Autres Films Disney

Un peu d’histoire...

Les studios Disney s’aventurent quelquefois à proposer des films d’animation réalisés en dehors de ses trois studios principaux que sont Walt Disney Animation Studios, Pixar Animation Studios ou DisneyToon Studios.

Ainsi, certains de ces films proposent une animation qui sort de l'ordinaire comme la stop-motion, dit aussi l'animation image par image. Ce procédé a cela de particulier qu'il est extrêmement long à créer. C'est, en effet, une technique d'animation minutieuse permettant de créer un mouvement à partir d'objets, à l'origine, immobiles. Le concept est très proche de celui d'une séquence animée. Une scène (en général, constituée d'objets) est filmée par une caméra capable de ne prendre qu'une seule image à la fois. Elle effectue une sorte de photographie sur la pellicule de film. Entre chaque image, les objets de la scène sont très légèrement déplacés. Ce n'est qu'une fois la scène projetée à vitesse normale, que l'ensemble s'anime. Le procédé de l'animation image par image est suffisamment rare chez Disney pour le souligner. C'est, en fait, le cartoon L'Arche de Noé remontant à 1959 qui inaugure le genre pour le studio de Mickey. Il est ensuite réutilisé en 1961 pour le générique de début du film La Fiancée de Papa et se retrouve, la même année, dans une des scènes de Babes in Toyland. Après Symposium de Chants Populaires, il faut patienter jusqu'en 1982 avec le cartoon Vincent de Tim Burton pour voir l'animation image par image revêtir de nouveau le label Disney ; L'Étrange Noël de Monsieur Jack en 1993, constituant depuis son apogée.

Il arrive aussi que certains films d'animation Disney soient produits par des entités extérieures aux studios en les coproduisant tout en les distribuant sous leurs propres signatures, et ce, aussi bien aux USA que dans le monde entier. Ainsi, dans le milieu des années 2000, alors que son alliance avec Pixar se fissure, le label de Mickey tente, par le biais de coproductions, de lui trouver un remplaçant. Il produit dans cette optique deux longs-métrages : le premier, Vaillant - Pigeon de Combat !, avec le studio anglais Vanguard et le second, The Wild, avec la joint-venture de deux studios, l'américain Pandemonium et le canadien C.O.R.E. Le rachat de Pixar en 2006 signe la fin de ses aventures "extraconjugales" dont la dernière manifestation est un ancien projet déjà sur les rails, Gnoméo et Juliette, réalisé par le studio anglais Rocket Pictures. Il est alors distribué sous la signature Touchstone et non Disney. Dans le même genre, en 2007, le film mélangeant animation traditionnelle aux prises de vues réelles, Il Était une Fois, produit pas Walt Disney Pictures, voit ses séquences animées confiées à James Baxter Animation ; cet ancien des Walt Disney Animation Studios récupérant l'animation du film suite à la fermeture du département 2D maison par Michael Eisner.

Enfin, d'autres films sont des œuvres d'un studio éphémère acheté par The Walt Disney Company mais fermé faute de succès. Le Drôle de Noël de Scrooge est le premier film issu d’une nouvelle compagnie financée en large partie par The Walt Disney Company : ImageMovers Digital. Dérivée d’ImageMovers, IMD (son acronyme officiel) est une firme entièrement dédiée au cinéma virtuel issu de la technique de la capture de mouvements. Alors que les œuvres précédentes sur le marché de la Motion Capture - Le Pôle Express et La Légende de Beowulf (réalisés par Robert Zemeckis) ainsi que Monster House (seulement produit par ses soins) - restent la propriété de leurs studios financeurs (respectivement Warner, Paramount et Sony), Le Drôle de Noël de Scrooge symbolise, à lui seul, la totale prise d’indépendance de Robert Zemeckis. Il possède, en effet, désormais une infrastructure adaptée au projet de cinéaste qui lui tient à cœur : le développement du cinéma d'animation basé sur le procédé "Mocap".
La Motion Capture - ou capture de mouvements en français - désigne donc, de façon générique, les techniques permettant de capter les mouvements d'un élément réel afin de les renvoyer dans un univers virtuel. Ils sont ainsi enregistrés puis restitués en temps réel vers d'autres systèmes ; cette technique étant employée pour faire correspondre des mouvements du vivant à ceux d'un avatar ou d'une représentation conceptuelle. L'aventure ne fait pourtant pas long feu. Les résultats au box-office du (Le) Drôle de Noël de Scrooge sont, en effet, tellement décevants que les studios Disney annoncent, alors même que son exploitation n'est pas terminée, la fermeture d'IMD une fois Milo sur Mars, le projet en cours, achevé. Des analystes apportent toutefois une autre justification à cette situation. "Bébé" de Dick Cook, le précédent responsable de la branche film de The Walt Disney Company, ImageMovers Digital se trouve, à la suite de sa démission forcée, bien vite orphelin, sans plus aucun défenseur en interne. Son successeur, Rich Ross, poussé par le PDG Bob Iger en personne, manifeste ainsi sans tarder sa volonté de se concentrer uniquement sur les deux studios d’animation historiques : Disney et Pixar.

Voici la liste exhaustive de tous les films d’animation américains produits par The Walt Disney Company en dehors de ses studios historiques et distribués par les labels Disney ou Touchstone ainsi que les films du studio ImageMovers Digital.

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.