Le Laitier (Les Aristochats)
Date de création :
Le 12 décembre 1970
Nom Original :
Milkman
Créateur(s) :
Milt Kahl (Conception Visuelle et Animation)
Apparition :
Cinéma
BD
Voix Originale(s) :
Peter Renaday
Voix Française(s) :
Fernand Rauzena

Le portrait

rédigé par
Publié le 02 juillet 2024

En 1970, le public découvre en salle Les Aristochats, l’histoire de Duchesse et de ses petits enlevés par le cupide valet Edgar dans le but de mettre la main sur la fortune de leur maîtresse, Madame de Bonnefamille. Perdue au fin fond de la campagne française, la petite famille féline bénéficie heureusement de l’aide providentielle de Thomas O’Malley, un chat de gouttière qui, pour les ramener à Paris, profite du passage opportun d’un laitier acariâtre.

Charmé par Duchesse et ses adorables chatons, Thomas O’Malley prend sur lui de leur porter assistance afin de les ramener chez eux. « Écoutez, mes jolis », dit-il, « J’ai parlé d’un tapis volant. Eh bien, tapis volant il y aura. Et il s’arrêtera pour prendre des passagers juste… ici ! ». Traçant une croix sur la terre, le matou est sûr de lui. Il connaît en effet le coin comme sa poche et il sait que la route voisine est fréquemment traversée par tout un tas de véhicules. « Allez vous planquer là-bas », conseille-t-il à Duchesse et aux chatons, « Et pour le reste, laissez faire Thomas O’Malley ! ».

Grimpant dans un arbre, O’Malley entend déjà le moteur d’un camion. « Et voilà un tapis volant ! », annonce-t-il joyeusement. Il saute alors sur le capot de l’engin conduit par un laitier qui, terrifié, zigzague sur la route avant de piler net. « Mais c’est pas possible ! Saleté de chat ! Il est complètement dingo ! », hurle le bonhomme, obligé de descendre de son tacot pour relancer le moteur.

Pendant que le laitier actionne avec énergie la manivelle de son camion, O’Malley invite Duchesse et ses petits à monter à bord. Lui-même est bientôt obligé d’embarquer pour ramener à sa mère la petite Marie maladroitement tombée sur la route. Après une nuit de voyage à travers la campagne, O’Malley propose aux chatons de déguster un peu de crème. C’est à ce moment précis que le laitier l’aperçoit dans son rétroviseur. Ni une, ni deux, il freine violemment. La secousse est si forte qu’O’Malley est projeté dans l’habitacle. Totalement effrayé, le chat se cramponne alors à la tête du laitier. « Ah !!! Mais il m’griffe !!! », vocifère ce dernier.

La face rouge écarlate, le laitier est fou de rage. « Voleurs ! Fripouilles ! Sacs à puces ! ». L’homme est incapable de retenir sa colère. Hors de lui, il jette une clé à molette puis un pot de lait aux chats qui prennent la fuite. Ces derniers trouvent heureusement refuge dans la cabane d’un garde-barrière. « Oh mon dieu… Quel affreux… Quel horrible être humain… », se lamente Duchesse au moment où le laitier reprend la route, sortant ainsi de l’intrigue.

La Conception du personnage

Au moment de finaliser le script des (Les) Aristochats, Larry Clemmons et les autres scénaristes du film décident de ressortir une ficelle déjà exploitée quelques années plus tôt dans Les 101 Dalmatiens. À l’époque, il fallait en effet trouver une solution pour ramener rapidement Pongo, Perdita et les chiots à Londres. Perdus au cœur de la campagne anglaise, ces derniers profitaient alors de la présence, dans le village de Dinsford, d’un camion à bord duquel ils embarquaient clandestinement.

Presque dix ans plus tard, la même parade est ainsi récupérée afin de permettre à Duchesse, Berlioz, Toulouse et Marie de rentrer au bercail. Le camion de déménagement utilisé par les dalmatiens dans le classique de 1961 est toutefois remplacé par un véhicule plus petit appartenant cette fois à un laitier. Il est d’ailleurs amusant de voir que le recyclage des (Les 101 Dalmatiens) ne s’arrête d’ailleurs pas à cette seule combine. Le camion du laitier est en effet la copie presque conforme de celui que conduisent Jasper et Horace Badun, les deux hommes de main de Cruella d’Enfer. En plus de quelques différences au niveau de la calanque notamment, la couleur de la carrosserie diverge cependant, le véhicule du laitier étant bleu quand celui des frères Badun est gris.

Les 101 Dalmatiens (1961)
Les Aristochats (1970)

Au milieu d’une distribution presque exclusivement animale, le laitier est l’un des rares humains présents au générique des (Les) Aristochats. Personnage particulièrement colérique, il apparaît sous les traits d’un homme bourru possédant une épaisse moustache. Le nez et le menton prononcés, il porte une tenue simple faite d’une chemise, d’un gilet et d’une culotte serrée par des élastiques au niveau des mollets. Une casquette et une paire de sabots complètent son costume.

Feuille de modèles
Milt Kahl

L’animation du laitier est exécutée par Milt Kahl. Membre du groupe très fermé des Neuf Vieux Messieurs, l’artiste naît le 22 mars 1909 à San Francisco, en Californie. Débutant sa carrière modestement à l’âge de seize ans lorsqu’il est embauché comme dessinateur pour le journal The Oakland Post Inquirer puis pour le San Francisco Bulletin, il devient bientôt dessinateur d’affiches de cinéma. Il entre ensuite chez Disney en 1934. Se distinguant grâce à son caractère bien trempé de ses collègues qui redoutent ses colères mémorables, Kahl travaille comme intervalliste sur plusieurs cartoons de Mickey. Son talent lui permet rapidement de devenir animateur puis superviseur de l’animation. Très doué pour l’animation des humains, il collabore alors à presque tous les longs-métrages animés de Disney et donne vie à des personnages aussi fameux que Pinocchio, dont il définit l’apparence finale, Bambi, Brom Bones, Frère Lapin, Johnny Pépin de Pomme, Cendrillon, le prince Philippe et le roi Hubert, Roger Radcliff et Pongo, Merlin l’enchanteur ou bien encore Tigrou. Derrière l’animation remarquable de Shere Khan et de Madame Médusa, son ultime méchante, Milt Kahl est élevé au rang de Disney Legend en 1989, deux ans après sa mort survenue le 19 avril 1987 à l’âge de soixante-dix-huit ans.

Les Voix du Laitier

En version originale, le laitier est interprété par Peter Renaday. De son vrai nom Pierre L. Renoudet, il voit le jour le 9 juin 1935 à La Nouvelle-Ibérie, en Louisiane. Américanisant son nom dans les années 1970, il débute comme coursier aux studios Disney avant de travailler dans le département accessoires. S’essayant au métier d’acteur, il occupe plusieurs seconds rôles dans de nombreuses productions maison telles que Lieutenant Robinson Crusoé (1966), Willie and the Yank (1967), Un Amour de Coccinelle (1969), L’Ordinateur en Folie (1969), Un Singulier Directeur (1971), La Cane aux Œufs d’Or (1971), Michael O’Hara (1972), Le Mystère du Château Dracula (1973), The Whiz Kid and the Mystery at Riverton (1974), L’Homme le Plus Fort du Monde (1975), Le Trésor de Matacumba (1976), Gus (1976), Un Candidat au Poil (1976), Le Chat qui Vient de l’Espace (1978), Le Retour du Gang des Chaussons aux Pommes (1979), Le Dernier Vol de l’Arche de Noé (1980) et Max et le Diable (1981). Vocalisant ponctuellement Mickey ainsi qu’un homme de main dans Taram et le Chaudron Magique (1985), Renaday est par ailleurs une voix familière des parcs Disney entendue dans les attractions The Hall of President, Haunted Mansion, Country Bear Jamboree, 20,000 Leagues Under the Sea et The Many Adventures of Winnie the Pooh. Dans Les Aristochats, il incarne également le cuisinier du Petit Café.

Peter Renaday
Fernad Rauzena

En France, le rôle est repris par Fernand Rauzena. Né le 24 septembre 1900 à Rennes, l’acteur collabore au début de sa carrière avec Pierre Dac au sein de la Société Des Loufoques pour laquelle il campe des dizaines de personnages amusants. Au cinéma, il apparaît dans Les Roquevillard (1922), Opéra-Musette (1941), La Bataille du Rail (1944), D’Homme à Hommes (1948), Manèges (1949), Barbe-Bleue (1951), Nathalie (1957)… Voix française de Stan Laurel et d’Henry Calvin dans son rôle du Sergent Garcia de Zorro (1957-1959), il vocalise Stromboli dans le premier doublage de Pinocchio, Monsieur Loyal dans Dumbo, Tomaso Tetti-Tatti dans La Boîte à Musique, Le Capitaine dans Les 101 Dalmatiens et le Laitier dans Les Aristochats. Fernand Rauzena disparaît le 20 août 1976 à l’âge de soixante-quinze ans.

Les Autres Apparitions du Laitier

Comme les autres personnages des (Les) Aristochats, le laitier apparaît dans les différentes adaptations en bande dessinée réalisées au moment de la sortie du film en 1970 puis au durant les années 2000.

Les Aristochats (1969)
Les Aristochats (2013)

À noter que dans la version de 1970, sa moustache et sa chevelure, brune dans le film, sont à présent blanches.

Facilement oubliable, le laitier reste un personnage très secondaire des (Les) Aristochats dont la présence ne se justifie que par la nécessité d’accélérer le retour des chats à Paris.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site de fans, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.