Mademoiselle Upanova et les Autruches
Date de création :
Le 13 novembre 1940
Nom Original :
Mademoiselle Upanova and Ostriches
Créateur(s) :
Campbell Grant (Conception visuelle)
Lee Blair (Conception visuelle)
Howard Swift (Animation)
Hugh Fraser (Animation)
Jerry Hathcock (Animation)
Apparition :
Cinéma
Télévision
Jeux Vidéo
Parcs

Le portrait

rédigé par
Publié le 23 juin 2024

À la fin des années 1930, Walt Disney et ses artistes franchissent un nouveau pas artistique avec Fantasia, leur troisième long-métrage. Véritable concert animé, le film est basé sur sept pièces musicales d’envergure telles que La Danse des Heures, l’une des compositions les plus célèbres d’Amilcare Ponchielli. Extraite de l’opéra La Gioconda (1876), la partition sert alors à représenter les différentes étapes de la journée, en particulier l’aurore et le matin symbolisés par un ballet d’autruches dirigées par Mademoiselle Upanova.

Mademoiselle Upanova et les Autruches, gracieuses incarnations de l’aurore

Deux immenses portes puis plusieurs rangées de rideaux s’ouvrent, laissant apparaître le grand hall d’un riche palais vénitien. Lovée dans ses plumes, Mademoiselle Upanova s’éveille en même temps que le petit jour. Les yeux encore mi-clos, elle baille avant d’étirer ses jambes et de réaliser quelques pas de danse. D'un délicat mouvement d’aile, elle réveille les autres autruches endormies près d’elle.

Après s’être étirés, les oiseaux suivent leur cheffe autour de laquelle elles forment une ronde. Enveloppée dans les plumes des autruches, Mademoiselle Upanova s’élève soudain dans le ciel avec majesté. Se servant de l’une de ses ailes comme d’un éventail, elle redescend sur la terre ferme avec grâce et élégance. Battant des pieds joliment, sa chute se termine cependant avec fracas par un involontaire grand écart.

Se remettant sans tarder sur ses jambes, Mademoiselle Upanova virevolte vers la caméra tout en adressant un regard charmeur aux spectateurs. Elle exécute quelques dégagés et quelques pointes. Ses acolytes l’imitent. Mademoiselle Upanova se saisit ensuite d’une corne remplie de fruits que les autruches piaillent d’envie de déguster. Elle jette alors les bananes, l’ananas, les oranges et autres pommes que les oiseaux attrapent au vol.

Mademoiselle Upanova garde pour elle la délicieuse grappe de raisins. Mais c’est sans compter sur les autres autruches qui tentent de la lui chaparder. Elle est dès lors obligée de fuir vers le jardin privé. Au final, la grappe tombe dans le bassin d’où émerge Hyacinth Hippo. Les autruches prennent alors la fuite.

À la nuit tombée, les autruches sont prises d’assaut par les alligators, comme le sont également les hippopotames et les éléphants. Une véritable frénésie s’empare soudain du palais et de ses occupants, qu'il s'agisse des prédateurs aux dents acérées ou des proies qui essayent tant bien que mal de leur échapper. Les autruches sont enlevées. C’est ainsi dans un véritable chaos que s’achève la séquence musicale !

La Conception des personnages

Fort du succès incroyable de Blanche Neige et les Sept Nains, Walt Disney cherche immédiatement à transformer l’essai. Ses artistes débutent alors leurs recherches sur différents sujets tels que Pinocchio, Bambi, Alice au Pays des Merveilles et Peter Pan. Une équipe réunie autour de James Algar s’attèle dans le même temps à offrir un rôle d’envergure à Mickey Mouse, choisi pour incarner l’Apprenti Sorcier au sein d’un court-métrage inspiré de l’œuvre musicale de Paul Dukas. Débutée dès 1937, la production du cartoon va bon train. Le maestro Leopold Stokowski, bien connu à Hollywood, est engagé pour diriger la musique. Mais rapidement, les coûts s’envolent. L’Apprenti Sorcier ne sera pas rentable en l’état. Disney fait donc le choix de l’intégrer au sein d’un nouveau long-métrage dans lequel la musique serait associée à l’animation. Sur une proposition de Stokowski, ce concert filmé est bientôt baptisé Fantasia.

N'y connaissant pas grand-chose en musique classique, Walt Disney s’adjoint les services du critique musical Deems Taylor. Il s’entoure également des artistes les plus compétents dans ce domaine, en particulier Dick Huemer et Joe Grant. Avec Stokowski, tous se retrouvent pour choisir les partitions qui accompagneront celle de L’Apprenti Sorcier. Leur choix se pose finalement sur six autres pièces musicales parmi lesquelles La Danse des Heures extraite de l’opéra La Gioconda d’Amilcare Ponchielli.

Pour accompagner la musique du compositeur italien, les réalisateurs et scénaristes Norman Ferguson et T. Hee choisissent de ne pas conserver les personnages originaux. Enzo Grimaldi, le noble vénitien, la cantatrice Gioconda, l’espion Barnaba, le grand conseiller Alvise Adorno et son épouse Laura sont ainsi totalement écartés pour être remplacés par des animaux. L’idée est alors de créer une vaste plaisanterie durant laquelle différentes espèces tentent d’exécuter avec une dignité somme toute relative les pas de danse classique les plus célèbres. Tournant en dérision le genre du ballet, leur choix se porte sur des hippopotames, des éléphants, des alligators et des autruches.

Totalement burlesque, la séquence de La Danse des Heures est découpée en quatre temps correspondant chacun à un moment de la journée : le matin représenté par les autruches, l’après-midi avec les hippopotames, la soirée avec les éléphants et enfin la nuit avec l’introduction des alligators. Chaque groupe est dirigé par un personnage principal. Les hippopotames dansent autour de Hyacinth Hippo. Les éléphants se réunissent derrière Eléphanchine. Les reptiles sont guidés par Ben Ali Gator. Les autruches, quant à elles, sont réveillées par Mademoiselle Upanova qui leur montre les pas de danse à effectuer avant de leur servir leur déjeuner. Pour renforcer le caractère comique de la scène, c'est Walt Disney lui-même qui demande à ses auteurs et ses dessinateurs de montrer les fruits entiers dans la fine gorge des oiseaux.

Tirant son nom de l’expression anglaise « Up and Over » qui signifie, entre autres, « de haut en bas » ou « basculer », Mademoiselle Upanova apparaît donc sous les traits d’une autruche pince sans-rire. Arborant un petit lacet autour de son long cou, elle se distingue des autres oiseaux grâce au nœud rose qui couvre sa tête. Portant des chaussons de ballet également roses, elle se sert de son plumage comme d’un costume de scène. Les autres volatiles portent de leur côté des nœuds et des chaussons bleus. Étonnamment, tous possèdent des plumes noires alors que dans le monde animal, cette couleur est celle des mâles, les autruches femelles étant pour leur part grises et brunes.

La conception graphique de Mademoiselle Upanova est notamment le fruit du travail de Campbell Grant et Lee Blair.
Né le 7 novembre 1909 à Berkeley, en Californie, Campbell Grant débute comme animateur aux studios Disney dans les années 1930. Au travail sur quelques projets comme Blanche Neige et les Sept Nains et Pinocchio, il conçoit certains personnages de La Danse des Heures et sert également comme scénariste d’Une Nuit sur le Mont Chauve et de l’Ave Maria, les deux séquences finales de Fantasia. Connu pour ses imitations, Grant prête ici ponctuellement sa voix à Ange MacBlaireau, l'un des protagonistes du (Le) Crapaud et le Maître d'École. Il disparaît le 24 mars 1992 à l’âge de quatre-vingt-deux ans.

Recherche graphique de Campbell Grant
Recherche graphique de Lee Blair

Originaire de Los Angeles où il voit le jour le 1er octobre 1911, Lee Blair étudie à l’Institut Chouinard avant de devenir le chef de file des aquarellistes de la California Water Color Society. Récompensé par une médaille d’or artistique lors des Jeux olympiques d’été de 1932 pour son œuvre Rodeo, il collabore un temps avec Ub Iwerks sur la série de cartoons avec Flip la grenouille. Il intègre ensuite MGM puis les studios Disney six ans plus tard, en 1938. Frère de Preston Blair et époux de Mary Blair, tous deux artistes, il planche notamment sur Pinocchio et Fantasia avant de s’envoler pour l’Amérique latine avec Walt Disney et les membres d'El Grupo. Sa filmographie compte d’autres films comme La Blanchisserie de Donald et Saludos Amigos. En 1942, il rejoint les rangs de la Navy et collabore à la production de plusieurs films d’entraînement du Naval Bureau of Aeronautics. Après la guerre, il s’installe à New York avec sa femme et commence à travailler pour l’agence publicitaire Film/TV Graphics Inc.. De retour en Californie en 1968, Lee Blair devient professeur de peinture au Santa Cruz Community College et à l’Université de Californie. L’artiste disparaît le 19 avril 1993.


Feuilles de modèles

Profitant de l’expérience de la ballerine Irina Baronova invitée aux studios pour exécuter quelques démonstrations de pas de danse, Mademoiselle Upanova et les autruches sont animées par Howard Swift, Hugh Fraser et Jerry Hathcock.
Né le 29 août 1912 en Arkansas, Swift est engagé par Disney au milieu des années 1930. Il est ainsi crédité aux génériques de films comme Pinocchio, Donald le Riveur, Fantasia, Dumbo, Leçon de Ski, Pluto Junior et Bambi. Après la grève de 1941, il quitte les studios et travaille pour plusieurs concurrents, notamment Hanna-Barbera pour qui il collabore à la production de Scooby-Doo et Les Schtroumpfs. Howard Swift décède le 13 janvier 1983.


Dessins de layout

Né à Butte, dans le Montana, le 15 août 1904, Hugh Fraser est embauché au milieu des années 1930. Aux côtés de Norman Ferguson, il travaille sur la majorité des longs-métrages Disney, de Blanche Neige et les Sept Nains à La Belle et le Clochard, ainsi que sur des dizaines de courts-métrages avec Pluto et Dingo. Très doué pour les caricatures et les scènes cartoonesques, il donne en particulier vie à Grand-Coquin et Gédéon, aux autruches de Fantasia, aux éléphantes de Dumbo, aux souris de Cendrillon, au Morse et au Charpentier. Quittant Disney pour Hanna-Barbera au milieu des années 1950, il disparaît le 6 janvier 1994 à l’âge de quatre-vingt-neuf ans.


Dessins d'animation

Robert Gerald (Jerry) Hathcock voit le jour le 3 avril 1911 à Senath, dans le Missouri. Engagé chez Disney à la fin des années 1930, il est associé à l’animation de quelques cartoons avec Pluto puis donne notamment vie aux animaux du cirque dans Dumbo, au Prince, au Roi et au Grand-Duc dans Cendrillon, au Capitaine Crochet et aux sbires de Maléfique. Renvoyé au milieu des années 1950 au moment où des coupes sévères sont réalisées au sein des effectifs du département animation, l’artiste poursuit sa carrière chez UPA où il collabore à plusieurs épisodes de Mr. Magoo et du (The) Dick Tracy Show. Père de Bob Hathcock, l’un des réalisateurs de La Bande à Picsou, Jerry Hathcock décède le 8 mars 1997 à l’âge de quatre-vingt-cinq ans.

Les Autres Apparitions de Mademoiselle Upanova

Mademoiselle Upanova fait partie des personnages utilisés par Walt Disney pour dépeindre les coulisses de la fabrication de ses films dans l'émission Trucs de Notre Métier (1957). Pour l'occasion, une fausse séance de travail est organisée avec les animateurs Frank Thomas, Ollie Johnston, Marc Davis et Milt Kahl réunis autour de la comédienne Helene Stanley. Celle-ci exécute alors quelques pas de danse servant ensuite d'inspiration pour dessiner l'autruche. 


Trucs de Notre Métier (1957)

Mademoiselle Upanova apparaît à deux reprises dans Qui Veut la Peau de Roger Rabbit (1988). Au début du film, Eddie Valiant la croise au moment de sortir du bureau de R. K. Maroon. Regardant de haut le détective, elle affiche alors un certain dédain à son égard. L’autruche est visible de nouveau à la toute fin du film au milieu des autres habitants de Toonville.

Qui Veut la Peau de Roger Rabbit (1988)
Aladdin (1995)

Mademoiselle Upanova fait un bref caméo dans Le Trésor de la Bête, le premier épisode de la deuxième saison de la série Aladdin (1995). Déguisé en chef cuisinier français, le Génie se met en tête de préparer le déjeuner. Il fait alors sortir Mademoiselle Upanova qui lui donne un œuf.

Disney's Tous en Boîte (2001)
Le Monde Merveilleux de Mickey (2021)

Dans l’épisode Rira Bien qui Rira le Dernier de la série Disney’s Tous en Boîte (2001), elle cache sa tête dans un gâteau pour échapper à une terrible flatulence de Pumbaa. Dans l’opus L’Oiseau Rare de la série Le Monde Merveilleux de Mickey (2021), son image apparaît dans un album de photo.


Il Était une Fois un Studio (2023)

En 2023, les studios d’animation Disney célèbrent en grande pompe leur centième anniversaire avec Il Était une Fois un Studio, un court-métrage spécial dans lequel sont exceptionnellement rassemblés des centaines de personnages Disney d’hier et d’aujourd’hui. Mademoiselle Upanova est elle-même de la partie afin de participer à la gigantesque photo de famille devant le Roy E. Disney Animation Building.

Fantasia sur SEGA
Prima Ballerina, WDCC

Dans un autre registre, Mademoiselle Upanova et les autruches font une apparition dans le jeu vidéo Fantasia développé en 1991 pour la console Mega Drive de SEGA. Quelques produits dérivés à l’effigie des oiseaux ont par ailleurs été produits. Parmi eux, figure notamment une statuette de la Walt Disney Classics Collection intitulée Prima Ballerina.

Mademoiselle Upanova dans les Parcs Disney

Mademoiselle Upanova apparaît de temps à autre dans les parcs Disney. Une statue à son image trône dans l’une des vitrines de la boutique Fantasia Store installée au sein du Disneyland Hotel de Californie.

Fantasia Meet-and-Greet
SpectroMagic

Elle participe en outre à quelques spectacles comme Fantasmic!, Wonderful World of Animation au Disney’s Hollywood Studios ou bien encore la parade nocturne SpectroMagic qui défilait au Magic Kingdom de Walt Disney World entre 1991 et 2010.

Bien que visible seulement une poignée de minutes, Mademoiselle Upanova complète avec brio et surtout beaucoup de drôlerie le bestiaire de La Danse des Heures de Fantasia.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site de fans, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.