Pam & Tommy

Titre original :
Pam & Tommy
Production :
Robert Siegel And Jen Cohn's Production Company
Limelight
Point Grey Pictures
Annapurna Television
Lionsgate Television
Date de mise en ligne USA :
Le 2 février 2022 (Hulu)
Distribution :
Hulu
Genre :
Drame
Création :
Robert Siegel
Musique :
Matthew Margeson
Durée :
354 minutes
Disponibilité(s) en France :

Liste et résumés des épisodes

1. Drilling and Pounding
Un Beau Chantier
Genre : Épisode
Série : Pam & Tommy
Saison 1 Épisode 1
Date de diffusion USA : 2 février 2022
Réalisé par : Robert Siegel
Durée : 49 minutes
Rand Gauthier, un menuisier, cherche à se venger d'un client célèbre qui a refusé de le payer...
2. I Love You, Tommy
Je t'aime, Tommy
Genre : Épisode
Série : Pam & Tommy
Saison 1 Épisode 2
Date de diffusion USA : 2 février 2022
Réalisé par : Robert Siegel
Durée : 46 minutes
Pamela Anderson et Tommy Lee se rencontrent, prennent de la drogue et se marient au bout de quatre jours...
3. Jane Fonda
Jane Fonda
Genre : Épisode
Série : Pam & Tommy
Saison 1 Épisode 3
Date de diffusion USA : 2 février 2022
Réalisé par : D.V. DeVincentis
Durée : 54 minutes
Rand s'associe à un ancien collègue du monde du porno pour vendre la vidéo à des producteurs...
4. The Master Beta
Le Master Beta
Genre : Épisode
Série : Pam & Tommy
Saison 1 Épisode 4
Date de diffusion USA : 9 février 2022
Réalisé par : Matthew Bass & Theodore Bressman
Durée : 43 minutes
Pam et Tommy sont prêts à tout pour remettre la main sur leur vidéo...
5. Uncle Jim and Aunt Susie In Duluth
L'Oncle Jim et la tante Susie dans le Dakota
Genre : Épisode
Série : Pam & Tommy
Saison 1 Épisode 5
Date de diffusion USA : 16 février 2022
Réalisé par : Brooke Baker & D.V. DeVincentis
Durée : 35 minutes
La vidéo se retrouve entre les mains du propriétaire de Penthouse, Bob Guccione...
6. Pamela in Wonderland
Pamela au Pays des Merveilles
Genre : Épisode
Série : Pam & Tommy
Saison 1 Épisode 6
Date de diffusion USA : 23 février 2022
Réalisé par : Sarah Gubbins
Durée : 34 minutes
Au cours d'une déposition épuisante, Pam est poussée dans ses retranchements et craque...
7. Destroyer of Worlds
Le Destructeur des Mondes
Genre : Épisode
Série : Pam & Tommy
Saison 1 Épisode 7
Date de diffusion USA : 2 mars 2022
Réalisé par : D.V. DeVincentis
Durée : 40 minutes
Tonny et Rand s'expliquent sur le parking du stade des Dodgers...
8. Seattle
Seattle
Genre : Épisode
Série : Pam & Tommy
Saison 1 Épisode 8
Date de diffusion USA : 9 mars 2022
Réalisé par : Robert Siegel
Durée : 53 minutes
Un jeune cyber-entrepreneur arrogant débarque et change complètement la donne...

La critique

rédigée par
Publiée le 08 novembre 2022

Lorsque Disney+ annonce l’arrivée, au sein de son univers Star, de la mini-série Pam & Tommy, la nouvelle fait l’effet d’une bombe. Plusieurs abonnés, internautes et autres spectateurs s’étonnent, s’offusquent même, de voir apparaître sur la plateforme un programme traitant d’un sujet aussi sulfureux, qui a défrayé la chronique. La mise en ligne de Star a en effet permis à Disney + d’étendre son public en proposant des contenus plus matures, bien loin de la ligne éditoriale familiale de la plateforme, à l’image de Dopesick, The Dropout ou Y : Le Dernier Homme. Pam & Tommy en est donc l'un des exemples plus frappants, revenant sur une affaire qui a secoué l’Amérique et donné lieu à l'une des batailles judiciaires les plus emblématiques des années 1990 : l’histoire de la sextape de l’actrice Pamela Anderson et du batteur du groupe de métal Mötley Crüe Tommy Lee.

En 2018, il est révélé que les producteurs et acteurs Seth Rogen et Evan Goldberg développent une mini-série narrant l’affaire de la sextape volée de Pamela Anderson et Tommy Lee via leur société Point Grey Pictures, déjà derrière quelques productions dont Nos Pires Voisins, Sausage Party et The Disaster Artist. L’acteur James Franco est alors choisi pour camper le rôle de Tommy Lee. Mais tout bascule en décembre 2020, lorsqu’il est annoncé que Franco a quitté le projet en raison de différends artistiques sur son personnage. Par la suite, la mini-série est proposée à la plateforme Hulu, détenue à 67 % par Disney, qui, séduite par le projet, passe aussitôt la commande de huit épisodes. 
Le réalisateur Craig Gillepsie (Fright Night, The Finest Hours, Moi, Tonya, Cruella) est engagé pour mettre en scène quelques épisodes avec Robert D. Siegel, scénariste sur les films The Wrestler et Le Fondateur, à l’écriture, Seth Rogen et Evan Goldberg toujours à la production et Tatiana S. Riegel, collaboratrice de Gillepesie sur la plupart de ses films, au montage. Lors de l’annonce du projet, Pamela Anderson déclare ne pas vouloir être impliquée, malgré plusieurs tentatives des studios qui désiraient la consulter sur l’écriture et la réalisation. De son côté, Tommy Lee n’a pas été contacté pour prendre part au projet, mais adresse son soutien à l’équipe. La mini-série se base sur l’article Pam and Tommy : The Untold Story of How Anderson and Lee’s Sex Tape was Stolen and Released, écrit par la journaliste Amanda Chicago Lewis et publié en 2014 dans le magazine Rolling Stone, qui relate le scandale derrière la sextape de Pamela Anderson et son mari Tommy Lee. 
Une vidéo qui fit l’effet d’une bombe dans les années 1990 et a entaché la réputation des deux intéressés, tout en leur apportant une certaine notoriété qu’ils n’avaient pas vu venir et dont ils ont eu du mal à se débarrasser. La mini-série revient ainsi sur la divulgation de ces images sur Internet, qui en était à ses débuts, les conséquences sur les carrières respectives de Pamela Anderson et Tommy Lee ainsi que sur leur couple, la bataille judiciaire et plusieurs noms de l’industrie pornographique américaine qui se sont fait de l’argent sur leur dos en commercialisant la vidéo.

En février 1995, dans une boîte de nuit, Pamela Anderson, actrice phare de la série Alerte à Malibu, rencontre Tommy Lee, batteur du groupe de heavy métal Mötley Crüe, alors dans le creux de la vague suite à l'émergence du mouvement grunge. Fasciné par la jeune femme, le musicien la suit jusqu'à Cancùn, où elle doit participer à une conférence avec l'équipe de la série. C'est le coup de foudre. Après seulement quatre jours de relation, les deux stars décident sur un coup de tête de se marier. Devenu la coqueluche des paparazzis et de la presse à scandale, le couple fait bien évidemment parler de lui et s'installe dans l'immense demeure de Lee, en cours de construction. Lors de leur voyage de noces, ils immortalisent leurs ébats devant une vieille caméra. Des images censées restées privées, qui vont rapidement se trouver entre de mauvaises mains. Excédé par la durée des travaux de sa villa, généralement perturbés par les multiples caprices et changements d'avis de la star, Tommy Lee renvoie en effet sans ménagement les ouvriers. 
Pour obtenir réparation, certains d'entre eux vont s'introduire chez le couple par effraction et voler un coffre-fort contenant des bijoux, des armes, ainsi que la fameuse cassette vidéo renfermant les images intimes du couple. Dans l’optique de se faire de l’argent sur le dos des deux stars, les voleurs se lancent dans une activité illégale. Les images sont immortalisées sur des cassettes VHS, puis un site Internet est créé afin de pouvoir en acheter un exemplaire et se le faire livrer chez soi en toute discrétion. Progressivement, les images privées finissent par être mises en ligne gratuitement sur Internet et les curieux souhaitant les visionner doivent payer pour y accéder. Bientôt, la sextape se propage comme une traînée de poudre, de multiples copies sont effectuées et les images privées deviennent virales. Il n’en faut pas moins pour que la presse s’empare de l’affaire. C’est le début des ennuis pour l’actrice et le musicien, dont la vie privée se trouve balancée en couverture des journaux et sur la toile. Leur réputation est entachée voire traînée dans la boue, l’une souhaitant prouver sa légitimité et devenir une grande actrice, l’autre cherchant à donner un nouveau souffle à sa carrière. Une situation qui aura raison de leur couple, qui représente à lui seul la folie et l’insouciance des années 1990.

Au casting de la mini-série, les rôles principaux sont attribués à Lily James et Sebastian Stan.
Découverte à la télévision britannique avec la série Just William, Lily James est révélée par la série historique Downton Abbey, où elle incarne pendant trois saisons le personnage de Rose McClare entre 2012 et 2015, année où Disney la choisit pour tenir le rôle-titre du remake live de Cendrillon, qui lui ouvre les portes du grand écran. Elle enchaîne avec différents films alternant les genres : comique (À Vif !, Pride and Prejudices and Zombies), musical (Yesterday, Mamma Mia : Here We Go Again) et thriller (Rebecca). 
Sebastian Stan commence, quant à lui, sa carrière en jouant dans plusieurs séries télévisées (New York, Police Judiciaire) avant d’obtenir un rôle important dans Gossip Girl en 2007 et dans la mini-série Kings en 2009. Il campe ensuite les seconds couteaux au cinéma, puis est choisi pour interpréter James “Bucky” Barnes, le Soldat de l’Hiver, dans la trilogie Captain America pour le Marvel Cinematic Universe entre 2011 et 2016, ainsi que dans Avengers : Infinity War (2018) et Avengers : Endgame (2019), puis dans la série Falcon et le Soldat de l’Hiver en 2021. En parallèle, il apparaît dans quelques succès dont Seul Sur Mars (2015), Moi, Tonya (2017), Le Diable, Tout le Temps (2020) et Fresh (2022).
Parmi les autres membres du casting, Seth Rogen (SuperGrave, En Cloque, Mode d’Emploi, Nos Pires Voisins, L’Interview qui Tue !) incarne Rand Gauthier, l’homme de main ayant volé la fameuse sextape avant de la vendre au plus offrant ; Nick Offerman (Parks And Recreation, 21 Jump Street, Fargo) est Michael Morrison alias “Oncle Miltie”, un producteur de films pornographiques ayant participé à la mise en ligne de la vidéo sur le web ; Taylor Schilling (Argo, Orange Is The New Black, The Prodigy) est Erica Gauthier, épouse de Rand en instance de divorce ; Andrew Dice Clay (Blue Jasmine, Dice, A Star Is Born) joue Butchie, un prêteur sur gage et réalisateur de films pour adultes qui acceptera de commercialiser la vidéo ; Mozhan Marnò (The Blacklist, House of Cards) campe Gail Chwatsky, l’agent de Pamela Anderson, et enfin Maxwell Caulfield (Grease 2, Dynastie, The Colbys) campe Bob Guccione, le fondateur et propriétaire du magazine pour adultes Penthouse.

Dès le départ, la mini-série avait de quoi inquiéter, notamment dans le traitement et l’angle à adopter. Le spectateur aurait pu craindre une vision scabreuse et racoleuse dans le traitement du sujet. Heureusement, c’est tout le contraire, Pam & Tommy se livrant à un portrait trash, décalé et dramatique des années 1990. La réunion des talents de Craig Gillepsie et Robert Spiegel, déjà à l’aise dans l’exercice du biopic, fait des étincelles. L’intrigue débute de manière volontairement comique et outrancière, les clichés et la caricature y sont légion pour mieux servir le récit et dépeindre la folie de la période où se déroulent les faits. Les personnages apparaissent totalement antipathiques, tout est surjoué, le rythme effréné, les actions multipliées pour souligner le côté très survolté et agité du scénario. L’ambiance de la décennie se ressent à travers la musique, la culture de l’époque, les dialogues ; le tout bénéficiant d'un excellent travail de mise en situation. La réalisation s’avère clinquante et tape-à-l’oeil et dévoile ainsi la passion du couple Anderson-Lee, leur quotidien fait d’excès, strass, paillettes et soirées branchées, tout en la confrontant à la vie plutôt médiocre et terne de Rand Gauthier. 
Les premiers épisodes rendent compte des disparités de classe et de moyens entre le couple et leur employé chargé de rénover leur maison de Los Angeles. Rand Gauthier est un homme sans histoire devant faire avec un mariage raté, une situation financière précaire et un parcours professionnel peu glorieux. Envieux envers ses employeurs, croyant fort au pouvoir du karma, il est convaincu que la chance lui sourira s’il fait le bien autour de lui. Pendant ce temps, derrière leur célébrité, la vie du couple n’est pas aussi rose qu’en apparence. Membre d’un groupe connu pour ses frasques sur scène, dans la presse et dans la sphère privée, Tommy Lee cherche à donner un second souffle à sa carrière et celle de ses camarades de jeu. Les années 1980 sont terminées, un nouveau public n’ayant plus les mêmes goûts musicaux s’est formé avec l’apparition du grunge et de groupes mythiques comme Nirvana. En parallèle, si Pamela Anderson est une jeune femme à qui tout semble réussir, elle aspire à être reconnue comme une actrice. Mais celle qui se voit comme « la nouvelle Jane Fonda » se heurte à la vision étriquée des producteurs de la série Alerte à Malibu, qui ne la prennent pas souvent au sérieux et se permettent de couper ses répliques pour mieux filmer sa plastique. En outre, elle doit vivre avec les regards lubriques et autres remarques désobligeantes de son entourage sur son physique de rêve et son jeu d’actrice. 

Pam & Tommy narre donc essentiellement le parcours d’une femme malheureuse qui attend que le monde du cinéma et de la télévision, ainsi que le public, lui donnent sa chance de prouver qu’elle est bien plus qu’une blonde délurée. Sa déception face à l’indifférence des producteurs et d’une partie du public se fait ressentir et la rend encore plus humaine et attachante. La chance se présente enfin lorsqu’elle parvient à décrocher le premier rôle dans le film Barb Wire (1996). Lily James, méconnaissable et étonnante, réussit à faire ressortir l’innocence et la candeur de la jeune femme. À ses côtés, Sebastian Stan est impressionnant en rockeur déjanté, casse-cou et possessif mais amoureux transi de son épouse, qui le lui rend bien. L’acteur apporte une nuance à son personnage, incarnant aussi bien la folie du musicien, dont la violence cache une peur de perdre tout ce qui compte pour lui, que son humanité tout en ajoutant quelques éléments d’humour lors de ses excès de colère qu’il ne maîtrise pas. La rencontre entre Pamela et Tommy ne peut donc que déboucher sur un amour certes démesuré et inattendu, mais sincère et intense. Le deuxième épisode, Je t’aime, Tommy, consacré à ce chapitre de leur vie, illustre la passion qui anime les deux, qui finissent par se marier seulement quatre jours après leur rencontre (!). Les images tournées pendant leur lune de miel, comprenant entre autres leurs ébats, sont pour eux le reflet de leur amour et ont simplement vocation à rester privées. Aussi, les mésaventures qui les attendent et la bataille qu’ils doivent mener pour protéger leur intimité et leur intégrité font d’eux des personnages touchants et justes. La réalisation prend différentes tournures de ton, entre la folie et les frasques du couple et la prise de conscience, quand les jeunes mariés s’aperçoivent qu’ils connaissent peu de choses l’un de l’autre.

Mais la mini-série s’attarde aussi sur la naissance du business de la sextape, son émergence et sa mise en ligne. Ainsi, Rand Gauthier, renvoyé par Tommy mécontent du travail accompli par le menuisier, décide de se venger et de se faire rembourser les sommes investies dans la rénovation de la maison en volant des effets personnels du couple, dont la fameuse vidéo privée, lors d’un cambriolage. Le tout donne lieu à des scènes d’entrée par effraction aussi loufoques que rocambolesques et accentue le côté légèrement décalé de la mini-série. En tombant sur la vidéo, Rand voit l’occasion de se faire de l’argent et ainsi éponger toutes ses dettes en la commercialisant uniquement à petite échelle. En tant qu’ancien acteur de films pour adultes, il va se rapprocher de ses anciens collègues de l’industrie, dont le réalisateur et producteur Michael Morrison pour distribuer la cassette à travers Internet. En racontant les prémices du scandale sans se limiter aux déboires du couple Anderson-Lee, Pam & Tommy explore tous les points de vue afin d’être la plus réaliste possible sur les faits qu’elle dépeint, sans tomber dans le piège de la reconstitution facile et pompeuse. L’histoire n’en est que plus passionnante et dynamique à mesure que le scénario dévoile peu à peu les coulisses d’un tel scandale. En plaçant le curseur sur tous les individus derrière l’affaire, victimes comme coupables, la mini-série rend les personnages encore plus humains qu’en apparence, et ce, en dépit de leurs actes et imperfections.

Après une introduction en fanfare, Pam & Tommy prend un tournant décisif lors de l’épisode Le Master Beta, lorsque les deux protagonistes s’aperçoivent du vol de leurs effets personnels et de la vidéo. Les scénaristes ne perdent pas de temps et le couple découvre rapidement que la vidéo est vendue sur Internet. La série, gentiment décalée jusqu’ici, passe du comique au drame en abordant des sujets sérieux et portant à la réflexion, notamment la question de la femme et de sa place dans la société. Pamela a donc peur des répercussions de la sextape, non pas uniquement sur sa carrière mais sur son image et son intégrité en tant que femme que l’opinion publique ne cesse de réduire à son rôle de bimbo. Il en va de même du côté de Rand, qui ne maîtrise plus la situation lorsque des copies illégales sont vendues à la sauvette, puis mise en ligne gratuitement sur Internet, à la vue de tous, et se rend vite compte de la gravité de ses actes une fois Tommy lancé à ses trousses. Le spectateur assiste ici aux débuts du piratage dans l’industrie de la vidéo, qui va peu à peu atteindre le milieu du cinéma et du divertissement, ce que la série arrive parfaitement à retranscrire. Au-delà de son sujet de base, le scénario aborde également la violation de la vie privée sur la toile, bien avant les réseaux sociaux et les difficultés que cela apporte, notamment lorsque le phénomène est lancé, dupliqué et multiplié et qu’il n'existe pas de véritable droit à l'oubli sur Internet.

Cet état de fait se poursuit dans l’épisode suivant, L'Oncle Jim et la Tante Susie dans le Dakota, qui dévoile les conséquences de la vidéo sur la vie du couple. La presse s’empare de l’affaire, qui fait les gros titres des journaux pour le plus grand bonheur du public avide de potins et de scandales en tout genre. Le magazine Penthouse en profite même pour se procurer la vidéo et imprimer à son tour des captures d’écran sur papier. La mini-série offre également une vision de l’affaire sous l’angle de la presse et comment elle a contribué à l’ampleur du phénomène et à l’explosion du couple. Tommy reçoit des éloges pour ses attributs, malgré quelques moqueries qui réveilleront son côté violent et impulsif, alors que sa créativité est au plus bas et son groupe ne récolte plus autant les faveurs du public qu’auparavant. Présenté comme un homme violent dans l’épisode pilote, lors du renvoi de toute l’équipe chargée de faire des travaux chez lui, sa colère et son agressivité sont devenues fréquentes et le musicien n’hésite pas à s’en prendre physiquement à ses détracteurs. Peu à peu, leur relation en prend un coup et Pamela se rend compte du caractère dangereux de son époux. Les deux personnages baissent progressivement les bras car ils comprennent qu’ils sont tombés dans une spirale infernale qu’ils ne peuvent plus enrayer et chacun espère que le succès leur tendra les bras, l’une avec le film dont elle sera la tête d’affiche, l’autre avec son prochain album. L’intimité et la fragilité du couple, aussi touchante que pathétique, sont alors présentées de façon intelligente, la mini-série perdant en rythme ce qu’elle gagne en émotion. Il sera toutefois regretté de voir, à ce stade de l’intrigue, le personnage de Rand s'effacer, même si ce dernier doit payer les pots cassés suite à son inconduite. Oubliant tout artifice comique, la mini-série bascule dans le drame pour raconter les répercussions douloureuses de l’affaire.

L’épisode suivant, Pamela au Pays des Merveilles est certainement le plus fort de la mini-série car entièrement consacré à l’histoire de Pamela, alors qu'elle doit faire sa déposition pour faire disparaître la vidéo. En racontant l’arrivée de la jeune femme à Los Angeles, le scénario en dévoile un peu plus sur son passé, sa rencontre et son parcours au sein de Playboy, son innocence et ses rêves de gloire dans un milieu où toutes les opportunités lui sont offertes. Outre les flashbacks, l’épisode la confronte à ses choix de vie et de carrière qui ont peu à peu construit sa réputation et son image aux yeux du public. Craig Gillepsie dépeint ainsi un monde encore marqué par la misogynie et le machisme, que l’héroïne doit affronter chaque jour malgré son optimisme et sa joie de vivre. Le pire reste évidemment les avocats de la partie adverse, qui plongent sans gêne dans l’intimité de la jeune femme et cherchent à prouver qu’elle tenait à ce que ces images soient révélées aux yeux de tous... Le spectateur assiste, impuissant, à un interrogatoire presque forcé, où Pamela doit répondre à des questions indiscrètes face à une assemblée composée uniquement d’hommes qui demandent à ce que la vidéo soit jouée devant eux pour juger du caractère privé ou public des images en question.
Épuisée, Pamela baisse progressivement les bras et comprend qu’elle ne peut rien y faire et qu’elle devra vivre avec cette humiliation et cette sexualisation que le monde lui a attribué et qui la poursuit sans relâche. Parfaite dans son rôle, Lily James incarne une Pamela éblouissante, rêveuse et vulnérable, qui voit son corps être exposé et utilisé partout, puis sa vie privée vendue, scrutée et moquée. La mini-série livre un portrait très juste d’une Amérique où les femmes sont désirées pour leurs corps et critiquées lorsqu’elles réclament le droit d'en disposer. Aux côtés de l’actrice, Sebastian Stan inspire étonnamment la sympathie, malgré la fureur de son personnage. Oscillant entre justesse et caricature, l’acteur s’efface pourtant peu à peu lorsque l’affaire prend des proportions démesurées et que son mariage prend l’eau, pour n’être plus qu’une star du rock has been et désabusée qui ne parvient pas à trouver sa place dans le monde.

La dernière ligne droite de Pam & Tommy se centre sur « l’après »; au moment où les deux stars tentent d’aller de l’avant malgré le fait qu’ils n’ont aucun droit sur la diffusion de leur intimité au grand public. Dès lors, le scénario enfonce encore plus le clou sur la condition féminine et dénonce avec brio cette tendance à ne pas laisser la parole aux femmes, en particulier dans une société dominée généralement par les hommes. La mini-série est ainsi vraiment passionnante lorsqu’elle traite cet angle de vue, là où les personnages gravitant autour de Pamela et Tommy perdent grandement en épaisseur. Par conséquent, Rand n’est plus aussi intéressant malgré ses tentatives pour se racheter et échapper à ses créanciers, alors que les ventes de la vidéo ne sont plus aussi rentables maintenant qu’elle est diffusée gratuitement sur Internet. Seul son face à face tendu avec Tommy lui permet de rester dans la lumière. L’homme de main doit maintenant payer pour ses erreurs et toutes ses mauvaises actions. Pendant ce temps, Pamela doit assurer la promotion de Barb Wire et tous les journalistes n’en ont que pour la vidéo. La jeune femme fait donc le choix de dire la vérité devant des millions de téléspectateurs lors d’une interview et parvient à faire entendre sa voix malgré les jugements. Enfin, Tommy passe au second plan mais réussit à maintenir l’attention du spectateur grâce à son tempérament violent, sa haine envers les responsables et la presse, mais aussi son incompréhension face à l’attitude de son épouse, qui a choisi de faire avec la situation. L’issue n’en est que plus dramatique, les juges ayant décidé d’abandonner les charges contre Penthouse, qui a donc l’autorisation de diffuser les photos de la vidéo en toute impunité et sans compensation auprès du couple vedette, le jour de la sortie de Barb Wire. Une décision terrifiante, qui accentue la dimension tragique de la mini-série et dénonce la société de l’époque sans chercher à réécrire l’histoire, mais en explorant divers points de vue.

La conclusion de la mini-série est toutefois un de ses points faibles. Après avoir mis en scène les conséquences de l’affaire sur la vie et le mariage de Pamela Anderson, les scénaristes semblent pressés d’achever l’histoire, si bien que le dernier épisode, Seattle, paraît bâclé et incomplet. Tommy est sur le point de présenter son nouvel album mais ses fans ne répondent pas tous présents. Les habitudes musicales ont changé et l’émergence du grunge et d’autres groupes modernes ridiculisent les rockeurs des années 1980. Pendant ce temps, Pamela voit des rôles lui échapper après le semi-échec de Barb Wire, qui avec les années deviendra culte auprès des amateurs de séries B. La frustration gagne progressivement le couple et leur relation en fait les frais, tout comme leur mariage qui prend l’eau et les conduit à l’inévitable, sans parler de l’évolution d’Internet. La cassette vidéo est désormais disponible en ligne, accessible directement depuis un ordinateur et chacun peut la visionner librement. La déchéance du couple est palpable et inspire la compassion, le tout appuyé par la prestation toujours impeccable des acteurs. L’issue est logique mais d’une grande tristesse. Si sur ce point, la mini-série reste intéressante, elle peine à trouver une conclusion satisfaisante. Le manque de rythme de la réalisation et le peu de place laissé aux autres personnages finit par perdre le spectateur, excepté Rand qui sans apporter quoi que ce soit de neuf cherche la rédemption et réussit d’une certaine manière à l’obtenir. Il sera également à regretter le portrait trop aseptisé de Tommy Lee, qui s’avérait bien plus violent et irascible que ce qui est dépeint. Dommage enfin que dans sa volonté d’être au plus près de ses héros, la mini-série déforme certains éléments de l’histoire. Pour exemple, Rand Gauthier n’a jamais regretté ses actes et continue de se présenter comme celui qui a volé la sextape.

Mise en ligne sur Hulu aux États-Unis le 2 février 2022 et simultanément sur Disney+ à l’international au sein de l'univers Star, avec les trois premiers épisodes, puis un par semaine jusqu’au 9 mars 2022, Pam & Tommy reçoit des critiques majoritairement positives, la plupart saluant la réalisation inspirée de Gillepsie et surtout la prestation des acteurs, en particulier Lily James et Sebastian Stan, tout comme la bande-son et l’écriture, ici considérée comme intelligente, le côté fun et survolté, ainsi que les aspects les plus sombres de l’affaire. Les maquillages des acteurs afin de ressembler au plus près des vraies personnes sont également applaudis, ainsi que le message féministe véhiculé par le scénario. En revanche, certains reprochent le côté racoleur et complaisant du programme et l’accuse de capitaliser sur la popularité de ses personnages principaux. Certains journalistes accusent même Pam & Tommy d’exploiter à la fois l'histoire et l’expérience traumatisante vécues par Anderson, première victime d’une affaire de sextape et alors mariée à un homme toxique, jugé coupable de violences conjugales alors qu’elle était enceinte de leur enfant. Plusieurs questionnements moraux sont donc soulevés, d’autant plus que Pamela Anderson n’avait pas donné son consentement pour que son histoire soit adaptée.
Malgré cette polémique, la mini-série est nommée aux Emmy Awards dans dix catégories, dont Meilleure Mini-Série ou Téléfilm, Meilleur Acteur dans une mini-série ou un téléfilm pour Sebastian Stan, Meilleure Actrice dans une mini-série ou un téléfilm pour Lily James, Meilleur Acteur dans un second rôle dans une mini-série ou un téléfilm pour Seth Rogen, Meilleur Casting pour une mini-série, un téléfilm ou un Special, ou encore Meilleur Mixage de son dans une mini-série ou un téléfilm. Elle ne remporte que l'Emmy Award du Meilleur Maquillage pour une série (non prothésique). Les multiples nominations à la prestigieuse cérémonie récompensant les meilleures prestations à la télévision permettent malgré tout à la série de mettre en échec toutes les critiques l'ayant condamnée dès l'annonce du projet et lui apportent une certaine reconnaissance. 

À l’arrivée, Pam & Tommy est une belle mini-série, à la réalisation et à l’écriture soignées, à l’interprétation magistrale et beaucoup plus intelligente que ne le laisse présager son synopsis, plutôt curieux, malgré un scénario qui n’exploite pas suffisamment certains sujets pourtant pertinents ni tous ses personnages. Revenant sur une affaire qui a secoué la presse à scandale tout en y apportant un regard neuf, elle offre entre autres une plongée dynamique et déjantée, puis beaucoup plus intime, dans les années 1990 tout en rendant justice aux personnes qu’elle dépeint.

Poursuivre la visite

2011 • 2023
2007 • 2022
2018 • 2022
2010 • 2022

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site de fans, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.