COVID-19.

Afin de créer une expérience toujours plus globale et en soutien à la campagne promouvant Le Festival du Roi Lion et de la Jungle, les internautes ont pu découvrir dès le 4 juin 2019 sur les réseaux sociaux de Disneyland Paris une vidéo permettant d’apprendre, en avance, la chorégraphie de Timon’s « MataDance ». Cette initiative, déjà étrennée pour le spectacle Pirates ou Princesses Disney : À La Croisée des Chemins ! permet aux visiteurs les plus avertis de préparer au mieux leur performance mais aussi de retrouver après leur visite, via un média de grande qualité, l’expérience qu’ils ont pu vivre au sein du Resort. De même, le badge « Timon’s MataDance – Timon says : I can dance » donné aux participants de cette animation est un geste très appréciable - et assez rare pour le souligner - qui permet aux visiteurs de garder un souvenir concret de leur performance.

Année des 25 ans de la sortie du (Le) Roi Lion oblige, des animations ont fleuri dans d’autres Resorts Disney à l’instar d’une animation similaire à Timon’s « MataDance », qui a été dévoilée à Disney's Animal Kingdom. Jouée sur Discovery Island Stage, Hakuna Matata Time Dance Party a ainsi permis aux visiteurs d’entrer dans la danse avec Timon, Rafiki, Baloo, Tok, Meiko ou encore Koda sur une playlist mêlant des titres issus de la pop culture et des plus grands classiques Disney. À Disney California Adventure, Tales of the Lion King fêtait aussi le quart de siècle du long-métrage d’animation mais dans une forme fondamentalement différente des autres animations précitées.

Animation énergique et interactive, Timon’s « MataDance » permet aux visiteurs d'adopter la « sans souci philosophie » au plus près des mythiques Personnages du (Le) Roi Lion. Bien que son emplacement ne soit pas optimal, ce spectacle divertit petits et grands, tout en portant un soin particulier aux costumes, à la musique et aux répliques clins d'œil du film. 
Complétant convenablement le riche programme du Festival du Roi Lion et de la JungleTimon’s « MataDance » est une surprise appréciable et appréciée, venue tout droit de la Terre des Lions.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.