Archibald Gripsou - Dessin d'Henrieke
Dessin d'Henrieke
Date de création :
Septembre 1956
Nom Original :
Flintheart Glomgold
Autre(s) Nom(s) :
Fiacre Cousudor
Mac Fricstich
Jeff Cousudor
Créateur(s) :
Carl Barks
Apparition :
BD
Télévision
Jeux Vidéo
Voix Originale(s) :
Hal Smith (La Bande à Picsou - 1987)
Brian George (DuckTales : Remastered)
Keith Ferguson (La Bande à Picsou - 2017)
Voix Française(s) :

Le portrait

Publié le 08 octobre 2017

Balthazar Picsou possède de nombreux ennemis : la sorcière Miss Tick qui en veut à son sou fétiche ou les Rapetou qui en veulent à son argent. Mais le plus dangereux de tous est assurément Archibald Gripsou. Considéré comme le deuxième canard le plus riche du monde, le milliardaire ne rêve, en effet, que d'une chose : déposséder Picsou de son titre. Et pour lui, tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins. Le personnage n'a aucun scrupule et son but ultime est d'humilier son éternel rival. Si Gripsou est un méchant emblématique de l'univers des canards aux États-Unis, bizarrement son aura est bien moindre hors de l'Amérique étant éclipsé par un autre milliardaire Crésus Flairsou. La série La Bande à Picsou le remettra fort heureusement sur le devant de la scène.


La Bande à Picsou

Archibald Gripsou est en réalité le rival parfait pour Picsou car il est à la fois son portrait craché sur bien des points mais également son jumeau maléfique. Comme lui, il est obnubilé par l'argent, voulant toujours en posséder plus, ce qui en fait un businessman redoutable et créatif. Il possède également un lieu bien gardé où il entrepose sa fortune en monnaie sonnante et trébuchante. Les deux sont clairement avares : pour eux, "un sou est un sou" ! Pourtant Gripsou s'éloigne de Picsou de bien des manières. Il n'hésite d'abord jamais à enfreindre la loi pour s'enrichir. Sans scrupule ni honneur, la triche ou la menace sont parmi ses moyens de prédilection pour obtenir tout ce qu'il souhaite. Égoïste et malhonnête, il n'a ensuite aucune compassion et générosité. Solitaire, il vit reclus loin des gens. Enfin, il ne s'associe qu'avec des malfrats dans des buts criminels, la plupart du temps pour nuire à Picsou. Sa principale différence avec son rival reste donc qu'Archibald Gripsou vit sans une famille aimante et attentionnée prête à l'aider dans l'adversité.

L'autre milliardaire de Carl Barks


Carl Barks

Le personnage d'Archibald Gripsou est créé par l'artiste Carl Barks en 1956. 
Carl Barks est né le 27 mars 1901 à Merrill dans l'État de l'Oregon aux États-Unis au sein d’une famille de cultivateurs. Le futur dessinateur commence sa carrière chez Disney en 1935 comme intervalliste. Il travaille ensuite sur différents cartoons en qualité de scénariste. Notamment, il est en charge du succulent Donald se Camoufle. En 1942, il est missionné pour réaliser la bande dessinée Donald Duck Finds Pirates Gold sur le scénario qui fut envisagé dans un premier temps pour un long-métrage. Carl Barks va ainsi faire carrière dans le support B.D. et écrire et dessiner, jusqu'à sa retraite en 1966, des histoires mémorables sur le célèbre canard et sa famille. Il imagine tout un univers autour du palmipède malchanceux, à commencer par Balthazar Picsou (qui apparaît pour la première fois dans Christmas on Bear Mountain en 1947). Suivront le cousin chanceux de Donald : Gontran Bonheur (1948) ; les voleurs frères Rapetou (1951) ; l'inventeur Géo Trouvetou (1952) ; le machiavélique Gripsou (1956) ; la sorcière Miss Tick (1961). Ces personnages sont tellement inscrits dans l'inconscient collectif qu'ils inspirent des grands noms du cinéma, notamment Steven Spielberg, pour la scène de la boule de pierre dans Indiana Jones et les Aventuriers de l'Arche Perdue.


Première apparition d'Archibald Gripsou dans Uncle Scrooge #15

Archibald Gripsou apparaît pour la première fois en septembre 1956 dans la revue Uncle Scrooge #15. Carl Barks donne alors au personnage globalement la même apparence que Picsou sauf que le méchant possède une barbe. Niveau vestimentaire, il porte une redingote noir avec un ascot autour du coup, des guêtres au pied et un bonnet écossais. Il utilise aussi une branche en bois pour s'aider à marcher. Gripsou est un sud-africain qui vit en ermite. L'auteur situe, en effet, le lieu de résidence du milliardaire malfaisant dans le nord-est de l'Afrique du Sud. Son coffre-fort se retrouve au milieu d'une vallée perdue dans le Limpopo, en pleine nature, dans la savane, loin de toute présence humaine. Il est ainsi l'opposé total de son rival, Picsou, qui voit son coffre-fort situé en plein milieu de la ville de Donaldville. La seule différence notable entre leurs deux coffres est le signe en devanture : l'un étant le dollar américain $, l'autre la livre sterling £. En français, avant de prendre le nom définitif d'Archibald Gripsou, il se voit aussi nommé Fiacre Cousudor, Mac Fricstich ou Jeff Cousudor.

Bien que le personnage soit populaire aujourd'hui, Carl Barks ne l'aura au final utilisé que dans trois histoires : 

The Second-Richest Duck
Picsou contre Gripsou
Uncle Scrooge #15 - Septembre 1956
Dans cette première aventure, Picsou montre à ses neveux comment économiser, y compris jusqu'au moindre boût de ficelle, quand il tombe sur un vieux journal qui annonce qu'un certain Archibald Gripsou est désormais le canard le plus riche du monde. Picsou décide donc de partir avec Donald, Riri, Fifi et Loulou en Afrique du Sud afin de se rendre compte par lui même de cette fameuse fortune censée être plus énorme que la sienne. Sur place, les deux milliardaires prennent conscience qu'ils sont, en réalité, à parfaite égalité. La seule façon de les départager est alors de dérouler leur pelote de fil et voir laquelle est la plus longue. Celui qui gagnera sera réputé être le plus économe et donc déclaré le plus riche. Les deux canards s'affrontent ainsi dans la savane. Mais Gripsou va tout faire pour gagner en trichant et en faisant diminuer petit à petit la pelote de Picsou. Fort heureusement, le sort s'acharne contre lui. Au final, les deux fils sont identiques et c'est bien Picsou qui l'emporte car il lui reste encore un boût de ficelle : celui qui tient son sou fétiche dans sa poche.

The Money Champ
Le Champion de la Fortune
Uncle Scrooge #27 - Septembre 1959
Dans la deuxième aventure, cette fois-ci c'est Archibald Gripsou qui fait le déplacement à Donaldville. Il y vient défier Picsou une nouvelle fois pour savoir qui est le plus riche des deux. Pour le milliardaire de Donaldville, c'est pourtant déjà de l'histoire ancienne puisqu'il ne reconnaît pas Gripsou au début. Vantard, le sud-africain est tout de suite persuadé de battre Picsou et propose une confrontation inédite : la fortune des deux millionnaires devant être transformée en pièce de un dollar puis entassée. La montagne la plus haute désignera ainsi le vainqueur. Naturellement, Gripsou va passer son temps à tricher en amont en ayant vendu à l'insu de Picsou des puits de pétrole à sec ou des mines d'or vides mais aussi pendant le tournoi en gonflant artificiellement son tas. Au final, un sorcier africain vient proposer une potion pour rétrécir l'argent des participants. Si Picsou refuse de l'utiliser, Gripsou ne s'en prive pas. Mais sa tricherie ne l'empêchera pas de perdre sur le fil : ce qui départage les deux milliardaires tient à peu de chose ; un tas de pièces ayant servi à acheter une potion rétrécissante.

So Far and no Safari
Safari Siffleur
Uncle Scrooge #61 - Janvier 1966
Dans la troisième et dernière aventure, d'ailleurs l'une des dernières dessinées par l'auteur, Picsou s'inquiète de la présence de taupes rongeant son argent dans son coffre-fort alors qu'il doit aller dans une vente aux enchères d'une vieille mine abandonnée en Afrique Sud. Mais il découvre que les bêtes sont attirées subitement ailleurs. Ce sont, en effet, Riri, Fifi et Loulou qui s'entraînent pour leur test d'appeau pour les Castors Juniors. Pour les remercier d'avoir sauvé son argent, ils les emmènent donc en Afrique du Sud pour un voyage qu'il pense être d'agrément. Mais dès qu'ils survolent le territoire sud-africain, leur avion est abattu et ils doivent atteindre leur destination à travers la savane et le désert du Kalahari. Heureusement, l'appeau des trois neveux est là pour faire appel aux animaux sauvages afin de leur venir en aide. Mais le mystérieux avion continue de les pilonner. Il s'agit en réalité d'Archibald Gripsou qui veut empêcher Picsou d'arriver à la vente aux enchères quitte à devoir l'assassiner pour arriver à ses fins.

Dès le premier récit, Carl Barks installe toutes les caractéristiques du personnage. Le lecteur note alors que Gripsou est en réalité le Picsou de ses débuts, celui que Donald et ses neveux ont rencontré dix ans plus tôt. Au fur et à mesure de sa popularité, le vieil avare s'est, en effet, radouci. Pour autant, même s'il y a clairement un bon et un mauvais, il y a bien plus d'ambivalence. Certes Picsou ne triche pas mais ce n'est pas l'envie qui lui manque ; heureusement que l'un de ses petits neveux le remet dans le droit chemin. Dans le second récit, l'ambivalence se fait moins précise. Gripsou est clairement un escroc, même si cela ne l'empêche pas de douter car il s'avoue à lui-même - et au lecteur - qu'il a trahi sa mère en devenant un scélérat pour devenir le canard le plus riche du monde. Dans le dernier récit, Carl Barks, alors sur le point de prendre sa retraite, fait perdre toute subtilité au personnage et le transforme en un être sans foi ni loi pouvant aller jusqu'à commettre un meurtre pour assouvir ses ambitions. Heureusement, Picsou et ses neveux s'en sortent indemnes mais le désir est bien là. Au final, Gripsou apparait comme l'un des méchants les plus dangereux qu'aura imaginé l'auteur. Après tout, les Rapetou sont plus bêtes que méchants ; quant à Miss Tick, elle ne veut pas de mal à Picsou, elle veut juste son sou fétiche.


Archibald Gripsou dans The Money Champ
par Carl Barks

Après la retraite de Carl Barks, le personnage d'Archibald Gripsou va tomber un peu dans l'oubli. Mais l'auteur américain Don Rosa et surtout la série La Bande à Picsou vont lui rendre ses lettres de noblesse.

Archibald Gripsou chez Don Rosa


Don Rosa

Keno Don Hugo Rosa nait le 29 juin 1951 à Louisville, dans le Kentucky. Sous le nom raccourci de Don Rosa, il débute dans son art en dessinant dans les années 1970 un certain nombre d'aventures avec des personnages de son invention. Mais il ne s'agit alors que d'un hobby ; sa principale source de revenus venant d'un autre métier. La B.D. prenant une place de plus en plus importante dans sa vie, il se porte bientôt candidat auprès d’un éditeur ayant annoncé son intention de publier de nouvelles histoires de Disney. Embauché, il s’emploie vite à démontrer qu’il ne pouvait y avoir meilleur candidat que lui pour imaginer des aventures inédites des canards. Sa première histoire Disney, Le Fils du Soleil (The Son of the Sun), met donc en scène Picsou : elle est réalisée pour le compte de la maison d'édition Gladstone et se voit publiée pour la première fois en juillet 1987. Le succès est immédiat : Don Rosa continue donc logiquement d'inventer d'autres histoires de Donald Duck et Picsou. En 1989, l’artiste se fâche et claque la porte de Gladstone à la suite de la décision de Disney de ne plus rendre les planches originales à leurs auteurs. Il passe, dès l’année suivante, chez la société Egmont qui publie les histoires Disney au Danemark, une société avec laquelle il collabore toujours actuellement. Il travaille parallèlement pour d'autres éditeurs européens notamment le français Disney Hachette Presse, via Picsou Magazine.


Archibald Gripsou par Don Rosa

Don Rosa fait donc intervenir Archibald Gripsou dans une demi douzaine d'histoires, sans compter les caméos.
La première histoire où apparaît Archibald Gripsou sous sa plume est aussi la toute première histoire Disney de Don Rosa. Le Fils du Soleil (The Son of the Sun) met ainsi en scène Picsou pour le compte de la maison d'édition Gladstone et sort en juillet 1987. Cette première histoire est la quintessence de ce que sera l'œuvre du dessinateur dans l'univers des canards. Fervent admirateur de Carl Barks, il va, en effet, toujours rendre hommage à l'héritage de celui qui est pour lui son maître absolu. Ici, il livre une aventure avec un grand A : la recherche d'un trésor perdu dans les montagnes de la Cordillère des Andes par Picsou et ses neveux avec, à leurs trousses, l'infâme Gripsou, toujours prêt à tricher pour battre son éternel ennemi. L’auteur s’amuse alors à faire plein d'allusions à l'œuvre de son prédécesseur qui passeront d’ailleurs souvent complètement au-dessus de la tête des lecteurs de son propre pays, tellement les vieux Picsou sont peu connus à la différence de la France ou de l'Italie. Gripsou conserve donc ici sa mentalité sans foi ni loi de la dernière histoire de Carl Barks n'hésitant pas à menacer Picsou et ses neveux d'une arme à feu.


Archibald Gripsou dans Le Fils du Soleil
par Don Rosa

L'autre histoire intéressante est assurément le sixième chapitre de La Jeunesse de Picsou : La Terreur du Transvaal (The Terror Of The Transvaal). Balthazar Picsou y rejoint l’Afrique du Sud à la recherche d’un nouveau filon. Il rencontre là celui qui deviendra son grand rival : Archibald Gripsou. Voleur et menteur, il dépouille Picsou de son chariot alors que ce dernier vient de lui sauver la vie. Picsou décide ensuite de le traquer à travers la savane africaine. Il retrouve finalement Gripsou et le livre à la police puis quitte l’Afrique persuadé que ce n’est pas sur ce continent qu’il fera fortune. Le fait notable dans cette histoire est de voir Don Rosa ne va jamais prononcer le nom d'Archibald Gripsou de toute l'histoire sauf à la toute fin, et encore, sans que Picsou ne le sache jamais. En effet, dans leur première rencontre dans l'œuvre de Carl Barks, Picsou ne connait pas Gripsou ; l'inverse est moins évident. Don Rosa a donc respecté la règle qui veut que Gripsou connait le nom de Picsou sans que la réciproque soit vraie.


Archibald Gripsou dans La Terreur du Transvaal
par Don Rosa

L'autre information de La Terreur du Transvaal vient de la volonté de Don Rosa d'ettayer le passé du personnage. Quand Picsou rencontre Gripsou, il est encore pauvre ; encore plus que le jeune écossais lui-même qui possède une monture et de l'équipement. Il faut dire que Gripsou se trouve dans une mauvaise posture. Déjà menteur et voleur, il a essayé de voler un prospecteur de ses diamants mais s'est fait prendre et punir, attaché désormais sur le dos d'un buffle qui fonce dans la savane sud-africaine. C'est donc à ce moment précis que Picsou lui porte secours. Dans l'histoire, Gripsou précise alors qu'il est sud-africain mais boer d'origine. Les boers sont des afrikaners descendants des colons d'origine néerlandaise, allemande ou française qui viennent s'installer dans la région du cap de Bonne-Espérance, dans le sud de l'Afrique à la fin du XVIIème siècle. Enfin, quand Picsou donne une bonne leçon à Gripsou en le couvrant de plume et le mettant en prison, ce dernier lui annonce qu'il se vengera quand il sera devenu riche. C'est ainsi à ce moment-là que sa haine de Picsou naît alors que l'écossais va oublier cette rencontre la considérant comme tout à fait négligeable...

Au delà du papier

Suite au succès du moyen-métrage Footmania pour Dingo en 1987, décision est prise de mettre en œuvre une série basée entièrement sur les personnages de Carl Barks : La Bande à Picsou. Le 18 septembre 1987, est donc diffusé lors d'un "spécial" de deux heures, le pilote du programme, La Bande à Picsou : Le Trésor de la Vallée du Soleil d'Or, qui sera plus tard scindé en cinq épisodes d'une vingtaine de minutes (N'Abandonnez pas le Navire, Fausse Route vers Fausse Route, Les Trois Canards du Condor, Canards en Gelée, La Cupidité ne Paie Pas). La série, La Bande à Picsou, commence ainsi le 21 septembre 1987 avec une diffusion, tous les jours de la semaine, d'épisodes d'une vingtaine de minutes chacun. Après le succès des soixante-cinq premiers épisodes de la Saison 1, Disney en commande vingt-cinq nouveaux qui ne sont néanmoins pas prêts avant un an pour une diffusion à partir du 18 septembre 1988 et étalée sur deux saisons. En attendant, et en guise de Saison 2, deux téléfilms sont proposés : La Bande à Picsou : Le Temps, C'est de l'Argent et La Bande à Picsou : Super Picsou, le premier en syndication et le second en tant qu'épisode de l'émission d'anthologie, The Magical World of Disney. Chacun d'eux est, ensuite, découpé en cinq épisodes comme son aîné La Bande à Picsou : Le Trésor de la Vallée du Soleil d'Or, pour être diffusé dans la série composée, au final, d’un total de cent épisodes !

La Bande à Picsou : Le Trésor de la
Vallée du Soleil d'Or (1987)
Les Robots Déchaînés
(1987)

La Bande à Picsou est assurément l'une des séries animées de Disney parmi les plus connues et les plus réussies. Chaque épisode est un véritable régal. Les scénarios sont fouillés. L'action est omniprésente et mêle, avec malice, l'aventure au fantastique et à l'humour. Les personnages, quant à eux, sont tous plus attachants les uns que les autres. Et peu importe le camp auquel ils appartiennent : les gentils comme les vilains rayonnent ici dans un casting impressionnant en nombre et en qualité. En plus de Picsou, de Géo Trouvetou et des Rapetou qui ont fait leur première apparition dans Footmania pour Dingo, d'autres personnages de Carl Barks font leur premier pas en animation : Miss Tick, Gripsou, Goldie O'Gilt ou encore Gontran

Le manoir d'Archibald Gripsou dans
Le Maître du Génie (1987)
La Bande à Picsou : Le Temps,
C'est de l'Argent (1988)

Archibald Gripsou va devenir populaire dans le monde entier grâce à sa forte présence dans la série. Il apparaît ainsi dans une quinzaine d'épisodes ainsi que deux téléfilms dont le pilote, La Bande à Picsou : Le Trésor de la Vallée du Soleil d'Or. Mais ce qui frappe principalement est son changement de design et de nationalité. Gripsou passe, en effet de sud-africain à écossais et déménage à Donaldville. Il prend le costume traditionnel écossais en portant le kilt avec un bonnet assorti ainsi qu'une veste bleue. Sa barbe se voit rallongée et devient grise tandis que ses lunettes prennent une forme carrée. Les artistes de Disney Television Animation ont décidé de changer la nationalité du méchant pour des raisons géopolitiques. A la fin des années 80, la politique de l'apartheid, pronant la ségrégation raciale entre les Afrikaners et le peuple noir dont Nelson Mandela, emprisoné depuis vingt ans était l'étendard de la lutte pour l'égalité, avait mis l'Afrique du Sud au ban des nations. Pour ne pas subir des mauvaises polémiques autour du personnage, les artistes de la série ont donc préféré opérer ce changement. Autres modifications, mais au point de vue de la personnalité cette fois-ci, Gripsou voit son caractère assagi par rapport à vision de Baks : le personnage est certes malhonnète et tricheur mais plus criminel. Il n'est plus en outre le double maléfique de Picsou. Ainsi, il n'est pas aussi économe que lui n'hésitant pas à dépenser des sommes folles pour arriver à ses fins. Il prend ainsi une trace du caractère de Crésus Flairsou, qui, lui, n'apparait pas dans la série. Il est doublé en anglais par Hal Smith et en français par le génial Roger Carel.

Maman Psy
(1989)
Montagne d'Argent
(1990)

Le succès de La Bande à Picsou fait que la série est rapidement adaptée en jeux vidéo. Le personnage de Gripsou est donc naturellement présent dans ceux-ci. Il apparait ainsi en 1989 dans DuckTales par Capcom sur NES et Game Boy ; en 1990 dans DuckTales: The Quest for Gold par Incredible Technologies sur Amiga, Apple II, Commodore 64 et DOS ; en 1993 dans DuckTales 2 par Capcom sur NES et Game Boy. Enfin, il reprend son rôle dans DuckTales Remastered par Capcom sorti en 2013, version améliorée de la version de 1989.

Myster Mask
(1992)
DuckTales: The Quest
for Gold (1990)
DuckTales Remastered
(2013)

Archibald Gripsou apparaît une dernière fois en animation, en caméo dans la série Myster Mask, spin-off de La Bande à Picsou, au sein de l’épisode L'Affaire des Doubles Zéros (24 février 1992). Il signe son grand retour en 2017 avec le reboot de La Bande à Picsou. La série est alors créée par Matt Youngberg et scénarisée par Francisco Angones. Elle débute le 12 août 2017 par le téléfilm pilote La Bande à Picsou et l'Atlantide puis se voit diffuséé à partir du 23 septembre 2017. Le but de ce remake est de replacer les personnages dans une vision plus moderne de la famille, en particulier en incorporant mieux le personnage de Donald qui était vraiment secondaire dans la première version et donnant aussi plus d'importance à Zaza. Le plus impressionnant dans le reboot est le respect mis par l'équipe dans le matériel original. La Bande à Picsou de 2017 va, il est vrai, bien au delà du statut de simple remake de la série de 1987. Il reprend certes des éléments de la série originale mais lorgne aussi du côté des comics de Carl Barks (bien plus que dans la première série d'ailleurs), de ceux de Don Rosa, des cartoons des années 30 aux années 50, et même des jeux vidéo ! Le personnage, désormais doublé en anglais par Keith Ferguson, voit, en outre, sa corpulence grossir par rapport au comics ou à la version de 1987. Il conserve en revanche ses habits de 1987 notamment le kilt écossais et sa nationnalité écossaise. Par contre, Gripsou met particulièrement en avant son origine en surjouant notamment son accent écossais dans l'idée de prouver au monde entier qu'il est un meilleur milliardaire écossais que ne peut l'être Picsou.


La Bande à Picsou (2017)

La famille d'Archibald Gripsou

Si le personnage d'Archibald Gripsou tombe en désuétude à partir de la retraite de Carl Barks, c'est avant tout parce que le Disney Studio Program va plutôt lui préférer un autre milliardaire, lui aussi créé par Carl Barks, Crésus Flairsou qui connaîtra ainsi une grande popularité dans les années 70, en particulier en Italie. Il faut ainsi savoir que le Studio Program est le fruit d’une politique éditoriale qui s'étale de 1962 à 1990 : lancée par la maison mère Disney à destination exclusive des marchés européens et latino-américains, il s'agit là de couvrir leurs besoins en histoires nouvelles qui augmentent continuellement alors même que la production d'histoires américaines en comic books est insuffisante. Le personnage de Gripsou revient donc sur le devant de la scène mais seulement à partir du début des années 80, grâce au plus grand éditeur de BD Disney au monde, le danois Gutenberghus, connu actuellement sous le nom d'Egmont en l'honneur de son fondateur d'Egmont H.Petersen. Le personnage reprend, en effet, du galon notamment sous les pinceaux ou la plume de Vicar, Daniel Branca ou Tino Santanach Hernandez. Les auteurs vont alors approfondir les liens familiaux du milliardaire mécréant. Malheureusement, ils le font de la pire des manières puisqu'ils vont contredire totalement l'une des caractéristiques du personnage que Carl Barks, Don Rosa ou la série La Bande à Picsou avaient soigneusement sauvegarder : la solitude du personnage et en particulier le fait qu'il ne sache pas ce que représente la notion de famille !

Rockbald Gripsou
par Daniel Branca (1981)
Ryan Sansouci
par Vicar (2006)

Dans l'histoire Un Siècle d'Avance ! dessinée par Daniel Branca en 1981, Picsou et ses neveux remontent ainsi le temps à Londres pour ramener un tableau qui a été détruit. Ils y rencontrent alors Rockbald Gripsou, le grand-père d'Archibald, qui est chauffeur de hansom cab (taxi à cheval). En 2006, Joyeux Anniversaire Gripsou ! dessinée par Vicar, voit Picsou retrouve de nouveau Gripsou avec son neveu Ryan Sansouci qu'il n'avait plus vu depuis la naissance du petit. L'histoire la plus intéressante reste néanmoins Les Ombres du Passé par Marco Rota publiée en 2015. Gripsou y raconte, en effet, à une journaliste l'histoire de sa famille. Entre autre, le lecteur apprend que son grand-père Rockbald, un honnête homme, quitte l'Angleterre pour l'Afrique du Sud, à la suite d'une erreur judiciaire. Il devient alors aigri et apprend à son fils Brickbald à se protéger par tous les moyens possibles. Le père de Gripsou, après avoir perdu son auberge dans un incendie criminel, devient lui fermier mais sans jamais vraiment réussir. Gripsou se promet alors de faire fortune coûte que coûte. L'intérêt de l'histoire se trouve donc dans sa capacité à retomber sur un texte de Carl Barks dans lequel Gripsou avoue regretter d'avoir déçu sa mère d'être malhonnête : le lecteur y voit même une photo de sa mère qu'il semble aimer dans ce qui constitue une rare fois où le personnage montre un peu de compassion et d'amour...


Le grand-père, le père et la mère de Gripsou par Marco Rota (2015)

Archibald Gripsou est assurément le méchant de l'univers de Donaldville le plus dangereux. Sans foi, ni loi, il voue une haine et une jalousie féroces envers son ennemi de toujours, Picsou. Non seulement, il est malhonnête mais porter atteinte physiquement à son adversaire et à sa famille ne le dérange pas le moins du monde. Si Carl Barks ne l'a utilisé au final que dans trois histoires, ce sont Don Rosa et surtout la série La Bande à Picsou qui le font entrer dans la postérité.

Poursuivez votre visite

Nos Réseaux Sociaux