Thor
Légendes d'Asgard

Thor - Légendes d'Asgard
L'affiche du film
Titre original :
Thor : Tales of Asgard
Production :
Marvel
Date de sortie USA :
Le 11 mai 2011 (Vidéo)
Distribution :
Lions Gate Films
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Sam Liu
Musique :
Guy Michelmore
Durée :
74 minutes
Disponibilité(s) en France :
Autre(s) disponibilité(s) aux États-Unis :

Le synopsis

Voulant prouver à tous qu’il est un grand guerrier, l’impétueux Thor entraîne avec lui son frère Loki dans une aventure qui forgera leurs destins.

La critique

rédigée par
Publiée le 20 février 2020

Centré sur la jeunesse du dieu du tonnerre, Thor - Légendes d’Asgard narre avec réussite les aventures d’un jeune héros en devenir et de ses compagnons au sein d’Asgard. Proposé en France le 26 mai 2011, après une sortie outre-Atlantique le 17 mai de la même année, il est réalisé par Sam Liu qui s’est notamment exercé au début de sa carrière sur des séries comme Extreme Ghostbusters, The Starship Troopers Chronicles ou encore Max Steel, avant de collaborer de façon régulière et remarquée avec DC Comics sur, par exemple, les séries Batman et Teen Titans puis d’être recruté par la Maison des Idées.

Il faut dire qu'au milieu des années 2000, souffrant de la comparaison avec les films d’animation de DC Comics, Marvel décide de relancer sa production de longs-métrages d’animation. De cette collaboration fructueuse avec Lions Gate Entertainment sortiront ainsi huit films directs-en-vidéo dont un regroupant deux moyens-métrages. Ces huit titres forment la collection Marvel Animated Features dont les sorties s’échelonnent de 2006 à 2011 (Les Vengeurs Ultimate en 2006, Les Vengeurs Ultimate 2 en 2006, Iron Man en 2007, Docteur Strange en 2007, Next Avengers : Heroes of Tomorrow en 2008, Hulk vs Thor et Hulk vs Wolverine en 2009, Planète Hulk en 2010, Thor - Légendes d’Asgard en 2011)

Thor - Légendes d’Asgard relate donc les aventures du dieu du tonnerre et de ses compagnons. Créé par le trio Stan Lee (éditeur), Larry Lieber (scénariste) et Jack Kirby (dessinateur), Thor, armé de son fidèle Mjöllnir, apparaît pour la première fois aux États-Unis en août 1962 dans le numéro 63 du comic book Journey Into Mystery. Bien qu’il fasse partie des plus anciens héros de Marvel, il faut patienter en France jusqu’en août 1971 et une publication dans le magazine Eclipso pour le voir enfin pointer le bout de son marteau. Dès le début, le succès du personnage est tel que le comic book américain change de nom pour devenir The Mighty Thor. Thor est ainsi l'un des plus puissants guerriers de l’univers Marvel. Membre fondateur et régulier des Vengeurs, il est envoyé sur Midgard (la Terre) par son père le dieu Odin pour le punir de son arrogance et lui apprendre l’humilité. C’est dans ce but qu’il l’enferme sans pouvoirs et sans mémoire dans le corps d’un mortel. Une invasion extra-terrestre et ses retrouvailles avec Mjöllnir lui rendent alors force et souvenirs pour contrecarrer les plans des envahisseurs...

Thor fait une incursion télévisée en live dans le téléfilm Le Retour de l’Incroyable Hulk le 22 mai 1988 sous les traits d'Eric Allan Kramer, surtout connu pour son rôle de Petit Jean dans le film de Mel Brooks Sacré Robin des Bois. Dans ce téléfilm issu de la série L’Incroyable Hulk, les deux héros combattent ensemble une organisation criminelle : il s’agira là de la seule apparition live de Thor sur le petit écran. Au cinéma, c’est l’australien au physique scandinave Chris Hemsworth (Blanche-Neige et le Chasseur en 2012 ; Rush en 2013 ; Sale Temps à l'Hôtel El Royale en 2018) qui incarne à la perfection le fils d’Odin depuis 2011 au sein du MCU, et cela à huit reprises enchaînant Thor en 2011, Marvel's Avengers en 2012, Thor : Le Monde des Ténèbres en 2013, Avengers : L'Ère d’Ultron en 2015, Doctor Strange en 2016, Thor : Ragnarok en 2017, Avengers : Infinity War en 2018 et Avengers : Endgame en 2019.

Dans Thor - Légendes d’Asgard, le spectateur fait toutefois la connaissance d’un jeune Thor, pas encore digne de soulever Mjöllnir. Il n’est d'ailleurs pas le seul à ne pas avoir encore embrassé son destin, puisque son frère le jeune Loki n’est encore qu’un apprenti magicien. Loki est, quant à lui, la création du même trio que son frère : il apparaît en effet pour la première fois dans le numéro 85 du même comic book que lui, en octobre 1962. Adopté par Odin, après que ce dernier eut terrassé son père le roi des géants des glaces, Loki grandit en souffrant sans cesse de la comparaison avec son frère Thor. Face à cet archétype du parfait Asgardien puissant et valeureux, le dieu de la tromperie tente d’anéantir à de nombreuses reprises ce frère si parfait. Au sein du MCU, Tom Hiddleston l’incarne à six reprises entre 2011 et 2019, avant d’avoir droit à sa propre série, sobrement intitulée Loki sur la plateforme Disney+ en 2021.

Autre contemporaine de la jeunesse de Thor et non des moindres, Sif. Personnage créé par le scénariste Stan Lee et le dessinateur Jack Kirby, elle est apparue pour la première fois dans le 102ème numéro du comic book Journey into Mystery en mars 1964. Redoutable guerrière asgardienne, sœur de Heimdall le gardien du Bifröst, elle est au sein des comics le premier amour de Thor. Escrimeuse hors pair, elle est également dotée d’une force surhumaine et participe régulièrement aux aventures et quêtes de son cher et tendre. En ce qui concerne le MCU, ses apparitions sont en revanche assez rares mais de qualité sous les traits de la sublime Jaimie Alexander (Blindspot), tout d’abord dans Thor en 2011 puis Thor : Le Monde des Ténèbres en 2013, ce qui est peu. À noter tout de même sa participation à la série Les Agents du S.H.I.E.L.D. lors de la première saison pour l’épisode 15 et pour l’épisode 12 de la deuxième.

Au cours de son aventure dans Thor - Légendes d’Asgard, Thor fait la connaissance de ses futurs compagnons d’armes : Volstagg, Hogun et Fandral. Ces trois guerriers ne manquent d'ailleurs pas de points communs avec le trio de mousquetaires d’Alexandre Dumas. Tout d’abord Volstagg, qui avec son ventre proéminent est un Porthos tout à fait honorable, amateur de victuailles et de bons vins. Il a également un fort penchant pour la bagarre, quel qu’en soit le motif. Hogun et son tempérament taciturne peut sans aucun doute être comparé à Athos. Vient enfin ce beau parleur et romantique Fandral clairement inspiré du non moins flamboyant Aramis. Créés par Jack Kirby et Stan Lee, ils apparaissent pour la première fois dans le numéro 119 du comic book Journey into Mystery en août 1965. Le trio se retrouve aussi à trois reprises au sein du MCU dans la trilogie consacrée au personnage de Thor, Tadanobu Asano incarnant Hogun, Ray Stevenson jouant Volstagg, tandis que pour le rôle de Fandral, c'est tout d’abord Joshua Dallas qui s’en charge dans Thor, puis Zachary Levi dans Thor : Le Monde des Ténèbres et Thor : Ragnarok.

Inspiré de la mythologie nordique, l’univers asgardien regorge de décors plus extraordinaires les uns que les autres. Composé de neuf mondes (Asgard, Vanaheim, Alfheim, Nidavellir, Midgard, Jotunheim, Svartalvheim, Hel et Muspelheim) et autres contrées (Valhalla), l'ensemble est régenté par Odin. Créé par Stan Lee et Jack Kirby, le dieu de toute chose règne ainsi pour la première fois sur Asgard dans le numéro 85 du comic book Journey Into Mystery en octobre 1962. C’est Anthony Hopkins (Le Silence des Agneaux) qui est choisi pour interpréter ce personnage au sein du MCU, et ce à trois reprises de 2011 à 2017. Dans Thor - Légendes d’Asgard, Odin, qui a toujours ses deux yeux, veille à ce qu'il n’arrive rien de mal à son fils et fait le nécessaire pour qu’il ne se ridiculise pas en public en cas de défaite lors de ses entraînements. Pour ce faire, il ordonne à ses hommes de combattre avec retenue face à lui.  Il amène, par cette attitude surprotectrice, son héritier à partir en quête de gloire. C’est en effet en récusant les propos de Sif, concernant le subterfuge d’Odin, que Thor choisir de se lancer à la recherche d'Elder stahl, une arme au pouvoir censé être illimité.

Pour atteindre son objectif, le dieu du tonnerre décide de s'échapper d’Asgard avec son demi-frère, en se cachant dans le navire appartenant aux trois guerriers. Pourquoi ce choix ? Tout simplement car il croit que ces derniers partent combattre à Jotunheim, localisation présumée de l’artefact tant convoité. Oui mais voilà, Thor découvre que ces trois personnages semblent n'être que de simples affabulateurs en les voyant atterrir dans une taverne au lieu d’une zone de combat. C’est en ce lieu de débauche que ces mystificateurs écoutent et s’approprient des histoires pleines de bravoure qu'ils racontent ensuite en rentrant à Asgard. En entrant également dans cette taverne, remplie de peuples et adversaires différents d’Asgard, les deux membres de la famille royale finissent par faire éclater une bagarre générale. Avec l’aide des trois guerriers, il réussissent fort heureusement à s'échapper. Les cinq protagonistes, qui chacun à leur façon ont des choses à (se) prouver, décident alors de rejoindre Jotunheim pour trouver l'épée de Surtur.

Vaste étendue de glace abritant les géants du même nom, Jotunheim est l’un des neuf mondes du royaume d’Asgard. Théâtre d’un terrible combat entre Odin et Surtur, l’épée de ce dernier y reste depuis enfouie. Bien évidemment, ces intrépides héros font main basse sur la relique. Acte qui n’est pas sans conséquences. Pressé de montrer le résultat glorieux de sa quête à sa dulcinée, Thor, par arrogance, décide en effet, contre l’avis de ses camarades, de continuer la traversée de Jotunheim pour rejoindre le camps des Valkyries. En chemin, le jeune héros commet l'irréparable en tuant deux géants des glaces pour sauver son frère. Acte malheureux déclenchant une guerre, c’est également le point de départ de l'évolution de Thor. Prenant conscience de la gravité de la situation, il se mue tout au long de la seconde partie du film en un chef responsable, son acte de bravoure du dernier acte en témoignant. Il n’est certes pas encore le célèbre membre des Vengeurs ni encore digne de soulever Mjöllnir, mais les fondements de sa légende sont posés.

Un autre personnage n’est, lui aussi, pas encore à la hauteur de sa légende. Loki, véritable frère, ami et confident de Thor, évolue ici très nettement. Au début du récit, il est une sorte de gentil sorcier qui apprend la magie pour faire le bien. C’en est presque caricatural. Lors du climax, tandis que Thor endosse magistralement ses responsabilités, Loki commet lui l'irréparable en se laissant consumer par la vengeance. Pour les deux frères, les destins sont déjà écrits. La vengeance, point névralgique du scénario, anime également un autre protagoniste : Algrim l’elfe noir. Dernier survivant de son peuple, il rêve de voir les géants des glaces et les Asgardiens s’entretuer. Les premiers pour avoir décimé les siens et les seconds pour ne pas leur être venus en aide. Il est depuis des décennies au service d’Odin et semble s’être attaché aux fils du roi d’Asgard. Malgré cela, à l’instar de Machiavel, il fomente le départ de Thor pour sa quête de gloire dans l’espoir d’une guerre. Il est le symbole même de ce que la rancœur peut créer en chaque être vivant. Aveuglé par sa haine, il combat même les deux frères. Il est d'ailleurs utile de noter à ce stade que tous les personnages ayant commis des actes répréhensibles présentent un point commun. Que ce soit Thor, Loki ou bien Algrim, tous étaient en possession d'Elder stahl, l’épée de Surtur. Car c'est elle qui est la véritable méchante de l’intrigue, faisant ressortir en chacun toute la haine qui est enfouie et en l’exacerbant.

Les choix artistiques de Thor - Légendes d’Asgard sont dès lors très clairs. Les protagonistes étant connus de tous à l’âge adulte, l’objectif des dessinateurs est d’ancrer l'aventure dans le passé. Pour y parvenir, ils choisissent notamment une teinte sépia pour l’ambiance générale. Le plus bel exemple en est la cité d’Asgard, bien loin de son faste contemporain. Peu de dorures, moins étendue et spectaculaire, elle a presque un côté désuet voire rustique et le spectateur comprend qu’elle n’est pas encore à son apogée. Est aussi utilisé ici un mélange d’animation 2D pour les personnages et de 3D et d’infographie pour certains paysages, décors ou véhicules. Les formes des dessins sont rondes, pleines et dégagent de la puissance, ce qui donne un résultat très convaincant. Le générique de début doit également être remarqué tant il est très réussi. Retraçant le parcours de Thor tout au long du film via l’arbre de vie, les animations empreintes de parchemins avec un côté « heroic fantasy » y sont très agréables à regarder. Enfin, la musique contribue indéniablement à la réussite artistique de l'opus. À l’instar des autres films de la collection Marvel Animated Features, Guy Michelmore y officie pour un résultat rythmé qui donne une ambiance épique aux moments opportuns qui cadre parfaitement avec l’univers asgardien.

Huitième et dernier film de la collection Marvel Animated Features, Thor - Légendes d’Asgard est très réussi. Évidemment, certains peuvent regretter le côté convenu d’un scénario au sein duquel les retournements de situation sont prévisibles, mais le résultat est somme toute vraiment satisfaisant, notamment grâce aux choix artistiques menés dessus.

Thor - Légendes d’Asgard ne peut que ravir le spectateur qui souhaite en découvrir plus sur Thor avant qu’il ne devienne le Vengeur apprécié de tous.

Poursuivre la visite

1968 • 2019
1966 • 2020

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.