The Queen's Council
De Plumes et de Flammes

Titre original :
The Queen's Council - Feather and Flame
Éditeur :
Hachette Heroes
Date de publication France :
Le 30 mars 2022
Collection :
Auteur(s) :
Livia Blackburne
Autre(s) Date(s) de Publication :
Autumn Publishing (GB) : Le 25 novembre 2021
Disney•Hyperion (US) : Le 14 juin 2022
Nombre de pages :
336

Le synopsis

Après avoir sauvé l'Empire, Mulan est retournée chez elle, mais continue à protéger la nation en effectuant des missions avec les femmes qu'elle a entraînées, jusqu'au jour où Li Shang vient lui rendre visite sur ordre de l'Empereur. Sentant que sa dernière heure approche et sans descendants directs, l'Empereur choisit Mulan pour héritière...

La critique

rédigée par

De Plumes et de Flammes de Livia Blackburne est le second tome de la nouvelle collection littéraire The Queen's Council qui délaisse le statut de princesse tant apprécié par Disney pour se concentrer sur les héroïnes qui accèdent à la direction de leur pays. Il succède ainsi au premier tome, The Queen's Council - Rose Rebelle d'Emma Theriault qui prend pour protagoniste Belle dans le contexte transposé de la Révolution française (l'histoire de La Belle et la Bête se déroulant sous le règne de Louis XV et non de Louis XVI), et où l'héroïne fait face à ses nouvelles fonctions alors que le royaume de Léo, la Bête, acquiert son indépendance par rapport à la France. La trame de la série est celle d'un Queen's Council ou « Voix de la Reine » composé de femmes qui viennent en aide aux reines à travers le temps et l'espace de manière ésotérique.

Livia Blackburne commence à écrire alors qu'elle fait des recherches sur les neurosciences au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Depuis, elle est passée à l'écriture à plein temps, ce qui implique aussi d'entrer dans la tête des gens, mais sans l'aide d'un scanner IRM 3 Tesla. Elle est également l'auteure des séries Midnight Thief (chez Hyperion (US), 2014-2015), et Rosemarked (Little, Brown Books for Young Readers (US), 2017-2018).

Tout comme le roman Rose Rebelle, De Plume et de Flammes est de grande qualité du point de vue de l'écriture et adopte une tonalité plus adulte que la série des Twisted Tales, alors même qu'il s'adresse au même lectorat jeune adulte et adulte. Le récit expose donc la nouvelle vie de Mulan, après qu'elle eut vaincu les Huns. D'emblée, il est possible de constater que l'auteure a réussi à lier le roman avec l'intégralité du matériau cinématographique, car à l'instar de Mulan 2 : La Mission de l'Empereur (2005), Mulan entraîne les femmes du village pour qu'elles sachent se défendre. Il s'agit cependant là d'adultes uniquement et elles sont déjà bien avancées dans leur apprentissage, car Mulan les recrute pour des missions au nom de l'Empire. Le lecteur a ainsi un premier aperçu rapide mais efficace des amies de Mulan, avant de les retrouver dans la suite du récit.

Il est aussi agréable de retrouver la famille de Mulan et bien évidemment son père chéri grâce auquel tout a commencé tant dans le film d'animation Disney que dans le vrai conte. L'aïeule de Mulan, Grand-Mère Fa, est malheureusement décédée au moment où se déroule l'histoire et la jeune femme ne manque pas d'aller l'honorer à l'autel des ancêtres d'où était sorti Mushu. Les fans de l'univers seront en revanche déçus d'apprendre que le petit dragon rouge ne fait pas d'apparition dans l'ouvrage. De la même façon que pour Rose Rebelle, certains aspects magiques du conte ont été retirés pour le rendre plus réaliste, mais d'autres ont été ajoutés, ce qui est finalement assez incompréhensible. Ceci mécontentera plus d'un lecteur même si cela n'enlève rien, en fait, à la qualité du récit.

Tôt dans l'ouvrage, Li Shang signe sa première apparition et de façon étonnante, Mulan et lui ne sont pas en couple. Il semblait, en effet, à la fin du film d'animation qu'il était venu voir le père de Mulan pour complimenter sa fille sur ses faits d'armes incroyables, mais aussi pour se présenter en tant que prétendant. Dans cette version de l'histoire, qui rappelle beaucoup la relation entre Aurore et Philippe dans Maléfique : Au Cœur de la Lande de Holly Black et Il Était un Rêve de Liz Braswell, ainsi que celle des parents d'Elsa et d'Anna dans Iduna et Agnarr : La Véritable Histoire de Mari Mancusi, une amitié se crée au départ entre les deux protagonistes de sexe opposé, mais rien de plus. Dans le cas de Li Shang et Mulan, l'idée n'a d'ailleurs même pas traversé l'esprit de cette dernière. Mais après l'arrivée du capitaine et leur voyage vers la capitale sur ordre de l'Empereur, une ambiguïté commence à poindre et Mulan, qui ne s'imaginait pas nouer de relation amoureuse avec quelqu'un, pourrait voir Li Shang d'un autre œil. Ce parti pris un peu étonnant impliquant une prise de position et un retour en arrière par rapport au film d'animation permet de profiter de l'instabilité due au changement récent de leur relation et de créer une tension dramatique pleine de questionnements.

Mulan arrive donc à la capitale et rencontre l'Empereur dans ses appartements privés, à sa grande surprise. C'est même le seigneur lui-même qui lui sert le thé et non pas une suivante. Dans ce contexte, il lui apprend vouloir faire d'elle son successeur. Refuser un tel honneur et même refuser quoi que ce soit à l'Empereur est difficile et presque hors de question, ainsi, même si Mulan est confuse et réticente, car la jeune femme ne se sent pas à la hauteur et ne veut pas changer de vie, elle accepte. Il s'agit donc là de la base du récit qui permet à l'héroïne chinoise de justifier de sa présence au sein de la série littéraire The Queen's Council. Puisant dans le conte original de Mulan, c'est un retournement de situation pour le moins intéressant, car dans la véritable histoire, l'Empereur fait également une offre que Mulan peut difficilement refuser : il lui offre de devenir l'une de ses concubines. Celle-ci ne veut pas s'exécuter et l'Empereur insiste plusieurs fois pour la faire plier. Au pied du mur et ne voulant pas se soustraire à cette destinée, elle met fin à ses jours.

Dans le roman, la thématique du mariage forcé est d'ailleurs abordée, ce qui ne fait que l'enrichir du point de vue de la réinterprétation de la légende. Mulan accède en effet au trône et elle qui ne voulait se marier avec personne et était loin de se soucier de ce genre de problèmes - depuis son retour de la guerre, ses parents ne la considèrent plus comme une femme dans son rôle social de l'époque, elle les a déjà comblés d'honneur - elle représente la Chine en tant qu'Impératrice, et la nation a besoin d'alliés. Il est intéressant de voir Disney aborder cette thématique. Mis à part le cas de Mérida qui avait été traité avec beaucoup d'humour dans Rebelle (2012) et de façon plus sérieuse dans Once Upon a Time - Il Était une Fois (ABC, 2011-2018), mais aussi avec Jasmine qui se voyait pousser par son père à épouser un riche prince ou encore à travers le destin de Pocahontas qui devait épouser Kocoum, la nécessité de se marier pour des raisons politiques n'avait que rarement été abordée dans le domaine jeunesse avec une telle tendance dramatique. Dans les deux derniers cas, il s'agit davantage de pères qui ont autorité sur leurs filles et veulent les voir avec quelqu'un de solide qui leur garantira un avenir. Du côté de Philippe et d'Aurore, il y aura peut-être eu une intention politique sous-jacente, mais il semblerait davantage que les deux familles royales, étant amies, auront voulu marier leurs enfants, à l'instar du film d'animation Le Cygne et la Princesse (1994) mettant en scène Juliette et Arthur. Dans De Plumes et de Flammes, il s'agit dès lors d'une obligation pour la jeune Impératrice, d'autant plus dans le contexte de l'honneur propre à la culture chinoise qui incombe de faire passer le pays avant soi-même.

L'ascension de Mulan au trône semble d'autant plus étrange que dans le contexte de la culture chinoise, cela aurait été plus qu'improbable qu'une femme roturière sans liens officiels avec l'Empereur ait le droit d'accéder au trône, et une telle décision aurait mené à beaucoup plus de problèmes que ceux décrits dans le roman. Les conflits entre Aléniore d'Aquitaine et Henri II d'Angleterre dans leur bataille interposée pour faire hériter leur fils préféré, ou pire encore, la succession sanglante des fils de Shah Jahan, le bâtisseur du Taj Mahal, pâliraient en comparaison. Il suffit de se référer à l'un des livres phares de la littérature chinoise, Les Trois Royaumes de Louo Kouan Tchong (seconde moitié du XIVe siècle), qui porte sur la période éponyme instable de la succession au trône de l'Empire du Milieu pour se rendre compte de l'incongruité d'une telle situation. Mulan n'aurait sans doute pas survécu à sa première nuit au palais. Même si l'Empereur est investi d'une autorité totale sur ses sujets et que ses désirs sont divins, cela n'a pas empêché de nombreux assassinats de se produire. Dans un contexte réaliste, le conseil des ministres ainsi que la famille étendue de l'Empereur l'auraient sans doute assassinée derechef !

Dans la même veine, l'auteure a pris quelques libertés historiques vis-à-vis de la réalité de la cour. Une fois que Mulan a sauvé l'Empire, l'Empereur prend la jeune fille dans ses bras, similaire à la figure d'un grand-père. Malgré la beauté de ce moment, ce joli geste pouvait être excusé dans un film d'animation, qui plus est occidental, mais plus difficilement dans la série The Queen's Council. Dans le tome précédent, Rose Rebelle, Emma Theriault s'est en effet basée sur quantité de faits réels, préfigurant donc une volonté d'offrir à la série une direction réaliste. En plus de ne pas servir le thé lui-même, l'Empereur n'aurait donc jamais reçu Mulan de manière aussi familière. Tout comme Louis XIV, pour prendre un exemple occidental, la vie de l'Empereur était organisée au millimètre et d'une certaine façon exposée aux yeux de la cour - il était en constante représentation, du fait qu'il incarnait ce pouvoir divin, sous certains égards à l'instar des pharaons de l'Ancienne Égypte. De même, lorsque Mulan devient Impératrice, elle devrait être forcée d'adopter ce type de vie, alors que ses réactions ressemblent davantage à celle de Belle dans Rose Rebelle qu'à celles d'une Impératrice chinoise. Une Impératrice n'est pas et ne permet pas à une suivante de se comporter de manière résolument familière avec elle, ne peut pas faire ce que bon lui semble, ne peut pas sortir sans gardes du corps et ne peut certainement pas faire des promenades de nuit pour rendre visite à un ami. Les Empereurs avaient autant d'obligations que leurs serviteurs de se comporter d'une certaine manière, le décorum faisait tout, et la charge de la fonction ne permettait pas non plus de décider de ne pas travailler, surtout à l'époque où des ennemis tels que les Huns cognaient à la porte. Les antagonistes du roman sont d'ailleurs très bien choisis et font partie dans leur description et leur développement de la pléthore d'informations liées à la culture chinoise avec laquelle l'auteure ravit son lectorat. Le contraste entre cette occidentalisation de l'histoire et la minutie des détails culturels est troublante, mais cela n'enlève finalement en rien à l'attrait du roman, d'autant que, de façon générale, les personnages sont très bien développés.

Dans la série The Queen's Council, le lecteur aurait pu s'attendre à ce que des personnages récurrents originaux viennent offrir leur aide aux reines de livre en livre, à l'instar de la saga littéraire Disney Villains qui met en scène les Trois Sœurs, mais il n'en est rien. Belle et Mulan font la rencontre de reines différentes qui correspondent à leur environnement culturel. C'est d'ailleurs un plus dans le cas de Mulan, car si cet aspect était assez faiblement abordé dans Rose Rebelle et le développement de ces personnages spirituels peu présent, les reines qui rendent visite à Mulan sont beaucoup plus intéressantes et leur histoire est bien approfondie. Il ne reste plus à espérer que les prochains romans de la collection prennent exemple sur De Plumes et de Flammes, même s'il serait injuste de fustiger le roman précédent sur ce détail, qui n'a en aucun cas entaché le plaisir du lecteur.

Succédant à Rose Rebelle dans la série The Queen's Council, De Plumes et de Flammes annonce une collection d'ouvrages prometteurs, tant par la qualité du style d'écriture, que par l'aspect culturel éminemment riche de chacune des histoires. Il s'agit bien là d'une série de livres qui peut plaire aux aficionados de Disney comme aux amoureux de la littérature pseudo-historique et fantasy !

Poursuivre la visite

1994 • 2023

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site de fans, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.