Un Jour Ma Princesse Viendra

Un Jour Ma Princesse Viendra
La couverture
Titre original :
Mirror, Mirror
Éditeur :
Hachette Heroes
Date de publication France :
Le 10 juin 2020
Genre :
Twisted Tales
Auteur(s) :
Jen Calonita
Autre(s) Date(s) de Publication :
Disney•Hyperion (US) : Le 2 avril 2019
Nombre de pages :
320

Le synopsis

Réduite à l'état de souillon, Blanche Neige vit recluse sous l'égide de sa belle-mère la Méchante Reine depuis dix ans. Un jour, cette dernière lui permet de sortir de l'enceinte du château accompagnée de son homme de confiance, l'infâme Chasseur. Alors qu'il est sur le point d'exécuter la requête immonde de sa maîtresse, il révèle à Blanche Neige un secret qui remet toute sa vie en question...

La critique

rédigée par
Publiée le 30 avril 2021

Un Jour Ma Princesse Viendra est le sixième roman de la collection des Twisted Tales et se concentre sur l'histoire de Blanche Neige et les Sept Nains. L'auteure de ce roman, Jen Calonita, signe ici son premier roman dans la série des Twisted Tales, avant de rapidement proposer Renouveau (Disney•Hyperion et Hachette Heroes, 2019) ; dans ce dernier, elle réinterprète l'histoire de La Reine des Neiges, en se demandant ce qu’il se serait passé si Anna et Elsa n'avaient pas eu connaissance de leur existence mutuelle. En 2021, elle signe ensuite une relecture de l'histoire d'Hercule, dans un roman intitulé en version originale Go the Distance (Disney•Hyperion).

Jen Calonita se revendique fan du monde de Disney, et bien qu'enfant elle détestait lire et écrire, dédie sa carrière à l'écriture en commençant par devenir journaliste de divertissement, durant laquelle elle rencontre des célébrités ayant participé à des productions Disney, telles que Zac Efron et Dwayne 'The Rock' Johnson. Elle sort sa première série de livres Secrets of My Hollywood Life aux États-Unis en 2008 chez Poppy, suivie d'autres livres pour enfants et jeunes adultes, telle que la série Fairy Tale Reform School dont le premier tome paraît aux États-Unis en 2015 chez Sourcebooks Young Readers

La particularité de cette auteure, en comparaison avec Liz Braswell qui a écrit la plupart des romans de cette collection, est que ses livres sont plus légers que ceux de cette dernière, que ce soit en matière de vocabulaire, de la tournure du récit ou de la manière d'aborder des thématiques sérieuses. Tandis que Jen Calonita se penche elle aussi sur des thèmes intéressants de société, qui se rapprochent de ceux employés par Liz Braswell, elle le fait en filigrane et de manière beaucoup moins approfondie et détaillée. Si la volonté de Blanche Neige est bien de devenir une reine digne de ce nom et de réparer les torts causés par la Méchante Reine à son peuple, il s'agit-là d'un motif qui parsème l'histoire et non de réflexions approfondies, telles que celles de Jasmine dans Ce Rêve Bleu (paru aux États-Unis chez Disney•Hyperion en 2015 et en France chez Hachette Heroes en 2019). Ainsi, le ton du livre tient plus à son rythme et son humour qu'à son aspect purement littéraire.

Contrairement aux autres romans de la collection des Twisted Tales parus avant Un Jour Ma Princesse Viendra, la phrase d'accroche sur la couverture est quelque peu déroutante, car le « twist » ou changement déterminant apporté au conte n'est pas le fait que la Méchante Reine empoisonne le Prince Henri. Celle des cinq livres précédents avait pourtant permis à chaque fois au lecteur de savoir d'emblée, et ce, de manière intelligente, quelle serait la particularité de cette nouvelle interprétation. Sans ne rien retirer à la qualité du livre, suivre cette tradition aurait sans doute permis au lecteur de mieux appréhender le déroulé de l'histoire. Par ailleurs, il est fort probable que le titre français se soit inspiré de ce prémice, le titre étant Un Jour Ma Princesse Viendra, bien différent du titre anglais Mirror, Mirror traduit mot pour mot en allemand par exemple, Spieglein, Spieglein, et qui correspond bien mieux au récit malgré l'aspect poétique de l'intitulé français. La raison pourrait également être le fait que le livre portant sur l'histoire de la Méchante Reine dans la collection Disney Villains s'appelle Miroir, Miroir : L'Histoire de la Méchante Reine (Hachette Romans, 2016) : ce type de problématique n'a pourtant pas toujours représenté un frein pour Hachette Heroes, le Twisted Tale Histoire Éternelle de Liz Braswell (Hachette Heroes, 2019) et La Belle et la Bête - Histoire Éternelle (Hachette Romans, 2017) de Jennifer Donnelly portant quasiment le même nom. Des variantes auraient en outre été possibles, telles que « Miroir Magique au Mur ».

Du fait du retournement de situation quant à l'empoisonnement, mais également du rôle beaucoup plus proactif conféré au personnage de Blanche Neige, Un Jour Ma Princesse Viendra n'est pas dépourvu d'une touche féministe qui s'est déjà trouvée dans la collection des Twisted Tales. Le plus proche serait Il Était un Rêve (Disney•Hyperion et Hachette Romans, 2016), portant sur La Belle au Bois Dormant, et dont la princesse relativement passive devient également maîtresse de son destin. La collection des Twisted Tales s'ancre ainsi dans le monde contemporain et ses préoccupations, mais avec finesse et sans tomber dans les stéréotypes. La fin du roman n'est d'ailleurs pas le « happy end » habituel du conte. Résolument moins sombre que Histoire Éternelle ou Ce Rêve Bleu, il ne comporte pas à proprement parler l'aspect « twisted », autrement dit tordu et sombre, de nombreux livres des Twisted Tales

Bien ancrée dans le conte Disney, Jen Calonita rompt cependant avec la tradition en renommant la Méchante Reine Ingrid au lieu de Grimhilde, le nom du personnage révélé pour la première fois dans la bande dessinée publiée avant la sortie du long-métrage par King Features Syndicate, et réalisée par le dessinateur Hank Porter et le scénariste Merril de Marris. À ce sujet, pour la première fois dans la tradition du dessin animé, les parents de Blanche Neige ont un prénom et il leur est accordé un rôle important dans le récit grâce à de nombreux flashbacks disséminés dans l'histoire, qui a d'ailleurs une chronologie alternée. Selon les origines du conte, il leur est donné des noms allemands, Katherine et Georg, tout comme au Prince qui après avoir été nommé Florian plus ou moins officiellement, devient Heinrich dont le diminutif est Henri. Dans cet ouvrage, Blanche Neige n'est appelée ainsi que dans des situations formelles, et la plupart du temps les personnages la nomment « Blanche » ce qui n'est pas sans rappeler la série Once Upon a Time - Il Était une Fois (diffusée sur ABC de 2011 à 2018), ainsi que la série littéraire Disney Villains, ce qui lui confère un caractère plus moderne et accessible pour les lecteurs. 

Dans cette version de l'histoire, Blanche Neige a dix-sept ans, à peu près le même âge qu'Henri, rompant ainsi avec la croyance selon laquelle Blanche Neige aurait quatorze ans dans le film d'animation Disney, sans oublier que le modèle de Blanche Neige, Marge Champion, qui a servi d’inspiration et de référence aux artistes, avait 16 ans. Le conte original est tout autre, car Blanche Neige n'a que sept ans lorsque la Méchante Reine demande au Chasseur d'emmener la princesse dans la forêt pour la tuer et de lui ramener ses poumons et son foie comme preuve du méfait. Ne pouvant s'y résoudre, il la laisse s'échapper et ramène les organes d'un sanglier, tandis que Blanche Neige tombe sur la demeure des sept nains, de la même manière que dans le conte Disney. Mais, la Méchante Reine doit s'y prendre à trois fois avant de réussir à l'anéantir. Tout d'abord, elle apporte un corset ensorcelé qui la serre à l'en étouffer, mais heureusement les nains parviennent à la sauver en coupant les liens qui la tienne emprisonnée. Puis, elle revient et lui donne un peigne empoisonné, et de même, Blanche Neige insère naïvement l'ornement dans ses cheveux et s'éteint petit à petit, jusqu'à ce que les nains l'en retirent. Finalement, la Méchante Reine parvient à sa fin, lorsqu'elle effectue une énième tentative avec la fameuse pomme qui la plonge dans un sommeil de mort. Anéantis, les nains la disposent dans un cercueil de verre qui leur permet de continuer à admirer sa beauté. Un jour, un prince découvre la belle endormie et demande la permission aux nains de l'emmener avec lui, mais en déplaçant le cercueil, le morceau de pomme resté coincé dans la gorge de Blanche Neige ressort et elle se réveille. Ravi, le prince l'emmène dans son château et (malgré son âge) ils se marient. Passage sans doute le plus célèbre, la Méchante Reine est alors conviée à la cérémonie et forcée de danser dans des chaussures de fer au dessus de la braise jusqu'à ce que mort s'en suive. Ce conte est bien le parfait exemple du travail de Disney qui, d'une version lugubre, transforme le récit en histoire merveilleuse. Une autre interprétation intéressante du conte original qui en reprend de nombreux éléments est celle de la mini-série Le 10ème Royaume (diffusée en 2000 sur NBC), dans laquelle Blanche Neige a pleine conscience du fait que c'est la Méchante Reine qui lui apporte tous ces présents empoisonnés. Heurtée au plus profond de son âme que cette femme s'acharne autant à essayer de la tuer, elle dépose les armes et accepte son sort, en croquant dans la pomme qu'elle sait empoisonnée. Une adaptation intéressante qui expose les ressentis et motivations de cette princesse iconique de manière bien différente et tout aussi emblématique. 

En termes de psychologie, le livre n'est pas en reste en la matière, car il se divise en deux points de vue alternés, celui de Blanche Neige et celui de la Méchante Reine. La personnalité de cette dernière est très approfondie tout comme celle de Blanche Neige, et le lecteur découvre ses origines et ce qui la pousse à devenir la Méchante Reine. Elle est tout autant le personnage principal de l'histoire que la princesse, ce qui établit un parallèle intéressant avec Miroir, Miroir: L'Histoire de la Méchante Reine dans lequel les origines de la reine sont le point focal de l'ouvrage, et sont bien différentes et tout aussi cohérentes. L'approfondissement des caractéristiques des personnages, la relation de Blanche Neige avec ses parents, son passé et sa vie au château sont une partie importante de l'histoire, qui ravira tous les amoureux du conte Disney, qui en quelque sorte auront l'impression de découvrir l'envers du décor. Tout comme nombre de livres de la collection des Twisted Tales et en dehors du prologue, le récit commence en même temps que le film d'animation et s'en éloigne à partir du moment où le « twist » entre en jeu. 

Dans la tradition des Twisted Tales, l'auteure en profite pour expliquer des éléments du long-métrage d'animation qui auraient pu soulever de moindres interrogations. Par exemple, le spectateur découvre Blanche Neige dans des haillons, puis, lorsqu'elle sort de l'enceinte du château, elle porte une somptueuse robe bleu et jaune. Aussi, tout comme Cendrillon, elle semble être en charge de l'entretien du château, sans que la raison ne soit réellement expliquée, et elle sait cuisiner, alors qu'elle est une princesse. Aurait-elle également été en charge de la nourriture ou y avait-il une autre raison ? Comme beaucoup de princesses Disney, elle a une affinité avec les animaux et au début du film plus particulièrement avec les oiseaux qui semblent l'apprécier. Pourquoi le Chasseur décide-t-il de ne pas la tuer, sachant qu'il met ainsi sa vie en jeu ? L'auteure répond à toutes ces questions de manière sensée et apporte de la matière au conte Disney

L'un des thèmes principaux du récit et même le principal est la beauté, et Jen Calonita aborde cette thématique d'une manière très intelligente. En dehors de son apparence physique, ce qui différencie Blanche Neige de la Méchante Reine est en effet la lumière qui émane d’elle, son empathie et sa bonté, qui font que les gens l'aiment naturellement. Comme dans La Belle et la Bête, le message véhiculé par l'auteure est que la vraie beauté vient du cœur. Les seuls se référant à Blanche Neige comme « la plus belle » sont d'ailleurs le Miroir et la Reine Ingrid, le Prince quant à lui dit simplement qu'elle est une belle jeune fille et comme le lecteur le constate dans le déroulement de l'histoire, ce n'est pas de sa beauté in fine dont dépend son amour pour elle. Cette question importante de la beauté dans la société d'aujourd'hui fait de cette interprétation une histoire ô combien pertinente, et les ruses de la Méchante Reine pour rester jeune et belle semblent être une critique des mentalités contemporaines et du culte excessif de l'esthétique. Une autre thématique importante abordée par l'auteure de manière subtile et symbolique est celle de la condition animale, via la cage à oiseaux de Blanche Neige qui lui pose un problème éthique et fait écho à celle de Jasmine dans Aladdin, ainsi qu'à l’épisode pilote de Once Upon a Time - Il Était une Fois. Enfin, la prise de conscience de Blanche Neige de l'état de son pays est une nette critique de situations du monde moderne, dans lesquelles le gouvernement abreuve le peuple de taxes et du fait de la diminution de la qualité de vie, qui engrangent une fuite des cerveaux et/ou de la force de travail. Ce livre s'inscrit ainsi à la perfection dans la collection des Twisted Tales, dont les ouvrages portent des messages bien précis et des critiques de la société. Ils suivent par là même la tradition Disney en se faisant le reflet du monde actuel et en adaptant des contes bien connus depuis des siècles à son temps.

Un Jour ma Princesse viendra est un livre très divertissant et agréable qui permet de redécouvrir le premier long-métrage d'animation Disney de manière plus contemporaine. À la manière d'Il Était un Rêve, la princesse est plus accessible et quitte le monde du conte bidimensionnel pour devenir un être de chair et de passions complexe, tout comme les autres personnages du film qui sont davantage développés. Sans doute l'un des Twisted Tales les plus surprenants, satisfaisants et les plus faciles à lire.

Poursuivre la visite

1994 • 2021

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.