Artémis
Date de création :
Le 27 juin 1997
Nom Original :
Artemis
Créateur(s) :
Dave Kupczyk
Jean-Luc Ballester
David Alan Zaboski
Apparition :
Cinéma
Télévision
Voix Originale(s) :
Reba McEntire
Interprète(s) :
Ona Grauer (Percy Jackson : Le Voleur de Foudre)

Le portrait

rédigé par Karl Derisson
Publié le 07 juillet 2021

Avec Hercule, leur 35e grand classique animé, les studios Disney offrent aux spectateurs une sympathique plongée au cœur de la mythologie grecque. Les dieux de l’Olympe, évidemment, sont de la partie, en particulier Artémis, la déesse de la nature sauvage et de la chasse.

Artémis, Déesse de la chasse redoutable et crainte

Sœur jumelle d’Apollon, le dieu de la lumière, des arts, du chant, de la musique et de la poésie, Artémis est la fille de Zeus et de l’une de ses maîtresses, la titanide Léto, fille des Titans Céos et Phébé. Son nom est source de nombreux débats entre les historiens et les linguistes. Assimilée à Diane chez les Romains, la déesse tire en effet peut-être son nom du terme « artémès », qui signifie « sain et sauf », pour appuyer son caractère protecteur. D’autres textes évoquent quant à eux le mot « artamos », le « boucher », qui pourrait à l’inverse symboliser sa capacité à tuer. Dans certains écrits, plusieurs auteurs s’accordent sur l’association des mots « arkt », « l’ours », et « thémis », « la force ».


Artémis à la biche ou Diane de Versailles,
marbre romain, IIe siècle, Musée du Louvre, Paris.

Artémis est la déesse de la nature sauvage, de la chasse et des accouchements. À ce titre, elle est la protectrice des bébés, qu’ils soient humains ou animaux. Jeune femme sublime d’après Euripide, elle peut toutefois se montrer redoutable avec ses ennemis en jetant sur eux des épidémies dévastatrices qu’elle seule peut guérir. Il s’agit-là d’une particularité semblable à celle de son frère Apollon qui peut répandre la peste. Elle est par ailleurs la cause du décès des femmes en couche.
Symbolisée par la Lune, alors que son frère est souvent assimilé au Soleil, Artémis est au cœur de nombreux mythes. Sa naissance, notamment racontée par Hésiode, est elle-même légendaire. Maîtresse de Zeus, Léto subit en effet la jalousie furieuse d’Héra qui interdit à la terre de l’accueillir. Enceinte, la titanide parcourt ainsi la mer Égée où elle ne trouve nul refuge. Poursuivie par le serpent Python, elle gagne finalement grâce à Zeus et Poséidon l’île suspendue d’Ortygie, rebaptisée Délos après que le roi des dieux l’a raccrochée à l’océan. C’est là qu’avec l’aide de Dioné, Rhéa, Thémis, Amphitrite et, plus tard, d’Ilithye, la déesse des accouchements, elle donne naissance à Artémis, laquelle l’aide alors à mettre au monde Apollon.


Léto et ses enfants Apollon et Artémis, ronde-bosse en marbre de William Henry Winehart,
1870-1874, Metropolitan Museum of Art, New York.

Dès l’âge de trois ans, Artémis demande à Zeus la possibilité de pouvoir rester vierge durant toute son existence. Elle réclame de plus le droit de ne porter qu’une simple tunique courte ne descendant pas au-dessous des genoux afin de ne pas être gênée lors de ses nombreuses chasses. Vivant dans les montagnes, Artémis souhaite enfin n’avoir qu’une ville sous sa domination et mentionne qu’elle acceptera néanmoins de se rendre dans les autres cités lorsque des femmes sur le point d’accoucher, criant de douleur, l’appelleront à l’aide. Complètement sous le charme de sa fille, Zeus accède à ses requêtes. Il lui confie alors une suite composée de soixante filles de l’Océan et de vingt nymphes chargées de les servir elle et ses animaux. Il lui offre de plus des bois sacrés, des autels et lui demande de protéger les chemins et les ports. Il lui donne enfin trente villes alors même qu’Artémis n’en avait réclamé qu’une seule.
Ses demandes exaucées, Artémis débute un long voyage à travers le monde. Elle se rend en Crète pour recruter vingt nymphes âgées de neuf ans. Elle passe ensuite par les îles Lipari récupérer son arc, ses flèches et son carquois forgés par les cyclopes. Elle fait escale chez Pan, le dieu de la nature qui lui offre six chiens et sept lévriers. Après cela, au pied du mont Parrhasios, elle se met en chasse de cinq immenses biches aux cornes d’or qu’elle parvient à capturer. Quatre sont attelées à son char. La cinquième est capturée lors de l’accomplissement de l’un de ses travaux par Hercule qui provoque immédiatement la fureur de la déesse. Le voyage d’Artémis s’achève enfin sur le mont d’Arcadie, dans le Péloponnèse, au sud de la Grèce.


Diane la Chasseresse, huile sur toile de Guillaume Seignac,
XIXe siècle, Collection privée.

Vivant entre les littoraux du continent et l’île de Délos qui l’a vue naître, Artémis veille à initier les jeunes filles et les jeunes garçons sur le point de passer à l’âge adulte. Elle est aussi la protectrice des Amazones, une tribu de femmes indépendantes des hommes, comme elle. Surtout, elle est une redoutable chasseresse vivant souvent recluse au milieu des animaux sauvages, biches, cerfs, fauves… Surnommée « L’Archère » par Hésiode, elle passe ses journées à pourchasser ses proies. Il peut alors s’agir d’animaux mais aussi d’hommes et de femmes. Il sait également être fantastique comme le géant Gration qu’elle tue avec l’aide d’Héraclès lors de la Gigantomachie, la guerre opposant les dieux aux géants. Elle élimine Otos et Éphialtès, les Aloades fils de Poséidon qui tentent de l’enlever. Elle élimine le serpent Python ainsi que le monstre Bouphagos qui détruit les troupeaux en Arcadie. À la demande d’Héra, jalouse des infidélités de son divin mari, elle assassine selon certaines légendes la nymphe Callisto. Zeus la change alors en constellation, la Grande Ourse. Avec Apollon, Artémis massacre les Niobides, les filles et fils de Niobé, qui avait eu le culot de se moquer de leur mère Léto. Elle liquide aussi le géant Tityos, qui avait tenté de violer Léto. Lors de l’une de ses chasses, la déesse tue par ailleurs involontairement (ou par vengeance selon les sources) son amant Orion, le chasseur de géant dont la dépouille est envoyée dans les cieux et changée en constellation.


Artémis brandissant son arc, cratère à figures rouges,
Ve siècle av. J.-C., Museum of Fine Arts, Boston.

Déesse colérique, comme son frère, Artémis peut se montrer redoutable lorsqu’elle estime que quelqu’un lui manque de respect. Oenée, le roi de Calydon, en Étolie, en fait notamment les frais. En oubliant Artémis lors d’un sacrifice, il provoque la colère de cette dernière qui envoie un énorme sanglier ravager le pays. Le souverain mobilise alors les plus grands chasseurs de Grèce parmi lesquels Jason, Idas, Nestor, Thésée ou bien encore Castor et Pollux et Méléagre qui parvient à tuer l’animal avec l’aide de la belle Atalante.
Artémis déchaine aussi son courroux sur Actéon, le petit-fils d’Apollon, changé en cerf et dévoré par ses propres chiens après s’être permis de regarder la déesse en train de se baigner nue. Un autre homme, Sipriotes, est aussi victime de son voyeurisme. Artémis le transforme alors en femme et en fait l’une de ses suivantes.
Agamemnon, en prétendant avoir tué un cerf mieux qu’Artémis, soulève la déesse contre lui. Elle bloque alors sa flotte en partance pour faire la guerre aux Troyens. Pour se racheter, Agamemnon doit sacrifier sa propre fille, Iphigénie, qu’Artémis épargne finalement en la remplaçant sur le bucher par une biche. Iphigénie entre dès lors à son service et devient l’une de ses prêtresse du sanctuaire de Tauride, dans l’actuelle presqu’île de Crimée, sur le bord de la mer Noire.


Diane, Marbre de Jean Goujon, XVIe siècle, Musée du Louvre, Paris.

Représentée par le croissant de Lune qui symbolise son arc, par les étoiles filantes qui représentent ses flèches, Artémis est le plus souvent associée à une biche, un cerf, un taureau, une tortue, une chèvre ou un chien de chasse. Portant un diadème justement orné d’un croissant de Lune au-dessus du front, elle est vénérée dans le sanctuaire de Brauron lors de la fête des Brauronies durant laquelle défilent ses prêtresses surnommées les « oursonnes ». Son temple à Éphèse était l’une des Sept Merveilles du monde. Artémis possède d’autres sanctuaires entre autres à Tauride, mais aussi sur le bord du lac Stymphale, en Arcadie, ainsi qu’à Hyères, dans le sud de la France, à Sparte, sur l’île d’Eubée, ou bien encore au Pirée, le port d’Athènes.

Artémis, simple figurante chez Disney

Si dans la mythologie, Artémis est l’une des déesses principales de l’Olympe, elle doit se contenter dans Hercule d’un simple rôle de figurante dont les apparitions sont plus que furtives. Contrairement à son frère Apollon bien plus présent à l’écran, la déesse est en effet noyée au milieu des autres dieux et visible uniquement une fraction de seconde à gauche ou à droite d’un plan.

Artémis est tout d’abord présente au début du film lorsque Zeus et Héra présentent leur petit Hercule aux dieux. Aperçue lorsque Hermès fend la foule, elle tend une grappe de raisins à sa biche.
Dix-huit ans plus tard, Artémis est de retour dans l’intrigue. Hercule est devenu un vrai héros. Mais les machinations de Hadès l’ont mise hors d’état de lui nuire. Le dieu des Enfers vient de libérer les Titans. Ces derniers marchent sur l’Olympe. Fouettant avec énergie les deux cerfs qui tractent son char, elle fait partie des dieux qui s’élancent contre les monstres. Mais la défaite est totale. Artémis, comme les autres divinités, se retrouve enchaînée.

Parvenant à la victoire grâce à l’aide inespérée d’Hercule, Artémis assiste, comme ses congénères, au retour de l’enfant prodigue sur l’Olympe.

La Conception du personnage

L’apparence graphique d’Artémis, comme celle de l’ensemble des personnages du film, est notamment issue du travail de recherche réalisé par le dessinateur anglais Gerald Scarfe. Caricaturiste de talent dont certains croquis ont fait la Une du Sunday Times et du New Yorker, ce dernier s’est alors beaucoup éloigné des représentations antiques de la déesse.
Artémis apparaît ainsi sous les traits d’une magnifique femme, très athlétique, à la peau verte pâle et aux yeux bleus. Ses cheveux, verts foncés, sont relevés. La déesse porte une toge orangée très courte attachée grâce à une broche en forme de Lune. Des sandales nouées autour de ses jambes, des étoiles en guise de boucles d’oreilles ainsi que son carquois complètent son costume. Elle est accompagnée par une biche à la peau violette. Son char, pourpre, est tiré par deux cerfs dorés.

Gerald Scarfe
Dave Kupczyk
Jean-Luc Ballester
David Alan Zaboski

Artémis est animée comme les autres dieux de l’Olympe par Dave Kupczyk, Jean-Luc Ballester et David Alan Zaboski.
Né le 21 mai 1964 à Woodstock, au Canada, Dave Kupczyk suit les cours du Sheridan College de Toronto, d’où il sort diplômé en animation en 1987. Après une participation à la série animée The Care Bears, il travaille entre 1988 et 1992 pour les Don Bluth Animation Studios sur Charlie, Mon Héros, Rock-O-Rico et Poucelina. Il passe ensuite chez Turner Pictures où il est engagé sur Richard au Pays des Livres Magiques et ponctuellement sur Danny, le Chat Superstar. En 1933, Dave Kupczyk rejoint les studios Disney et collabore à la production de Pocahontas, une Légende Indienne, Le Bossu de Notre-Dame, Hercule et Mulan, des films pour lesquels il anime John Smith, Esméralda, les dieux, Chien-Po et Ling. Animateur pour Fantasia 2000 et artiste visuel sur La Planète au Trésor - Un Nouvel Univers, il quitte Disney en 1998 pour les studios Dreamworks, S.K.G.. Il anime alors Chel dans La Route d’Eldorado, Spirit dans Spirit, l’Étalon des Plaines. Chez Sony Imageworks de mars à septembre 2001, il œuvre sur les effets visuels de Spider-Man puis sur Les Supers Nanas pour le compte de Cartoon Networks. Entre 2002 et 2006, il participe en Freelance à la création d’Ozzy & Drix, Kangaroo Jack: G’Day U.S.A., Les Bébés Looney Tunes, Batman, Aquaman, Lone Ranger pour Warner Bros. Dave Kupczyk est enfin au générique de Wolverine et les X-Men, The Goode Family, Ultimate Spider-Man et Bug! Une Production Looney Tunes. Enseignant à l’Institut CalArts entre 2001 et 2004, il revient chez Disney Television Animation où il travaille sur la série La Loi de Milo Murphy. Dave Kupczyk est en lice pour l’Annie Award du Meilleur animateur en 2001.

Jean-Luc Ballester est, lui, l’un des artistes de Walt Disney Animation France, le studio ouvert par Disney à Montreuil, dans la région parisienne. En tant qu’animateur ou intervalliste, il travaille alors sur Winnie l’Ourson : Noël à l’Unisson, Dingo et Max, Mickey Perd la Tête, Le Bossu de Notre-Dame, Hercule, Tarzan, Kuzco, l’Empereur Mégalo, Atlantide, l’Empire Perdu, Le Livre de la Jungle 2 et Lorenzo. Jean-Luc Ballester est également crédité au générique du (Le) Chat du Rabbin.
David Alan Zaboski, enfin, entre chez Disney à la fin des années 1980. Il travaille alors comme intervalliste sur La Belle et la Bête puis Aladdin. Promu au poste d’animateur, il se charge parmi d’autres des personnages de John Smith, de Phoebus, des dieux et participe à la production de la séquence de L’Oiseau de Feu dans Fantasia 2000. Après son départ des studios Disney, il collabore à la création d’Osmosis Jones, Stuart Little 2, Les Looney Tunes Passent à l’Action et Unforgotten: The Story of Paul Pender.

Les Autres Apparitions d'Artémis

Artémis est l’un des personnages récurrents de la série animée Hercule.
Elle apparaît en particulier dans l’épisode Hercule et Artémis. Hercule accompagne Philoctète et les héros Nestor, Méléagre et Chiron réunis pour chasser un sanglier de la forêt d’Érymanthe. Il est alors capturé par la déesse.


Hercule et Artémis

Dans l’épisode Hercule et la Constellation d’Orion, Artémis se remet en chasse contre Orion, son fiancé jusqu’ici changé en étoiles mais qui est parvenu à revenir sur Terre grâce à l’aide d’Hercule. Malgré les rancœurs des uns et des autres, tous les trois doivent alors s’unir pour capturer toutes les monstrueuses constellations qui se sont elles aussi échappées du ciel.


Hercule et la Constellation d'Orion

Présente très ponctuellement dans d’autres épisodes, Artémis apparaît comme une déesse farouche et indépendante. Tout le temps entourée d’animaux dont certains, trop collants, l’agacent au plus haut point, elle voit alors son apparence énormément changer. La déesse troque en effet sa peau verte pâle contre un teint orangé. Sa chevelure est auburn et non plus verte foncée. Elle se retrouve de plus affublée de deux cornes sur le front. Sa tunique dorée est à présent jaune et rouge avec une ceinture marron.


Hercule et Prométhée

Dans Hercule et Prométhée, Artémis fait partie des dieux envoyés par Zeus pour capturer le Titan libéré par Hercule. À la tête d'une armée de béliers, la déesse voit alors son apparence une fois encore changée. Elle apparaît tout d'abord blonde. Puis, une fraction de seconde plus tard, ses cheveux sont cette fois verts, comme sa tunique. Sa peau est par ailleurs plus pâle.


Reba McEntire

N’ayant aucune ligne de dialogue dans Hercule, Artémis est, dans la série télévisée, doublée par la comédienne et chanteuse Reba McEntire. Née le 28 mars 1955 à Kiowa, en Oklahoma, elle débute modestement sa carrière en fondant un groupe avec son frère Pake et sa sœur Susie. Après la fin de ses études à l’Université d’État de l’Oklahoma, elle souhaite devenir enseignante avant de finalement commencer sa vie d’artiste grâce à l’entremise de Red Steagall. Son premier titre, I Don’t Want to Be a One Night Stand, sort en 1976. Le succès n’arrive cependant que des années plus tard grâce à une reprise de Sweet Dreams et les chansons You Lift Me Up (To Heaven), Can’t Even Get the Blues, How Blue et Somebody Should Leave. Surnommée la « Reine de la musique country », Reba McEntire mène en parallèle une carrière de comédienne et apparaît dans les films Tremors, Maverick ou Divine Mais Dangereuse. Elle prête sa voix à Dixie dans Rox et Rouky 2.

La voix française d’Artémis n’est pas mentionnée dans les crédits de la série Hercule.

Au cinéma, Artémis / Diane est l'une des divinités représentées dès 1940 par les artistes de Disney dans Fantasia. Elle apparaît furtivement à la fin de la séquence inspirée de La Symphonie Pastorale de Ludwig van Beethoven. Après que Morphée / Nyx a recouvert la voûte céleste avec son long manteau et plongé la Terre dans l'obscurité de la nuit, la déesse décoche non sans une certaine grâce une flèche avec son arc rappelant le croissant de Lune. Elle est alors accompagnée par sa fidèle biche.

Fantasia (1940)
Percy Jackson : Le Voleur de Foudre (2010)

Dans Percy Jackson : Le Voleur de Foudre, l’adaptation du roman de Rick Riordan réalisée par Chris Columbus pour le compte de 20th Century Fox, Artémis est jouée par l’actrice canado-mexicaine Ona Grauer (Elysium, Catwoman, Stargate Universe).

Simple figurante, Artémis fait partie de la liste pléthorique de personnages d’Hercule qui offre au film une qualité visuelle incomparable.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.