Le Dodo
Date de création :
Le 28 juillet 1951
Créateur(s) :
Ward Kimball
 Robert (Bob) Carlson
Apparition :
Cinéma
Télévision
BD
Jeux Vidéo
Parcs
Voix Originale(s) :
Bill Thompson (film d’animation Alice au Pays des Merveilles)
Michael Gough (film live de Tim Burton)
Voix Française(s) :
Jean-Henri Chambois (doublage 1974 du film d’animation)
Jean-Bernard Guillard (film live de Tim Burton)

Le portrait

rédigé par Thibaut Ange
Publié le 02 décembre 2019

Le Dodo est un personnage apparu dans le film d’animation Alice au Pays des Merveilles (1951). Il s’agit d’un gros oiseau loufoque vêtu d'une veste mauve, d'un chapeau noir et fumant la pipe, qu’Alice rencontre au cours de son périple dans le Pays des Merveilles.

Le personnage est tiré du roman original de Lewis Carroll, Les Aventures d'Alice au Pays des Merveilles (Alice in Wonderland) publié en 1865, dans lequel il mène une "course au Caucus" (Caucus Race) remportée par Alice. Le Dronte de Maurice, plus communément appelé Dodo, était une espèce d'oiseau coureur incapable de voler répandue sur l'île Maurice lorsque les Hollandais en prirent possession en 1598. Peu rapide, l’animal fut abondamment chassé pour sa graisse (et non pour sa viande dont l’odeur et la texture étaient peu appétissantes), jusqu’à son extinction totale à la fin du XVIIe siècle.

Le Dodo apparaît à plusieurs reprises au cours du film d’animation. Lorsqu'Alice franchit la serrure de la porte fermée à clé, symbolisant l'entrée dans le Pays des Merveilles, elle se retrouve ainsi dans une bouteille flottant au beau milieu de l'océan. Elle croise alors au loin le Dodo naviguant sur un toucan et poussé par un perroquet. La jeune fille lui demande de l'aide mais, trop occupé à chanter, l'oiseau ne lui prête aucune attention. Arrivée sur la terre ferme, Alice le retrouve alors perché sur un rocher, se réchauffant auprès d’un feu et menant en même temps une "course saugrenue" au cours de laquelle d'autres animaux marins courent autour de lui pour se sécher. Les paroles chantées par le Dodo apparaissent dénuées de sens pour Alice, tout comme la compétition qu'il organise, les vagues venant sans cesse mouiller de nouveau les animaux qui courent autour de lui.

Plus tard, le Dodo réapparaît lorsqu'Alice est prisonnière de la maison du Lapin Blanc, devenue géante après avoir mangé des biscuits alors qu’elle était chargée de lui trouver ses gants. Le lapin, croyant qu'un monstre a envahi sa demeure, fait, il est vrai, appel au Dodo qui s'étonne de n'avoir jamais vu une chose pareille, mais indique savoir comment s'en débarrasser... en la faisant sortir par la cheminée ! Il rameute pour cela Bill, un lézard ramoneur et trouillard, mais la tentative d’expulsion est un échec. Entré dans le conduit de cheminée, Bill fait alors éternuer Alice, propulsant le lézard à des centaines de mètres dans le ciel. Pour de nouveau résoudre le problème, le Dodo envisage de faire brûler la maison, au grand désespoir du Lapin Blanc qui ne peut concevoir de voir son logis réduit en cendres. L’oiseau commence donc à rassembler des meubles en bois tandis qu'Alice, qui ne souhaite pas finir rôtie, mange une carotte cueillie dans le jardin qui la fait instantanément rétrécir. Elle peut ainsi sortir de la maison et poursuivre le Lapin Blanc, toujours en retard, tandis que le Dodo reste seul à tenter d'allumer un feu avec les moyens du bord, à défaut d’avoir trouvé une allumette.

Enfin, le Dodo réapparaît brièvement à la fin du film, trônant de nouveau sur un rocher autour duquel courent les principaux personnages rencontrés par Alice, alors poursuivie par la Reine de Cœur et ses cartes à jouer, le temps d'une ultime "course saugrenue".

Sir John Tenniel (1820-1914), le dessinateur britannique qui a illustré le roman de Lewis Carroll, a représenté le Dodo sous la forme de l’animal tel qu’il était connu jusqu’à son extinction, à savoir comme un gros oiseau avec de petites ailes. Les scénaristes des studios Disney se sont alors inspirés de ses dessins pour concevoir leur propre version du personnage.

Dessin de John Tenniel
Dessin pour le film d'animation
Concept art pour le film live

Le Dodo a été principalement animé par l’artiste Milt Kahl. Membre de la bande des "Neuf Vieux Messieurs", il a participé à l'animation de dizaines de personnages Disney, de Blanche Neige et les Sept Nains (1937) à Les Aventures de Bernard et Bianca (1977), parmi lesquels les Animaux de la Forêt et le Prince dans Blanche Neige et les Sept Nains (1937), Pinocchio dans le film éponyme (1940), Bambi, Panpan et Fleur adultes dans Bambi (1942), Johnny Pépin de Pomme et Slue Foot Slue dans Mélodie Cocktail (1948), Angus MacBlaireau et Brom Bones dans Le Crapaud et le Maître d'École (1949), la Bonne Fée, le Roi, le Grand Duc et le Prince dans Cendrillon (1950), Lady et le Clochard dans La Belle et le Clochard (1955), les Rois Philippe et Hubert dans La Belle au Bois Dormant (1959), Roger et Anita Radcliff dans Les 101 Dalmatiens (1961), Sir Hector, Kay, Madame Mim et Merlin dans Merlin l'Enchanteur (1963), Shere Khan, Kaa, les Vautours ou encore Bagheera dans Le Livre de la Jungle (1967), Thomas O'Malley, Edgar et Georges Hautecourt dans Les Aristochats (1970), le Shérif de Nottingham et Adam de la Halle dans Robin des Bois (1973), Tigrou dans Les Aventures de Winnie l'Ourson (1977), Madame Médusa et Snoops dans Les Aventures de Bernard et Bianca (1977).
Pour l'animation du Dodo, Milt Kahl se voit aidé, entre autres, par Robert "Bob" Carlson qui a travaillé plus de vingt ans au sein des studios Disney, participant à l'animation de nombreux cartoons des séries Donald Duck et Silly Symphonies et de Grands Classiques tels que Les Trois Caballeros (1945), Peter Pan (1953) ou encore La Belle au Bois Dormant (1959).

Milt Kahl
Bill Thompson

En version originale, le Dodo est vocalisé par l’acteur Bill Thompson qui a aussi prêté sa voix au Lapin Blanc. Né le 8 juillet 1913 à Terre Haute aux États-Unis, il débute très tôt en tant que comédien à la radio au milieu des années 30 avant de passer au cinéma au début des années 40. Ses plus grands succès seront assurément ses différents rôles dans la comédie radiophonique Fibber McGee and Molly à partir de 1936 mais également la voix qu'il donne au personnage de Droppy dans les cartoons de Tex Avery sortis chez MGM. Pour les studios Disney, il va assumer plusieurs autres toons emblématiques dont le roi Hubert dans La Belle au Bois Dormant, Monsieur Mouche dans Peter Pan, Jock, Bull, Dachsie, Joe et le Policier dans La Belle et le Clochard, le vieux Spike l'Abeille dans le cartoon Soyons Associés, Picsou dans le cartoon Picsou Banquier ou Comment Réussir dans la Finance, le Professeur Owl dans les cartoons Adventures in Music : Melody et Les Instruments de Musique jusqu'à l'Oncle Waldo dans Les Aristochats, son dernier rôle avant de mourir le 15 juillet 1971.
Dans sa version française, la voix du Dodo reste indéterminée pour le premier doublage du film en 1951 tandis que pour celui de 1974, c'est Jean-Henri Chambois qui la prête. L’acteur incarne d'ailleurs aussi d’autres personnages de Grands Classiques Disney : le Juge dans le segment La Mare aux Grenouilles intégré dans le long-métrage Le Crapaud et le Maître d’École (1949), le Capitaine Crochet (doublages de 1953 et 1991) et George Darling (doublage de 1991) dans Peter Pan et le majordome Edgar dans Les Aristochats (1970).


Disney's Tous en Boîte (2001)

Le Dodo est peu réapparu dans d’autres productions audiovisuelles Disney. Il peut ainsi être vu furtivement dans le générique de la série télévisée Disney's Tous en Boîte (2001-2004), aux côtés de Bill le Lézard. Il figure aussi au casting du film live Alice au Pays des Merveilles (2010) de Tim Burton, dans lequel son apparence s’inspire de nouveau des dessins de John Tenniel, et où il est affublé du nom de Uilleam. Il conseille Alice et la conduit jusqu'à la Chenille (nommée Absolem dans ce film) afin de s’assurer qu’elle est bien la véritable jeune fille qui pourra aider la Reine Blanche à reconquérir son pouvoir en vainquant la Reine Rouge et son monstre, le Jabberwocky, conformément à la prophétie faite par la Chenille. Plus tard, le Dodo est fait prisonnier par la Reine Rouge qui fait de lui un assistant. Il distribue alors les flamants roses servant de maillets lors de la partie de croquet.
Dans ce film, le personnage est interprété par Michael Gough, resté célèbre pour ses apparitions dans des opus d'horreur au cours des années 1960 et 1970. Il a ensuite collaboré avec Tim Burton dans plusieurs de ses longs-métrages, assumant notamment le rôle d'Alfred Pennyworth, le majordome de Batman, pour les films Batman (1989) et Batman, le Défi (1992). Il a également joué dans le film Sleepy Hollow : La Légende du Cavalier Sans Tête (1999), assurant le rôle du notaire James Hardenbrook. Enfin, pour le film d'animation Les Noces Funèbres (2005), il prête sa voix à Gutknecht l'Ancien. L’interprétation du Dodo est donc sa dernière participation pour un film avant sa mort le 17 mars 2011.


Alice au Pays des Merveilles (2010)

Au-delà de ses apparitions à l’écran, le Dodo est également visibles à de nombreuses reprises dans des bandes dessinées inspirées du Grand Classique Alice au Pays des Merveilles et publiées dans divers magazines et comics dans plusieurs pays.

Dans l'univers vidéoludique, le personnage figure dans la version japonaise du jeu pour console NES, Mickey Mouse (ou Mickey Mousecapade, Hudson Soft, 1987), en tant que boss du niveau 2. Dans la version américaine, il est toutefois remplacé par Tick Tock Croc venu lui du film d’animation Peter Pan (1953). Plus récemment, le Dodo est mentionné par le Lapin Blanc dans le jeu Kinect : Disneyland Adventures (Microsoft Studios, 2011) sans toutefois apparaître directement à l’écran.


Alice's Curious Labyrinth (Disneyland Paris)

Dans les Parcs Disney, le Dodo n’apparaît que sous la forme d’une statue dans l'attraction Alice's Curious Labyrinth de Disneyland Paris, revivant l'épisode de la course saugrenue aux côtés des autres animaux marins qui l'accompagnent au cours du film.

C'est très rigolo, en haut, en bas, en bas, en haut 
Commencez demain 
On finira hier matin

Avec ses paroles sans queue ni tête de sa course saugrenue, le Dodo illustre à merveille l'absurdité de l'univers visité par Alice. Lorsqu'elle le rencontre, la pauvre jeune fille est d'ailleurs encore loin de s'imaginer qu'elle croisera bientôt la route de personnages encore plus loufoques que ce décidément drôle d'oiseau, comme le Chafouin, le Chapelier Toqué ou encore le Lièvre de Mars...

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.