Chadwick Boseman
Date de naissance :
Le 29 novembre 1976
Lieu de Naissance :
Anderson, en Caroline du Sud, aux États-Unis
Date de Décès :
Le 28 août 2020
Lieu de Décès :
Los Angeles, en Californie, aux États-Unis
Nationalité :
Américaine
Profession :
Acteur
Scénariste
Réalisateur
Producteur

Le portrait

rédigé par Karl Derisson
Publié le 31 août 2020

Le vendredi 28 août 2020, les fans Marvel et le monde du divertissement en général étaient sous le choc en apprenant, stupéfaits, la mort de l’acteur Chadwick Boseman, l’interprète du roi T’Challa dans le blockbuster Black Panther devenu avec ce rôle l’une des figures emblématiques de la communauté afro-américaine et qui, quatre ans après s’être fait diagnostiquer un cancer, perdait son combat contre la maladie à seulement quarante-trois ans…

Chadwick Aaron Boseman est né le 29 novembre 1976 à Anderson, en Caroline du Sud. Sa maman, Carolyn, est infirmière. Leroy, son père, mène pour sa part de front sa carrière d’employé dans une usine de textile tout en dirigeant dans le même temps une entreprise spécialisée dans le tissu d’ameublement. Parents d’une fratrie de trois enfants, Kevin, Derrick et Chadwick, le benjamin de la famille, tous les deux descendraient des peuples Krio et Limba de Sierra Leone, des Jola de Guinée-Bissau et de la communauté Yoruba originaire, quant à elle, du Nigeria.
Élevé selon les principes de l’Église chrétienne, Boseman, qui participe chaque semaine à la chorale du quartier, est durant sa jeunesse très marqué par la pauvreté de son quartier. Surtout, bien que la ségrégation soit abolie, il est choqué par le racisme ambiant et l’outrance de certains camarades et voisins qui affichent de temps à autre ostensiblement le drapeau des Confédérés sur leur façade et leur voiture. Fréquentant les bancs de la T. L. Hanna High School, l’un des lycées situés dans la banlieue d’Anderson d’où il sort diplômé en 1995, le jeune garçon nourrit dès le plus jeune âge un goût prononcé pour le cinéma, le théâtre, la littérature et surtout l’écriture. Passionné par l’œuvre de Yosef Ben-Jochannan et de Frantz Fanon, l’adolescent qu'il est profite alors de son temps libre pour créer une première pièce, Crossroad, jouée sur les planches de l’école après la mort par arme à feu de l’un de ses camarades de classe.

Après ses années lycée, Chadwick Boseman, qui fait le choix de devenir végétarien par conviction personnelle, part pour Washington et entre à l’Université Howard où il suit notamment les cours de la chanteuse et comédienne Phylicia Rashad. Première actrice afro-américaine distinguée aux Tony Award, celle-ci, bien connue pour avoir pendant huit saisons interprété le rôle de Clair Huxtable dans le Cosby Show, devient bientôt son mentor et au passage une très bonne amie. Couronné en 2000 d’un Bachelor en réalisation, Boseman peut alors compter sur son soutien ainsi que sur celui de l’acteur Denzel Washington grâce à qui certains de ses camarades et lui obtiennent une bourse pour participer à l’Oxford Mid-Summer Program de la prestigieuse British American Drama Academy de Londres. Là, le jeune homme de vingt-quatre ans, tout en souhaitant se tourner vers une carrière de scénariste et de réalisateur, fait alors le choix d’apprendre plutôt le métier de comédien, un bon moyen selon lui de connaître ceux qu’il dirigera un jour. De retour aux États-Unis, Chadwick Boseman passe ensuite par la Digital Film Academy de New York d’où il sort également diplômé.


Cold Case : Affaires Classées

Installé à Brooklyn, Chadwick Boseman débute modestement sa carrière en tant que professeur d’art dramatique au sein du Shomburg Center for Research in Black Culture, une division de la bibliothèque de New York située à Harlem et spécialisée dans la recherche sur la culture afro-américaine. Consacrant une partie de son temps à enseigner le théâtre à de jeunes élèves boursiers, il commence en parallèle à apparaître ponctuellement dans quelques séries télévisées. Il obtient ainsi en 2003 son premier rôle, celui de David Wafer, dans un épisode de New York 911. La même année, il joue Reggie Porter Montgomery dans La Force du Destin. Mentionnant aux producteurs du feuilleton les nombreux stéréotypes racistes du script, il est néanmoins rapidement renvoyé et remplacé par l’acteur Michael B. Jordan… En 2004, il prête cette fois ses traits à Foster Keyes dans la quatorzième saison de New York, Police Judiciaire. Deux ans plus tard, il joue Rondo dans Les Experts : Manhattan puis, en 2008, Derek Taylor dans Urgences et Dexter Collins dans Cold Case : Affaires Classées. Figurant dans les courts-métrages Date d’Eva Saks, LadyLike de Safiya Songhai et The Appointment de Kevin Forte, Boseman poursuit dans le même temps l’écriture de pièces de théâtre comme Deep Azure jouée sur les planches du Congo Square Theatre de Chicago et nommée en 2006 pour un Joseph Jefferson Award. Il réalise aussi son premier court-métrage, Blood Over a Broken Pawn. Également scénariste et producteur exécutif, cela lui vaut de remporter le prix du Meilleur court-métrage lors du Festival du film noir d’Hollywood.

Retour à Lincoln Heights
Person Unknown

Quittant New York pour Los Angeles en 2008, Chadwick Boseman obtient son premier rôle récurrent, celui de Nathaniel Ray Taylor, dans les saisons 3 et 4 de Retour à Lincoln Heights. Il débute par ailleurs au cinéma avec une petite apparition dans le film The Express de Gary Fleder avec Rob Brown, Dennis Quaid et Charles S. Dutton. Producteur exécutif en 2009 du court-métrage In Retrospect… de Logan Coles, l’acteur, après une unique apparition dans un épisode de la série Lie to Me, est engagé en 2010 pour le rôle principal de Persons Unknown, un feuilleton de treize épisodes créé par Christopher McQuarrie et diffusé sur la chaîne NBC.

Continuant d’apparaître ponctuellement dans d’uniques épisodes des séries The Glades, Castle, Detroit 1-8-7, Justified et Fringe, Chadwick Boseman est de retour au cinéma en 2012 dans le film indépendant The Kill Hole de Mischa Webley. Mais c’est en 2013 qu’il perce définitivement en prêtant ses traits à Jackie Robinson, pionnier du baseball et premier joueur afro-américain à avoir fait carrière en ligue majeure, dans le biopic 42 signé par Brian Helgeland qui le choisit après deux auditions parmi une liste de vingt-cinq autres acteurs. Livrant une prestation remarquable et remarquée, il est nommé dans la catégorie Révélation de l’année lors du Festival du film d’Acapulco, mais aussi lors de la cérémonie des Black Reel Awards puis celle des NAACP Image Awards organisée comme chaque année depuis 1967 par la National Association for the Advancement of Colored People, l’Association nationale pour la promotion des gens de couleur.

42
Get On Up

En avril 2014, Chadwick Boseman donne cette fois le réplique à Kevin Costner dans Le Pari d’Ivan Reitman. Quatre mois plus tard, il incarne James Brown dans Get on Up de Tate Taylor qui, malheureusement, ne parvient pas à remplir les salles. Le rôle lui vaut quand même d’être nommé au Black Reel Awards et aux NAACP Image Awards et de remporter le Virtuoso Award du Meilleur acteur au Festival international du film de Santa Barbara. En 2016, il joue enfin le dieu lunaire Thot dans Gods of Egypt d’Alex Proyas qui ne marque pas vraiment les esprits et se solde par un échec critique et commercial. Surtout, le blockbuster prouve l’inégale place occupée à Hollywood par les acteurs noirs. Boseman regrettera en particulier lors des rendez-vous avec la presse que les dieux égyptiens soient majoritairement interprétés par des acteurs blancs, Gerard Butler, Nikolaj Coster-Waldau et Geoffrey Rush en tête…

Gods of Egypt
Captain America : Civil War

Le tournant de la carrière de Chadwick Boseman se produit en 2016. Le comédien est en effet choisi par Kevin Feige et les frères Anthony et Joe Russo pour interpréter à l’écran le roi T’Challa, alias Black Panther, dans le long-métrage Captain America : Civil War. Pour s’imprégner du rôle et se replonger dans la culture africaine, le comédien relit alors certains discours de Nelson Mandela, se documente sur les personnalités de Shaka Zulu et Patrice Lumumba, écoute les chansons de Fela Kuti, lit des histoires sur les guerriers Masai et rencontre un prêtre d’ifa. Boseman expérimente également les arts martiaux africains, notamment le Dambe, la boxe traditionnelle du Nigeria, la capoeira d’Angola et la lutte de bâton du Zulu. Deux séjours en Afrique du Sud complète ses études. Il y écoute en particulier le Xhosa, l’une des langues officielles du pays à l’accent très notable et qu’utilisent les Wakandans dans le film.

Inclus dans le Marvel Cinematic Universe, Black Panther signe un véritable triomphe au box-office. Boseman, grâce à un jeu sans faute et tout en sobriété, est vivement salué par la presse et par le public. L’acteur est en lice pour le prix du Meilleur acteur dans un second rôle lors des NAACP Image Awards puis les Saturn Awards. Premier super-héros africain du cinéma, le personnage de Black Panther marque incontestablement les esprits et se voit immédiatement offrir ses propres aventures. Entre temps, Chadwick Boseman apparaît dans Message from the King de Frank du Weltz diffusé sur Netflix et dont il est également producteur exécutif. Il incarne ensuite le juriste Thurgood Marshall, le premier Afro-américain à avoir siégé à la Cour suprême des États-Unis entre 1967 et 1991, dans le film biographique Marshall de Reginald Hudlin dont il est l’un des coproducteurs. Sa prestation, ainsi que celle dans Black Panther, lui valent d’être nommé aux Black Reel Awards et au NAACP Awards et de gagner le trophée du Meilleur acteur au BET Awards.

Dix ans après ses premiers pas au cinéma, Chadwick Boseman entre enfin réellement dans la légende avec Black Panther de Ryan Coogler. Aperçu dans Captain America : Civil War, le roi T’Challa créé par Stan Lee et Jack Kirby en 1966 obtient avec ce film le premier rôle. Le public est ainsi transporté au Wakanda, royaume imaginaire situé au cœur de l’Afrique. Et c’est un véritable phénomène qui déferle sur le box-office. Proposé en salle le 16 février 2018, Black Panther bat tous les records de l’année aux États-Unis. En trois jours, le long-métrage approche déjà les 200 millions de dollars de recettes. La première semaine, 500 millions de dollars sont déjà enregistrés. La barre des 700 millions de dollars est franchie la semaine suivante. Le milliard de dollars est dépassé à la mi-mars. Salué par la critique et par le public, Black Panther termine sa carrière en affichant la bagatelle de 1,347 milliard de dollars de recettes, battant aux États-Unis les records auparavant détenus par des films comme Titanic. À ce jour, il s’agit encore du deuxième plus gros succès du MCU en Amérique du Nord derrière Avengers : Endgame et du cinquième dans le monde derrière Avengers : Endgame, Avengers : Infinity War, Marvel's Avengers et Avengers : l’Ère d’Ultron.

Cerise sur le gâteau, Black Panther s’offre même le luxe d’être le premier long-métrage du genre nommé à l’Oscar du Meilleur film. Couronné dans les catégories Meilleurs décors, Meilleurs costumes et Meilleure musique, le long-métrage, également en lice pour la statuette du Meilleur montage sonore, du Meilleur mixage de son, de la Meilleure chanson, concoure alors face à des pépites telles que BlacKkKlansman : J'ai Infiltré le Ku Klux Klan, Bohemian Rhapsody, La Favorite, Roma, A Star Is Born et Vice, il s’incline toutefois face à Green Book : Sur les Routes du Sud. Durant cette saison des prix à Hollywood, Chadwick Boseman est au passage nommé pour le Teen Choice Award du Meilleur acteur dans un film de science-fiction. Il gagne le prix de la Star masculine de l’année lors de la cérémonie des People’s Choice Awards puis celui du Meilleur acteur au Black Reel Awards. Recevant le MTV Movie & TV Awards du Meilleur héros et de la Meilleure performance dans un film, il est aussi en lice pour le prix de la Meilleure équipe à l’écran aux côtés de Lupita Nyong’o, Danai Gurira et Letitia Wright. Lors de la vingt-cinquième cérémonie des Screen Actors Guild Awards, le casting de Black Panther repart avec le trophée de la Meilleure distribution. Boseman est enfin couronné du prix du Meilleur acteur lors de la cinquantième cérémonie des NAACP Image Awards.

Partageant l’affiche avec une distribution également composée de Martin Freeman, Forest Whitaker, Andy Serkis, Sterling K. Brown et Daniel Kaluuya, Chadwick Boseman retrouve en particulier la comédienne Angela Bassett qu’il avait rencontrée des années plus tôt à la fac. Encore élève à l’Université Howard qui lui remet d’ailleurs en 2018 un diplôme de Docteur honoris cause en Lettres humaines, il avait en effet annoncé l’arrivée sur scène de l’actrice à qui l’école remettait un diplôme honorifique. Black Panther est également l’occasion pour lui de donner la réplique à Michael B. Jordan, celui-là même qui, quinze ans plus tôt, était ironiquement choisi pour le remplacer dans la série La Force du Destin après qu’il a été renvoyé par les producteurs de la série !
Avouant avoir toujours rêvé de jouer le roi du Wakanda, une ambition nourrie depuis son enfance, Chadwick Boseman, c’est un euphémisme, perce littéralement l’écran dans son rôle de T’Challa et devient en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire l’idole de toute une génération. Imprégné de cette culture africaine souvent et injustement dépréciée, Black Panther prouve surtout qu’un casting essentiellement afro-américain peut offrir une composition magistrale et littéralement pulvériser le box-office. Dès lors, et fort à propos, le long-métrage devient le symbole de la résistance face à cette industrie du cinéma, pour ne pas dire cette Amérique, qui continue inlassablement, et pas toujours malgré elle, d’entretenir et de véhiculer les préjugés raciaux. Black Panther devient dès lors un vrai phénomène de société relayé par les médias. Le signe de ralliement du roi T'Challa devient par là même un signe de ralliement utilisé par les personnes luttant pour l'égalité pleine et entière des Afro-Américains.

Alors que Marvel Studios annonce déjà la mise en route d’une suite à Black Panther, le personnage de T’Challa est de retour sur grand écran dès 2018 dans Avengers : Infinity War. Réunissant la majorité des héros de l’écurie Marvel soudés malgré eux dans leur lutte contre le Titan fou Thanos, le long-métrage offre de très beaux moments de gloire au cours d’une épique séquence de combat au cœur du Wakanda qui présente l’Afrique comme l’un des derniers refuges pour sauver l’Humanité. Annihilé d’un claquement de doigt comme bon nombre de ses amis et coéquipiers, T’Challa revient finalement dans Avengers : Endgame au cours de l’ultime combat contre Thanos, certainement l’une des plus belles scènes du genre. Marié en octobre 2019 à la chanteuse Taylor Simone Ledward, Boseman est, la même année, à l’affiche de Manhattan Lockdown de Brian Kirk dont il est également producteur et dans lequel il joue Andre Davis, un inspecteur de police new-yorkais chargé de traquer et d’éliminer deux tueurs de policiers.

2020 marque alors la fin de carrière du comédien. Prenant le temps de participer au doublage de la série d’animation Marvel What If… ? aux côtés de Natalie Portman et Hayley Atwell, il apparaît en juin devant la caméra de Spike Lee dans Da 5 Bloods, un film de guerre produit pour Netflix dans lequel il campe un vétéran afro-américain de la Guerre du Viêt Nam qui, avec trois autres compagnons, retourne dans la jungle pour retrouver un trésor ainsi que le corps de leur chef d’unité. Ma Rainey's Black Bottom, l’adaptation par George C. Wolfe de la pièce éponyme écrite par August Wilson en 1982, marque enfin son ultime apparition à l’écran. Toujours produit pour la plate-forme Netflix, le film offre à Boseman de prêter ses traits au trompettiste Levee, un homme ambitieux et prêt à tout pour se faire un nom dans la musique qui, avec ses collègues musiciens, doit attendre que la vedette du jour, Ma Rainey, la célèbre « Mère du Blues » interprétée par l’actrice Viola Davis, ne daigne enfin se présenter à un enregistrement.

Da 5 Bloods
Ma Rainey's Black Bottom

Loin des caméras et des tapis rouges, Chadwick Boseman, qui lutte à l’écran contre certains des pires méchants de l’univers Marvel, mène en parallèle un tout autre combat. En 2016, un médecin lui diagnostique en effet un cancer du côlon de stade III. Préférant de pas rendre publique cette information qui restera secrète jusqu’au jour de sa mort, le comédien, tout en rendant lui-même visite aux enfants atteints comme lui du même mal, enchaîne alors pendant et entre les tournages de ses films les séances de chimiothérapie et les opérations lourdes… Lui pronostiquant une espérance de vie de seulement quelques années, les médecins ne peuvent néanmoins rien contre la maladie qui, en touchant d’autres organes vitaux, passe irrémédiablement au stade IV au début de l’année 2020…

Le vendredi 28 août 2020, c’est ainsi dans l’effroi le plus total que le monde apprend que Chadwick Boseman, après quatre ans de lutte acharnée, a perdu son combat contre son cancer.

« C’est avec une douleur incommensurable que nous vous confirmons la mort de Chadwick Boseman », écrit alors sa famille sur le compte Twitter du comédien, « Chadwick s’est vu diagnostiquer en 2016 un cancer du côlon de stade III. Il l’a combattu durant ses quatre dernières années alors que la maladie progressait vers le stade IV. En vrai combattant qu’il était, Chadwick a persévéré durant cette épreuve en vous offrant tous ces films que vous avez tant aimés. De Marshall à Da 5 Bloods, en passant par Ma Rainey’s Black Bottom d’August Wilson et tant d’autres, tous ont été tournés pendant et entre un nombre incalculable d’opération et de séance de chimiothérapie. Ce fut l’honneur de sa carrière de donner vie au Roi T’Challa dans Black Panther. Il est décédé à la maison entouré par sa femme et ses proches. La famille remercie chacun pour votre amour et vos prières et demande à ce que chacun continue de respecter leur vie privée en ces temps difficiles ».

Révélée ainsi par sa famille, la mort du comédien crée immédiatement la stupéfaction générale… Médusé, le monde apprend alors cette disparition tragique du comédien, mort chez lui, dans sa maison de Los Angeles, entouré par les siens… Il n’avait que quarante-trois ans… Immédiatement après cette annonce tragique, l’émotion s’empare alors de la toile. Jamais un Tweet n’avait été autant aimé depuis la création du réseau social en 2006. Partout, les hommages commencent à pleuvoir, à commencer par ceux des membres de l'équipe de Black Panther et de la saga Avengers, tous sous le choc.

« Nos cœurs sont brisés et nos pensées sont tournées vers la famille de Chadwick Boseman », lisent les fans sur la page Twitter de Marvel Studios, « Ton héritage vivra pour toujours. Repose en paix ».

« C’est avec le cœur lourd et un sentiment d’extrême gratitude d’avoir pu profiter de sa présence que je dois considérer le fait que Chad fait désormais partie de nos ancêtres », commente le réalisateur Ryan Coogler au sein d’un hommage poignant relayé par The Hollywood Reporter, « Je n’étais pas dans la confidence au sujet de son cancer. Et c’est après l’annonce de sa famille que j’ai réalisé qu’il a vécu avec cette maladie tout le temps que je l’ai connu. J’ai passé un an à préparer, imaginer et écrire des mots qu’il ne prononcera finalement jamais. Cela me brise le cœur de savoir que je ne verrai plus jamais son visage dans mon moniteur de contrôle et que je n’irai plus à sa rencontre pour lui demander une autre prise ».

« Son sourire était contagieux et son talent extraordinaire. Repose en paix, doux prince », écrit quant à elle la comédienne Angela Bassett dans un tweet rempli d’émotion.

« Repose en paix, frère. Merci pour tout ce que tu as apporté quand tu étais là », ajoute Sterling K. Brown.

« Tu vas me manquer, mon frère de naissance », note Don Cheadle, « Tu as toujours été éclairant et aimant pour moi ».

« Ce fut un honneur de travailler avec toi et de te connaître », déclare pour sa part Mark Ruffalo, « Tu fus un être généreux et sincère ».

« Tu irradiais de puissance et de paix », confirme Brie Larson.

« Chaque fois qu’il arrivait sur le plateau », confie Kevin Feige, le président de Marvel Studios, « il rayonnait par son charisme et sa joie de vivre. Et chaque fois qu’il apparaissait à l’écran, il créait quelque-chose d’absolument inoubliable… Il était aussi intelligent, aussi gentil, aussi puissant que les personnages qu’il incarnait. Il prend à présent sa place à leurs côtés, en vraie icône intemporelle ».

« Nous avons tous le cœur brisé après la disparition tragique de Chadwick Boseman », note enfin Bob Iger, « Un talent extraordinaire, et l’une des âmes les plus douce et les plus généreuses que j’ai jamais rencontré. Il a apporté énormément de force, de dignité et de profondeur à Black Panther en effaçant tous les stéréotypes. Il est devenu le héros tant attendu de millions de personnes de par le monde. Nous pleurons l’homme qu’il était et celui qu’il était destiné à devenir. Tout le monde ici, chez Disney, adresse ses prières et ses sincères condoléances à sa famille ».

Au fur et à mesure que la nouvelle de sa disparition progresse, les hommages dépassent ensuite largement les limites d’Hollywood.

« Chadwick Boseman a inspiré des générations et des générations et a montré à chacun qu’il pouvait devenir qui il rêve d’être, y compris un super-héros », écrit Joe Biden, le candidat démocrate durant la campagne présidentielle et alors que les mouvements de défense des droits des Afro-américains sont justement plus forts que jamais.

« Nous n’oublierons jamais cette interprétation iconique de Jackie Robinson », notent les Los Angeles Dodgers, « ni tes autres rôles. Tu manqueras à tout le monde, Chadwick Boseman ».

« Pour nous avoir montré comment combattre l’adversité avec grâce… Pour nous avoir montré comment le clamer haut et fort… Pour nous avoir montré comment marcher comme un roi sans jamais perdre le sens commun… Pour nous avoir montré à quel point tu étais puissant… Merci Chadwick Boseman », complètent les membres de la NAACP.

Fort d’une filmographie somme toute réduite mais absolument extraordinaire, Chadwick Boseman a incontestablement marqué pour toujours le paysage cinématographique américain. Luttant à chaque instant et dès le début de sa carrière pour que les Afro-américains et les acteurs noirs en général obtiennent une place égale à celle des acteurs blancs au cinéma, il n'a jamais cessé de manifester son attachement à ses origines africaines et sa détestation de ce racisme latent aux États-Unis. Devenu une icône pour toute une communauté et des millions de fans à travers le monde, Boseman disparaît au firmament, fauché en pleine gloire par la maladie. Alors que la question de l’avenir désormais incertain du personnage de Black Panther pointe inéluctablement à l’horizon, les spectateurs du monde entier n’oublieront cependant jamais le sourire, le talent, la personnalité, la classe et le courage extraordinaires de celui qui, à jamais, restera le charismatique roi T’Challa. En un mot comme en cent, Wakanda Forever !...

La filmographie

▼ Aller en bas de la liste ▼
001
Acteur : Nathaniel Ray • Action • 4 Saisons
2007 • 2009
Télévision
2007 • 2009
Télévision
002
Acteur : Cabe McNeil • Policier • 3 Saisons
2009 • 2011
Télévision
2009 • 2011
Télévision
003
Castle
Acteur : Chuck Russell • Enquête
2009 • 2016
Télévision
2009 • 2016
Télévision
Saison 05
Saison 06
Saison 07
Saison 08
004
Acteur : Ralph 'Flex' Beeman • Western • 6 Saisons
2010 • 2015
Télévision
2010 • 2015
Télévision
005
Acteur : Graham McNair • Thriller • 13 Épisodes
2010 • 2010
Télévision
2010 • 2010
Télévision
006
Acteur : Michael Richmond • Drame • 4 Saisons
2010 • 2013
Télévision
2010 • 2013
Télévision
007
Acteur : Tommy Westin • Enquête • 18 Épisodes
2010 • 2011
Télévision
2010 • 2011
Télévision
008
Captain America : Civil War
Acteur : T'Challa / Black Panther • Fantastique • IMAX • 3-D
2016
Cinéma
2016
Cinéma
009
Black Panther
Acteur : T'Challa / Black Panther • Fantastique • IMAX • 3-D
2018
Cinéma
2018
Cinéma
010
Avengers : Infinity War
Acteur : T'Challa / Black Panther • Fantastique • IMAX • 3-D
2018
Cinéma
2018
Cinéma
011
Black Panther Power
Intervenant • Documentaire • France
2019
Télévision
2019
Télévision
012
Avengers : Endgame
Acteur : T'Challa / Black Panther • Fantastique • IMAX • 3-D
2019
Cinéma
2019
Cinéma
▲ Retour en haut de la liste ▲

Poursuivre la visite

1886 • 2020

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.