Disneyland
Les Secrets du Château

Disneyland : Les Secrets du Château
L'affiche
Production :
Disneyland Paris
Mad Productions
Date de diffusion France :
Le 24 février 2022
Genre :
Promotionnel
Réalisation :
Émilie Bruna
Durée :
67 minutes

Le synopsis

Joyau d’architecture au cœur du Parc Disneyland, Le Château de la Belle au Bois Dormant est passé au peigne fin par des experts et fans Disney, révélant ses secrets, pierre par pierre…

La critique

rédigée par
Publiée le 05 mars 2022

S’il est désormais concevable pour les Imagineers Disney de construire un Royaume Magique sans Big Thunder Mountain ou Space Mountain, Shanghai Disneyland l’ayant prouvé en 2016, la demeure princière sous la forme d’un château facilement identifiable reste un incontournable sans qui un Parc Disney de type Royaume Magique ne serait complet. Centralisant la majeure partie de son émission sur Le Château de la Belle au Bois Dormant à Disneyland Paris, le reportage sobrement nommé Disneyland : Les Secrets du Château revient sur cet élément charismatique et fort de la destination parisienne à l’aide d’un parterre d’intervenants et d’experts, tentant tant bien que mal de ne pas diverger du sujet royal.

Documentaire promotionnel produit par Mad Productions et réalisé par Émilie Bruna, Disneyland : Les Secrets du Château est diffusé la première fois sur RMC Story le 24 février 2022. De coutume généraliste dans le traitement de la première destination touristique européenne, ce genre de reportages monothématiques, à l’instar de Noël à Disneyland : Dans le Secret du Plus Grand Parc d'Attractions d’Europe ou Les Coulisses d’Halloween 2018 chez Disney, se complaît souvent dans la vulgarisation à outrance, les superlatifs en pagaille, le tout couronné par le suivi d’une famille type passant son séjour dans une destination touristique qu’elle juge souvent beaucoup trop chère. Pourtant, Disneyland : Les Secrets du Château, bien que restant peu regardant sur une nomenclature officielle et s’engouffrant légèrement parfois dans les facilités de montage de ce type de programme, sort du lot en tentant un véritable tour de force pour se concentrer sur une seule et même attraction de Disneyland Paris : Le Château de la Belle au Bois Dormant. Décryptant avec plus ou moins de détails et d’expertise la qualité d’exécution de cette pièce architecturale centrale du Parc Disneyland, la production s’efforce de faire intervenir pléthore d’invités, sans doute trop, chacun aux spécialités distinctes, harmonisés par le timbre de Myriam Callas en voix-off, connue des chaînes télévisées et radio.

Alors que Disneyland : Les Secrets du Château ne s’intéresse à la genèse de la demeure d’Aurore qu’en deuxième partie d’émission, la première, elle, se focalise sur le rôle central du Château, comme phare orientant le visiteur depuis n’importe quel Land, mais aussi ses différentes transformations à travers les âges et anniversaires du Resort. Ainsi, Le Château de la Belle au Bois Dormant est tantôt devenu le Château Gâteau pour le premier anniversaire du Parc Disneyland, puis Le Château Fou pour ses cinq ans, capitalisant par la même occasion sur la sortie du chef-d’œuvre d’animation Le Bossu de Notre-Dame, pour ensuite être flanqué de quinze personnages Disney porteurs de bougies pour les quinze ans. Le programme rappelle également qu’en plus d’être situé à un emplacement stratégique pour les animations comme les Parades et autres spectacles, il devient toile de cinéma lors du spectacle nocturne quotidien, de Disney Dreams! dès 2012 à Disney Illuminations en 2017.

Souhaitant une certaine exhaustivité tout en maintenant une exclusivité télévisuelle assurée, Disneyland : Les Secrets du Château va jusqu’à dévoiler pour la première fois à la télévision les premières images du nouveau spectacle Disney D-Light, conçu spécialement pour les trente ans de la destination, marquant le tout premier spectacle d’un Parc Disney usant de drones dans son arsenal d’outils de divertissement. Pour en parler, Juan Fuentes, metteur en scène du spectacle Mickey et le Magicien mais aussi réalisateur de Disney D-Light, et Ben Spalding, producteur du spectacle, partagent quelques informations donnant un aperçu de cette nouveauté totalement originale. La séquence ne reste toutefois pas inédite car elle reprend des images et des extraits de la vidéo Nouvelle Séquence Nocturne de Magie | 30e Anniversaire de Disneyland Paris diffusée sur la chaîne YouTube de Disneyland Paris le 24 janvier 2022. Cela permet cependant de dévoiler sur le petit écran les quelques secrets technologiques de cette nouvelle animation des trente ans de Disneyland Paris, mettant en scène une fois de plus Le Château de la Belle au Bois Dormant.

Cette première partie est aussi l’occasion de déverser en pagaille des faits divers et variés sur l’emblème du Parc Disneyland. Les intervenants tous azimuts en vont de leurs petites anecdotes légères, allant de l’emplacement jamais en contre-jour de l’édifice à l’utilisation de nuances de couleurs pour le rendre plus grand en passant par son rôle de wienie, ces points de repère à la silhouette reconnaissable à l’horizon ayant pour but d’attirer l’œil et de facto le visiteur vers eux. Les inspirations architecturales pour la création de ce Château sorti tout droit de l’imagination des Imagineers Disney sont aussi signalées, de sa forme générale rappelant celle du Mont Saint-Michel, aux toitures colorées clins d’œil à celles des Hospices de Beaune en passant par ses arbres-piliers évoquant la colonne torsadée de l’Église Saint-Séverin à Paris sans oublier les escargots de Bourgogne sur les toits des tours, hommages à la région française.

Enfin, un pan important et non des moindres est évoqué dans cette première partie : celui de la plus grande rénovation du Château depuis son ouverture au public en 1992. Ayant nécessité l’intervention d’entreprises françaises coutumières de monuments historiques, ces travaux commencés en janvier 2021 pour une durée de plus d’un an ont permis au palais d’Aurore de retrouver ses lettres de noblesse à grands coups de pinceaux et de feuilles d’or - 41 200 au total - pour permettre à ses seize majestueuses tours - un nombre rappelant l’âge de la Princesse - et leurs toits d’ardoises d’être fin prêts à l’aube des festivités des trente années du Resort parisien débutant le 6 mars 2022. Des images des travaux, de l'installation des échafaudages et des bâches aux retouches finales aux pinceaux des pierres de taille, accompagnent les explications des invités.

Pour couvrir ces différents aspects, de multiples intervenants s’enchaînent, d’experts en parcs d’attractions comme Benjamin Charles, président du média généraliste Puissance Parcs et Valentin Markowski provenant du même site spécialisé dans les parcs de divertissement, à des historiens comme François Durpaire (déjà apparu dans Si Les Murs de la Maison Blanche Pouvaient Parler sur France 2), Thibaut Clément, maître de conférences en civilisation américaine et auteur de Plus Vrais Que Nature : Les Parcs Disney ou l’Usage de la Fiction et de l’Espace ou encore Sébastien Roffat, historien et auteur de Faire du Rêve Une Réalité : L’Histoire de Disneyland Paris. Venant apporter une certaine légitimité à l’ensemble des interventions, Didier Ghez, l’auteur du très prisé Disneyland - De l’Esquisse à la Création, véritable bible sur le Resort de Marne-la-Vallée et d’autres ouvrages de qualité sur l’univers Disney (They Drew As They Pleased: The Hidden Art of Disney’s Golden Age), livre son expertise, bien qu’en visioconférence, éclairée et éclairante. Finalement, chaque intervenant va à sa manière compléter le propos de l’autre et ainsi apporter sa pierre à l’édifice de ce reportage.

La critique sur le plan architectural, rarement abordée dans ce type de programmes télévisés, se retrouve ici traitée généreusement par Pierre Chabard, architecte et auteur du livre Disney l’Urbaniste. Diplômé d’architecture en 1998, Chabard se taille une réputation de critique d’architecture et fonde en 2007 la revue Criticat. Il apporte dans Disneyland : Les Secrets du Château une vision technicienne du bâtiment créé par les Imagineers et soutient son statut de véritable œuvre architecturale parfois décriée dans la profession. L’intervention brève mais efficace de Rudy Ricciotti, également architecte reconnu sur la scène internationale pour ses réalisations en béton fibré comme le Musée Jean Cocteau à Menton ou la Passerelle de la Paix à Séoul, confirme ce point de vue, soulignant la haute technicité de la création d’un « château miniature grandeur nature » comme aime à le rappeler l'expert. Le programme se distingue ainsi par la présence de ces deux pontes de l’architecture, manifestant leur appui délibéré et expérimenté qui rend légitime l’existence de cet édifice féerique, symbole d’une entreprise américaine sur le sol français, pays aux 45 000 châteaux.

Pour traiter de la genèse du projet, sujet survenant bien trop tard dans l’émission, environ à sa moitié, donnant dès lors l’impression d’un montage mal orchestré, quelques Imagineers Disney répondent à l’appel. Le premier est celui à qui le château d’Aurore doit toute sa majesté, Tom Morris, déclaré concepteur officiel du (Le) Château de la Belle au Bois Dormant. Intégrant Walt Disney Imagineering dans le département Show Set Design en 1980, Morris est choisi par Tony Baxter, Imagineer Disney en charge de la direction créative de Disneyland Paris, pour concevoir le design de ce qui deviendra l’emblème de la première destination touristique européenne. Dans Disneyland : Les Secrets du Château pour lequel il n’a pas pu participer qu’en visioconférence, résultant en un décalage qualitatif avec des interventions en studios d’invités ayant pu faire le déplacement, l’Imagineer dorénavant à la retraite revient sur la complexité de ce projet pharaonique devant composer avec une météo parisienne souvent capricieuse et son idée d’y placer dans ses souterrains une attraction inédite, La Tanière du Dragon avec un dragon plus vrai que nature, à l’époque plus grand Audio-Animatronic Disney au monde. D'ailleurs, l'émission ne fait jamais aucune mention de l'inspiration du dragon se trouvant dans les souterrains du Cinderella Castle à Tokyo Disneyland, visible dans l'attraction Cinderella Castle Mystery Tour. Malgré tout, il met un point d’honneur à rappeler que ce n’est pas son château et que de nombreuses personnes ont participé à la création de cet édifice unique.

Autre Imagineer de renom, Tracy Eck partage dans ce reportage son amour inconditionnel pour ce joyau de l’architecture des Parcs Disney, l’ayant connu depuis ses débuts. Après avoir décroché une Licence en Littérature et Langue Française à l’Université du Wisconsin en 1980, elle entame un cursus sur les Arts du Théâtre et le Design à l’Université du Michigan, passant le plus clair de son temps entre les murs des théâtres new-yorkais et français. Tombée amoureuse du théâtre contemporain français, elle intègre l’équipe d’Imagineers responsable de la création du Resort parisien dès 1990 en qualité de Senior Lighting Designer. Au cours de l’émission, l’experte devenue directrice artistique de Disneyland Paris au sein de Walt Disney Imagineering Paris depuis 2011 partage avec émotion les étapes de la construction du (Le) Château de la Belle au Bois Dormant jusqu’à l’élévation de sa tour principale, point culminant de la bâtisse royale. Elle est sans aucun doute l’intervenante de ce programme la plus touchante, livrant avec sincérité et fraîcheur un témoignage enrichissant.

Pour clore la poignée d’Imagineers Disney présents et passés de ce documentaire, il faut citer Reyes Vilar Campos, Imagineer chez Walt Disney Imagineering Paris. Après avoir obtenu un Master en Arts à l’Université des Beaux Arts de Séville, elle arrive à Disneyland Paris en tant que technicienne de projet puis devient conceptrice finition scénique en 2012. N’ayant malheureusement pas un temps d’écran équivalent à celui de ses autres compères de l’émission, Reyes Vilar Campos livre une intervention modeste sans vraiment avoir le temps nécessaire pour développer son propos. Elle arrive cependant à donner à l'auditoire quelques informations-clés, quand d’autres auront été sûrement coupées au montage.

Même si soixante-sept minutes semblent un temps bien trop court pour disséquer dans les moindres détails tous les secrets de ce Château emblématique, le sujet n’en reste pas moins étonnamment bien couvert, entrecoupé d’images d’archives passionnantes comme celles de la cérémonie de la coupure du ruban devant Le Château de la Belle au Bois Dormant avec Michael Eisner et Roy Edward Disney accompagnées d'autres extraits d’Euro Disney - L’Ouverture avec Jean-Pierre Foucault et David Hallyday ou encore des extraits de la confection des vitraux sous la houlette de Paul Chapman, maître-verrier ayant travaillé pour la Reine d’Angleterre notamment, alors sorti à l'époque de sa retraite pour créer par exemple les huit panneaux de verre composant La Galerie de la Belle au Bois Dormant au premier étage de l'édifice royal. Certaines images, emplies de nostalgie, à l'instar de celles du Rendez-Vous du Château du 12 octobre 1991 marquant la première présentation à la presse du Château jouant ainsi son rôle de témoin d'un projet en voie d'être achevé, montrent à quel point la résidence royale se devait d'être l'ambassadeur officiel d'une destination touristique en devenir, à l'ambition sans limite et que rien ne devait arrêter.

Néanmoins, le reportage, unique par son sujet, ne peut s’empêcher de s’écarter du thème principal pour traiter de points annexes faisant intervenir des invités tentant de raccrocher leur wagon d’expertise à la locomotive Disney. Ainsi, les propos de Denis Gancel, président fondateur de l’Agence W, entreprise spécialisée dans le marketing, fait du hors-piste lorsqu'il examine la stratégie économique de Disneyland Paris. Il en va de même pour le psychanalyste Samuel Lepastier traitant brièvement de l’aspect psychologique d’un Parc à thèmes Disney. Enfin, la présence de Serge Bromberg, producteur et réalisateur dans ce documentaire, peut en étonner plus d’un. Habitué des documentaires lorsqu’il les réalise lui-même (L’Œil du Cyclone, Parts de Marchais), il se retrouve ici face caméra, en visioconférence, pour apporter son regard de cinéaste sur le domaine du divertissement, s’éloignant ainsi parfois du thème du Château en question tout en restant éminemment intéressant.

Malgré un sujet inédit plaçant la destination touristique sous un nouvel angle de traitement, l'émission peine à rassembler et captive environ 297 000 téléspectateurs le soir de sa première diffusion, la rangeant certes en troisième position des chaînes TNT. Le choix d'un sujet bien trop précis a pu freiner un public plus adepte des programmes généralistes et sensationnels sur les Parcs Disney ou plus intéressés par des attractions-phares de Disneyland Paris comme Phantom Manor ou Star Wars Hyperspace Mountain. Il faut donc souligner l'audace de RMC Story de proposer un reportage sortant des sentiers battus et mettant à l'honneur le talent des Imagineers mais aussi celui des artisans français.

Documentaire inédit sur Le Château de la Belle au Bois Dormant, icône intemporelle de Disneyland Paris, Disneyland : Les Secrets du Château rappelle, à l’aide d’un tapis d’invités venus de tous horizons, la conception et les mystères de cette vitrine de l’histoire et de l’art à la française, alliant l’imaginaire fantaisiste au génie civil. Ne pouvant éviter de tomber dans les généralités que ce type de programme offre habituellement, ce reportage rend malgré tout un hommage sincère à cette prouesse architecturale dominant le ciel de la première destination touristique européenne, unanimement désigné plus beau Château de tous les Parcs Disney au monde !

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.