Titre original :
Us Again
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 05 mars 2021
Série :
Genre :
Animation 3D
Réalisation :
Zach Parrish
Musique :
Pinar Toprak
Durée :
7 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Dans une ville animée, un vieux couple ravive sa passion lors d’une nuit pluvieuse aux effets magiques...

La critique

rédigée par
Publiée le 16 juin 2021

Dans la première moitié des années 2010, les Walt Disney Animation Studios sont revenus au format court-métrage de cinéma avec notamment Paperman et Le Festin qui s'étaient alors fait remarquer en remportant tous deux l'Oscar du Meilleur Court-Métrage d'Animation. Mais après Raison, Déraison en 2016, le studio va délaisser un peu le format dans les salles obscures, préférant proposer des cartoons pour la plateforme Disney+ notamment via le programme Short Circuit. Il faudra ainsi attendre cinq ans, en excluant le moyen-métrage La Reine des Neiges : Joyeuses Fêtes avec Olaf en 2017 qui a une longueur et une production assez atypiques, avant que les Walt Disney Animation Studios reviennent à ce mode d'expression avec cette pépite qu'est Nous, Toujours. Proposé en première partie de la sortie cinéma de Raya et le Dernier Dragon, le court-métrage sort le 5 mars 2021 uniquement en salles. Il n'est, en effet, pas inclus dans l'Accès Premium sur Disney+ comme c'est le cas du long-métrage qui a droit, lui, à une sortie hybride dans le monde (à l'exception de la France). Le cartoon est rajouté par la suite sur Disney+ le 4 juin 2021, en même temps que l'arrivée gratuite de Raya et le Dernier Dragon.

Nous, Toujours est réalisé par Zach Parrish. Il commence à travailler pour la société d'effets spéciaux Rhythm & Hues en qualité, entre autres, d'animateur sur le film L'Incroyable Hulk puis se voit embaucher rapidement par Sony Pictures Imageworks où il occupe la même fonction sur Tempête de Boulettes Géantes. Il gère ensuite les effets spéciaux du film Disney Alice au Pays des Merveilles puis intègre les Walt Disney Animation Studios en 2010 où il devient animateur sur les longs-métrages Raiponce, Les Mondes de Ralph, Les Nouveaux Héros, Zootopie et Vaiana, la Légende du Bout du Monde ainsi que sur les courts-métrages de la série Lutins d'Élite, Opération Secret du Père Noël et Méchants Contre Gentils. Sur Ralph 2.0 et La Reine des Neiges II, il est promu au poste de superviseur du workflow. En 2019, il signe le court-métrage Flaques d'Eau de la collection Short Circuit qui constitue alors son premier projet au poste de réalisateur.

L'idée de Nous, Toujours est venu à Zach Parrish quand il s'est rendu compte qu'il commençait à vieillir et que son corps ne réagissait plus comme avant. Pourtant jeune, il a alors remarqué qu'il était bien plus vieux dans sa tête que sa propre mère qui profitait, elle, du temps présent au lieu de s'apitoyer sur ce qu'elle arrivait à faire dans le passé. Le court-métrage essaye ainsi de véhiculer le message qu'il est important de se connecter à son entourage et surtout de profiter du moment présent, en remarquant comment la vie est belle. L'un des moyens d'y parvenir est notamment d'accepter de vieillir, avec les limites de son corps dues à son âge mais prenant conscience que la jeunesse est souvent dans sa tête. Il faut savoir profiter de la vie, de chaque instant de bonheur qu'elle procure et croquer à pleines dents l'existence jusqu'au dernier moment.

Nous, Toujours est aussi une magnifique histoire d'amour, toute simple, mais incroyablement touchante. À travers ce couple interracial, que le réalisateur a choisi à l'image du sien, il souhaite mettre en avant les sentiments qui unissent deux personnes entre elles au fil des années. L'idée excellente de la pluie permet alors de faire revivre à Dot et Art l'enthousiasme de leur jeunesse. Dans une parabole de la Fontaine de Jouvence, le fait de rester sous la pluie leur permet, au cours d'une nuit décidément magique, de retrouver le corps qu'ils avaient lors de leur rencontre des décennies auparavant. Pour Zach Parrish qui a vécu durant son enfance dans le Midwest américain, la pluie est une fête et synonyme pour lui de l'enfance quand il sautait à pieds joints dans les flaques. Ainsi, le vieil homme Art, qui se morfond dans son appartement sans que sa femme Dot n'arrive à lui rendre sa joie de vivre passée, découvre que la pluie les rajeunit, lui et sa femme. Durant une nuit endiablée, ils vont alors danser sous l'averse. Mais la pluie s'éloignant, Art va essayer de prolonger jusqu'au dernier moment cette jeunesse retrouvée. Dot, par contre, sait qu'il faut s'avoir accepter son âge et ne pas courir vers un idéal physique perdu. Au final, cette nuit va permettre à Art de retrouver la passion de vivre chaque instant mais également celle de son amour qu'il avait laissé faner.

Ce qui impressionne encore plus dans Nous, Toujours est assurément la façon dont le court-métrage véhicule les sentiments des personnages. Dans le pur style de l'expressivité que seule l'animation est capable de porter, comme Fantasia en son temps, pas un mot n'est ici prononcé. Tout est restitué par le mouvement et la musique sans oublier la gestuelle du couple. La danse prend bien sûr une place prépondérante dans le cartoon. Les gens qui vivent et profitent de la vie dans cette grande ville sont, il est vrai, tous en train de danser, livrant de magnifiques chorégraphies. Le contraste avec Art qui reste dans son fauteuil est alors saisissant. Les pas de danse ont ainsi été imaginés par les chorégraphes et danseurs Keone & Mari Madrid qui proposent ici des numéros aussi vivants et réjouissants qu'exaltants, qui donnent envie aux spectateurs de se lever de leur siège et de danser avec les personnages. Et que dire de cette incroyable musique funk soul par Pinar Toprak (Captain Marvel, Purl), entraînante à souhait la plupart du temps quand elle ne choisit pas de se poser pour quelques notes histoire de faire passer une émotion plus douce.

Le dernier point remarquable dans Nous, Toujours est sa technique absolument superbe. L'animation est fluide et le design des personnages particulièrement avenant. Surtout, la morphologie du couple est intéressante car elle arrive à s'éloigner des canons de beauté disneyens en proposant un homme et une femme au physique plutôt quelconque mais tout en gardant ce petit quelque chose qui fait que le spectateur ressent vraiment qu'il est devant un court-métrage des Walt Disney Animation Studios. Enfin, il convient de parler de la pluie, un personnage à part entière. Elle autorise en effet certains plans magnifiques, notamment ceux sur la jetée et à la fête foraine. Mais l'image la plus belle est sûrement celle où le couple âgé danse sur une flaque qui reflète son image : ils épousent la même position mais avec leur physique de jeunesse. La parabole est alors aussi touchante qu'émouvante.

Nous, Toujours est un court-métrage aussi merveilleux que joyeux ; un bijou comme l'était Paperman en son temps. Un vrai et pur chef-d'œuvre Disney !

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.