Danny, le Petit Mouton Noir
L'affiche du film
Titre original :
So Dear To My Heart
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 19 janvier 1949
Genre :
Animation 2D / Film "Live"
Réalisation :
Harold D. Schuster
Musique :
Ticker Freeman
Irving Taylor
Larry Morey
Don Raye
Gene DePaul
Robert Wells
Mel Torme
Eliot Daniel
Paul J. Smith 
Durée :
82 minutes

Le synopsis

Danny, un petit mouton noir, rejeté de tous, est adopté par un jeune garçon, Jeremiah qui caresse le doux rêve, en croquant des animaux sur son cahier de brouillon, de gagner le premier prix au championnat local.
Et la magie opère !

Les personnages dessinées prennent vie et encouragent bien vite Jeremiah à présenter Danny au concours animalier. Le jeune garçon prend ainsi la mesure de la tendresse, de la patience et du dévouement qu'il lui faudra dispenser pour emporter le premier prix...

La critique

rédigée par
★★★

Danny, le petit mouton noir est assurément le film qui, bien que n'appartenant pas à l'envieuse catégorie des Grands Classiques, occupe une place toute particulière dans le coeur de Walt Disney lui-même.
Il le considérait, ainsi, comme son long-métrage préféré tant il lui rappelait des pans entiers de son enfance.
Le jeune Walt emménage, en effet, avec toute sa famille, en 1906, dans une ferme de 200 hectares située à Marceline, dans le Missouri, non loin de celle de son oncle Robert Disney et acquise contre quelques 3000 dollars. Il patiente jusqu'à 8 ans pour fréquenter, avec sa sœur cadette, l'école primaire de la ville. C'est l'époque de sa vie où il tisse des liens très forts avec son frère, Roy. Ils se serrent ainsi les coudes pour faire face au surplus de travail à la ferme consécutif au départ de la maison de ses aînés, Herbert et Raymond, las de la domination psychologique et physique de leur père Elias. La ferme est finalement revendue en 1909 quand le paternel, malade, ne parvient plus à en assumer la charge. Toute la famille s'installe donc, jusqu'en 1910, dans une maison louée pour ensuite déménager à Kansas City et renouer avec Herbert et Raymond. Les années de vie à Marcelline marquent à jamais l'inconscient de Walt Disney qui y formatera son goût prononcé pour la faune et la flore, des thèmes à jamais chers à son cœur.

Danny, le petit mouton noir est une adaptation du Midnight and Jeremiah de Sterling North. Après la réussite de Mélodie du Sud, le papa de Mickey souhaite, en effet, s'aventurer toujours plus dans la production de films "live". Le long métrage est, de nouveau, un joli conte, mêlant prises de vues réelles et images animées. La réalisation en est confiée à Harold D. Schuster qui jouit, pour la première fois chez Disney du vivant de Walt, d'une grande liberté, tant le Maître se contente de simplement superviser le tout. Certaines méthodes de travail, typiquement disneyennes et venant pour la plupart de la production des films d'animation, sont tout de même reprises, telle l'utilisation d'un storyboard (ce qui était rarissime pour les films "live" à l'époque) ou la recherche visuelle (confiée à la talentueuse Mary Blair, remarquée notamment pour l'ambiance de Saludos Amigos et Les trois caballeros).

Si Walt Disney ne s'implique pas, pour la première fois, à 100 % dans la réalisation de son nouveau film, il n'en reste pas moins considérablement attentif. Des séquences entières du film vont, il est vrai, tellement le marquer qu'elles seront reprises tout au long de son œuvre, bien au delà du simple clin d'œil. Ainsi la scène où Danny s'enfuie et met à sac le jardin et la maison de Jeremiah deviendra un leitmotiv chez Disney où les bêtises faites par les animaux entraînant la chute d'objet prend des airs de quasi constance dans les films mettant en scène des compagnons à quatre pattes (Fidèle vagabond, Quatre bassets pour un danois...). Les séquences du train à vapeur et de sa superbe locomotive connaissent le même sort et marqueront bien des productions du studio. Il faut dire que Walt Disney était un véritable passionné des chemins de fer au point d'installer un train miniature dans son jardin et d'en faire le symbole de son tout premier parc à thème, Disneyland.

Le tournage de l'essentiel des scènes de Danny, le petit mouton noir, notamment les prises de vues réelles, débute en 1946 et se termine l'année suivante. Cette production à grande vitesse n'empêche pas le film de patienter jusqu'en 1949 pour se voir présenté au public. Il faut dire que la réalisation des séquences d'animation en retarde considérablement la sortie tant elles nécessitent du temps. Elles n'apparaissent d'ailleurs aujourd'hui pas indispensables au déroulement de l'histoire. Elles se contentent simplement, il est vrai, de transmettre au jeune héros certains conseils et autres leçons de morale. Elles ont en réalité une autre vertu ! Si Walt Disney cherchait à en justifier la présence par une simple volonté de représenter l'imagination du garçon, les séquences d'animation ont en fait un tout autre rôle. Elles ont en effet servi à rassurer le Papa de Mickey pour ce qui constituait pour lui, à l'époque, une incursion toujours plus grande dans la production de long-métrage live. Les segments cartoons sont ainsi réalisés d'une façon bien plus stylisée qu'auparavant, à l'exemple du passage signé de Robert Bruce où une bataille est symbolisée par des figures abstraites et des jeux d'ombres. Walt Disney franchira finalement le pas, en 1950, avec son tout premier film d'acteur sans animation, L'île au trésor.

Danny, le petit mouton noir repose sur une bande-son assurément merveilleuse. Six chansons et une superbe mélodie accompagnent en effet le récit avec grâce, tendresse et poésie. Véritable hymne à la nostalgie, tout l'univers musical du film enveloppe le spectateur. La palme revient d'ailleurs à la chanson Lavender Blue qui se hisse sans mal à la première marche des hits de l'année, aux Etats-Unis. Rien d'étonnant dès lors à voir le film nominé, grâce à elle, pour l'Oscar de la meilleure chanson.

Le casting, quant à lui, ne souffre d'aucune critique. Les acteurs tiennent en effet parfaitement leur rôle et prennent un plaisir évident à endosser leur personnage respectif. Burl Ives est ainsi époustouflant dans son rôle d'oncle aimant, à l'écoute de son neveu. Sa performance musicale dans Lavander Blue est notamment superbe. Il signera d'ailleurs à nouveau chez Disney, pour une production similaire quoique dénuée de séquences d'animation, Summer Magic. Beulah Bondi campe, pour sa part, une attendrissante grand-mère à la fois ferme et attentionnée. Luana Patten et Bobby Driscoll participent enfin à leur dernier film Disney ensemble, après Mélodie du Sud et Mélodie Cocktaïl. Ils continueront ensuite à travailler pour le studio de Mickey mais séparément : Johnny Tremain et Demain... des Hommes pour la jeune fille et L'Ile au Trésor pour le jeune homme. Ce dernier aura même l'honneur de prêter sa voix au personnage animé de Peter Pan. Ses prestations dans Danny, le petit mouton noir et dans The Window (un film non produit pas Disney) lui valent ensemble l'Oscar spécial "jeune acteur". Il ne parvient malheureusement pas à capitaliser sur ses rôles et à faire rebondir sa carrière. Après une adolescence mouvementée, il décède tragiquement à l'âge de 31 ans d'une overdose dans le dénuement et l'anonymat.

Danny, le petit mouton noir est salué par la critique. Elle juge les séquences de prise de vues réelles avec acteurs, remarquables tout en étant beaucoup plus réservée quant à la pertinence des séquences animées. Le film connaît ainsi la situation inverse de Mélodie du Sud, encensé pour ses cartoons mais littéralement conspué pour ses scènes live. Le public en revanche ne suit pas et lui réserve un accueil plus que médiocre. Malgré des résultats commerciaux très décevants, Danny, le petit mouton noir a droit à une ressortie en 1964.

Véritable hymne à la nostalgie "made in Disney", film préféré de Walt Disney lui-même, Danny, le petit mouton noir a pourtant sombré dans l'oubli sans qu'il soit besoin, contrairement au contesté Mélodie du Sud, que la Compagnie de Mickey le remise définitivement en réserve. Il se doit d'être (re)découvert !

L'équipe du film

1937 • 1968
Acteur
1938 • 1996
Actrice
1905 • 1988
Animateur
1909 • 1987
Animateur
1911 • 1976
Animateur
1908 • 2004
Artiste
1907 • 1979
Directeur de l'Animation
1901 • 1966
Producteur
1913 • 2000
Scénariste

L'édition vidéo

Jaquette Danny, le Petit Mouton Noir
Jaquette Danny, le Petit Mouton Noir
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2008
Zone 2 Simple 2003