Héra
Date de création :
Le 27 juin 1997
Nom Original :
Hera
Créateur(s) :
Anthony DeRosa (Superviseur de l'Animation)
Robert Espanto Domingo
Apparition :
Cinéma
Télévision
Voix Originale(s) :
Samantha Eggar
Voix Française(s) :
Sophie Deschaumes
Interprète(s) :
Erica Cerra (Percy Jackson : Le Voleur de Foudre)

Le portrait

rédigé par Karl Derisson
Publié le 03 avril 2021

Avec Hercule, leur 35e grand classique animé, les studios Disney offrent aux spectateurs une sympathique plongée au cœur de la mythologie grecque. Les dieux de l’Olympe, dès lors, sont évidemment de la partie, en particulier leur roi, Zeus, et son épouse, Héra, la reine dont le rôle dans le film s’éloigne toutefois considérablement des mythes anciens.

Héra, Déesse du mariage jalouse et vengeresse

Dans la mythologie grecque, Héra est présentée comme la fille des titans Rhéa et Cronos. Aînée de la fratrie d’après L’Iliade d’Homère ou bien née après Hestia et Déméter selon La Théogonie d’Hésiode, elle est avalée comme ses frères et sœurs dès sa naissance par son père, lequel est persuadé que l’un de ses enfants viendra un jour le détrôner. Comme Hestia, Hadès, Poséidon et Déméter, Héra est alors sauvée par Zeus, le cadet de la famille qui, avec l’aide de la Titanide Métis, parvient à faire avaler un vomitif à Cronos.

Ainsi libérée, Héra est confiée au titan Océan et à la déesse marine Téthys, qui l’élèvent aux extrémités du monde pendant que ses frères et ses sœurs, aidés par les Hécatonchires et les Cyclopes, participent à la Titanomachie, le combat contre les Titans qui s’achève par la victoire des Olympiens et l’exil de Cronos dans le Tartare. Toujours grâce à Océan et Téthys, elle épouse ensuite en secret son frère Zeus. Le lieu des noces varie cependant selon les mythes qui évoquent tantôt l’île de Samos, tantôt le sommet du Mont Ida comme le mentionne Homère, ou bien, selon d’autres textes, dans le jardin des Hespérides où Héra décide de planter les pommes d’or offertes par Gaïa.


Héra et Prométhée, Médaillon d'un Kylix à figures rouges de Douris, 490-480 av. J.-C.,
Département des monnaies Médailles et Antiques de la BNF.

Déesse du mariage légitime et protectrice des couples, Héra devient, suite à son mariage avec Zeus, la souveraine de l’Olympe. Elle donne alors naissance à trois enfants : Arès, le dieu de la guerre, Hébé, la déesse de la jeunesse et de la vitalité, et Ilithyie, la déesse de l’enfantement. Femme maintes fois trompée bien décidée à prouver à son mari volage qu’elle n’a pas besoin de lui, Héra enfante également Héphaïstos, le dieu du feu et de la forge, qu’elle conçoit toute seule même si Homère et Cicéron attribuent tout de même sa paternité à Zeus. Certains mythes évoquent d’autres enfants nés de leur union : la Charite Pasithée, la déesse de la discorde Éris et la déesse des batailles Ényo.

La plupart des mythes portent sur les nombreuses crises de jalousie d’Héra. Zeus multiplie, en effet, les conquêtes et les maîtresses. Partout, il laisse une importante progéniture. L’un de ses fils, Alcide, né à Thèbes de la relation entre le roi des dieux et la mortelle Alcmène, fait notamment les frais de sa colère divine. Héra retarde ainsi la naissance du bébé afin qu’Eurysthée récupère à sa place le trône de l’Argolide. La fureur d’Héra décuple lorsqu’elle découvre qu’Hermès a placé l’enfant dans son lit afin qu’il tête son sein. La déesse, choquée, repousse Alcide. Une giclée de lait se répand dans le ciel et donne naissance à la Voie lactée. Folle de rage, Héra tente de tuer le petit en envoyant deux serpents dans son berceau. La tentative est vaine. Sa force hors du commun permet à Alcide d’étrangler sans mal les reptiles. La reine des dieux ne s’avoue néanmoins pas vaincue. Avec l’aide d’Éris et de la déesse de la folie, Lyssa, elle jette un mauvais sort sur Alcide qui massacre sa femme, Mégara, et leurs enfants. Le héros doit alors accomplir douze travaux pour se racheter. C’est à la suite de ses exploits qu’Alcide est finalement rebaptisée Héraclès, la « Gloire d’Héra » en grec, en hommage à celle qui, malgré elle, est à l’origine de sa renommée !


La Création de la Voie lactée, huile sur toile de Pierre-Paul Rubens, 1636-1638, Musée du Prado, Madrid.

Vénérée entre autres dans la cité d’Argos, à Samos, à Délos, à Agrigente, à Paestum ou bien encore dans le sanctuaire d’Olympie, Héra abat également sa colère divine sur la nymphe Io, une autre conquête de son sulfureux mari. Changée en vache par Zeus afin de la protéger, la belle est elle aussi rendue folle à cause des piqûres provoquées par un taon envoyé par Héra. Cette dernière provoque aussi la mort de Sémélé, une autre amante de Zeus et mère de Dionysos. Elle frappe ensuite de folie Athamas, le roi de Béotie et fils d’Éole, et sa seconde femme Ino après que ceux-ci ont été chargés d’élever le jeune dieu de la vigne à présent orphelin. Héra change en outre la nymphe Callisto, une énième maîtresse de Zeus, en ourse. Avec son fils Arcas, elle est finalement envoyée dans le ciel pour former les constellations de la Petite et de la Grande Ourse. Elle tente enfin d’empêcher Léto, la première femme de Zeus, de donner naissance à Artémis et Apollon

Passablement agacée par les coucheries de son époux, Héra décide bientôt de prendre les choses en main et de liguer les autres dieux contre lui en le ligotant pendant son sommeil afin qu’il n’aille plus séduire d’autres mortelles. Poséidon, Athéna et Apollon acceptent de participer à la conjuration. Ils en sont néanmoins dissuadés par la nymphe marine Thétis qui envoie Briarée, l’Hécatonchire à cent mains, pour les en empêcher. Héra est alors elle-même ligotée par Zeus. Une autre fois, elle essaye d'endormir son mari afin de pouvoir nuire librement à Héraclès, qu'elle déteste toujours autant. Héra est alors aidée par Hypnos mais ses plans sont finalement dévoilés. Pour la punir, Zeus la suspend bientôt dans les airs avec une enclume accrochée à chaque cheville. Héra expie dès lors sa faute avant de se réconcilier avec son mari et avec Héraclès.


Le Jugement de Pâris, huile sur toile de Francesco Albani, 1650, Musée du Prado, Madrid.

Dans L’Iliade d’Homère, Héra apparaît comme l’une des plus terribles ennemies de la cité de Troie. Lors du mariage entre Pélée et Thétis raconté par Proclos ou encore Apollodore le Mythographe, la déesse de la discorde Éris, qui n’a pas été invitée, jette en effet une pomme d’or avec la mention « Pour la plus belle ». Héra se retrouve alors en compétition avec Athéna et Aphrodite, qui prétendent elles aussi que le fruit leur appartient. Pour calmer la querelle, Zeus ordonne à Hermès d’emmener les trois déesses sur le Mont Ida où Pâris, l’un des princes de Troie, est chargé de les départager. Le beau garçon donne finalement la pomme à Aphrodite, qui lui promet en échange l’amour de la belle Hélène, la femme du roi de Sparte Ménélas. C’est là l’origine de la Guerre de Troie racontée par Homère. Vexée, Héra prend dès lors fait et cause pour les Grecs contre les Troyens qu’elle déteste.

Parmi ses autres méfaits, Héra frappe Tirésias de cécité après qu'il a donné raison à Zeus au sujet de l’acte sexuel en confirmant l’opinion du roi des dieux qui estimait que la femme prenait systématiquement plus de plaisir que l’homme alors que la reine attestait quant à elle du contraire. Elle se venge par ailleurs de Pélias, qui lui a manqué de respect, en aidant Jason à reprendre le trône d’Iolcos.

Héra Campana, copie romaine
d'un original hellénistique, IIe siècle,
Musée du Louvre.
Héra Farnèse, copie romaine d'un
buste hellénistique, Ier siècle,
Musée archéologique de Naples.

Voyante et clairvoyante grâce aux paons, son animal préféré dont les plumes portent grâce à elle les yeux de son fidèle Argos, le géant à cent yeux chargé d’espionner Io avant d’être tué par Hermès, Héra sait toutefois de temps en temps se montrer aimante et aidante pour les Hommes. Elle aide ainsi notamment le navire Argo à franchir les roches Cyanées, à l’embouchure du Bosphore, et à échapper à Charybde et Scylla, dans le détroit de Messine, entre la péninsule italienne et la Sicile. La déesse est par ailleurs elle-même la victime de quelques conjurations. Elle est violée par Porphyrion, le roi des Géants et fils de Tartare qui fomente un complot contre les Olympiens. Il est alors foudroyé par Zeus et tué par Héraclès. Héra est une autre fois attaquée par Ixion, un prince originaire de la tribu des Lapithes. Elle est une fois encore sauvée par son mari…

Héra, une maman douce et aimante chez Disney

Héra apparaît dès les premières minutes d’Hercule. Elle est aux côtés de son mari, Zeus, et célèbre avec lui la naissance de leur petit garçon au cours d’une fête à laquelle participent la plupart des dieux. Maman douce et aimante reconnaissable à sa peau rose, ses yeux bleus et à sa robe étincelante, elle est totalement en extase devant son petit qu’elle autorise à jouer avec sa tiare. Pleine de tendresse, elle veille toutefois à ce qu’il ne se blesse pas. Les dangers sont en effet nombreux pour un bébé, même immortel. Le voir mettre dans sa bouche le foudre de Zeus l’inquiète en particulier beaucoup.

Bien qu’une montagne de présents ait été apportée par les déesses et les dieux invités à la célébration, Héra souhaite que son époux conçoive lui aussi le plus beau des cadeaux pour leur jeune fils. Cherchant l’inspiration, Zeus s’empare de quelques nuages. Assemblés avec dextérité et une bonne dose de magie, il donne ainsi naissance à Pégase, un petit cheval blanc ailé qu’Hercule adopte aussitôt. Le degré de mignonnerie est alors à son apogée avant qu’Hadès ne vienne gâcher la fête…

Le dieu des Enfers, en effet, voit d’un très mauvais œil la naissance de l’enfant. Les moires l’ont prévenu. Tant qu’Hercule sera vivant, Hadès ne pourra accomplir son rêve le plus cher, à savoir détrôner son frère et devenir le roi des dieux. Qu’à cela ne tienne, Hadès emploie les grands moyens pour se débarrasser de ce petit être qui l’enquiquine. Zeus et Héra sont ainsi réveillés en pleine nuit par le fracas provenant de la chambre de l’enfant. Certains cadeaux sont brisés au sol. Pégase a la tête coincé dans une corne d’abondance. Le berceau du bébé est vide. Hercule vient d’être enlevé. Regardant la scène avec effroi, Héra s’effondre en larmes. Son petit vient de lui être arraché. Elle ne peut retenir ses larmes. Zeus, quant à lui, ne peut contenir sa colère.

Anéanti, Zeus et Héra chargent les autres dieux de l’Olympe de retrouver leur garçon. Apollon, Arès ou bien encore Morphée se lancent à sa recherche. Mais il est trop tard. Empoisonné par Peine et Panique, les deux séides d’Hadès, Hercule est devenu mortel. Impossible, dès lors, pour lui de revenir sur l’Olympe. Héra est dévastée. Elle devra à présent regarder son bébé grandir auprès de ses parents adoptifs, les mortels Amphitryon et Alcmène.

Pendant dix-huit ans, Hercule doit alors se battre pour trouver sa place. Parvenu à devenir un vrai héros, il n’espère plus qu’une chose, prouver sa valeur afin de revenir sur l’Olympe et retrouver ses divins parents. Ces derniers se prélassent d’ailleurs sur la montagne en mangeant du raisin tout en écoutant la musique jouée pour eux par de petits chérubins, lorsque leur tranquillité est ruinée par Hermès qui les informe que les Titans, délivrés du Tartare par Hadès, sont à leurs portes. Zeus est rapidement neutralisé. Tout laisse à penser qu’Héra est elle-même capturée comme l’ensemble des autres dieux…

Il faut l’intervention héroïque d’Hercule pour sauver sa divine famille. Celle-ci l’accueille alors aux portes de l’Olympe après que ce dernier est revenu des Enfers, d’où il a ramené saine et sauve l’âme de Mégara. Acclamé par les dieux, Hercule retrouve enfin sa chère maman, Héra, au comble du bonheur. Elle n’a pas vu son fils en chair et en os depuis dix-huit ans. Émue, elle le prend dans ses bras et l’embrasse avec tout l’amour d’une mère.

Très fière d’Hercule dont elle admire le courage et le dévouement pour sauver celle qu’il aime, Héra est radieuse. Les portes de l’Olympe s’ouvrent enfin pour son cher fils. Tout est sur le point de rentrer dans l’ordre. Enfin ! Mais Hercule est confronté à un dilemme de taille. Sa chère Mégara n’est en effet pas immortelle. Elle ne peut le suivre sur la montagne des dieux. Hercule doit faire un choix. Et c’est celui de l’amour qu’il fait. Après avoir échangé un regard complice, Héra et Zeus acceptent alors sa décision. Tous les deux regardent finalement avec fierté leur fils repartir sur terre avec sa femme et ses amis…

La Conception du personnage

Lorsqu’ils se lancent dans l’écriture d’Hercule, les réalisateurs Ron Clements et John Musker, les scénaristes Irene Mecchi, Bob Shaw et Donald McEnery et leurs assistants font le choix de chambouler quelque peu la mythologie afin d’offrir un divertissement musclé et rythmé à un public qui, en Amérique ou en Asie notamment, est bien moins au fait sur les légendes grecques que ne peuvent l’être les spectateurs européens. Impossible, donc, de revenir aux fondements des mythes et de dresser le portrait exact de chaque personnage intervenant dans l’intrigue. Les douze travaux d’Hercule, en particulier, sont ainsi réduits au strict minimum. Seul le combat contre l’Hydre, et très ponctuellement ceux contre le Lion de Némée, les Oiseaux du lac Stymphale ou du Sanglier d’Érymanthe présentés durant la chanson De Zéro en Héros, sont dès lors montrés à l’écran. L’histoire et les prérogatives des dieux sont également éclipsées pour se concentrer sur l’essentiel, le voyage initiatique d’Hercule et l’accomplissement de son destin.

Parmi les changements les plus radicaux du film, et ils sont légion, le rôle d’Héra fait figure de paroxysme. La déesse du mariage, détestable, coléreuse et assoiffée de vengeance, est en effet présentée dans le script comme une frêle jeune femme sensible et une épouse modèle. Elle devient en outre la mère aimante et douce d’un bébé qui, dans les légendes, n’est pourtant pas son fils mais bien celui de la mortelle Alcmène. Avec tous ces changements, les querelles intestines entre l’épouse trompée et son mari volage sont alors évacuées. Exit également les complots avec les autres dieux. Exit les châtiments en tout genre. Exit, surtout, les tentatives de meurtres contre Hercule. Même si l’épisode des serpents est gardé, il est finalement orchestré à l’écran par Hadès grâce à ses séïdes Peine et Panique, et non plus par Héra. Mieux, la reine de l’Olympe apparaît même comme la voix de la raison de son mari. Alors que dans la mythologie, elle cherche par tous les moyens à tuer Hercule, la voilà donc qui s’inquiète ici de le voir mettre en danger sa santé en jouant avec l’un des éclairs de son mari.

Esquisse d'Héra par Gerald Scarfe
Modèle pour le personnage d'Héra

Totalement revue et corrigée, Héra est inspirée, comme l’ensemble des personnages du film, des nombreuses recherches graphiques réalisées par le dessinateur anglais Gerald Scarfe. Caricaturiste de talent dont certains croquis ont fait la Une du Sunday Times et du New Yorker, ce dernier s’est alors beaucoup éloigné des représentations antiques de la déesse, qui la voient sur les vases ou les mosaïques avec une longue toge plissée dont une partie recouvre parfois sa tête, elle-même rehaussée d’un diadème en tissu. Chez Scarfe, la reine des dieux est une superbe femme blonde aux cheveux relevées, très élancée et gracieuse avec des vêtements flottants. S’ils conservent la coiffure et la tenue, les artistes de Disney s’éloignent toutefois du travail de Scarfe en ce qui concerne les couleurs. Chaque dieu étant associé à une teinte bien précise, Héra se voit attribuer le rose utilisé, plus ou moins foncé, pour sa peau, sa chevelure, sa couronne et ses vêtements.

Gerald Scarfe
Anthony DeRosa
Robert Espanto Domingo

Le personnage d’Héra est supervisé par l’animateur Anthony DeRosa. Né à Cherry Hill, dans le New Jersey, en 1959, il se découvre une passion pour le dessin dès le plus jeune âge. Épaulé par ses parents, il entre alors chez Disney au milieu des années 1980 et travaille notamment sur Taram et le Chaudron Magique. Membre de l’équipe réunie autour de Glen Keane, il dessine à ses côtés les personnages de Ratigan dans Basil, Détective Privé, Sykes dans Oliver & Compagnie, Ariel dans La Petite Sirène, La Bête dans La Belle et la Bête, ou bien encore Aladdin. Promu superviseur de l’animation lors de la production de Bernard et Bianca au Pays des Kangourous, il crée Nala adulte dans Le Roi Lion, Nakoma dans Pocahontas, une Légende Indienne, l’esprit du Printemps dans Fantasia 2000 et Gaëtan La Taupe dans Atlantide, l’Empire Perdu. Animateur de John Silver dans La Planète au Trésor - Un Nouvel Univers puis de Maggie dans La Ferme se Rebelle, il quitte Disney au début des années 2000 après avoir collaboré à la production de Mickey, Donald, Dingo - Les Trois Mousquetaires. Chez les concurrences, Anthony DeRosa travaille sur Les Looney Tunes Passent à l’Action, Fat Albert, George, le Petit Curieux et Les Simpson - Le Film pour lequel il est nommé aux Annie Awards. De retour aux studios Disney, il supervise Lawrence dans La Princesse et la Grenouille puis participe à l’animation de Winnie l’Ourson, Paperman, À Cheval !, Zootopie, Vaiana, la Légende du Bout du Monde, Ralph 2.0 et Juste une Pensée.

Également en charge de l’animation de Zeus, Anthony DeRosa collabore avec Robert Espanto Domingo. Engagé par les studios Disney au début des années 1990, l’artiste travaille comme intervalliste pour Simba jeune puis comme assistant animateur pour Pocahontas. Promu animateur, il dessine certaines scènes avec Esméralda, Zeus et Héra, Mulan et Fa Zhou, Yzma, le docteur Doppler, Alameda Slim et Junior. Également au générique de Tarzan et de Fantasia 2000, Robert Espanto Domingo collabore aux productions d’Il Était une Fois et Zootopie et, chez la concurrence, de Sinbad, la Légende des Sept Mers, Shrek 2, Fat Albert, Madagascar, Shrek le Troisième, Kung Fu Panda, Les Croods et Opération Casse-Noisette.

Les Voix d'Héra

En version originale, Héra est incarnée par Samantha Eggar. Née le 5 mars 1939 à Hampstead, l’un des quartiers de Londres, la comédienne suit les cours de la Webber Douglas Academy of Dramatic Art et débute sa carrière sur les planches dans plusieurs adaptations de l’œuvre de William Shakespeare comme Le Songe d’une Nuit d’Été en 1962. La même année, elle apparaît pour la première fois au cinéma dans The Wild and the Willing de Ralph Thomas. Après Docteur en Détresse, Dr. Crippen et Psyche 59 en 1963, elle atteint la célébrité grâce à son rôle de Miranda dans L’Obsédé de William Wyler (1965) qui lui vaut de remporter le Golden Globe de la Meilleure actrice et d’être nommée aux Oscars. Elle est en outre primée lors du Festival de Cannes en 1965. Mariée avec Tom Stern, Samantha Eggar apparaît ensuite, entre autres, dans Rien ne Sert de Courir, l’ultime film de Cary Grant réalisé par Charles Walters (1966), L’Extravagant Docteur Dolittle de Richard Fleischer (1967), La Dame dans l’Auto avec des Lunettes et un Fusil d’Anatole Litvak (1970), Traître sur Commande de Martin Ritt (1970), Sherlock Holmes Attaque l’Orient-Express d’Herbert Ross (1976), Chromosome 3 de David Cronenberg (1979)… Installée aux États-Unis depuis le début des années 1970, l’actrice apparaît à la télévision dans Starsky et Hutch, Columbo, La Croisière s’Amuse, Star Trek : La Nouvelle Génération et le feuilleton La Force du Destin diffusé sur ABC.

Samantha Eggar
Sophie Deschaumes

En France, Héra est interprétée par Sophie Deschaumes. Née le 18 mai 1965, elle apparaît au théâtre mais reste surtout connue pour sa carrière dans le doublage. La comédienne prête ainsi sa voix à Glenn Close dans Air Force One, Rene Russo dans La Rançon, à Darling et Si et Am dans le troisième doublage de La Belle et le Clochard, à Mildred dans Bienvenue Chez les Robinson, à Libba dans Soul. Sophie Deschaumes est également la directrice artistique de Toy Story, Frère des Ours, 102 Dalmatiens, Le Drôle de Noël de Scrooge, Toy Story 3, Frankenweenie

Les Autres Apparitions d'Héra

Comme la plupart des héros et du Panthéon d’Hercule, Héra apparaît dans Hercule, la série animée dérivée du grand classique. Désormais blonde, elle fait alors de la figuration dans quelques épisodes, notamment Hercule et la Mission Apollon où elle siège avec les autres dieux au conseil de l’Olympe. Elle tente alors, en vain, de convaincre Zeus de ne pas interférer dans l’organisation du stage en entreprise qu’Hercule doit accomplir dans le cadre de ses études.

Hercule et la Mission Apollon
Hercule et le Roi de Thessalie

Dans Hercule et le Roi de Thessalie, Héra observe avec fierté son fils, Hercule, devenu malgré lui le souverain de cette région du nord de la Grèce. Dans Hercule et la Piscine de l’Oubli, elle parvient à convaincre Zeus de faire l’effort de se rendre à la piscine party organisée par Hadès. Elle obtient enfin un rôle plus important dans Hercule et la Querelle des Dieux, un opus diffusé le 1er mars 1999 dans lequel la déesse est en froid avec son mari Zeus, qui a oublié leur anniversaire de mariage.

Hercule et la Piscine de l'Oubli
Hercule et la Querelle des Dieux

Héra fait de la figuration à la toute fin de Percy Jackson : Le Voleur de Foudre. Elle est interprétée par l’actrice canadienne Erica Cerra (Blade Trinity, Les 4400, The Stranger, Power Rangers, Les 100, Deadly Class).

Remarquable au premier coup d’œil grâce à ses jolies teintes de rose, Héra version Disney est à mille lieues de la déesse cruelle de la mythologie grecque. Considérablement assagie, elle s’inscrit alors parfaitement dans la longue liste des mères douces et aimantes créées années après années par les studios de Mickey.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.