Symposium de Chants Populaires
L'affiche
Titre original :
A Symposium on Popular Songs
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 16 décembre 1962
Série :
Genre :
Animation 2D / Animation Image par Image
Réalisation :
Bill Justice
Musique :
Richard M. Sherman
Robert B. Sherman
Durée :
20 minutes

Le synopsis

Donald Dingue présente un florilège de chansons populaires des cinquante premières années du 20ème siècle...

La critique

rédigée par
★★★★

Cartoon ovni dans la carrière de Walt Disney, un des derniers réalisés de son vivant, Symposium de Chants Populaires est remarquable à bien des égards.

Il constitue d'abord la seule et unique apparition au cinéma du personnage de Donal Dingue (Ludwig Von Drake en anglais). Ce dernier est, en effet, à l'origine une création originale pour la télévision.
En 1961, Walt Disney claque la porte de la chaîne ABC après 7 années de présence télévisée du show Disneyland pour rejoindre NBC qui lui offre de grandes opportunités pour développer son tout nouveau savoir-faire en matière d'œuvres télé. Non seulement, il dispose d'un budget plus conséquent mais jouit aussi d'une très large autonomie dans ses choix de programmes là où ABC lui imposait la production de westerns à la Davy Crockett. Son passage sur NBC permet en outre aux productions télévisuelles de Disney de profiter de l'arrivée de la couleur. Ni une, ni deux. L'émission Disneyland se mue en une Walt Disney's Wonderful World of Color, bien nommée, dès septembre 1961. L'une des toutes premières conséquences visibles de ce passage d'une chaîne à l'autre est la création d'un nouveau personnage animé : Donald Dingue (Ludwig Von Drake). Ce dernier est très utilisé sur le petit écran où il devient le présentateur privilégié de différents sujets plus ou moins sérieux et instructifs. Sa voix, magnifiquement interprétée par Paul Frees, connu pour être la voix-off de Haunted Mansion dans le parc Disneyland, dispose d'un accent allemand peu prononcé, histoire de lui permettre d'être parfaitement compris. Généalogiquement, Donald Dingue est présenté comme l'oncle de Donald, du côté européen de sa famille. Il est aussi le petit fils de la Mère l'Oie. Son personnage est très drôle car il est persuadé de tout savoir sur tout alors que la plupart du temps, il s'embourbe dans des explications plus laborieuses qu'autre chose. Pour en envisager tous les contours, il suffit de s'arrêter un instant sur un dialogue qu'il a avec Walt Disney en personne dans un de ses shows télé :
Walt Disney : Comment allez-vous, Professeur ? Je suis Walt...
Donald Dingue : Ne me dites pas ! Je vais vous le dire. Vous êtes Mr Dilly, c'est ça ? Willy ? Nilly ? Fisby ?
Walt Disney : Disney. D-I-S-N-E-Y.
Donald Dingue : Hah, hah, ha... oh ! "Disney" ! Bien-sur, je le savais depuis le début. Je n'oublie jamais un visage. Vous êtes le gars qui travaille pour mon neveu Donald Duck, c'est exact ?
Walt Disney : Oui, je suppose que vous pouvez le dire comme ça... »

Pour son unique apparition au cinéma, dans Symposium de Chants Populaires, Donald Dingue (Ludwig Von Drake) convie donc les spectateurs chez lui et s'imagine leur expliquer comment il est lui-même à l'origine de bon nombre des musiques populaires des années 10 à 60. En réalité, les chansons présentées sont des compositions originales des frères Sherman. Tout juste embauchés par les studios Disney, ils signent, par la suite et pour une décennie, de très nombreuses chansons pour leurs comptes, dont les inoubliables airs de Mary Poppins. Avant Symposium de Chants Populaires, les deux frères se sont, il est vrai, fait connaitre grâce aux tubes écrits pour Annette comme Tall Paul ou The Pineapple Princess. Ils font ensuite leur entrée dans le monde cinématographique de Disney en composant la chanson-titre de Monte là-d'ssus. Walt Disney, sous le charme, décide de les réemployer pour plusieurs de ses productions. Ils livrent ainsi les chansons du film La Fiancée de Papa et de certains épisodes de l'émission Walt Disney's Wonderful World of Color, générique compris. The Spectrum Song et The Green With Envy Blues sont par exemple chantées par Donald Dingue dans le tout premier épisode de l'émission An Adventure in Color.
Symposium de Chants Populaires comporte donc sept titres des frères Sherman, illustrant les chansons populaires de la première moitié du siècle dernier. Leurs airs parodiques rappellent ainsi habilement le rythme et le ton des tubes d'antan. Le cartoon commence sur The Rutabaga Rag, une chanson typique des années 10. Viennent ensuite : Charleston Charlie (clin d'œil au Charleston des années 20), Although I Dropped a Hundred Thousand in the Market, Baby, I Found a Million Dollars in Your Smile (parodie des ritournelles de la Grande Dépression), I'm Blue For You, Boo-Bo-Bo-Bo-Boo (hommage aux crooners à la "Bing Crosby" de la fin des années 30), The Boogie Woogie Bakery Man (courtoisie à l'attention des Andrew Sisters des années 40), Puppy Love is Here to Stay (imitation masculine d'Annette et des airs des années 50) et enfin Rock, Rumble and Roar (ode au fameux twist des sixties).
Tous ces titres sonnent remarquablement vrai. Leur retentissement dans l'inconscient collectif est d'ailleurs très fort à l'époque de la diffusion du cartoon dans la mesure où les références prises sont encore vives dans l'esprit des spectateurs. Aujourd'hui, seul l'air du twist signifie encore quelque chose.

Outre l'utilisation inédite au cinéma d'un personnage emblématique du petit écran et une bande-son bluffante d'originalité, Symposium de Chants Populaires brille aussi par la qualité de son animation. Les apparitions de Donald Dingue (Ludwig Von Drake) sont ainsi, et bien évidemment, en animation traditionnelle réalisée -époque oblige- avec l'aide de la Xerox comme Goliath 2 ou Les 101 Dalmatiens. Les séquences des chansons sont, elles, illustrées par de l'animation image par image, faite de papier coupé et découpé puis photographié, le tout bougeant au rythme de 24 images par secondes selon le même principe que l'animation 2D. Signée de Bill Justice, dont le travail est tout bonnement remarquable, la technique offre un rendu exceptionnel aux séquences musicales, à l'exception peut-être de la première chanson qui voit, suivant un curieux choix artistique, son ragtime repris par des chanteurs légumes au sens littéral du terme !
Le procédé de l'animation image par image est suffisamment rare chez Disney pour le souligner. C'est, en fait, le cartoon L'Arche de Noé remontant à 1959 qui inaugure le genre pour le studio de Mickey. Il est ensuite réutilisé en 1961 pour le générique de début du film La Fiancée de Papa et se retrouve, la même année, dans une des scènes de Babes in Toyland. Après Symposium de Chants Populaires, il faut patienter jusqu'en 1982 avec le cartoon Vincent de Tim Burton pour la voir revêtue de nouveau du label Disney ; L'Étrange Noël de Monsieur Jack en 1993, constituant depuis son apogée.

Assurément hors norme dans l'univers Disney, Symposium de Chants Populaires se paye, en plus, le luxe d'afficher un humour autant prononcé que particulier. Omniprésent, il se moque, en effet, essentiellement de l'innovation technologique avec une malice qui n'a pas pris une ride. Sa charge contre le son stéréophonique (qu'il résume à une simple volonté de placement idéal du tabouret de l'amateur de musique !) est, par exemple, jouissive tant elle peut aujourd'hui s'appliquer, peu ou prou, à toutes les nouvelles technologies qui inondent le marché, à grands coups de promesses de révolution plus ultime que la précédente, vieille pourtant de quelques mois, quand ce n'est pas de quelques semaines...

Justement nominé pour l'Oscar du meilleur court-métrage et tout aussi injustement non-récompensé, Symposium de Chants Populaires est un petit bijou qui ne dit pas son nom !

Les personnages

L'équipe du film

1905 • 1988
Animateur
1907 • 1979
Animateur
1901 • 1966
Producteur

L'édition vidéo

Le court-métrage est sorti, en DVD Zone 1, dans le titre de la collection Walt Disney Treasures : Les Raretés de Disney.