Iwao Takamoto
Date de naissance :
Le 19 avril 1925
Lieu de Naissance :
Los Angeles, en Californie, aux États-Unis
Date de Décès :
Le 08 janvier 2007
Lieu de Décès :
Los Angeles, en Californie, aux États-Unis
Nationalité :
Américano-Japonaise
Profession :
Animateur
Réalisateur
Producteur

La biographie

rédigée par Karl Derisson
Publié le 15 février 2024

Au plus fort de leur activité, les studios Disney ont pu compter des centaines d’animateurs. Parmi eux, Iwao Takamoto a marqué d’une pierre blanche l’histoire de l’animation en donnant naissance à des personnages entrés dans la légende.

Iwao Takamoto voit le jour le 19 avril 1925 dans le quartier de Little Tokyo, à Los Angeles. Frère aîné de Robert et Judy, il est le fils de Chitoshi Takamoto, un émigré originaire d’Hiroshima installé aux États-Unis pour y subir des soins. Ce dernier ne rentre finalement au pays que ponctuellement pour épouser sa femme, Akino. De retour en Amérique, le couple achète une petite maison à quelques rues du City Hall South. Iwao Takamoto grandit ainsi au milieu de la communauté japonaise installée en ville. Élève brillant, il suit une scolarité studieuse à la Thomas Jefferson High School d’où il sort diplômé dès l’âge de quinze ans. La Seconde Guerre mondiale a cependant tôt fait de ruiner la suite de ses études. Suite à l’attaque de Pearl Harbor, le gouvernement a en effet signé l’Ordre 9066 qui contraint désormais les Japonais à se faire recenser afin d’être ensuite conduits vers des camps d’internement. Comme onze-mille civils d’origine japonaise, Iwao Takamoto et sa famille sont ainsi emmenés dès mars 1942 vers le camp de Manzanar, à 370 kilomètres à l’est de Los Angeles, où ils séjournent durant toute la durée du conflit. Il passe alors une bonne partie de ses journées à dessiner, encouragé notamment par deux directeurs artistiques de MGM et Paramount, eux aussi internés…


Camp de Manzanar, Californie, 1942

À la fin de la guerre, Iwao Takamoto retrouve enfin la liberté. Après quelques mois passés dans l’Idaho où il est employé comme saisonnier dans l’agriculture, il est finalement de retour à Los Angeles, dans son quartier d’origine qu’il compare tristement à un ghetto. Il a à peine vingt ans et se met à la recherche d’un emploi. Le hasard lui permet bientôt de recroiser la route des deux directeurs artistiques de MGM et Paramount qui lui suggèrent de postuler chez Disney, l’un des rares studios à Hollywood qui recrute et surtout forme ses artistes. Il tente dès lors sa chance et, à sa grande surprise, parvient très rapidement à obtenir un entretien. Durant le week-end, il dessine tout ce qui lui passe par la tête et conçoit un maigre portfolio qu’il présente quelques jours plus tard au décorateur Mique Nelson. Observant les divers croquis avec circonspection, ce dernier demande à Takamoto de patienter quelques instants. Lorsqu’il revient enfin au bout d’une quinzaine de minutes, Nelson annonce à l’artiste en herbe qu’il est attendu dès le lundi suivant.

Mélodie Cocktail (1948)
Le Crapaud et le Maître d'École (1949)

Particulièrement surpris de la vitesse avec laquelle il est parvenu à décrocher sa place, Iwao Takamoto signe le 5 juin 1945. Nommé intervalliste, il débute tout de suite sa formation aux côtés d’autres jeunes recrues comme Virgil Partch, Dave Detiege et Lloyd Reese avec qui il sympathise. Supposée durer huit mois, celle-ci consiste à faire ses gammes en travaillant sur quelques courts-métrages. Aussi minutieux que talentueux, Iwao Takamoto surprend ses instructeurs et au bout de seulement trois mois, il est déjà promu assistant animateur dans l’équipe de Bob Carlson. Sa joie est cependant de courte durée. Dès le début de l’année 1946, les finances des studios Disney sont au plus mal. Bien que la guerre soit terminée, l’entreprise a du mal à reprendre une activité normale après avoir produit des dizaines d’heures de films d’entraînement et de propagande. Surtout, les marchés étrangers, notamment européens, peinent à s’ouvrir de nouveau. Pour faire face, les embauches sont stoppées. Les artistes les plus jeunes et ceux arrivés le plus récemment dans l’entreprise se retrouvent régulièrement au chômage technique. Pendant quelques semaines, Iwao Takamoto est par conséquent invité à rester chez lui, parfois sans chèque de paye…

Cendrillon (1950)
Peter Pan (1953)

Lorsqu’il retrouve son travail à temps plein, Iwao Takamoto a perdu sa place d’assistant… Redevenu intervalliste, il est mis au travail sur Le Crapaud et le Maître d’École et Mélodie Cocktail. L’une de ses tâches consiste à mettre au net une séquence de Pecos Bill montrant la belle Sophie Sue en train de chevaucher un gigantesque poisson-chat. Remarquable, son travail est alors repéré par Milt Kahl, le superviseur de l’animation qui demande immédiatement à ce que Takamoto intègre son équipe. Avec les autres assistants, comme Stan Green et John Freeman, Iwao Takamoto planche sur les apparitions de Brom Bones. Il enchaîne ensuite avec Cendrillon, notamment les passages mettant en scène le Roi et le Grand-Duc. Aussi enthousiaste que studieux, il profite alors à plein de l’expertise de ses aînés. Travailler avec Milt Kahl est un privilège, tant l’artiste est talentueux et rigoureux. Vouant une admiration sans borne à celui qui devient son modèle, Iwao Takamoto observe aussi avec beaucoup d'attention le style de Marc Davis, une autre légende qui partage le même bureau que Kahl. Frank Thomas, Ollie Johnston et Ward Kimball sont également de formidables modèles. Après Cendrillon, l’artiste collabore à la production d’Alice au Pays des Merveilles. Toujours auprès de Milt Kahl, il se penche sur quelques apparitions de l’héroïne.

La Belle et le Clochard
(1955)
Dessin d'animation de
Frank Thomas et Iwao Takamoto

En plus de quelques plans avec les Garçons perdus, Iwao Takamoto donne ponctuellement vie à Wendy dans Peter Pan, comme dans la séquence où la jeune fille fait la moue après l’épisode chez les Indiens. Durant la production de La Belle et le Clochard, il assiste Kahl pour la scène durant laquelle Clochard se réveille et s’étire. Alors que Walt Disney trouve que le personnage de Lady n’est pas assez féminin, il suggère en outre à son mentor de s’inspirer de Veronica Lake. Il lui souffle en particulier d’observer la chevelure ondulée de la comédienne pour dessiner les oreilles de la chienne qu'il anime avec Frank Thomas. Dans La Belle au Bois Dormant, Iwao Takamoto reprend quelques passages avec le Prince Philippe et son cheval Samson. Il collabore aussi avec Marc Davis sur le personnage d'Aurore, et avec Hal King et Blaine Gibson pour donner vie aux oiseaux et à l’écureuil. Durant la production du film, il travaille par ailleurs avec Jane M. Shattuck qu’il épouse en 1957. Ensemble, le couple donne naissance à Michael.

La Belle au Bois Dormant
(1959)
Dessin d'animation de
Marc Davis et Iwao Takamoto

À la fin de la production des (Les) 101 Dalmatiens, Iwao Takamoto décide de quitter les studios Disney après plus de quinze ans de service. La division court-métrage a en effet été fermée. La production de longs-métrages, foncièrement réduite, ne permet pas d’occuper à plein temps tous les artistes. Takamoto fait donc le choix de s’en aller. En août 1961, il rejoint alors les équipes d’Hanna-Barbera où il occupe un poste de créateur de personnages. C’est durant une visite des studios qu’il rencontre pour la première fois Barbara Farber, l’une des assistantes de direction qu’il épouse en secondes noces en 1964.

Iwao Takamoto, années 1970
Esquisse de Scooby-Doo, années 1970

Nommé décorateur et concepteur de personnages, Iwao Takamoto travaille à l’époque sur divers projets tels que Sans Secret, l'Écureuil Agent Secret, Les Fous du Volants, Les Aventures de Gulliver, Satanas et Dialobo, Scooby-Doo et Les Jetson. Il conçoit alors de très nombreux personnages emblématiques tels qu’Astro, le chien de la famille Jetson, Diabolo, l’acolyte du perfide Satanas, la ravissante Pénélope Joli-Cœur ou bien encore le Grand Gazou, l’alien des (Les) Pierrafeu. En 1969, c’est également lui qui donne naissance à Sammy, Velma, Daphné, Fred et surtout à Scooby-Doo. Pour ce faire, il s'inspire, pour son apparence, du Danois de l’un des employés des studios. Pour le nom, il se sert de la chanson Strangers in the Night à la fin de laquelle Frank Sinatra entonne les mots « Scooby Dooby Doo ». Promu producteur, Takamoto enchaîne avec les séries animées Les Harlem Globetrotters, Josie et les Pussycats et La Famille Addams diffusées sur NBC entre 1970 et 1973. Il supervise ensuite les feuilletons Hong Kong Fou Fou, Momo et Ursul et Mantalo mis à l’antenne sur ABC entre 1974 et 1976.

Les Pierrafeu (1965)
Astro, Les Jetson (1962)
Scooby-Doo (1969)
Diabolo (1969)

En 1973, Iwao Takamoto fait équipe avec Charles Nichols aux côtés duquel il réalise le long-métrage Le Petit Monde de Charlotte, l’adaptation animée de l’œuvre d’E. B. White, toujours produite par Hanna-Barbera. En 1990, il dirige Les Jetson, le Film avec les maîtres Joseph Hanna et William Barbera. Élevé au rang de Vice-Président Créatif des studios Hanna-Barbara Productions, il conserve son poste lorsqu’en 1991, ces derniers sont rachetés par Turner Broadcasting System. Au moment où l’entreprise est entièrement absorbée par Time Warner en 1996, Takamoto est nommé Vice-Président des Projets Spéciaux de Warner Bros. Animation.

Pénélope Joli-Cœur (1969)
La Famille Addams (1973)
Hong Kong Fou Fou (1974)
Momo et Ursul (1975)

Couronné d’un Winsor McCay Award remis en 1996 pour l’ensemble de sa contribution au cinéma d’animation puis, en 2005, d’un Golden Award décerné par l’Animation Guild à l’occasion de ses cinquante ans de carrière, Iwao Takamoto continue de travailler pour Warner Bros. jusqu’à la fin de sa vie. Il se charge ainsi de storyboarder Un Samouraï Garde du Corps, un court-métrage avec le duo Tom et Jerry sorti en 2005. Il aide également au développement des personnages de la série Krypto le Superchien diffusée sur Cartoon Networks du 25 mars 2005 au 15 décembre 2006. Il est enfin consultant sur les films Scooby-Doo et le Triangle des Bermudes (2006) et Scooby-Doo : Du Sang Froid (2007).

Le Petit Monde de Charlotte
(1973)
Storyboard d'Un Samouraï
Garde du Corps (2005)

Atteint de problèmes respiratoires et d’une faiblesse cardiaque, Iwao Takamoto disparaît le 8 janvier 2007 lors d'une hospitalisation au centre médical de Cedars-Sinaï, à Los Angeles. Il avait quatre-vingt-un ans. « Iwao Takamoto n’était pas seulement un artiste extrêmement talentueux », explique Sander Schwartz, le président de Warner Bros. Animation, « Il était aussi une personne magnifique. Il arborait toujours un large sourire, offrait des poignées de main fermes et réservait à tous un accueil chaleureux. Ses créations constituent un héritage formidable pour les générations futures. Ceux d’entre nous qui ont eu le privilège de travailler avec lui regretteront sa précieuse présence et ses bons conseils, tout comme son talent et son esprit sans pareils ».

Iwao Takamoto
Scooby-Doo : Du Sang Froid (2007)

Iwao Takamoto est enterré au Mount Sinai Memorial Park Cemetery. Le long-métrage Scooby-Doo : Du Sang Froid lui est dédié. Ses mémoires, Iwao Takamoto: My Life with a Thousand Characters, sont publiées à titre posthume en 2009.

Poursuivre la visite

1989 • 2022

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site de fans, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.