Date de création :
Le 09 mai 1938
Nom Original :
Gus Goose
Créateur(s) :
Carl Barks
Al Taliaferro
Wolfgang Reitherman
Lee Morehouse
Apparition :
Cinéma
BD
Télévision
Voix Originale(s) :
Frank Welker (Disney's Tous en Boîte)
Voix Française(s) :
Sylvain Caruso (Disney's Tous en Boîte)

Le portrait

Publié le 05 septembre 2020

Gus Glouton, le cousin gourmand et paresseux de Donald Duck, n'est pas forcément le personnage de la famille des canards le plus connu mais il s'agit pourtant de l'un des plus anciens. Vivant une naissance en trois temps, imaginé par Carl Barks, dessiné par Al Taliaferro puis animé par Lee Morehouse et Wolfgang Reitherman, le gros jars disposera à partir des années 1950 d'une belle carrière en comics avant de revenir discrètement à la télévision à la fin des années 1990.

Une Ébauche de Carl Barks

La création du cousin de Donald a été un long processus, débuté d'abord sur la planche à dessin sous forme de storyboard.


Carl Barks

Gus Glouton est ainsi imaginé par Carl Barks, surnommé le Maître des Canards.
L'artiste naît le 27 mars 1901 à Merrill dans l'État de l'Oregon aux États-Unis au sein d’une famille de cultivateurs. Le futur dessinateur commence ainsi sa carrière chez Disney en 1935 en qualité d'intervalliste puis travaille sur différents cartoons en tant que scénariste. Notamment, il est en charge du succulent Donald se Camoufle. En 1942, il se voit missionné pour réaliser la bande dessinée Donald Duck Finds Pirates Gold sur le scénario qui fut envisagé dans un premier temps pour un long-métrage. Carl Barks va ainsi faire carrière dans le support B.D. et écrire et dessiner, jusqu'à sa retraite en 1966, des histoires mémorables sur le célèbre canard et sa famille. Il imagine tout un univers autour du palmipède malchanceux, à commencer par Balthazar Picsou (qui apparaît pour la première fois dans Christmas on Bear Mountain en 1947). Suivront le cousin chanceux de Donald, Gontran Bonheur (1948) ; les voleurs frères Rapetou (1951) ; l'inventeur Géo Trouvetou (1952) ; le machiavélique Gripsou (1956) ; la sorcière Miss Tick (1961). Ses personnages sont tellement inscrits dans l'inconscient collectif qu'ils inspirent de grands noms du cinéma, notamment Steven Spielberg, pour la scène de la boule de pierre dans Indiana Jones et les Aventuriers de l'Arche Perdue.


Première esquisse de Gus (Auteur inconnu)

Les premières ébauches du personnage de Gus Glouton (Gus Goose en anglais) sont donc dues à Carl Barks. En novembre 1935, il apprend en effet que Walt Disney recherche des dessinateurs d'animation. Il déménage pour cela à Los Angeles et se fait embaucher comme intervalliste : il dessine ainsi tous les dessins répétitifs nécessaires pour créer l'animation. En 1936, la qualité de son travail lui permet d'intégrer le département des scénarios où son imagination le fait remarquer plus encore. En 1937, à la faveur du développement de la carrière de Donald Duck qui devient le héros unique de ses aventures cinématographiques et ne sert plus seulement de faire-valoir à Mickey Mouse, Carl Barks fournit déjà quelques pistes de scénarios, avant d'obtenir le droit d'écrire ses propres histoires. Cette même année, en octobre, il va ainsi travailler sur ce qui devait être la première apparition du personnage de Gus Glouton, le cartoon Interior Decorators. Dans cet opus, Gus, diminutif de Gustave, n'est en fait pas encore le cousin de Donald mais uniquement un assistant qui l'aide à décorer des intérieurs de maison. Carl Barks n'avait pas non plus décidé de l'apparence du jars. Il en propose deux versions. L'une d'elle le voit être plus maigre avec un petit bec (rappelant l'apparence de ce qu'allait être Géo Trouvetou) tandis que l'autre prend un aspect plus proche de la version finale avec un corps en forme de poire, un long cou et un bec proéminent. Chose notable, une autre apparence, plus ancienne mais dont la paternité du dessin n'est pas établie, montre un Gus ressemblant plus à un canard avec un bec allongé, un petit chapeau de paille essayant de cacher une touffe de cheveux récalcitrante. Point commun, dans toutes ses premières versions, le jars porte un veston sans manche et un regard un peu benêt le faisant passer pour un doux dingue.


Interior Decorators (Dessin par Carl Barks)

L'histoire de Interior Decorators s'inspire alors beaucoup des courts-métrages Laurel et Hardy Constructeurs ou de Livreurs, Sachez Livrer ! où Donald tient plutôt le rôle d'Oliver Hardy devant faire face à la stupidité de Gus étant lui l'équivalent de Stan Laurel. Le cartoon devait ainsi raconter comment Donald et Gus, son aide un peu benêt, sont embauchés pour rénover un vieux manoir. Dans l'un des gags imaginés par Carl Barks, le jars est pris d'une fringale et Donald, énervé, lui donne un pot de peinture. À son grand étonnement, il voit Gus mélanger la peinture dans une soupe et engloutir le tout, emballage compris. Malheureusement, l'histoire du cartoon ne fonctionne pas vraiment et sa production se voit purement et simplement annulée. En mars 1938, une deuxième tentative d'utiliser le personnage de Gus est faite dans le projet de court-métrage, Lost Prospectors. Donald et Gus y sont ainsi des prospecteurs perdus dans la Vallée de la Mort. Souffrant de la chaleur et de la soif, ils parcourent le terrain aride à la recherche d'eau mais ne rencontrent sur leur chemin que des mirages. Ici, le comique vient du fait que Gus a tendance à trouver de l'eau facilement grâce à une chance insolente tandis que Donald est bien plus malchanceux et frustré. Lost Prospectors est finalement lui aussi abandonné car Walt Disney trouve que la personnalité de Gus s'éloigne trop d'un autre court-métrage déjà en production, Donald's Cousin Gus, et dont celle-ci était plus proche de celle imaginée lors de la création du jars dans Interior Decorators. L'idée d'un personnage avec beaucoup de chance inspirera, par contre, Carl Barks une décennie plus tard lors de la création de Gontran Bonheur.


Lost Prospectors (Dessin par Carl Barks)

Une Naissance en Comic Strips

Malgré la croyance populaire, le cousin de Donald n'est pas né au cinéma. Le jars apparait en effet en réalité pour la première fois en bandes-dessinées, dans le comic strip du 9 mai 1938, un daily strip en noir-et-blanc.


Al Taliaferro

Le premier papa de Gus Glouton qui définit les bases du personnage en bandes dessinées est le talentueux Al Taliaferro.
Charles Alfred Taliaferro, dit Al Taliaferro, est né le 29 août 1905 à Montrose dans le Colorado. Sa famille déménage toutefois en 1918 pour la Californie du Sud où il obtient son diplôme à la sortie du lycée de Glendale en 1924. Attiré par le dessin dès son plus jeune âge, il prend des cours par correspondance puis aiguise son art au California Art Institute. Il cherche ensuite des petits boulots en attendant le job de ses rêves qui est de devenir dessinateur de bandes dessinées. En 1931, il travaille ainsi en tant que designer dans une entreprise d'appareils d'éclairage quand il passe un entretien au sein des studios Disney. Il est alors embauché et vite assigné à l'encrage des comics strips de Mickey Mouse en devenant l'assistant de Floyd Gottfredson. L'année suivante, il prend le relai d'Earl Duvall au dessin qui venait de lancer les planches dominicales des Silly Symphonies, notamment avec le personnage de Bucky Bug. Continuant à encrer les strips de Mickey Mouse, il devient parallèlement le dessinateur officiel des Silly Symphonies dont il adaptera sur papier de nombreux cartoons à l'exemple des (Les) Trois Petits Cochons, Elmer l'Eléphant et surtout Une Petite Poule Avisée qui verra la première apparition sur papier, le 16 septembre 1934, d'un certain Donald Duck…


Première apparition en comics, le 9 mai 1938, de Gus Glouton par Al Taliaferro

Al Taliaferro assume durant six ans les strips dominicaux des Silly Symphonies, aidé aux scénarios par Earl Duvall dans un premier temps, puis Ted Osborne. Il va notamment y faire apparaître Donald d’août 1936 à décembre 1937. Le 17 octobre 1937, il crée ce qui reste ses personnages les plus célèbres, à savoir, les trois neveux, Riri, Fifi et Loulou. Le premier strip quotidien de Donald voit le jour le 7 février 1938. Et ce sera un véritable triomphe ! Pourtant, les strips de Donald n’avaient rien à voir avec ceux de Mickey. Si la souris disposait d’aventures dignes des plus grands héros avec le suspense maintenu de jour en jour, Donald, lui, avait droit à des gags différents quotidiennement. Mais Al Taliaferro n’entend pas rester sur cette première victoire, si belle soit-elle. L’année suivante, le 10 décembre 1939, il débute également une planche dominicale pour le canard. Au scénario, il se voit aidé dans un premier temps par Bob Karp puis par d’autres scénaristes. Al Taliaferro dessine Donald de façon quotidienne jusqu’à sa mort à Glendale le 3 février 1969, survenue à l’âge de 63 ans.


Strip du 14 novembre 1941 avec Gus, Daisy et Riri, Fifi et Loulou

Al Taliaferro s'investit énormément dans ses personnages et leur propose beaucoup d'évolutions. Il sera, par exemple, le premier à dessiner le personnage de Gus Glouton en longue gestation au sein des studios mais qui fera finalement ses premiers pas en bandes dessinées. Gus apparaît ainsi le 9 mai 1938 dans un strip qui reprend l'idée générale du début du cartoon Donald's Cousin Gus, qui devait sortir en même temps que les aventures papiers censées faire sa promotion : Gus rend visite à son cousin et s'avère un véritable glouton mangeant tout son dans garde-manger. Finalement, suite à un retard de production, la diffusion du court-métrage est repoussée d'un an. Le personnage, quant à lui, est présent dans tous les strips de Donald jusqu'au 24 mai 1938,  Al Taliaferro s'amusant notamment de sa gourmandise. Le canard arrivera finalement à se débarrasser de son encombrant cousin quand il partira pour un concours de nourriture se déroulant à l'autre bout du pays. L'auteur utilise ensuite une nouvelle fois le personnage du 8 au 19 novembre 1938 mais en inversant les rôles : Donald part vivre quelques temps à la ferme de Gus. Après cela, le jars revient une dernière fois par intermittence dans les daily strips du 12 au 28 novembre 1941 quand Donald emmène ses neveux et Daisy passer quelques temps à la campagne chez son cousin. Al Taliaferro dessine enfin une ultime fois Gus, mais en couleur cette-fois, dans le sunday strip du 4 janvier 1942. Ce gag en trois bandes est intéressant car il montre Daisy avoir une attirance pour Gus jusqu'au moment où elle s'aperçoit que le jars lui préfère sa vache.


Sunday strip du 4 janvier 1942

En dehors des comic strips d'Al Taliaferro, Gus Glouton est apparu dans une autre oeuvre papier, nouvelle preuve que le cartoon Donald's Cousin Gus était bien prévu pour sortir en 1938 mais s'est vu repoussé. En août 1938, le magazine pour enfants Good Housekeeping adapte, en effet, le court-métrage au moyen d'une page, l'illustrant avec des superbes dessins de Tom Wood accompagnés d'un résumé de son histoire rédigée en vers.


Gus Glouton par Tom Wood dans Good Housekeeping

Un Glouton en Cartoon

Finalement, Donald's Cousin Gus (Le Cousin de Donald en français) sort sur les écrans le 19 mai 1939. Il marque par ailleurs une grosse première historique puisqu'il est le tout premier programme préenregistré à être diffusé à la télévision américaine. Il passe ainsi le 3 mai 1939 sur NBC qui vient tout juste d'ouvrir son antenne, trois jours plus tôt. Diffusé en noir-et-blanc, devant quasiment aucun téléspectateur, l'expérience n'en demeure pas moins une sacrée première et avancée.

Wolfgang Reitherman
Lee Morehouse

Si le cartoon est réalisé par Jack King selon un scénario de Carl Barks, l'animation de Gus Glouton est confiée, quant à elle, à Wolfgang Reitherman et Lee Morehouse.
Entré aux studios Disney en 1934 et connu pour être un des fameux Neuf Vieux Messieurs, son œuvre est immense, connue notamment pour avoir dirigé l'animation du Miroir Magique dans Blanche Neige et les Sept Nains (1937), de Monstro la baleine dans Pinocchio (1939), de la souris Timothée dans Dumbo (1941), d'Ichabod Crane et du Cavalier Sans Tête dans Le Crapaud et le Maître d'École (1949), des souris Gus et Jaq dans Cendrillon (1950), du crocodile Tick Tock Croc dans Peter Pan (1953) ou encore de Maléfique transformée en dragon dans La Belle au Bois Dormant (1959). Il devient co-réalisateur sur Les 101 Dalmatiens (1961), puis réalisateur sur tous les Grands Classiques de Merlin l'Enchanteur (1963) aux (Les) Aventures de Bernard et Bianca (1977). Il a aussi joué comme acteur dans le film Le Dragon Récalcitrant (1941).
Lee Morehouse a eu, pour sa part, une carrière plus modeste au sein des studios Disney, étant principalement animateur sur des courts-métrages de Chasseurs de Baleines en 1938 à Donald Portier en 1942 tandis qu'il est aussi crédité pour l'histoire du cartoon de 1948, Donald Décorateur.
Il sera noté que Gus Glouton ne parle pas dans le cartoon mais prononce des bruitages, des sortes de couinements à la manière d'un klaxon : c'est d'ailleurs Jimmy MacDonald - qui deviendra par la suite l'un des responsables du département Disney Sound Effects et surtout, à partir de 1946, la voix officielle de Mickey Mouse - qui se charge de ces effets sonores.

Dans le cartoon, Gus est envoyé par sa mère en visite chez son cousin. Découvrant l'existence de ce membre de la famille, Donald se rend compte que son jars de cousin est un glouton vorace qui va se faire un malin plaisir à manger toutes les victuailles du canard irascible. Le personnage a ici perdu le côté benêt prévu par Carl Barks, car mine de rien, Gus présente une sacrée intelligence, utilisant tous les tours les plus inimaginables les uns que les autres pour remplir son estomac. Le cartoon s'amuse ainsi à montrer les différentes astuces qu'il va trouver pour manger le plat suivant. Il faut dire que cela devient de plus en plus compliqué. Au début, Donald est amusé par l'appétit de son cousin mais quand il se rend compte que toutes ses provisions vont y passer sans qu'il puisse lui manger quoi que ce soit, il essaye par tous les moyens de l'empêcher d'en engloutir plus. En vain. En désespoir de cause, il va lui faire quitter sa maison et pour cela lui faire manger une saucisse qui transforme son estomac en une sorte de chien qui obéit aux ordres. Cela lui permet de manipuler le corps de Gus et de le jeter dehors. Mais malheureusement pour lui, le cousin arrive à revenir et trouve même le chemin du frigidaire. Le cartoon Le Cousin de Donald permet, au delà des gags sur les membres de la famille qui ont tendance à s'imposer chez soi, de livrer une critique des égoïstes qui ne se rendent pas compte des privations nécessaires pour se nourrir en ces temps difficiles durant la Grande Dépression.



Le Cousin de Donald (1939)

Si Le Cousin de Donald sera la seule apparition de Gus dans la série Donald Duck, les studios Disney vont utiliser le personnage une dernière fois dans les années 40 : pour un insigne de guerre pour l'armée américaine. Un jour de 1942, le Lieutenant E. S. Caldwell écrit, en effet, à Walt Disney à Hollywood afin de lui demander une emblème pour ses nouveaux bateaux « moustiques » à torpilles. Quelques jours plus tard, par retour de courrier, vient le fameux insigne. Il s’agit d’un moustique qui tient une torpille dans ses nombreuses pattes et qui la dirige hors de l’eau. L’insigne devient si populaire que chaque bateau de cette fameuse flotte l’arborera fièrement. Le bouche-à-oreille fait le reste et l'info se diffuse comme une traînée de poudre à la fois dans l’Army ou la Navy. Les bureaux de Disney plient alors sous les demandes d’insignes pour les avions, les tanks et autres matériels militaires. Pour y répondre, Walt Disney met en place une équipe de cinq personnes dédiées à leur seule production sous la responsabilité d'Hank Porter. Pas moins de 1200 insignes seront ainsi dessinés par les studios Disney dont celle de Gus pour la patrouille Patrol Bombing Squadron 125.


Utilisation de Gus Glouton en tant qu'insigne militaire

Une Renaissance en Comic Books

Après une décennie très calme pour le personnage, Carl Barks va lui donner une nouvelle jeunesse en bandes dessinées dans les histoires publiées en comics books. Après lui, de nombreux auteurs, d'abord américains comme Paul Murry ou Tony Strobl, puis internationaux vont l'utiliser tout en gardant dans la plupart des cas les caractéristiques du jars définies par le Maître des Canards dans ses histoires.

Paul Murry
Tony Strobl

Une fois dessinateur de comics spécialisé de l'univers des canards Disney, Carl Barks réintroduit le personnage de Gus Glouton en juillet 1950 dans l'histoire Vacances à la Ferme. Dans ce récit, l'auteur installe en effet le jars dans la ferme de Grand-Mère Donald pour lui apporter son aide malgré sa grande paresse pour les travaux. Le duo va alors se sceller, peu à peu, à travers les histoires Disney du monde entier puisque les deux personnages sont depuis lors, indissociables. Carl Barks emploie par la suite Gus dans une quinzaine d'histoires. Parmi elles, Une Planète de Rêve présente un détail intéressant puisqu'il s'agit là de la seule histoire dessinée par Carl Barks à avoir le nom de Gus Glouton en tête de chapitre en tant que personnage principal.
Les aventures les plus emblématiques du personnage signées de Carl Barks sont ainsi les suivantes :

Donald's Grandma Duck
Vacances à la Ferme
Vacation Parade #1 - Juillet 1950
Alors que Grand-mère Donald est consternée de la paresse de Gus qui n'est pas capable de l'aider dans les travaux, Riri, Fifi et Loulou arrivent pour passer des vacances à la ferme...

Donald's Grandma Duck
Visite Encombrante
Walt Disney's Comics and Stories #132 - Septembre 1951
Grand-Mère Donald demande à Gus de l'aider à nettoyer le grenier pour le transformer en chambre d'invitée pour Daisy. Alors que l'une des malles où se sont installés les souris Gus et Jaq se retrouve remisée à la grange, les deux rongeurs aimeraient retrouver le confort de la ferme de Grand-Mère Donald. Ils y arriveront en guise de remerciement après avoir sauvé la vieille cane, ainsi que Daisy et Gus, d'une attaque du cambrioleur Pat Hibulaire...

Grandma's Present
Le Cadeau pour Grand-mère
Walt Disney's Christmas Parade #18 - Décembre 1956
Fatigué de faire des inventions, Géo Trouvetou décide de partir se reposer à la ferme de Grand-mère Donald. Mais le naturel revient vite : l'inventeur patenté met au point, avec l'aide de Gus, une machine destinée à faire tout le travail de Grand-Mère Donald, au grand dam de la vieille cane qui se sent alors désormais totalement inutile...

On the Dream Planet
Une Planète de Rêve
Four Color Comics #1025 - Août 1959
Gus, qui a rêvé d'une planète cachée derrière Pluton, convainc Géo Trouvetou plutôt sceptique de l'y emmener : contre toute attente, ils la découvrent conforme aux attentes, peuplée de gens détendus. Mais voilà, les trouvant trop paresseux, Géo leur apprend à devenir un peuple d'inventeurs transformant la planète de rêve de Gus en son pire cauchemar...

Parmi les auteurs américains à faire vivre Gus Glouton en bande dessinée, l'un des plus remarquables est le dessinateur Paul Murry. Plutôt oublié en France, il est connu particulièrement pour avoir créé le personnage de Super Dingo en 1965. Il utilise ainsi le jars dans une douzaine d'histoires en commençant par un récit de onze pages publié dans Walt Disney's Christmas Parade #2 en novembre 1950 jusqu'à La Légende de Rip Van Dingo dans Walt Disney's Comics and Stories #305 en février 1966 en passant par Box Seats dans Walt Disney's Comics and Stories #158 en novembre 1953.
Pour autant, l'artiste américain à avoir le plus dessiné Gus Glouton reste Tony Strobl, dont il sera retenu la création du personnage du marin Toby Duck. Il illustre en effet plus d'une cinquantaine d'aventures avec le jars de Donald the Dude dans Four Color Comics #450 en février 1953 à Grandma's Birthday Surprise pour le magazine britannique Donald and Mickey #68 publié le 30 juin 1973 en passant par Toby Dick contre Capitaine Crochet dans Moby Duck #3 en septembre 1968.

Gus Glouton par Paul Murry
dans Box Seats (1953)

Gus Glouton par Tony Strobl
dans Toby Dick contre Capitaine Crochet (1968)

Gus Glouton a aussi été intensément utilisé dans les histoires Disney internationales en particulier en Italie, aux Pays-Bas et en Scandinavie. Parmi elles, un petit détail amusant se remarque le 15 octobre 1996 dans le récit italien, Ciccio e Il Nipotino Terribile, dessiné par Giorgio Di Vita sur un scénario de Carlo Panaro et publié dans Topolino #2133. Il voit en effet la création de Pepper, le neveux de Gus. À la différence de son oncle qui est paresseux, lui est plutôt turbulent et sportif. Mais le personnage reste anecdotique puisqu'il n'est utilisé que dans une deuxième et dernière histoire : Zio Paperone e la Grande Caccia ai Trofei (Partie 1) publiée le 22 janvier 2013 dans Topolino #2982.


Pepper (1996 • 2013)

Autre détail improbable, le paresseux Gus Glouton endosse également un rôle de super-héros sous le costume d'Iron Gus dans la série Les Ultrahéros publiée en 2008 sur dix numéros à partir du Topolino #2726. Dans cette saga, Iga Biva, homme du futur, aidé des Ultrahéros, composés de Fantomiald, Super Daisy, Super Popop, Le Tréfle, Super Dingo et aussi donc Iron Gus, doit affronter les Bad 7, une équipe de super-vilains dont Le Fantôme Noir, Pat Hibulaire ou Roller Dollar, alias Crésus Flairsou, et dirigée par Oscar Rapace !


Roller Dollar et Iron Gus par Roberta Migheli (2008)

Les Autres Apparitions de Gus

Si Gus Glouton dispose d'une carrière sur papier assez conséquente, il a eu du mal à exister en audiovisuel au delà de son cartoon de 1939. Il faut ainsi attendre 1983 pour le revoir une deuxième (et dernière) fois au cinéma. Il signe en effet un court caméo dans le cartoon Le Noël de Mickey. Il peut y être vu furtivement dans la séquence du Noël Passé, dans la foule en train de danser lors de la fête chez Fezziwig.


Le Noël de Mickey (1983)

Il faut ensuite patienter jusqu'en 2001 pour que le personnage fasse son apparition à la télévision dans la série Disney's Tous en Boîte dans ce qui est encore son plus grand rôle sur le petit écran. Il est alors le cuistot gourmand et glouton du club de Mickey ayant tendance à manger la nourriture destinée aux clients qu'il est pourtant censé servir. Comme dans le cartoon, il ne parle quasiment pas, ne prononçant pratiquement que des bruits ressemblant à un klaxon. Les quelques mots qu'il dit de temps en temps sont doublés en anglais par Frank Welker et en français par Sylvain Caruso. La série, quant à elle, est en réalité une évolution de Mickey Mania diffusée deux ans plus tôt dont l'un des reproches était de lancer ses cartoons sans transition. La nouvelle série change ainsi la donne et offre des introductions inédites tout en rediffusant la plupart des courts-métrages de l'ancienne série ainsi que quelques-uns produits mais non diffusés. Gus n'est alors présent que dans les scènes de transitions et non dans les courts-métrages venant de Mickey Mania.


Disney's Tous en Boîte (2001)

Gus apparaît également dans quelques épisodes de la série dérivée de La Maison de Mickey, La Boutique de Minnie, proposée de 2011 à 2016. Dans celle-ci, Minnie Mouse et Daisy Duck y sont gérantes d'une boutique de nœuds. Elle sont confrontées à plusieurs petits tracas quotidiens qu'elles s'évertuent à résoudre. Le personnage de Gus y signe de petits caméos sans jamais être nommé au cours de quelques épisodes notamment À Chacun son Animal, dans la troisième saison, où il prononce même quelques mots. Il s'agit ainsi de la première fois où il endosse un rôle parlé !


La Boutique de Minnie (2011)

En 2013, Disney Television Animation apporte un vent de fraîcheur bienvenu aux personnages de Mickey et ses amis avec la série Mickey Mouse. À la fois ambitieuse et déjantée, elle allie une modernité dans le design et dans le comportement des personnages tout en montrant un profond respect nostalgique via de nombreux clins d'oeil au patrimoine Disney. Drôle, imaginative, irrévérencieuse, rythmée, apportant un bel hommage à destination des fans, la série est un véritable régal. Gus Glouton y fait deux apparitions : la première dans le petit téléfilm dérivé, Joyeux Noël, Mickey et Donald, le 9 décembre 2016 ; la seconde dans l'épisode La Chanson d'Anniversaire, le 18 novembre 2017.

Joyeux Noël, Mickey et Donald (2016)
Mickey Mouse (2017)
La Dynastie de Donald Duck

À la suite de son œuvre fleuve, La Jeunesse de Picsou, Don Rosa va s'atteler dès 1993 à établir un arbre généalogique des Duck. Il prend pour postulat de départ d'utiliser uniquement les personnages créés ou dessinés par Carl Barks à l'exception notable de Popop Duck imposé par son éditeur danois, Egmont, ce dernier étant en effet très populaire en Europe. Par contre, il fait totalement l'impasse sur les personnages créés par d'autres auteurs qu'ils soient américains, italiens ou autres. Ainsi et bien qu'imparfait, son arbre généalogique des Duck et des Picsou est désormais considéré comme le seul officiel. Don Rosa choisit de ne pas faire de Gus Glouton un cousin germain de Donald Duck mais juste un cousin éloigné. Il s'agit en réalité du fils de la fille du frère de Grand-Mère Donald, ce qui en fait pour Donald son cousin issu de germain.

Fanny Écoutum (Fanny Coot en version originale), la mère de Gus, est mentionnée pour sa part en même temps que la création de son fils. Dans le strips du 9 mai 1938 d'Al Taliaferro, elle envoie une lettre à son neveux en lui indiquant que son fils vient lui rendre visite. Deux détails amusants dans cette lettre : d'abord, elle semble habiter à Honking-on the Hudson sachant que le nom de la ville est un jeu de mot avec le cri de l'oie ; ensuite, en post-scriptum, elle demande à Donald de surveiller le régime alimentaire de son cousin qui a tendance à trop manger. Quand cette lettre est reprise dans le cartoon Le Cousin de Donald, l'année suivante, la ville a disparu mais le PS est toujours présent. Pour autant, le message a changé puisque cette fois-ci, elle le rassure en lui disant de ne pas s'inquiéter car il ne mange pas trop, ce qui sera forcément cocasse et comique vu l'attitude gloutonne de Gus. L'apparence physique de la mère de Gus est, quant à elle, créée par Don Rosa spécialement pour son arbre généalogique.

Luc Glouton (Luke Goose en version originale), le père de Gus, a une origine plus alambiquée. Il apparait en effet tout d'abord dans une première ébauche par Carl Barks dans l'arbre généalogique The Duck Family Tree dessiné en 1990. L'auteur en fait l'époux de Daphnée Duck, fille de Grand-Mère Donald et de Joseph Duck, et le père de Gontran Bonheur. Devenu orphelin après que ses parents sont morts d'indigestion à un pique-nique gratuit, Gontran est ensuite recueilli par Matilda Picsou et son mari, Gustave Bonheur. L'apparence de Luc Glouton se base, quant à elle, sur un figurant rencontré dans l'histoire Un Halloween Bien Tranquille en novembre 1961 dans Walt Disney's Comics and Stories #254. Don Rosa simplifie sa lignée, le faisant devenir le père de Gus. Par contre, il conserve son apparence initiale.


Luc Glouton par Carl Barks
dans Un Halloween Bien Tranquille (1961)

Herbert Écoutum (Cuthbert Coot en version originale) est, pour sa part, l'oncle de Gus et le cousin éloigné au premier degré de Donald. Le personnage se voit créé par Carl Barks en avril 1945 dans l'histoire Cow-boy Électrique !. Dans ce récit, Donald emmène ses neveux dans le ranch de son cousin pour leur prouver qu'il est doué en rodéo. Sa vantardise se retourne évidemment contre lui puisque le canard ne fait que se ridiculiser vu le peu de talents qu'il possède pour cette discipline. Herbert Écoutum sera ainsi le premier membre de la famille de Donald que le Maître des Canards créera pour la bande dessinée mais contrairement à Gontran ou Picsou, il ne l'utilisera qu'une seule fois. Le personnage ne sera en effet ensuite plus jamais vu, mis à part bien sûr dans l'arbre généalogique de Don Rosa.


Herbert Écoutum par Carl Barks
dans Cow-boy Électrique ! (1945)

Gus Glouton est un personnage de la famille des canards qui a vu beaucoup d'auteurs se pencher sur son berceau. Il n'est pas forcément le cousin de Donald le plus connu mais sa carrière en bande dessinée l'a rendu attachant grâce à sa paresse légendaire et sa gloutonnerie inarrêtable.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.