Benjamin Franklin
Date de création :
Le 10 novembre 1953
Nom Original :
Benjamin Franklin
Créateur(s) :
Bill Peet (Conception)
Ollie Johnston (Animation)
Apparition :
Cinéma
Télévision
BD
Parcs
Voix Originale(s) :
Charles Ruggles
Voix Française(s) :
Paul Bonifas

Le portrait

rédigé par Karl Derisson
Publié le 04 avril 2022

En 1953, Walt Disney offre au public de plonger au cœur de l’Histoire des États-Unis en portant sur grand écran le livre Ben and Me: An Astonishing Life of Benjamin Franklin, un ouvrage de Robert Lawson paru en 1939 dans lequel est racontée la précieuse collaboration entre une toute petite souris et l’une des grandes figures de l’Amérique, Benjamin Franklin.

Benjamin Franklin, "Père fondateur" des États-Unis d'Amérique

Parmi les Pères fondateurs des États-Unis d’Amérique, Benjamin Franklin naît le 17 janvier 1706 à Boston, la capitale de la colonie du Massachussetts. Dernier né d’une famille de dix-sept enfants, il est le fils de Josiah Franklin, un modeste marchand de chandelles. Brièvement scolarisé à la South Grammar School puis à la George Brownell’s English School, il est rapidement contraint par son père d’arrêter ses études, jugées fort coûteuses et passablement inutiles. Il n’a alors que dix ans lorsqu’il devient apprenti-imprimeur chez l’un de ses frères, James. Il découvre en parallèle d’autres métiers, maçon, tonnelier, chaudronnier...


Portrait de Benjamin Franklin par Joseph-Siffrein Duplessis,
1778, Smithsonian Institution, Washington.

Les relations avec James se dégradant jour après jour, Benjamin Franklin a dix-sept ans lorsqu’il décide de fuir sa ville natale pour New York puis Philadelphie. Il ouvre alors sa propre imprimerie et crée son propre journal, The Pennsylvania Gazette, ainsi que des almanachs tels que L’Almanach du Bonhomme Richard qui lui permettent de bien gagner sa vie. Le 30 janvier 1730, il est même élu imprimeur officiel du gouvernement de Pennsylvanie. Grand admirateur des Lumières européennes qui, à l’instar de Montesquieu et de Voltaire, défendent des valeurs de liberté, d’égalité, de justice et de démocratie qu’il relaye dans ses écrits, Franklin se passionne très tôt pour les sciences. Ses lectures et ses expériences lui permettent bientôt de démontrer la nature électrique de la foudre et d’inventer le paratonnerre. D’autres inventions suivent : le glassharmonica, les lunettes à double foyer, le poêle à bois... Grâce à ses voyages, il est aussi le premier à cartographier le Gulf Stream.


The Pennsylvania Gazette, N°42, page 1,
Gilder Lehrman Institute of American History.

Marié à Deborah Read avec qui il a deux enfants, William et Sally, Benjamin Franklin devient une figure familière pour les habitants de Philadelphie qui apprécient sa philanthropie. Grand Maître de la grande loge maçonnique de Pennsylvanie dès 1734, il devient Secrétaire de l’Assemblée de Pennsylvanie en 1736 puis Maître des Postes l’année suivante. Créateur en 1738 de l’Union Fire Company, la première compagnie de pompiers américaine, il abandonne finalement son métier d’imprimeur en 1748 et se consacre durant une année à l’établissement de l’Académie de Philadelphie dont il devient le président. Élu membre de l’Assemblée de Pennsylvanie, il s’embarque en 1764 pour Londres afin de défendre auprès de la couronne britannique les intérêts des colons, en conflit ouvert avec les héritiers du créateur de la colonie, William Penn. C’est l’occasion pour lui de découvrir le Vieux continent qu’il admire. C’est aussi l’occasion de discuter de la lourdeur des taxes auprès des conseillers du Roi George III. C’est enfin l’occasion de voyager en Belgique et en Hollande. De passage à Versailles, il est présenté au roi Louis XV. Mais son séjour est entaché par l’humiliation que lui inflige le procureur général anglais Wedderburn. Vexé, Franklin rentre au pays et se renferme chez lui durant six semaines.


Benjamin Franklin à la Cour de France, huile sur toile de George Healy,
vers 1847, American Philosophical Society, Philadelphie.

Durant cette courte retraite, Benjamin Franklin fait le choix de rejoindre l’insurrection que mènent les colons contre l’Angleterre et sa politique fiscale jugée injuste. Ces derniers dénoncent en particulier les privilèges accordés par la couronne à la Compagnie des Indes orientales, seule autorisée à vendre son thé sans payer aucune taxe, ce qui a tôt fait de ruiner les marchands indépendants. À Boston, les insurgés, autoproclamés Fils de la Liberté, décident alors de faire un coup d’éclat en détruisant une cargaison de thé de la Compagnie des Indes orientales lors de la célèbre Boston Tea Party. S’il défend la cause des colons, Benjamin Franklin dénonce cependant immédiatement cet acte qu’il trouve injuste et violent. Il propose même de rembourser avec son propre argent la Compagnie.


Copie de la Déclaration d'Indépendance, 1823.

Suite à la Boston Tea Party, les sanctions de l’Angleterre à l’encontre de ses colonies sont sévères. Le port de Boston est fermé. Des mesures coercitives sont prises. Ces décisions, loin de calmer les insurgés, font rapidement monter la révolte. L’idée de ne plus dépendre de l’Angleterre fait son chemin. Aux côtés de Thomas Jefferson, Benjamin Franklin prend la plume et rédige le 4 juillet 1776 la Déclaration d’indépendance des États-Unis. Promu Maître Général des Postes, il est chargé de créer une nouvelle monnaie, le Continental currency dollar, et d’imprimer les nouveaux billets et autres timbres. Franklin fabrique également de la poudre à canon. Il devient l’un des organisateurs de la Guerre d’indépendance.


Benjamin Franklin reçu par Louis XVI en 1778, gravure allemande de 1784.

Comprenant que le conflit ne pourra pas être rapidement gagné par les Américains sans une aide extérieure, il est nommé ambassadeur en France et part avec Silas Dean et Arthur Lee pour défendre sa cause à la cour de Louis XVI. Fourbu, le vieux diplomate de soixante ans Franklin obtient tout de suite l’amitié des Français qui admirent le grand homme et son esprit de liberté. Il rencontre Voltaire qui devient son ami. Il rencontre l’un des frères Montgolfier qui lui fait découvrir son ballon à air chaud et à gaz permettant de s’élever dans le ciel. Il obtient surtout l’aval du ministre Vergennes, le Secrétaire d’État des Affaires étrangères, qui lui octroie de l’argent, des armes et des hommes guidés par la fine fleur de la noblesse française, le Marquis de La Fayette, Rochambeau, Grasse, d’Estaing, Sufren...


Benjamin Franklin Drawing Electricity from the Sky, huile sur toile
de Benjamin West, vers 1816, Musée des Arts de Philadelphie.

Avec l’aide des Français, et grâce à l’ardeur des troupes américaines dirigées par George Washington, les colonies gagnent la guerre en 1783. John Adams, John Jay et Benjamin Franklin signent le Traité de Paris qui ramène la paix. Les treize colonies obtiennent de fait leur indépendance. Benjamin Franklin a alors soixante-dix-sept ans lorsqu’il assiste à la création de son pays, les États-Unis d’Amérique. Très populaire, il est réélu Président de l’État de Pennsylvanie et participe à la rédaction de la constitution. Il est alors le seul Père fondateur à signer les trois documents ayant donné naissance aux États-Unis, la Déclaration d’indépendance, le Traité de Paris et la Constitution. Au crépuscule de sa vie, il apprend l’élection de son vieil ami George Washington à la présidence des États-Unis. Fervent partisan de l’abolition de l’esclavage, Benjamin Franklin décède à Philadelphie, le 17 avril 1790, à quatre-vingt-quatre ans. Sa fortune est léguée aux villes de Boston et Philadelphie, offerte à des hôpitaux ou bien prêtée à des artisans afin de permettre leur installation.

Benjamin Franklin, héros épaulé par une souris chez Disney

À l’ombre d’une statue de Benjamin Franklin, un groupe d’enfants écoute un guide parler du grand homme. Au sommet de la statue, plusieurs petites souris écoutent un guide parler d’Amos, un rongeur qui fut, jadis, à l’origine de toutes les inventions attribuées à Franklin.

Le journal tenu par la souris Amos permet de faire un bond dans le passé. Aîné d’une famille de vingt-six enfants tous nés dans les murs de l’église de la 2e rue, le rongeur abandonne les siens durant l’hiver 1745. Le destin l’emmène alors jusqu’à la vieille échoppe de l’imprimeur Benjamin Franklin. Malgré la fraîcheur déchirante et l’odeur de l’encre, la souris se résout à entrer. À sa table, Franklin, transi de froid, écrit à la lueur d’une chandelle. En éternuant, il brise bientôt ses lunettes. C’est un drame car sans elles, impossible d’imprimer son journal. Et les créanciers sont déjà à la porte pour réclamer leur dû. Désemparé, Benjamin Franklin peut néanmoins compter sur l’aide d’Amos pour se sortir de l’embarras.

La souris a en effet plus d’un tour dans son sac. Pour chauffer la pièce, elle suggère de placer le feu dans le centre de la pièce en installant un réceptacle en fer. Le poêle à bois est né. Pour remplacer les lunettes brisées, elle propose de coller des morceaux de verre de deux anciennes paires. La correction de la vision est différente. Mais peu importe. Les lunettes à double foyer sont nées ! Amos contribue au passage au lancement de La Gazette de Pennsylvanie, apportant à Franklin une belle notoriété et surtout une jolie fortune.

Son allié fidèle caché sous son chapeau, Benjamin Franklin est à présent l’une des grandes figures de Philadelphie. Félicité par le gouverneur William Keith, il voit rapidement sa réputation s’étendre à toutes les colonies. Dans le même temps, l’imprimeur poursuit ses expériences, travaillant notamment sur l’électricité au cours d’une nuit orageuse pendant laquelle il manque de tuer Amos.

Désormais seul après le départ d’Amos, furieux d’avoir été le cobaye d’une expérience somme toute dangereuse, Benjamin Franklin observe, année après année, les colonies sombrer dans la violence. La révolte gronde en effet contre l’Angleterre et ses taxes. Franklin est bientôt envoyé auprès du Roi. Mais à son retour, celui qui est à présent un homme d’âge mûr n’a pas de bonnes nouvelles. La mission n’est qu’un cruel fiasco. Le Roi n’a rien voulu entendre...

Malgré les craintes de Franklin, la guerre est mise à l’ordre du jour. Se sentant impuissant face aux événements qui se précipitent, le vieux Ben profite d’un soir d’été pour se rendre dans la petite église de la 2e rue afin d’y retrouver son ami, Amos. La souris a toujours été de bon conseil pour lui. Franklin a une fois de plus besoin d’elle. Il lui faut d’abord présenter ses excuses. Amos décide de mettre par écrit un contrat dans lequel Ben s’engage à ne plus jamais lui manquer de respect.

Le lendemain, de retour dans l’échoppe de Franklin afin d’y lire sa lettre, Amos est bientôt interrompu par l’entrée fracassante de Thomas Jefferson. L’avocat a besoin d’aide pour rédiger la lettre qui sera prochainement envoyée au Roi d’Angleterre. Incapable de trouver les mots, Jefferson désespère. Amos souffle à l’oreille de Franklin de lire son contrat. « Quand dans le cours des événements humains, il devient nécessaire... ». Jefferson s’illumine. Voilà les mots qui lui manquaient jusqu’ici ! Sans le savoir, Amos a écrit les premières lignes de... la Déclaration d’Indépendance !

La Conception du personnage

Nommé aux Oscars, Franklin et Moi est l’adaptation animée du livre Ben and Me: An Astonishing Life of Benjamin Franklin de Robert Lawson. Acquis par Disney en 1946, le film met alors en scène la souris Amos qui, par le fruit du hasard, a permis à Benjamin Franklin d’inscrire son nom au cœur de l’Histoire des États-Unis.

Au centre de la petite histoire dans la Grande Histoire, le personnage de Benjamin Franklin est en particulier développé par deux légendes des studios Disney, le scénariste Bill Peet et l’animateur Ollie Johnston.

Dessin de storyboard par Bill Peet
Dessin d'animation par Ollie Johnston

Épaulé par Winston Hibler, Del Connell et Ted Sears, Bill Peet signe le script et la majorité des storyboards de Franklin et Moi. Né à 29 janvier 1915 à Grandview, dans l’Indiana, William Peed (qui change son nom en Peet durant sa carrière) nourrit l’amour du dessin dès le plus jeune âge. Élève de l’Arsenal Technical High School puis du John Herron Art Institute, il décide de tenter sa chance sur la côte Est et postule aux studios Disney. Engagé comme animateur intervalliste sur les cartoons de Donald, il devient bientôt scénariste et travaille à ce poste sur des films comme Pinocchio, Fantasia, Dumbo, Les Trois Caballeros, Mélodie du Sud, Danny, le Petit Mouton Noir, Cendrillon, Alice au Pays des Merveilles ou bien encore Peter Pan. Toujours au cœur d’une armée de scénariste, il s’occupe seul de l’écriture des (Les) 101 Dalmatiens, une première chez Disney. Il enchaîne ensuite avec Merlin l’Enchanteur puis Le Livre de la Jungle. Une violente dispute avec Walt le décide à démissionner le 29 janvier 1964, l’empêchant de fait d’aller au bout de ce projet. Bill Peet poursuit néanmoins sa carrière d’auteur et d’illustrateur de livres pour enfants. Il décède le 11 mai 2002 à l’âge de quatre-vingt-sept ans. Un Disney Legends Award honore sa carrière.

Bill Peet
Ollie Johnston

L’animation de Benjamin Franklin est en partie exécutée par Ollie Johnston. Membre du groupe très fermé des Neuf Vieux Messieurs, l’artiste né le 31 octobre 1912 à Palo Alto suit les cours de l’Institut Chouinard puis entre chez Disney en 1935. Débutant comme intervalliste sur plusieurs courts-métrages avec Mickey, il monte en grade et devient animateur puis superviseur. Au générique de presque tous les longs-métrages d’animation Disney, de Blanche Neige et les Sept Nains à Rox et Rouky, il a notamment donné vie à Pinocchio, Pan-Pan, Javotte et Anastasie, Alice, Monsieur Mouche, Jock, les trois fées de La Belle au Bois Dormant, Nanny, Archimède, Mowgli et Baloo, le Prince Jean, Winnie et Porcinet ainsi que Rox et Rouky. Grand passionné de trains anciens, élevé au rang de Disney Legend en 1989, Ollie Johnston est mort le 14 avril 2008 à l’âge de quatre-vingt-quinze ans.

Les Voix de Benjamin Franklin

En version originale, Benjamin Franklin est interprété par Charles Ruggles. Né le 8 février 1886 à Los Angeles, l’acteur envisage d’abord de devenir médecin avant de finalement se lancer dans la comédie dès 1905. À l’affiche de la pièce de théâtre The Tik-Tok Man of Oz montée au Majestic Theatre en 1913, il part pour Broadway dès l’année suivante pour apparaître dans Help Wanted. Dès 1915, Charles Ruggles débute au cinéma dans Peer Gynt d’Oscar Apfel et Raoul Walsh. Sa carrière est lancée. Sa filmographie est complétée durant les cinq décennies suivantes avec des films comme Le Lieutenant Souriant, Aimez-Moi Ce Soir, Alice au Pays des Merveilles, Invitation au Bonheur, La Blonde Incendiaire... Vedette de la série télévisée The Ruggles en 1949, il participe à la fin de sa carrière à plusieurs productions Disney. Enregistrant les dialogues de Franklin et Moi durant le mois de janvier 1952, il joue ainsi dans La Fiancée de Papa, Après Lui, le Déluge, Quatre Bassets pour un Danois et Demain... des Hommes. Charles Ruggles meurt d’un cancer le 23 décembre 1970 à l’âge de quatre-vingt-quatre ans.

Charles Ruggles
Paul Bonifas

En français, Benjamin Franklin est doublé par Paul Bonifas. Élève du Collège Chaptal né à Paris le 3 juin 1903, le comédien débute loin des planches et des écrans comme contrôleur des douanes. Suivant des cours d’arts dramatiques au Conservatoire, il décroche bientôt un premier prix de comédie qui lui permet de rejoindre la troupe du Théâtre de l’Opéra en 1933 puis de devenir pensionnaire de la Comédie-Française en 1936. À l’affiche des grands classiques, il sert dans l’armée au début de la Seconde Guerre mondiale puis, blessé, répond à l’Appel du 18 juin. Décoré de la Croix de Guerre, il fonde le Théâtre Molière de Londres puis, de retour en France, retrouve la Comédie-Française qu’il quitte en 1946. Au cours d’une carrière longue de près de quarante ans, Paul Bonifas apparaît au cinéma dans Crime et Châtiment, Le Paradis est à Nous, Juliette ou la Clef des Songes, Monsieur Fabre, Marie-Antoinette Reine de France, Les Misérables, Le Gigolo, Charade, Cent-Mille Dollars au Soleil, Paris Brûle-t-il ?... Également présent à la télévision, il participe au doublage de dizaines de productions et prête notamment sa voix à J. M. Kerrigan dans Autant en Emporte le Vent, Burl Ives dans La Chatte sur un Toit Brûlant, Orson Welles dans La Soif du Mal, Charles Laughton dans Spartacus ainsi qu’au personnage d’Horace dans Les 101 Dalmatiens. Paul Bonifas décède le 9 novembre 1975 à Vernouillet à l’âge de soixante-treize ans.

Les Autres Apparitions de Benjamin Franklin

Benjamin Franklin apparaît dans l'adaptation en bande dessinée de Franklin et Moi créée par Al Hubbard et publiée par l'éditeur DELL en 1954. Une autre version de l'histoire écrite par Frank Reilly et dessinée par Manuel Gonzales et Dick Moores est par ailleurs publiée au sein de la presse dominicale dans la collection Walt Disney's Treasury of Classic Tales du 1er novembre au 27 décembre 1953.

Ben and Me, DELL
Ben and Me, Walt Disney's Treasury of Classic Tales

L'illustre personnage apparaît en outre furtivement en 1957 dans le court-métrage éducatif I'm No Fool... In Water dans lequel Jiminy Cricket apprend au jeune public les règles de sécurité dans l'eau. Seize ans plus tard, en 1973, le célèbre inventeur revient cette fois dans I'm No Fool... With Electricity, un autre exposé dans lequel le grillon prévient des dangers de l'électricité.

I'm No Fool... In Water
I'm No Fool... With Electricity

L'expérience sur la foudre de Benjamin Franklin est est également évoquée dans l'émission Schoolhouse Rock! et dans la série Timon & Pumbaa – Les Héros du Film Le Roi Lion. Le 9 septembre 2019, l'épisode Tempête Temporelle de la série La Bande à Picsou met à son tour en scène le personnage de Benjamin Frankloon, alter-ego de Franklin ramené du passé par Loulou qui utilise à mauvais escient l'une des inventions de Géo Trouvetou.

Timon & Pumbaa - Les Héros du Film Le Roi Lion
La Bande à Picsou

Interprété par Floyd Pepper dans l'épisode I Love Liberty, Franklin est également campé par Gonzo, George le concierge ou par Scooter dans certains épisodes du (Le) Muppet Show et des (Les) Muppet Babies.

Le Muppet Show
Les Muppets Babies

Franklin est enfin l'un des hôtes de l'attraction The American Adventure présente à l'intérieur du Pavillon américain d'Epcot. Sous la forme d'un Audio-Animatronic, il raconte l'histoire des États-Unis aux côtés de l'écrivain Mark Twain. Il est vu également aux côtés de Thomas Jefferson occupé à rédiger la Déclaration d'Indépendance.

The American Adventure
Great Muppets in American History

À Walt Disney World Resort, l'ours Fossie endosse le costume du grand homme dans le spectacle Great Muppets in American History joué à Liberty Square de 2016 à 2020.

Figure majeure de l’Histoire des États-Unis, Benjamin Franklin fait partie de ces personnages illustres que Walt Disney admirait profondément et qui, depuis des décennies, continuent de peupler dignement la filmographie des studios de Mickey.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.