Kari McKeen
Date de création :
Le 05 novembre 2004
Nom Original :
Kari McKeen
Apparition :
Cinéma
Jeux Vidéo
Voix Originale(s) :
Bret Parker
Voix Française(s) :
Dorothée Pousséo

Le portrait

Publié le 01 juin 2020

Apparue dans le film Pixar Les Indestructibles (2004), cette adolescente de 13-14 ans, amie de Violette Parr, fait du baby-sitting. Pleine de bonne volonté, elle n’est pas très futée et s’avère rapidement agaçante par sa façon de parler et ses nombreuses manières.

Kari n’apparaît en réalité que très furtivement à l’écran au cours du sixième long-métrage d’animation des studios Pixar. Alors qu’elle est partie en jet pour secourir son mari, Hélène Parr découvre que ses deux enfants aînés, Violette et Flèche, ont joué les passagers clandestins. Immédiatement, elle s’inquiète de savoir où est Jack-Jack, son bébé, et Violette lui répond qu’elle a appelé une baby-sitter pour veiller sur lui, avant de s’embarquer discrètement dans l’avion : il s’agit de Kari McKeen.

Hélène appelle alors la jeune baby-sitter au téléphone. Kari tente de la rassurer en lui disant qu’elle a toutes les qualités requises pour garder son bébé : elle a suivi des cours, elle maîtrise les techniques de réanimation et possède un tas de diplômes et de certifications diverses. Elle lui promet même de passer des airs de Mozart pendant la sieste de Jack-Jack, la musique du compositeur virtuose étant prétendument parfaite pour développer l’intelligence des très jeunes enfants.

Elle se plaint d'ailleurs que ses parents n’aient pas eu la bonne idée de la bercer avec les airs du compositeur né en Autriche car elle est, de son propre aveu, « bête comme ses pieds », ce qui ne rassure évidemment pas la pauvre Hélène Parr. Tandis qu’elle vient de décider de faire appel à une baby-sitter professionnelle pour remplacer Kari, Hélène Parr doit raccrocher en urgence, sans n’avoir pu joindre personne, car le système radar de son avion supersonique vient de détecter les missiles envoyés contre elle par le super-méchant Syndrome qui retient son mari prisonnier sur l’île de Nomanisan.

Quand bien des heures plus tard, Hélène, son mari et leurs deux aînés sont parvenus à neutraliser l’Omnidroïde, le terrible robot de combat conçu par Syndrome pour semer la panique à Métroville, la mère de famille écoute la messagerie de son téléphone. Elle y découvre de nombreux appels de Kari, qui s’interroge sur les « particularités » de Jack-Jack avant de se montrer de plus en plus paniquée et excédée au fur et à mesure des messages. Mais c'est le dernier, laissé par une Kari de nouveau sereine et apaisée, qui terrorise véritablement Hélène : la jeune baby-sitter la remercie en effet de lui avoir envoyé un remplaçant… que la super-héroïne n’a jamais contacté !! Il s’agit en réalité de Syndrome qui, ayant échoué à mettre en œuvre son plan principal, a décidé de se venger de la famille Parr en capturant leur dernier-né.


Baby-Sitting Jack-Jack (2005)

Si sa participation au film Les Indestructibles est assez anecdotique, Kari est l’un des deux personnages principaux du court-métrage Baby-Sitting Jack-Jack (2005), proposé par les studios Pixar en bonus de l’édition vidéo de leur sixième long-métrage d’animation. Le court-métrage met en effet en scène ce qu’il s’est passé pendant que Kari gardait Jack-Jack, lorsque sa famille combattait Syndrome et ses sbires sur l’île de Nomanisan puis à Métroville.

Interrogée par l’agent Rick Dicker, chargé par la NSA du suivi des super-héros retournés à l’anonymat, elle raconte sans fard son baby-sitting tumultueux chez la famille Parr. Après des premières minutes banales, Kari a en effet décidé d’occuper Jack-Jack en lui faisant faire des exercices de stimulation neuropsychologique avec la musique de Mozart en fond sonore. Si les compositions du virtuose classique n’ont sûrement pas l’impact qu’elle leur prête sur le développement cognitif des enfants, elles vont servir de déclencheur à l’expression, inédite, des super-pouvoirs du bébé, jusqu’ici parfaitement « normal ».

Dès les premières notes, en effet, les super-pouvoirs de Jack-Jack se manifestent et il se téléporte en une fraction de seconde sur la table de la cuisine, puis au pied du frigo, loin du tapis du salon où Kari l’avait laissé. Alors qu'elle commence à trouver ce bébé bien étrange, elle appelle Hélène pour la questionner : il n’en faut pas plus pour que Jack-Jack ait le temps de léviter jusqu’au plafond où il s’assoit, avant de dévisser son biberon dont le lait se répand sur le visage de la malheureuse adolescente. Et ce n’est que le début des ennuis pour Kari : Jack-Jack ronge ensuite les barreaux du parc dans lequel elle l’avait enfermé, avant de se téléporter sur une étagère dont il tombe, puis de traverser le sol tel un fantôme puis de réapparaître à l’étage inférieur.

Les tentatives de Kari pour canaliser le bébé vont accroître encore l’expression de ses pouvoirs : tandis qu’elle l’a attaché à des haltères pour lui faire faire un jeu de mime à partir de cartes en bois, Jack-Jack se transforme en torche humaine lorsque sa baby-sitter lui montre le dessin d’un feu de camp ! Paniquée, Kari finit par éteindre le brasier en plongeant le bébé, à l’aide d’un tisonnier, dans la baignoire remplie d’eau. Éreintée, les traits tirés à cause d’une nuit blanche infernale à subir les super-pouvoirs de Jack-Jack, Kari fait face au bébé lorsque que le jour se lève. Alors qu’il joue, Jack-Jack continue en fait de déclencher ses très nombreux super-pouvoirs mais désormais, Kari réagit de manière automatique, sans plus exprimer la moindre surprise ou émotion : ainsi, elle l’éteint à l’aide d’un extincteur lorsqu’il s’embrase et dévie les rayons lasers qui jaillissent de ses yeux en utilisant un petit miroir.

Quand le super-vilain Syndrome sonne à la porte de chez les Parr, elle est convaincue qu’il s’agit du remplaçant qu’Hélène a contacté, et lui confie donc, soulagée et libérée, le bébé en lui demandant simplement ce que signifie le « S » majuscule qu’il porte sur son costume. Le méchant lui répond tout de go qu'il s'agit de l'’initial de « sitter » pour « baby-sitter » si bien qu'elle ne cherche pas plus loin – ce qui sidère et désespère Rick Dicker – et se presse de rentrer chez elle, au calme, loin de ce bébé aux dons terribles ! Son récit terminé, Rick Dicker actionne une machine à ventouses qui efface les mémoires, pour être certain que l’anonymat de la famille de super-héros ne soit pas menacé, aussi bien que pour rendre un semblant de tranquillité d’esprit à la pauvre Kari !


Dessins préparatoires pour Les Indestructibles 2, finalement abandonnés

Des documents de travail des studios Pixar montrent que Kari (ainsi que ses parents, mentionnés mais jamais vus à l’écran ni dans le premier long-métrage de la saga ni dans le court-métrage Baby-Sitting Jack-Jack) devait être de la partie dans Les Indestructibles 2. Dans la version finale du vingtième long-métrage d’animation des studios à la lampe de bureau, la jeune baby-sitter n’apparaît pourtant pas dans l’histoire, certainement parce qu’elle n’aurait rien apporté de fondamental au déroulement de l’intrigue. C’est donc Edna Mode qui se retrouve à jouer le rôle qui lui incombait dans le premier volet de la saga, c’est-à-dire garder Jack-Jack alors qu'il déchaîne ses pouvoirs. La styliste attitrée des super-héros fait d’ailleurs référence à l’une des répliques marquantes de Kari dans le court-métrage Baby-Sitting Jack-Jack en expliquant à Bob que la musique de Mozart stimule l’expression des super-pouvoirs de son bébé.

Le court-métrage Tata Edna (2018), présent dans la plupart des éditions vidéos de Les Indestructibles 2, s’inspire d'ailleurs largement de Baby-Sitting Jack-Jack mais c’est ici l’excentrique styliste Edna Mode qui joue les baby-sitters d’un soir pour Jack-Jack et se retrouve confrontée à la débauche de super-pouvoirs du bébé de la famille Parr.


LEGO : Les Indestructibles (2018)

Kari McKeen figure au casting de deux jeux vidéo, Disney Crossy Road, un opus pour smartphones développé par Hipster Whale et édité par Disney Mobile en 2016 dans lequel elle est l’un des très nombreux personnages jouables, et LEGO : Les Indestructibles, un jeu qui permet d’incarner la famille Parr en version LEGO dans des séquences issues des deux longs-métrages des studios Pixar, développé par Traveller’s Tales et édité par Warner Bros. Interactive Entertainment en 2018.

Bret Parker
Dorothée Pousséo

En version originale, la baby-sitter est interprétée par Bret Parker, animatrice aux studios Pixar. Comme beaucoup de ses collègues artistes travaillant pour les studios à la lampe de bureau, elle a régulièrement prêté sa voix à des personnages animés : elle a ainsi endossé les rôles de la mère de famille qui attaque Randall Bogue à coups de pelle dans sa caravane à la fin de Monstres & Cie (2001), de Djay DJ dans Mini Buzz (court-métrage de la série Toy Story Toons, 2011) et a assuré des voix additionnelles pour Monstres Academy (2013) et Vice-Versa (2015).

Dans la version française, Kari McKeen est incarnée par Dorothée Pousséo, une comédienne très active dans le domaine du doublage dont la voix est reconnaissable entre mille ! Ces prestations pour le compte des studios Disney et Pixar ont déjà été nombreuses : elle est la jeune Vitani dans Le Roi Lion 2 : L'Honneur de la Tribu (1998), l’Ourse amoureuse dans Frère des Ours (2003), Charlotte adulte dans La Princesse et la Grenouille (2009) et Vanellope von Schweetz dans Les Mondes de Ralph (2012) et sa suite, Ralph 2.0 (2018).

Confrontée à la garde d’un enfant pas comme les autres, la jeune Kari McKeen démontre que la meilleure volonté du monde ne suffit pas pour être un bonne baby-sitteuse. De nombreux parents ont dû partager l’angoisse d’Hélène Parr en la voyant œuvrer à l’écran.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.