La Lumière des Jedi
La Haute République

La Haute République : La Lumière des Jedi
La couverture
Titre original :
The High Republic : Light of the Jedi
Éditeur :
Pocket
Date de publication France :
Le 25 mars 2021
Genre :
Science-fiction
Label :
Star Wars - Univers Officiel
Auteur(s) :
Charles Soule
Autre(s) Date(s) de Publication :
Del Rey (US) : Le 5 janvier 2021
Nombre de pages :
506

Le synopsis

An -232 avant la Bataille de Yavin (Univers Officiel)
Près de deux cents ans avant la prise de pouvoir du Chancelier Palpatine, la galaxie toute entière connaît un véritable âge d'or. Les intrépides prospecteurs hyperspatiaux étendent ainsi les frontières de la République jusqu'aux étoiles les plus lointaines, les mondes s'épanouissent sous la direction bienveillante du Sénat et la paix règne, préservée par la sagesse et la puissance d'un ordre de Chevaliers connus sous le nom de Jedi. Mais voilà, toute la période se trouve bientôt bousculée quand survient un événement catastrophique : la dislocation d'un vaisseau au cœur de l'hyperespace produit une pluie de débris collatéraux mettant en péril un système stellaire tout entier. Si les Jedi se rendent immédiatement sur place pour parer au plus pressé, l'envergure de la catastrophe est telle que l'avenir s'obscurcit...

La critique

rédigée par
Publiée le 09 avril 2021

La Haute République : La Lumière des Jedi est la première œuvre d'un projet de cross-média, le plus ambitieux jamais conçu pour la saga Star Wars, regroupé sous le nom de La Haute République. Ayant la lourde tâche d'entamer et de présenter une nouvelle ère, ce roman adulte y parvient pourtant de main de maître en offrant assurément l'un des meilleurs opus de l'Univers Officiel Star Wars, un livre appelé à devenir culte comme l'a été, en son temps, L'Héritier de l'Empire.

La Haute République a été annoncé dans un premier temps sous le nom de code Project Luminous lors de la Star Wars Celebration de 2019. Mais bien peu de choses sont alors dévoilées mis à part le nom de cinq auteurs (Charles Soule, Claudia Gray, Justina Ireland, Cavan Scott et Daniel José Older) et quatre éditeurs (Disney-Lucasfilm Press, Del Rey, Marvel et IDW). Finalement, l'annonce officielle se fait le 24 février 2020. La Haute République est ainsi présenté comme un projet de cross-média littéraire, le plus ambitieux jamais réalisé dans l'univers Star Wars. Ce qui peut s'en rapprocher le plus est alors Le Nouvel Ordre Jedi, la série de romans multi-auteurs lancée en 1999 par Del Rey. Chose notable cette fois-ci, le scope est bien plus large de par la diversité des genres littéraires qui permettra de découvrir différentes facettes de cette nouvelle ère Star Wars, et ce, peu importe l'âge des lecteurs. Il y aura ainsi des romans adultes chez Del Rey, des romans jeunes adultes et jeunesse chez Disney-Lucasfilm Press, des comics adultes chez Marvel et des comics jeunesse chez IDW. En France, Pocket se charge des romans adultes et jeunes adultes, La Bibliothèque Verte des romans jeunesse et Panini Comics des comics adultes et jeunesse. Et encore, il ne s'agit là pour l'instant que de la première salve. D'autres types d'œuvres sont déjà annoncés, comme un manga et un roman graphique, offrant ainsi une variété littéraire aussi diverse que réjouissante. Si aucun film n'a été dévoilé autour de cette nouvelle période, une série pour Disney+ est tout de même prévue : Star Wars : The Acolyte. Le projet La Haute République a ainsi été construit sur plusieurs années et s'articulera sur trois périodes nommées La Lumière des Jedi, puis Quest of the Jedi et enfin Trials of the Jedi. Signe de l'ambition du projet éditorial mené, le lancement s'est fait en grande pompe, et ce, des deux côtés de l'Atlantique, avec un matériel marketing jamais autant développé pour une œuvre littéraire Star Wars, du moins depuis le rachat de la franchise par The Walt Disney Company.

La Haute République se déroule donc 200 ans avant Star Wars : La Menace Fantôme, le premier volet chronologique de la Saga Skywalker. La Galaxie est en paix, placée sous le règne de la glorieuse République ainsi que sous la protection des nobles et sages Chevaliers Jedi. Symbole du bien sous toutes ses formes, le Flambeau Stellaire est d'ailleurs sur le point d'être inauguré par la République aux confins de la Bordure Extérieure. Cette nouvelle station spatiale projettera dans toute la galaxie une lueur d'espoir. Mais tandis que la République tout entière connaît une glorieuse renaissance, de nouveaux adversaires effrayants, les Nihil, déploient leurs forces. Les gardiens de la paix et de la justice doivent dès lors faire face à un péril qui menace l'Ordre, la Galaxie et la Force elle-même...

Le premier auteur à relever ce grand défi littéraire n'est autre que Charles Soule, qui a déjà une grosse carrière de scénariste dans l'univers Star Wars. Diplômé en droit à l’université Columbia de New York en 2000, Soule exerce d'abord en tant qu’avocat puis décide d’exprimer sa fibre artistique en publiant en 2009 le roman graphique Strongman. Dès 2013, il écrit des séries de comics pour les maisons concurrentes DC Comics et Marvel. Il s’installe rapidement au sein de la Maison des Idées et travaille notamment sur Inhuman, She-Hulk ou Daredevil, qu’il marque par un long run entre 2015 et 2019, achevé avec Daredevil Legacy - Tome 3 : La Mort de Daredevil. Il devient vite une référence des comics Star Wars chez Marvel en signant les mini-séries Lando : Le Casse du Siècle, Obi-Wan & Anakin : Réceptifs et Hermétiques et Star Wars : L’Ascension de Kylo Ren ainsi que les séries Poe Dameron, Dark Vador : Le Seigneur Noir des Sith et la relance de Star Wars narrant les événements situés entre les Épisodes V et VI. Sa passion pour la saga intergalactique dépasse le cadre des comics et le voit écrire le roman La Haute République : La Lumière des Jedi inaugurant lors de sa parution le 5 janvier 2021 aux États-Unis ce nouveau cycle tant attendu se déroulant 200 ans avant Star Wars : La Menace Fantôme.

La Haute République : La Lumière des Jedi étonne par l'incroyable façon dont l'auteur met en place l'univers. La sensation à la lecture est d'ailleurs incroyable tellement le lecteur est à la fois en terrain connu mais se trouve aussi devant un tourbillon de nouveautés vraiment dépaysantes. Ainsi, le bon en arrière dans le temps, deux cents ans avant Star Wars : La Menace Fantôme, est parfaitement amené. Certains éléments sont très proches mais avec une petite touche différente, ce qui permet de bien mettre en avant l'évolution historique. Par exemple, les contours de la République sont bien moins étendus que dans la prélogie. La Bordure Extérieure est ainsi une zone à explorer où des colons vont refaire leur vie en espérant trouver gloire et fortune. Les voies hyperspatiales sont encore peu nombreuses et la technologie toujours balbutiante. La médecine a aussi beaucoup de progrès à faire puisque le bacta vient à peine d'être découvert. En réalité, le roman donne l'impression d'être une version space opéra de la conquête de l'Ouest, mais façon Star Wars. L'idée est, en tout cas, parfaitement rafraîchissante et cette nouvelle période apporte ainsi un vent de changement bienvenu dans la saga littéraire de Star Wars.

Comme dans tout bon western, il y a des shérifs, qui sont ici les Jedi. Le lecteur retrouve ainsi une galaxie où la justice et la paix sont assurés par les Jedi, comme c'était le cas au début de la prélogie. Cela fait donc du bien de retrouver l'ordre à son apogée à un moment où la lumière brille dans la galaxie. Le livre offre aussi de nombreuses trouvailles dans l'utilisation de la Force, notamment dans sa première partie, peu vues jusqu'à présent dans la saga de façon si abondante. Il sera apprécié, par exemple, la connexion des esprits Jedi par un Maître aux aptitudes hors du commun. Même si cette idée a été déjà reprise dans les romans Légendes comme par exemple dans Le Nouvel Ordre Jedi - 9 : Étoile après Étoile, elle n'avait pas été poussée aussi loin. Les choix vestimentaires et les relations entre Jedi sont également moins stricts qu'ils ne le seront deux cents ans plus tard. Les Jedi ne semblent en effet pas aussi réfractaires à l'attachement et leur garde-robe affiche un côté grandiloquent qu'elle perdra au fil du temps pour devenir plus austère. La République est, elle aussi, légèrement différente. La Chancelière a une vision ambitieuse de la démocratie, à la fois proactive et enthousiaste, loin de la corruption qui paralysera le Sénat deux siècles plus tard. Et quoi de mieux qu'un porte-étendard flamboyant pour symboliser la justice des Jedi et la démocratie de la République. Le Flambeau Stellaire est ainsi conçu comme un phare censé apporter lumière, espoir et prospérité.

Charles Soule est aussi incroyablement doué pour plonger le lecteur directement dans cet univers inédit. Au lieu de faire une laborieuse présentation de tous les personnages avec une longue mise en contexte, l'auteur choisit plutôt de plonger directement dans l'action. Le lecteur assiste alors, pendant cent cinquante pages, à une grande catastrophe où une planète ne risque pas moins que d'être rayée de la carte, entraînant automatiquement des milliards de morts. Les événements s'enchaînent et tiennent en haleine le lecteur page après page. Cette partie permet aussi de présenter un nombre incroyable de personnages, de technologies et de vaisseaux dans des descriptions courtes mais remarquablement efficaces. L'auteur arrive ainsi à rendre le tout incroyablement palpitant et passionnant. L'une des preuves du talent de Charles Soule est sa capacité à présenter un personnage en quelques pages, à le rendre tout de suite attachant, pour le faire mourir un peu plus loin, fendant ainsi le cœur du lecteur. Il offre, en plus, à son récit un côté épique extraordinaire tout en changeant régulièrement de points de vues et de lieux selon où se déroule le récit dans le système planétaire en perdition. Cerise sur le gâteau, la fluidité parfaite dans son style transforme la lecture en un plaisir infini. Du grand art !  Après ce feu d'artifice, la deuxième partie du roman est, pour sa part, plus posée mais permet d'en apprendre davantage sur les protagonistes tout en se permettant d'explorer plus profondément la galaxie. Enfin, la dernière partie est une conclusion explosive, peut-être pas aussi intense que le début du livre mais au moins tout aussi meurtrière et imprévisible.

La Haute République : La Lumière des Jedi propose une foison de personnages. Charles Soule s'en sort pourtant admirablement et sait les rendre particulièrement attachants. Parmi ceux qui ressortent le plus, il peut être assurément cité Avar Kriss, une Maître Jedi, humaine, dont l'utilisation de la Force étonnera plus d'un lecteur. Elle travaille souvent en binôme avec le Chevalier Elzar Mann, également humain, qui est son exact opposé mais qui affiche un vrai charme malgré son côté bourru. Bell Zettifar est, quant à lui, un Padawan humain qui a besoin de trouver confiance dans l'utilisation de la Force. Son Maître, le Chevalier Loden Greatstorm, un Twi'lek, connaît d'ailleurs la valeur de son disciple et le pousse à chaque fois dans ses retranchements. Parmi les autres Jedi, il sera aussi apprécié le Maître Jedi, Sskeer, un Trandoshan, ou encore Burryaga Agaburry, un Padawan Wookie. Mais les personnages intéressants ne se limitent pas aux seuls Jedi. Le couple Joss Adren et sa femme Pikka sont, par exemple, des pilotes qui n'ont pas froid aux yeux tandis que Keven Tarr est un technicien de génie.

Enfin, il faut aussi saluer la menace du livre. Comme il ne pouvait avoir de Sith, il fallait donc trouver d'autres adversaires de choix face aux Jedi. Les Nihil présentés ici sont simplement parfaits. À mi-chemin entre une bande de malfrats et une secte, ils commencent d'abord par être mystérieux avant de se révéler petit à petit durant le roman. Ils possèdent ainsi un avantage (technique ou mystique ; la frontière est floue) par rapport aux Jedi et à la République, ce qui les rend insaisissables et dangereux. Leur manque de valeurs leur rajoute, en plus, un côté sanguinaire. Le livre décrit ainsi à merveille leur mode de fonctionnement et leur organisation. Le lecteur découvre peu à peu ce groupuscule fascinant dirigé par quatre chefs charismatiques : les trois Maîtres-Tempête que sont Pan Eyta, Kassav Milliko et Lourna Dee ainsi que l'Œil nommé Marchion Ro, un personnage aussi énigmatique qu'implacable. À la fin du roman, il reste encore beaucoup de zones d'ombres sur les Nihil, donnant particulièrement envie de découvrir la suite de la série La Haute République.

La Haute République : La Lumière des Jedi est une merveilleuse introduction à une nouvelle ère de la saga de George Lucas. Magnifiquement écrit, avec des personnages attachants et une action haletante, il est impossible de lâcher le livre avant de l'avoir terminé. Le roman est ainsi un véritable vent de fraîcheur dans la littérature Star Wars et assurément l'un des meilleurs opus de l'Univers Officiel. À dévorer sans modération !

Poursuivre la visite

1985 • 2021

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.