Gazeem
Date de création :
Le 25 novembre 1992
Nom Original :
Gazeem
Créateur(s) :
T. Daniel Hofstedt
Apparition :
Cinéma
Jeux Vidéo
Voix Originale(s) :
Charlie Adler
Voix Française(s) :
Michel Mella
Interprète(s) :
Firas Waleed Al-Taybeh

Le portrait

rédigé par Karl Derisson
Publié le 20 novembre 2021

En 1992, les studios Disney emmènent les spectateurs dans l’univers enchanté des 1001 Nuits avec Aladdin, leur 31e grand classique animé. Dès les premières secondes, ces derniers sont alors plongés au cœur du mystérieux désert d’Arabie où ils font la rencontre de Gazeem, un lugubre bonhomme dont le larcin est la clé d’une machination plus grande ourdie par le grand vizir Jafar.

Gazeem, petit voleur de bas étage au destin funeste

Au cœur de la nuit noire, un cheval au galop parvient au sommet d’une dune de sable. Son maître, Gazeem, est en retard et doit présenter ses excuses au vizir Jafar, impatienté. L’attente de celui-ci est toutefois récompensée. Meurtrier aguerri plutôt fier de son coup, Gazeem a dû trancher quelques gorges... Mais il est parvenu à ses fins en dérobant un bijou inestimable, une moitié de scarabée en or. S’il ignore quelle est la valeur de l’artefact, le voleur ne s’en laisse toutefois pas raconter. Il ne donnera le fruit de son larcin qu’en échange du trésor promis.

Attendant de toucher le pactole, Gazeem est néanmoins pris à son propre piège. Iago, le perroquet de Jafar, vient de lui chiper le bijou. Gazeem devra donc attendre d'être payé le « moment venu ». Les yeux écarquillés, il observe le vizir assembler les deux parties de l’insecte en or massif dont les ailes se mettent à battre frénétiquement. L’objet ensorcelé prend soudain son envol et part à l’horizon. Jafar et Gazeem se lancent à sa poursuite au triple galop. Ils s’arrêtent en apercevant les deux moitiés du scarabée se ficher dans une dune. La terre se met à trembler. Une gueule de tigre monumentale s’extrait du sable. Jafar et Gazeem sont éjectés de leur selle par les chevaux en panique. Devant eux, l’entrée de la Caverne aux Merveilles vient de s’ouvrir.

Jafar jubile. Cela fait des années qu’il en cherchait l’accès. Gazeem, quant à lui, est terrifié. Pris au collet, il est vertement sommé par le vizir de pénétrer dans la caverne et de rapporter la lampe merveilleuse qui y est cachée. Il peut à sa guise garder le trésor, mais la lampe est bel et bien promise à Jafar.

Assoiffé par les richesses promises, Gazeem ricane déjà en se frottant les mains. Le magot est à porter de main. L’affaire semble tellement simple. Mais la caverne exige de savoir qui vient ainsi troubler son repos. Projeté en arrière, Gazeem a perdu le sourire. Déclinant son identité et son statut d’ « humble voleur », il se prosterne devant l’immense tête de lion qui prévient. Un seul homme est digne d’entrer dans la caverne. Ne sachant que faire de cette information, Gazeem se tourne vers Jafar qui le presse de faire ce pour quoi il a été envoyé.

Gazeem n’a pas le choix. Il fait un pas, deux pas, trois pas puis met le pied sur la première marche de la caverne. Il ne se passe rien. Ouf ! Il peut souffler. Pas pour longtemps. À peine a-t-il foulé la deuxième marche que la gueule de tigre se referme en rugissant. Cherchant à fuir, Gazeem est dévoré et enseveli à jamais dans les sables du désert...

La Conception du personnage

Gazeem fait partie de la longue liste des sbires qui accompagnent les grands méchants Disney. Associé à Jafar qui l’a missionné pour rapporter la moitié de scarabée en or qui lui manque encore pour trouver l’entrée de la Caverne aux merveilles, il fait également partie des personnages au destin funeste. Sa mort est d’ailleurs vite expédiée. Aladdin n’a pas commencé depuis cinq minutes que Gazeem est déjà mort. Un record ! Sa disparition permet alors aux spectateurs de comprendre les sentiments dénués d’humanité de Jafar, peu touché par la mort de son complice. Surtout, cette mort renseigne le public sur le danger que représente la Caverne et sur l’impérieux besoin, pour le vizir, de trouver au plus vite ce mystérieux « Diamant d’innocence ».

T. Daniel Hofstedt
Feuille de modèles de Gazeem

Capable de tuer pour arriver à ses fins, Gazeem apparaît sous les traits d’un petit homme en haillons dont la pauvreté et la dureté se lisent sur son visage mal rasé et marqué par les années.
Assassin patenté, Gazeem est entièrement animé par T. Daniel Hofstedt. Diplômé du California Institute of the Arts, l’artiste débute sa carrière au sein des studios Hanna-Barbera où il travaille sur la série Les Schtroumpfs, puis il rejoint les rangs des Sullivan/Bluth Studios où il collabore à la production de Fievel et le Nouveau Monde, du (Le) Petit Dinosaure et la Vallée des Merveilles et de Charlie, Mon Héros. En 1991, il passe chez Disney et anime Gazeem et le prince Achmed dans Aladdin. Amateur de poésie et de musique et grand fan de baseball, Hofstedt donne ensuite vie à Simba jeune, à Ben et Lon dans Pocahontas, une Légende Indienne, aux gardes et aux gitans dans Le Bossu de Notre-Dame ainsi qu’aux Muses dans Hercule et à l’Empereur dans Mulan. Il enchaîne ensuite avec le capitaine et les marins de Tarzan puis Monsieur Arrow dans La Planète au Trésor - Un Nouvel Univers. Au générique de La Ferme se Rebelle, Mickey, Donald et Dingo - Les Trois Mousquetaires et Winnie l’Ourson et l’Éfélant, il anime les masques et les poupées vaudous dans La Princesse et la Grenouille. Sa filmographie compte aussi des films comme Les Looney Tunes Passent à l’Action, Le Pôle Express, Speed Racer, Planes, Tom et Jerry au Pays de Charlie et la Chocolaterie et Space Jam : Nouvelle Ère.

Les Voix de Gazeem

En version originale, Gazeem est interprété par Charlie Adler. Né le 2 octobre 1956 à Paterson, dans le New Jersey, l’artiste se découvre une passion pour la télévision dès le plus jeune âge. Grand fan des Three Stooges et de la série animée Rocky et Bullwinkle, il se destine alors à une carrière d’acteur. Enchaînant les petits boulots, il débute modestement en 1971 dans une publicité. Au générique des pièces de la Torch Song Trilogy écrite par Harvey Fierstein en 1984 et 1985, il est nommé pour le Helen Hayes Award du Meilleur acteur pour son rôle d’Arnold Beckoff. En 1986, il quitte New York pour la Californie et se tourne vers le monde du doublage. Il prête ainsi sa voix à des séries comme Transformers, Les Schtroumpfs, G.I. Joe, Mon Petit Poney, Scooby-Doo, les Tiny Toons, The Mask... Pour Disney, il collabore à plusieurs productions dont La Petite Sirène, La Bande à Picsou - Le Film : Le Trésor de la Lampe Perdue, Le Prince et le Pauvre, Bonkers, Le Marsupilami et campe des personnages comme Mechaniklès dans Aladdin, la série animée et Ned dans Le Livre de la Jungle - Souvenirs d’Enfance.

Charlie Adler
Michel Mella

En français, Gazeem est vocalisé par Michel Mella. Originaire de Paris où il naît le 11 octobre 1950, le comédien est l’une des voix incontournables en France. Présent au théâtre, au cinéma et à la télévision, il est notamment le doubleur de Joe Pesci, John Turturo, Henry Winkler et Paul Giamatti. Il campe également des personnages comme Timide dans le troisième doublage de Blanche Neige et les Sept Nains, Pedro dans La Belle et le Clochard, Coco Lapin dans Winnie l’Ourson, Banzaï dans Le Roi Lion, La Rocaille dans Le Bossu de Notre-Dame ou bien encore les Frères Trouillard dans La Ferme se Rebelle.

Les Autres Apparitions de Gazeem

Gazeem apparaît brièvement dans le jeu vidéo adapté d’Aladdin créé pour les consoles Sega Genesis. Il fait alors partie des ennemis que le héros affronte dans les rues d’Agrabah.
Il est en outre un protagoniste de Disney Crossy Road.

Aladdin
Disney Crossy Road

Dans l’adaptation d’Aladdin signée en 2019 par Guy Richie, Gazeem apparaît brièvement lors du générique du film. Anonyme, il est visible une fraction de secondes devant la Caverne aux merveilles. Pressé par Jafar qui le bouscule pour qu’il entre dans la grotte, il finit englouti par cette dernière comme dans le classique animé de 1992.

Cantonné à une simple ombre avançant dans l’obscurité, Gazeem est interprété par le comédien Firas Waleed Al-Taybeh (Born of War, Kabreet 45, Never Leave Me, Weapon Without Murder).

À peine visible à l’écran et déjà tué, quel funeste destin que celui de cette petite crapule de Gazeem...

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.