L'Œil du Cyclone
La Haute République

Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 17 août 2022
Genre :
Comics
Auteur(s) :
Charles Soule (Scénariste)
Guillermo Sanna (Dessinateur)
Nombre de pages :
74

Le sommaire

• The High Republic - Eye of the Storm #1/2 (12/01/2022)
• The High Republic - Eye of the Storm #2/2 (02/03/2022)

La critique

rédigée par
Publiée le 21 octobre 2022

La Haute République : L'Œil du Cyclone est une mini-série de deux issues qui vient conclure la Phase I de La Haute République .

La Haute République a été annoncé dans un premier temps sous le nom de code Project Luminous lors de la Star Wars Celebration de 2019. Mais bien peu de choses sont alors dévoilées mis à part le nom de cinq auteurs (Charles Soule, Claudia Gray, Justina Ireland, Cavan Scott et Daniel José Older) et quatre éditeurs (Disney-Lucasfilm Press, Del Rey, Marvel et IDW). Finalement, l'annonce officielle se fait le 24 février 2020. La Haute République est ainsi présenté comme un projet de cross-média littéraire, le plus ambitieux jamais réalisé dans l'univers Star Wars. Ce qui peut s'en rapprocher le plus est alors Le Nouvel Ordre Jedi, la série de romans multi-auteurs lancée en 1999 par Del Rey. Chose notable cette fois-ci, le scope est bien plus large de par la diversité des genres littéraires qui permettra de découvrir différentes facettes de cette nouvelle ère Star Wars, et ce, peu importe l'âge des lecteurs. Il y aura ainsi des romans adultes chez Del Rey, des romans jeunes adultes et jeunesse chez Disney-Lucasfilm Press, des comics adultes chez Marvel et des comics jeunesse chez IDW. En France, Pocket se charge des romans adultes et jeunes adultes, La Bibliothèque Verte des romans jeunesse et Panini Comics des comics adultes et jeunesse. Et encore, il ne s'agit là pour l'instant que de la première salve. D'autres types d'œuvres sont déjà annoncés, comme un manga, un audiodrama et un roman graphique, offrant ainsi une variété littéraire aussi diverse que réjouissante. Si aucun film n'a été dévoilé autour de cette nouvelle période, une série pour Disney+ est tout de même prévue : Star Wars : The Acolyte. Le projet La Haute République a ainsi été construit sur plusieurs années et s'articulera sur trois périodes nommées La Lumière des Jedi, puis Quest of the Jedi et enfin Trials of the Jedi. Signe de l'ambition du projet éditorial mené, le lancement s'est fait en grande pompe, et ce, des deux côtés de l'Atlantique, avec un matériel marketing jamais autant développé pour une œuvre littéraire Star Wars, du moins depuis le rachat de la franchise par The Walt Disney Company.

La Haute République se déroule donc 200 ans avant Star Wars : La Menace Fantôme, le premier volet chronologique de la Saga Skywalker. La Galaxie est en paix, placée sous le règne de la glorieuse République ainsi que sous la protection des nobles et sages Chevaliers Jedi. Symbole du bien sous toutes ses formes, le Flambeau Stellaire est d'ailleurs sur le point d'être inauguré par la République aux confins de la Bordure Extérieure. Cette nouvelle station spatiale projettera alors dans toute la galaxie une lueur d'espoir. Mais tandis que la République tout entière connaît une glorieuse renaissance, de nouveaux adversaires effrayants, les Nihil, déploient leurs forces. Les gardiens de la paix et de la justice doivent dès lors faire face à un péril qui menace l'Ordre, la Galaxie et la Force elle-même... La troisième vague de la Phase I commence alors que deux ans ont passé depuis la Grande Catastrophe et un an depuis l'attaque de la Foire de la République à Valo. Les Jedi traquent ainsi les dernières poches de résistance Nihil mais les protecteurs de la lumière ne se rendent pas compte qu'ils ont non seulement totalement sous-estimé leurs adversaires mais se sont aussi trompés sur l'identité de l'Œil, le mystérieux chef qui tire les ficelles de ces pillards, donnant pour cela ses ordres à des lieutenants nommés Maîtres-Tempêtes.

Le scénariste du comics n'est autre que Charles Soule, l'auteur qui avait justement débuté la saga avec le roman La Haute République : La Lumière des Jedi. Diplômé en droit à l’université Columbia de New York en 2000, Soule exerce d'abord en tant qu’avocat puis décide d’exprimer sa fibre artistique en publiant en 2009 le roman graphique Strongman. Dès 2013, il écrit des séries de comics pour les maisons concurrentes DC Comics et Marvel. Il s’installe rapidement au sein de la Maison des Idées et travaille notamment sur Inhuman, She-Hulk ou Daredevil, qu’il marque par un long run entre 2015 et 2019, achevé avec Daredevil Legacy - Tome 3 : La Mort de Daredevil. Il devient vite une référence des comics Star Wars chez Marvel en signant les mini-séries Lando : Le Casse du Siècle, Obi-Wan & Anakin : Réceptifs et Hermétiques et Star Wars : L’Ascension de Kylo Ren ainsi que les séries Poe Dameron, Dark Vador : Le Seigneur Noir des Sith et la relance de Star Wars narrant les événements situés entre les Épisodes V et VI. Sa passion pour la saga intergalactique dépasse le cadre des comics et le voit écrire le roman La Haute République : La Lumière des Jedi inaugurant lors de sa parution le 5 janvier 2021 aux États-Unis ce nouveau cycle tant attendu.

Le récit de La Haute République : L'Œil du Cyclone est d'une richesse incroyable. En seulement deux issues, un nombre important d'informations est révélé tout en servant d'épilogue à la Phase I de La Haute République. Le premier se déroule principalement dans le passé. En étant découpé en trois chapitres de longueurs variables, il va se charger de lever le voile sur les origines de Marchion Ro, le dangereux Œil des Nihil. Le scénariste remonte loin dans le temps pour expliquer d'où vient l'antagoniste, quelle est sa planète d'origine, quels sont les traits de caractère de son peuple qui vont l'amener à sa décadence et à sa quasi extinction. Le second chapitre de l'issue est, lui, le récit central de l'ensemble, étant aussi le plus long. Il narre comment la grand-mère puis le père de Ro ont pris le pouvoir au sein des Nihil et comment ils se sont peu à peu imposés en tant d'Œil grâce à une découverte qui allait leur donner une longueur d'avance. Mais il n'y a aucun amour dans cette famille. Seulement une recherche de pouvoir et de vengeance... envers l'univers entier qui s'est retourné contre eux. Le troisième et dernier chapitre qui conclue le premier issue revient sur un passage qui avait été déjà conté dans des précédents médias de La Haute République : le moment où Marchion Ro accède à son tour au sommet de la pyramide des Nihil.

Le deuxième issue est encore plus passionnant car il se déroule dans le présent. Il se passe même après le comics La Haute République - 3 : La Fin des Jedi et les romans La Haute République : La Chute de l'Étoile et La Haute République : Horizon Funèbre. Il sert donc vraiment d'épilogue à toute la vague 3 de la Phase I, et même à l'intégralité de ce qui a été publié jusqu'ici autour de la saga, bouclant l'arc débuté avec la Grande Catastrophe des voies hyperspatiales et se terminant par la chute du Flambeau Stellaire. Marchion Ro montre une nouvelle fois toute sa cruauté, assassinant de sang-froid un personnage rencontré dans l'une des précédentes œuvres de La Haute République. Il affiche également ses véritables intentions et lève le voile sur l'un des mystères qui subsistent dans la saga : où et comment il s'est procuré l'étrange arme vivante à même de se débarrasser des Jedi. Encore plus intéressant, le deuxième issue, dans un de ses chapitres, change également de point de vue et fait un focus sur Coruscant, en montrant comment le Conseil Jedi et le gouvernement de la Chancelière Lina Soh réagissent à la chute du Flambleau ; surtout qu'une autre atrocité est perpétrée, laissant la République complètement abasourdie... Charles Soule montre en tout cas qu'avec Marchion Ro, il a créé un nouveau méchant dans la Galaxie Star Wars qui n'a ni besoin d'être un Sith comme l'Empereur ou Dark Vador, ni d'être un grand stratège comme le Grand Amiral Thrawn pour être menaçant et dangereux. Cherchant à être libre, dans sa définition la plus primaire, il ne veut que le chaos total à la place de la lumière, la paix et la justice que représentent la République et les Jedi ; lui étant naturellement au sommet de ce nouvel ordre qu'il cherche à instaurer !

Côté graphisme, le dessin est confié à Guillermo Sanna. Né en 1976 à Palma de Majorque, l'artiste espagnol fait ses débuts chez Amigo Comics sur le titre Straitjacket puis travaille pour des petits éditeurs tels qu'Atlantis Studio, Approval Comics, Talcmedia Press ou AC Comics avant de rentrer chez Marvel Comics en 2017. Il signe alors le dessin de la mini-série Bullseye puis œuvre sur Luke Cage, Journey into Unknown World ou Ruins Of Ravencroft : Sabretooth. La Haute République : L'Œil du Cyclone représente sa première incursion dans l'univers Star Wars.
Malheureusement, le dessin est bien moins réussi que le scénario. Le premier issue est globalement correct avec des personnages plutôt charismatiques, des batailles spatiales lisibles et des cases assez belles. Le contraste est par contre saisissant avec le deuxième issue où les traits deviennent grossiers, certaines planches franchement bâclés et les personnages bien plus fades. Ce constat est vraiment triste car il s'agit sûrement de l'issue le plus palpitant des deux, surtout qu'il est censé conclure toute la Phase I et donc être une apothéose visuelle. Frustré, le lecteur ressent plutôt une urgence et des délais très courts, expliquant sans doute ces dessins plus que décevants.

La Haute République : L'Œil du Cyclone est une superbe conclusion à la Phase I de La Haute République. Il est juste dommage que les dessins ne soient pas aussi réussis que le récit.

À noter

La Haute République : L'Œil du Cyclone a été publié dans le troisième volume du comics adulte de La Haute République, La Fin des Jedi.

Poursuivre la visite

1985 • 2022

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site de fans, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.