Madame Jumbo
Date de création :
Le 23 octobre 1941
Nom Original :
Mrs. Jumbo
Créateur(s) :
Vladimir « Bill » Tytla
Apparition :
Cinéma
Télévision
Livres
Jeux Vidéo
Parcs
Voix Originale(s) :
Verna Felton (voix parlée dans Dumbo)
Betty Noyes (voix chantée dans Dumbo)
Tress MacNeille (jeu vidéo)
Voix Française(s) :
Hélène David (doublage de 1984 de Dumbo)

Le portrait

rédigé par Thibaut Ange
Publié le 30 mai 2021

Madame Jumbo est l'une des éléphantes du WDP Circus et la mère de Dumbo, jeune héros du film éponyme, quatrième long-métrage d’animation des studios Disney (1941). Alors que le cirque occupe encore ses quartiers d’hiver, elle assiste ainsi à l’arrivée des nouveaux-nés de diverses espèces animales, livrés à leurs mères respectives par des cigognes, et désespère de ne rien recevoir. Ce n’est en fait que le lendemain matin, tandis que le train du cirque est sur le départ pour une tournée de représentations à travers le pays, que la Cigogne vient livrer le baluchon contenant l’heureux événement, annonçant : « voici un bébé aux beaux yeux bleus, descendu tout droit des cieux ».

Impatiente d’ouvrir le paquet, Madame Jumbo signe d'une croix le reçu en annonçant à la Cigogne qu'elle nomme son fils Dumbo Junior. Avant de partir, le livreur entonne une chanson souhaitant un heureux anniversaire au nouveau-né. L'oiseau parti, Madame Jumbo ouvre le baluchon sous le regard pressé des autres Éléphantes qui s'émerveillent devant l’éléphanteau. Un éternuement, causé par des chatouilles de la Matriarche, dévoile toutefois ses deux immenses oreilles. Aussitôt, cette particularité physique encombrante est moquée par les pachydermes. Agacée de voir son fils critiqué, Madame Jumbo ferme violemment la fenêtre qui la sépare de ses congénères pour profiter seule des premiers instants avec l’innocent Dumbo, le câlinant blotti dans sa trompe.

Quand le train arrive à sa première destination, Madame Jumbo et son fils participent au montage du chapiteau sous la pluie durant la nuit, puis à la parade annonçant la présence du cirque dans les rues de la ville. Mère aimante et protectrice, Madame Jumbo devient pourtant violente lorsqu’un jeune garnement s’en prend directement à Dumbo et à ses grandes oreilles lors de sa visite de la ménagerie. Jugée désormais dangereuse, elle se voit aussitôt enfermée et mise à l'écart sur ordre de Monsieur Loyal, le directeur du cirque. Coupée de sa mère, Dumbo doit alors apprendre à grandir sans elle : il trouve heureusement le soutien de la souris Timothée.

L'émouvante scène où Dumbo rend visite à sa maman dans sa prison est restée célèbre, notamment lorsqu’elle le câline avec sa trompe à travers les barreaux, au cours de la chanson Baby Mine (Mon Tout Petit en version française). L’éléphanteau trouve ainsi un peu de réconfort auprès de son repère maternel, après avoir été humilié lors d’un numéro de clowns.
Madame Jumbo ne réapparaît ensuite qu’à la toute fin du Grand Classique. Dumbo est devenu une véritable star de cirque grâce à ses oreilles qui lui permettent de voler. Désormais, un wagon privatif en queue de train lui est réservé avec sa mère, libérée de sa prison, et dans les bras de laquelle la nouvelle vedette vient se blottir de nouveau.

Madame Jumbo est inspirée du personnage de Mother Ella, dans l’histoire inspiratrice écrite par Helen Aberson et illustrée par Harold Pearl, parue en 1939. Les scénaristes des studios Disney l’ont rebaptisée « Mrs. Jumbo », en référence à Jumbo (1861-1885), un éléphant d’Afrique rendu célèbre dans le monde entier de par son exposition médiatique et son achat par le cirque Barnum en 1882. Le pauvre animal est décédé à la suite d'une collision avec la locomotive d'un train de marchandise dans l'Ontario.

Comme pour Dumbo et les autres Éléphantes, l'animation de Madame Jumbo est principalement l'œuvre de l'animateur Vladimir "Bill" Tytla qui avait déjà créé les personnages de Grincheux dans Blanche Neige et les Sept Nains (1937), de Stromboli dans Pinocchio (1940), de Yen Sid et de Chernabog dans Fantasia (1941). Après sa participation à la grève des artistes des studios au printemps 1941, il se voit confier l'animation du petit avion Pedro et de quelques scènes avec José Carioca dans Saludos Amigos (1943), le professeur nazi dans Education for Death (1943) et la scène du combat entre la Pieuvre et l'Aigle dans le film Victory Through Air Power (1943) mêlant animation et prises de vues réelles. Se trouvant mal considéré par Walt Disney, qui a perdu toute confiance envers les artistes ayant participé à la grève, Vladimir Tytla démissionne des studios Disney en février 1943.

Si Dumbo est entièrement muet dans le film, sa mère n'est guère plus loquace, puisqu'elle ne parle qu'une seule fois, pour annoncer à la Cigogne le prénom de son enfant ! Le mot « Jumbo » qu'elle prononce vient de Verna Felton, une actrice de théâtre, de cinéma et de télévision qui a aussi prêté sa voix à la Matriarche. Elle a également à son actif d'autres personnages de Disney, comme La Marraine la Bonne Fée de Cendrillon (1950), la Reine de Cœur dans Alice au Pays des Merveilles (1951), Flora dans La Belle au Bois Dormant (1959) ou encore Tante Sarah dans La Belle et le Clochard (1955). Elle a par ailleurs interprété une autre éléphante pour Disney, à savoir la femme du Colonel Hathi, Winifred, dans Le Livre de la Jungle (1967).
La chanteuse et actrice Betty Noyes assure quant à elle la voix chantée du personnage. La chanson Baby Mine qu'elle interprète a d'ailleurs été nommée pour l'Oscar de la meilleure chanson originale en 1942.

Verna Felton
Betty Noyes

Madame Jumbo est réapparue brièvement, de dos, dans la scène finale du film Qui Veut la Peau de Roger Rabbit (1988), et figure également dans quelques épisodes de la série télévisée Disney's Tous en Boîte (2001-2004) parmi les clients du club tenu par Mickey Mouse et ses amis. Un portrait à son effigie est par ailleurs visible dans Dumbo's Circus (1985-1988), une série télévisée live avec des marionnettes diffusée sur Disney Channel.


Qui Veut la Peau de Roger Rabbit (1988)

En 2019, Tim Burton revisite le film d’animation Disney avec l’adaptation en prises de vues réelles Dumbo. Madame Jumbo figure évidemment au casting de l’histoire quelque peu revisitée. Le directeur du cirque Max Medici a en effet acheté l’éléphante d’Asie, la sachant enceinte, avec l’idée de faire de sa future progéniture une nouvelle attraction de son spectacle. Peu après la naissance de Dumbo, elle tente de le protéger de moqueries faites par le gardien Rufus à propos de ses grandes oreilles, comme dans le Grand Classique. Max Medici charge alors Holt Farrier, ancien cavalier du cirque nommé dresseur des éléphants, de cacher les oreilles de l’éléphanteau avant qu’il ne soit révélé au public le lendemain.


Dumbo (2019)

Lors de sa première apparition sur la piste du cirque, l’éléphanteau éternue, dévoilant ses grandes oreilles. Le public se moque allègrement de lui, le surnommant Dumbo et dénonçant une arnaque. En coulisses, Madame Jumbo entend les huées et perd son sang-froid, débarquant sur la piste en furie pour protéger son petit. Elle détruit le chapiteau et tue le violent gardien Rufus, écrasé sous des gradins. Considérée comme une bête dangereuse, Madame Jumbo est alors enfermée dans un fourgon et solidement enchaînée. Pour éviter de ruiner sa réputation, Max Medici se résout à la revendre à moitié prix à Brugelbacker, l’homme à qui il l’avait achetée.

Séparé de sa mère, Dumbo est transformé en clown mais dévoile son talent : celui de voler grâce à ses grandes oreilles. V. A. Vandevere, le riche propriétaire du parc d’attractions Dreamland, entend parler de cet exploit et propose à Max Medici de devenir son partenaire. La troupe du cirque est alors embauchée au sein du parc. Utilisé pour un numéro de trapèze volant, Dumbo entend les barrissements de sa mère, vendue à Vandevere et présentée comme « Kali la Destructrice », une créature dangereuse dans une attraction baptisée « l’île aux cauchemars ». L’éléphanteau vole jusqu’à elle pour la retrouver, mais Vandevere, sentant que les retrouvailles de sa star avec sa mère peuvent menacer son business, décide de l’éloigner du parc et de la faire tuer. À l’aide de ses enfants Milly et Joe et de la troupe du cirque, Holt Farrier parvient à sauver Madame Jumbo qui retrouve son fils avant d’être embarquée sur un bateau qui la conduit jusqu’en Asie, sa terre natale, où elle vivra des jours heureux avec Dumbo et ses congénères, loin des hommes cupides.

La mère de Dumbo est également visible dans le jeu vidéo Disney’s Villains’ Revenge (Disney Interactive, 1999), dans lequel sa voix est celle de l’actrice américaine Tress MacNeille.

Plus récemment, Madame Jumbo et son fils sont visibles dans le court-métrage I Am with You, dernier épisode de la série de pastilles animées At Home with Olaf, diffusées sur Internet au printemps 2020 durant la pandémie de Covid-19. Alors qu’Olaf chante la chanson bouleversante I Am with You, plusieurs scènes tendres de films d’animation Disney sont diffusées, et notamment celle où Dumbo vient se blottir dans la trompe de sa mère à la fin du Grand Classique de 1941.

Enfin, du côté des Parcs à thèmes, la mère de Dumbo est visible furtivement au cours de quelques spectacles nocturnes projetant des images de films d'animation Disney, comme World of Color à Disneyland Resort et Happily Ever After à Walt Disney World Resort.

Madame Jumbo est l’incarnation de la mère douce et protectrice que tout jeune enfant rêve d’avoir à ses côtés pour grandir et découvrir le monde. Attentionnée, elle est prête à tout pour protéger son petit des moqueries et humiliations. Folle de rage quand un garnement s’en prend physiquement à Dumbo, elle devient hystérique et passe pour une folle furieuse, alors que ne parlait que son instinct maternel. Première mère d’un film d’animation Disney, Madame Jumbo ouvre alors la galerie de mamans aimantes, dont certaines d’entre elles subiront un sort beaucoup plus tragique, comme la Mère de Bambi ou celles de Rox ou de Quasimodo, qui ont payé de leur vie pour protéger leur enfant.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.