Roger Radcliff
Date de création :
Le 25 janvier 1961
Nom Original :
Roger Radcliffe
Créateur(s) :
Milt Kahl
Apparition :
Cinéma
Télévision
BD
Jeux Vidéo
Voix Originale(s) :
Ben Wright (Les 101 Dalmatiens)
Bill Lee (Les 101 Dalmatiens, chants)
Jeff Bennett (Les 101 Dalmatiens - La Série)
Tim Bentinck (101 Dalmatiens 2 : Sur la Trace des Héros)
Voix Française(s) :
Roger Rudel (Les 101 Dalmatiens)
Éric Aubrahn (Les 101 Dalmatiens - La Série)
Renaud Marx (Les 101 Dalmatiens film live, 101 Dalmatiens 2 : Sur la Trace des Héros)
Interprète(s) :
Jeff Daniels (Les 101 Dalmatiens, 1996)

Le portrait

rédigé par Thibaut Ange
Publié le 25 janvier 2021

Roger Radcliff est un des principaux personnages figurant au casting du Grand Classique Les 101 Dalmatiens (1961). Cet homme d'une trentaine d'années vivant dans une petite garçonnière londonienne est un compositeur qui ne vit que pour sa passion pour la musique, restant enfermé des heures entières pour écrire de nouvelles chansons, au grand désespoir de Pongo, son dalmatien.

Il est inspiré du personnage de Mr. Dearly dans le livre original The Hundred and One Dalmatians (1956) écrit par la romancière britannique Dodie Smith. Dans ce roman, toutefois, Mr. Dearly n'est pas un musicien mais un expert financier. Dans la version originale du Grand Classique Disney, Roger prend pour nom de famille « Radcliffe ». Le « e » disparaît dans la version française pour donner « Radcliff ».

De Célibataire Endurci... à Mari Comblé

Célibataire endurci, Roger passe ses journées entières assis à son piano pour composer des chansons d'amour, tout en fumant sa pipe, ne s'arrêtant qu'à 17h00 pour sortir promener Pongo à Regent's Park, le parc londonien situé à quelques dizaines de mètres de son rustique appartement.

Un jour comme un autre, s’ennuyant à mourir et désespéré de trouver un jour une femelle avec qui passer sa vie, et accessoirement une compagne pour son maître Roger, Pongo passe le temps en regardant les femmes promenant leur chienne par la fenêtre, en quête du duo parfait. Après plusieurs déconvenues, il aperçoit une charmante jeune femme accompagnée d'une ravissante dalmatienne qui se dirige tout droit vers le parc. Malheureusement pour Pongo, il n'est pas encore 17h00, l’heure habituelle de sa promenade quotidienne… Le dalmatien avance donc l'horloge de la maison et convainc Roger que l'heure de la balade est venue.

Pongo tire Roger jusqu'au parc à la recherche de la jeune femme et de sa chienne. Lorsqu'il les a trouvées, il fait tout ce qu'il peut pour attirer leur attention et faire en sorte que Roger entame la conversation avec la charmante demoiselle, qui lit calmement sur un banc. Mais Roger est à mille lieux d’avoir la même préoccupation, assis dans l’herbe au bord du lac, plongé dans ses pensées en fumant sa pipe. Alors que la jeune femme s'apprête à partir, Pongo, bien décidé à ne pas laisser passer sa chance, court vers elle et emmêle sa laisse dans les jambes de son maître et de la belle inconnue, provoquant leur chute dans une mare du parc, sous le regard éberlué de la dalmatienne.

Drôlement gêné, Roger présente ses excuses à la jeune femme complètement trempée tout en blâmant Pongo. Voulant se montrer serviable et confus, il lui propose son mouchoir, tout aussi trempé qu'elle, provoquant un fou-rire complice. Pongo a réussi son coup ! C’est ainsi que Roger Radcliff épouse rapidement la jeune femme prénommée Anita, tandis que Pongo peut désormais envisager l'avenir aux côtés de sa ravissante chienne, Perdita. Après le mariage, les deux couples s'installent dans une petite maison sans prétention à proximité de Regent's Park, avec leur gouvernante Nanny.

Un jour, alors que Roger travaille sur une nouvelle chanson pour laquelle il n'a trouvé que la mélodie (« avant tout la musique, ma chérie, et ensuite les paroles », dit-il à Anita), le couple reçoit la visite de Cruella d'Enfer, une ancienne camarade de classe d'Anita. Le compositeur s'inspire alors de la réputation sulfureuse de cette femme qu'il surnomme "cruelle diablesse" pour les paroles de sa chanson, puis remonte dans son repaire de musicien avant qu’elle ne fasse son entrée dans la maison.

Adepte des manteaux de fourrure, Cruella a déjà eu vent de la bonne nouvelle de la famille : Perdita attend une portée de chiots qui doit naître dans quelques semaines. Évitant soigneusement de croiser Cruella, Roger se réfugie à l'étage et n’entend pas les critiques de l’horrible femme à son endroit, se moquant d’Anita pour qui « Roger est un prince des mille et une nuits ». La femme filiforme ne s'éternise pas, prenant congé après avoir exigé qu’Anita la prévienne quand la portée sera née. Roger ne redescend qu'après son départ, se moquant en musique de cette terrible femme attirée par le pelage des chiots qui ne sont pourtant pas encore nés. Un pull noué autour du cou, il chante les paroles trouvées pour accompagner sa nouvelle mélodie et entraîne Anita dans une danse au milieu du salon, démontrant ses qualités de chanteur et de danseur autant que son humour grinçant qui a su séduire son épouse.

Trois semaines plus tard, au cours d'une pluvieuse nuit d'octobre, Perdita s'apprête à accoucher. Alors qu'Anita et Nanny aident la dalmatienne dans la pièce d’à côté, Roger se montre au moins aussi fébrile que Pongo, fumant nerveusement sa pipe assis sur une chaise dans la cuisine. Nanny surgit alors pour annoncer la naissance de quinze bébés chiens. Roger félicite chaleureusement Pongo, avant d'apprendre la mort d'un des chiots, apporté dans une serviette par la gouvernante. Fort heureusement, le musicien parvient à le ranimer en le frottant énergiquement pendant plusieurs secondes, pour le plus grand bonheur de son père.

Alors que la famille Radcliff se réjouit de ces naissances, Cruella d'Enfer apparaît dans la maison, se félicitant à son tour de l'arrivée des « bébés chiens » qu'elle attendait avec impatience, avant de montrer son aversion lorsqu'elle constate que les chiots n'ont pas de taches. Elle se radoucit lorsqu'Anita lui apprend que les taches n'apparaissent qu'après trois semaines, et s’empresse de faire un chèque pour acheter à Anita toute la portée. Ne parvenant pas à écrire avec son stylo à plume bouché, elle le secoue, projetant de l’encre sur Roger qui termine aussi tacheté que Pongo. Furieux de l’attitude de cette femme, Roger s'interpose alors, l'informant fermement que les chiots ne sont pas à vendre et qu'elle n'en aura pas un seul ! La névrosée collectionneuse de manteaux en fourrure entre dans une colère folle : elle quitte la maison en claquant violemment la porte après avoir insulté Roger d’« horrible monstre » puis de « crétin » et avoir menacé le couple d'une revanche. Tandis qu’elle quitte la maison telle une furie en claquant la porte, Anita saute dans les bras de Roger, perçu comme un vrai héros par toute la famille.

Un soir, alors que Roger et Anita sortent promener Pongo et Perdita dans le parc, les frères Horace et Jasper Badun, aux ordres de Cruella, en profitent pour se présenter à la porte de la maison des Radcliff en se faisant passer pour des électriciens. Se retrouvant confrontés à la méfiance de Nanny, les deux malfrats pénètrent de force pour dérober les quinze chiots, malgré le courage de la pauvre gouvernante qui ne parvient pas à les empêcher de commettre leur méfait.

Dévasté par l'enlèvement des chiots, Roger soupçonne fortement Cruella d'Enfer, bien qu'il n'ait aucune preuve à apporter, pas plus que la police de Scotland Yard qui l'a convoquée sans résultat. Le soir même, Roger s'agace quand Pongo et Perdita aboient lors de leur promenade habituelle. Les dalmatiens, désespérés de ne pas trouver d’aider auprès des humains, donnent en réalité l'alerte, informant leurs congénères à l'écoute du vol de leurs bébés. Le message est ainsi capté par le Grand Danois, qui le répercute à Grognard, qui en informe lui-même le Colonel et Sergent Tib's, un chat qui retrouvera leur trace au Castel d'Enfer, la résidence abandonnée propriété de Cruella.

Roger ne réapparaît qu'à la toute fin du film. À l'approche de Noël, assis dans son fauteuil, il écoute sa chanson Cruella d'Enfer, diffusée à la radio et devenue son premier succès. Malgré cette réussite professionnelle, le compositeur est dépité de la disparition de Pongo et Perdita, qui ont quitté la maison familiale à la recherche de leurs chiots. C'est alors que surgissent des dizaines de chiens qu'il croit être des labradors, avant de se rendre compte qu'il s'agit de Pongo, de Perdita et de leurs enfants couverts de suie.

Roger réalise alors qu'il y a bien plus que quinze chiots, Pongo et Perdita ayant ramené avec eux les autres jeunes dalmatiens que Cruella avait accumulés dans sa demeure. Après comptage collectif, Roger parvient au total de 101 dalmatiens. Tandis qu'Anita s'interroge sur ce qu'ils vont en faire, Roger affirme qu'ils vont tous les garder, acquérir une grande maison de campagne et devenir éleveurs de dalmatiens, sous le regard approbateur de Pongo et Perdita, et pour le plus grand bonheur de toute la famille !

La Conception du Personnage

Le 17e Grand Classique des studios Disney est donc inspiré d’un roman de Dodie Smith, The Hundred and One Dalmatians, publié en feuilleton en 1956 dans un magazine britannique. Le livre se base lui-même sur l’histoire personnelle de son auteure. En 1934, son manager et futur mari Alec Beesley lui offre, en effet, un dalmatien nommé Pongo. À la mort de ce dernier, le couple acquiert deux autres dalmatiens qui ont donné naissance à quinze chiots en 1943. Walt Disney acquiert les droits du roman dès sa sortie et charge Bill Peet de travailler sur une adaptation. Peet s’occupe à la fois de la conception du scénario et des personnages, aidé par Ken Anderson qui prend en charge la direction artistique du projet.

Dodie Smith
Bill Peet
Milt Kahl

Roger Radcliff a été principalement animé par Milt Kahl. L'animateur s’est aussi chargé de certaines scènes impliquant Pongo en présence de Roger. Parmi les plus belles pièces d’animation du film, il s’est occupé de la séquence où Roger, stressé, manque de faire tomber sa pipe, sursautant lorsque Pongo lui lèche le dessus de la main, ainsi que celle où, tellement heureux d’être le père de quinze chiots, Pongo avance en titubant, les yeux inondés de bonheur.
Membre de la bande des Neuf Vieux Messieurs, il participa à l'animation de dizaines de personnages Disney, de Blanche Neige et les Sept Nains aux (Les) Aventures de Bernard et Bianca, parmi lesquels les Animaux de la Forêt et le Prince de Blanche Neige et les Sept Nains (1937), Pinocchio dans le film éponyme (1939), Bambi, Pan-Pan et Fleur adultes dans Bambi (1942), Johnny Pépin de Pomme et Slue Foot Slue dans Mélodie Cocktail (1948), Angus MacBlaireau et Brom Bones dans Le Crapaud et le Maître d'École (1949), la Bonne Fée, le Roi, le Grand Duc et le Prince dans Cendrillon (1950), le Dodo dans Alice au Pays des Merveilles (1951), Lady et le Clochard dans La Belle et le Clochard (1955), les Rois Philippe et Hubert dans La Belle au Bois Dormant (1959), Sir Hector, Kay, Madame Mim et Merlin dans Merlin l'Enchanteur (1963), Shere Khan, Kaa, les Vautours ou encore Bagheera dans Le Livre de la Jungle (1967), Thomas O'Malley, Edgar et Georges Hautecourt dans Les Aristochats (1970), le Shérif de Nottingham et Adam de la Halle dans Robin des Bois (1973), Tigrou dans Les Aventures de Winnie l'Ourson (1977), Madame Médusa et Snoops dans Les Aventures de Bernard et Bianca (1977).


Dessins de Milt Kahl

Dans la version originale du Grand Classique, Roger Radcliff est interprété par l'acteur britannique Ben Wright qui, pour Disney, a aussi prêté sa voix à Rama dans Le Livre de la Jungle (1967) et à Grimsby dans La Petite Sirène (1989). Les chants du personnage sont toutefois confiés à Bill Lee, un chanteur américain ayant chanté pour plusieurs films et séries télévisées. Il était membre de The Mellomen, quatuor vocal fondé en 1948 qui a collaboré à de nombreuses reprises avec les studios Disney, interprétant plusieurs personnages dans des chansons de Grands Classiques parmi lesquels les Cartes peintres d’Alice au Pays des Merveilles dans la chanson Peignons les Roses en Rouge, les chiens de la fourrière de La Belle et le Clochard dans la chanson Home Sweet Home, ou encore les Vautours de Le Livre de la Jungle lors de la chanson C’est Ça l’Amitié.

Pour la version française du Grand Classique, Roger Radcliff est interprété par un acteur portant le même prénom, Roger Rudel, comédien spécialiste de doublage, connu pour être la voix française de Kirk Douglas dans la plupart de ses films.

Ben Wright
Bill Lee
Roger Rudel
Autres Apparitions

Au-delà du Grand Classique de 1961, Roger Radcliff a poursuivi sa carrière à la télévision et sur grand écran. En animation, le musicien est fort logiquement réapparu régulièrement dans la série télévisée Les 101 Dalmatiens - La Série, diffusée entre 1997 et 1998 sur la chaîne ABC et en syndication. Comme Roger l’annonçait à la fin du Grand Classique de 1961, le couple Radcliff a quitté son appartement londonien pour s'installer à la ferme avec les 101 chiots dalmatiens et leur gouvernante Nanny. Dans la série, Roger est à la fois musicien, comme dans le Grand Classique, et développeur de jeux vidéo, comme dans le film live. Son rôle est réduit, les épisodes étant surtout centrés sur les chiots dalmatiens, et plus particulièrement trois d’entre eux : Lucky, Rolly et Chipounette. Les trois derniers épisodes de la série ont, en outre, été compilés en un long-métrage, Les 101 Dalmatiens - La Série : Vacances, constituant sa conclusion. Sorti en VHS au Japon le 25 septembre 1998 mais aussi au Royaume-Uni et en Australie, il raconte la deuxième lune de miel de Roger et Anita, perturbée par Cruella qui s’est imposée dans le bus dans lequel le couple part avec tous ses dalmatiens. Quand elle apprend que Roger n'est pas réellement marié à Anita, Cruella met alors au point un stratagème pour les faire rompre une bonne fois pour toutes et récupérer ainsi leur ferme. Il s'ensuit des aventures débridées entre panne d'essence, détour à travers le désert ou encore rencontre d'une secte attendant la venue d'extraterrestres. Dans cette aventure comme dans le reste de la série, Roger Radcliff ne fait que de la figuration.


Les 101 Dalmatiens - La Série (1997)

Dans la série télévisée, le rôle de Roger est repris par l'acteur américain Jeff Bennett. Ce spécialiste de doublage a interprété de nombreux personnages pour des productions Disney, parmi lesquels Hache dans La Belle et la Bête 2 : Le Noël Enchanté (1997), Crane dans Le Monde Magique de la Belle et la Bête (1998), Monsieur Mouche et des Pirates dans Peter Pan 2 : Retour au Pays Imaginaire (2002), le Professeur Archimède Porter et Robert Canler dans La Légende de Tarzan et Jane (2002), le vautour Flaps dans Le Livre de la Jungle 2 (2003), Sam McKeane dans Les Énigmes de l'Atlantide (2003), le Dr Hamsterviel dans Stitch ! - Le Film (2003) et Leroy & Stitch (2003), Rudy et d'autres vieillards dans Kuzco 2 : King Kronk (2005), Atka dans Frère des Ours 2 (2006), Amos Slade dans Rox et Rouky 2 (2006), le Grand Duc, le Sultan et le Roi Hubert dans Disney Princesses - Les Histoires Merveilleuses : Vis tes Rêves (2007), Benjamin dans Le Secret de la Petite Sirène (2008), l'Officier Lloyd dans Volt, Star Malgré Lui (2008) ou encore Clark dans la série de films autour de la Fée Clochette.
En version française, Éric Aubrahn reprend le flambeau. Cet autre spécialiste de doublage est la voix française de Carl, personnage récurrent de la série Phinéas et Ferb (2007-2015).


101 Dalmatiens 2 : Sur la Trace des Héros (2003)

Roger figure aussi au casting de la suite sans saveur 101 Dalmatiens 2 : Sur la Trace des Héros (2003). Il apparaît au début du film lors du déménagement de la famille et de tous leurs dalmatiens vers leur nouvelle maison à la campagne. Les chiots lui inspirent alors les paroles d'une nouvelle chanson qu'il s'empresse de composer. Plus tard, en lisant le journal, il remarque que Patch se trouve sur une photo, réalisant qu'ils l'ont accidentellement oublié à Londres pendant le déménagement. Les Radcliff et leurs dalmatiens retournent donc dans la capitale anglaise pour y retrouver le chiot manquant. Horace et Jasper Badun confessent alors à Roger que Cruella était à l'origine de l'enlèvement de Patch. Lors du générique de fin, un journal révèle que Roger a remporté une récompense musicale pour la chanson qu'il avait écrite au début du film.

Dans cette suite, Roger est interprété par Tim Bentinck en version originale et par Renaud Marx en version française. Ce dernier a aussi interprété Shang dans Mulan (1999) et Mulan 2 : La Mission de l'Empereur (2004), Flash dans La Petite Sirène 2 : Retour à l'Océan (2000) et Truffe dans La Belle et le Clochard 2 : L'Appel de la Rue (2001).

Oliver & Compagnie (1988)
101, Rue des Dalmatiens (2019)

Roger Radcliff a par ailleurs fait une apparition sous la forme d'un caméo au début du Grand Classique Oliver & Compagnie (1988), marchant parmi de nombreux autres New Yorkais dans les rues de la Grosse Pomme.
Roger et Anita ont aussi fait quelques rapides apparitions dans la série télévisée Disney's Tous en Boîte (2001-2004) dans laquelle Mickey tient un club avec ses amis.

En 2019, une nouvelle série inspirée de l’univers des (Les) 101 Dalmatiens voit le jour à la télévision. Créée par Anttu Harlin et Joonas Utti, 101, Rue des Dalmatiens raconte les aventures d’un couple de dalmatiens, Doug et Dalila - cette dernière étant l’arrière-arrière-petite-fille de Pongo et Perdita - et de leurs 99 chiots dont les noms commencent tous par la lettre D. Les 101 canidés vivent seuls dans la maison londonienne de leur propriétaire, Dodie Smith (nom de l’auteure du livre original), une milliardaire partie vivre aux tropiques. Roger et Anita n’apparaissent pas physiquement dans cette série dont l’intrigue se déroule plusieurs décennies après celle des (Les) 101 Dalmatiens. Toutefois, lors de l’épisode Londres, Nous Avons Un Problème, un cadre photo montre le couple et leurs deux dalmatiens le jour de leur mariage.


Les 101 Dalmatiens (1961)

En 1996, Roger Radcliff est aussi apparu dans le film live Les 101 Dalmatiens, remake du Grand Classique de 1961, incarné par l’acteur et réalisateur américain Jeff Daniels, connu notamment pour ses rôles dans les films Dumb et Dumber (1994), Speed (1994) et Pleasantville (1998). Dans cette adaptation, Roger voit son nom de famille redevenir Dearly, comme dans le livre original de Dodie Smith. Il n’est plus un compositeur de musique mais un concepteur de jeux vidéo vivant, non plus à Londres, mais aux États-Unis dans un appartement de style anglais. Comme dans le Grand Classique, Roger rencontre Anita accidentellement et en tombe éperdument amoureux lors d'une promenade avec son chien Pongo qui, lui-même, a le coup de foudre pour Perdita, la chienne d'Anita. 
Ce film live a donné lieu à une autre suite, 102 Dalmatiens (2000), narrant la suite des aventures de Cruella après sa sortie de prison. Roger et Anita n’y apparaissent pas.

Les aventures des 101 Dalmatiens ont également été déclinées dans plusieurs histoires en bandes dessinées, dans le prolongement de la sortie du Grand Classique au cinéma. Roger apparaît dans quelques-unes de ces histoires publiées principalement dans les années 1970 et 1980. Il a aussi fait la une du numéro 1486 du (Le) Journal de Mickey (21 décembre 1980) jouant du piano aux côtés d’Anita, Pongo et Perdita.

Comme La Belle et le Clochard six ans plus tôt, Les 101 Dalmatiens place des chiens au cœur de l’intrigue, éclipsant quelques peu leurs maîtres humains. À l’inverse des Darling qui n’apparaissaient principalement que de pied, Roger bénéficie lui d’une exposition plus importante. Magnifiquement animé par Milt Kahl, le musicien dispose d’un fort capital sympathie malgré un temps d’écran limité. Mélomane ne vivant que pour sa musique, il voit son existence bouleversée par la rencontre d’Anita, sa future épouse, savamment orchestrée par Pongo. Dès lors, la vie de Roger change positivement : mari aimant passer ses journées à écrire des chansons entouré de ses dalmatiens, seuls les plans machiavéliques de Cruella d’Enfer viennent perturber son heureuse monotonie.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.