Donald Portier

Donald Portier
L'affiche
Titre original :
Bellboy Donald
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 18 décembre 1942
Série :
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Jack King
Durée :
7 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Groom dans un hôtel, Donald se doit d'accueillir le sénateur Pat Hibulaire et son fils...

La critique

rédigée par
Publiée le 22 avril 2020

Donald Portier voit le canard affronter pour la première fois le fils de Pat Hibulaire.

Pat Hibulaire, bien plus vieux que Mickey ou Donald, naît le 24 mars 1925 dans Alice Solves the Puzzle de la série Alice Comedies. À l'époque, il ne porte pas encore son nom actuel : Bootleg Pete précède, il est vrai, Peg-Leg Pete. Son apparence n'est pas non plus totalement arrêtée. Difficile alors de savoir de quel animal il s'agit ! Il arbore également une jambe de bois curieusement aléatoire tant, selon les épisodes, elle apparaît ou non. Sa personnalité, enfin, est comme le reste : en construction. Parfois brute épaisse, il sait aussi être d'une étonnante subtilité. Pat Hibulaire est, donc, le personnage le plus ancien de la galaxie Disney. Il apparaît même dans la série des Oswald. Il a survécu, depuis, aux affres du temps et reste encore aujourd'hui partie prenante au casting de la firme de Mickey, essentiellement dans la bande dessinée, même s'il ne s'interdit pas des prestations dans l'animation au cinéma (Dingo et Max) en vidéo (Mickey, Donald, Dingo - Les Trois Mousquetaires) ou à la télévision (La Maison de Mickey). Bizarrement, en version couleur, il apparaît plus souvent dans la série Donald Duck que celle de Mickey Mouse. En plus de Donald Portier (1942), il intervient au sein des Donald Duck dans les cartoons suivants : Agent Canard (1939), Donald le Riveur (1940), Donald Bûcheron (1941), Donald à l'Armée (1942), Donald se Camoufle (1942), Donald Parachutiste (1942), Facéties Militaires (1943), Trombone en Coulisse (1944), The New Neighbor (1953) et Donald Pugiliste (1953).

Le fils de Pat Hibulaire fait dans ce court-métrage sa toute première apparition. Sans nom, il s'agit surtout d'une version miniature de son père, au niveau à la fois de son physique et de sa personnalité. Il revient des décennies plus tard dans la série La Bande à Dingo où son apparence se fait plus douce, même s’il affiche le même embonpoint que son paternel. C'est en revanche sa mentalité qui change du tout ou tout. À la différence de Pat, P.J. (abréviation de Pat Junior) est enfant et élève modèle, toujours loyal en amitié : il fait ses corvées sans trop rechigner et travaille de son mieux à l'école. P.J. est très attachant, plus encore parce qu’il est le plus grand timide et le moins téméraire de tous les personnages de la série. Il aura droit à une seconde apparition cinématographique dans le long-métrage dérivé de La Bande à Dingo, Dingo et Max en 1995.

Donald Portier commence tout de suite par situer l'action : le canard, groom dans un hôtel, se fait sermonner par son supérieur qui lui demande de garder son sang-froid en toute circonstance car la devise de l'établissement est que le client a toujours raison. Une belle voiture se gare alors devant le palace et le canard va pour ouvrir la portière et récupérer les bagages. En sortent Pat, habillé de façon chic, et son petit garnement mal élevé qui commence tout de suite à embêter le groom en tirant sur son calot. Donald essaye de porter les effets des nouveaux clients mais les valises sont bien trop lourdes pour lui. Le canard va ainsi se démener pour les transférer à l'intérieur de l'hôtel, mais entre le jeune Pat qui lui met une peau de banane sur son chemin et la porte tourniquet qui ne facilite pas son passage, la tâche est rude. Finalement, il arrive à passer mais avec seulement... une moitié de valise ! L'autre bout est resté sur le trottoir, ou plutôt sur la tête de son propriétaire. Pat Hibulaire, fou de colère, montre sa façon de penser au groom maladroit. Ce que le père ne sait pas, c'est que la bourde du canard est due à son fils qui a fait exprès de marcher sur l'élastique d'un pantalon qui dépassait de la valise, ce qui a eu pour effet d'envoyer valdinguer groom et bagages.

Cet incident terminé, Donald prend place dans l'ascenseur et monte au 80e étage ses deux clients. Mais là encore, le fils de Pat joue un mauvais tour au canard. Il prend les commandes de l'ascenseur, coince la tenue du canard qui venait juste de sortir et appuie sur le levier de démarrage qui commande aussitôt la fermeture de la porte, emportant l'habit du groom qui se retrouve nu. Donald essaye alors d'appuyer sur les boutons pour faire remonter la cage mais le garnement arrache un fil électrique en le dirigeant vers le panneau de commande, ce qui a pour conséquence d'électrocuter le pauvre canard qui se trouve au dernier étage. Un joli gag se produit alors avec les numéros des étages qui s'affichent sur le derrière du volatile. À force de psychologie, Donald arrive à récupérer son costume mais le fils de Pat remet l'ascenseur en route, faisant que le groom se retrouve coincé au plafond par la vitesse de l'engin. Arrivé en bas, fou de colère, Donald demande d'abord à son supérieur de confirmer son renvoi afin d'avoir tous les droits pour donner une fessée à cet insupportable tête à claques.

Donald Portier est un cartoon sympathique car il est amusant de voir Donald garder au maximum son sang-froid face à un gamin tout bonnement insupportable.

Les personnages

1925
Cinéma
1934
Cinéma

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.