Marahute
Date de création :
Le 16 novembre 1990
Nom Original :
Marahute
Créateur(s) :
Glen Keane (Superviseur de l’animation)
Chris Sanders
Apparition :
Cinéma
BD

Le portrait

rédigé par Karl Derisson
Publié le 29 mai 2022

En 1990, les studios d’animation Disney signent Bernard et Bianca au Pays des Kangourous et emmènent les spectateurs aux antipodes avec une aventure extraordinaire au cœur de l’Australie sauvage. Comme Bernard et Miss Bianca, le public fait alors la rencontre de la faune locale, du rat-kangourou Jake à la terrible femelle varan Joanna, en passant par Franck, le lézard à collerette verte, le koala Krebbs, le kangourou Red et la magnifique aigle royale Marahute.

Marahute ou la beauté de la nature alliée à l'élégance de l'animation

Marahute entre dans l’histoire dès les premières minutes de Bernard et Bianca au Pays des Kangourous dans l’une des scènes les plus incroyables et majestueuses du film. Le petit Cody vient en effet d’être alerté par la femelle kangourou Faloo qu’un braconnier a fait une nouvelle victime. Tout en haut de la falaise, la grande aigle royale Marahute vient d’être capturée. Seul capable de venir à son secours, l’enfant se met immédiatement en route pour sauver l’oiseau. Gravissant la crête à la force de ses bras, il risque alors sa propre vie.

Arrivé en haut du piton rocheux, Cody fait la découverte de sa vie. Sous les filets du braconnier gît Marahute, une impressionnante aigle royale. Respirant difficilement, elle semble avoir accepté son terrible sort. Mais la simple vue de Cody ranime chez elle son instinct de survie. La peur s’empare d’elle. La vue du couteau-suisse sorti de sa poche par l’enfant est terrifiante. Poussant des cris stridents, Marahute tente de s’envoler. Malgré les gestes brusques de l’aigle, Cody coupe un à un les cordages. Marahute griffe le sol nerveusement. Enfin, elle est libre !

Capable de se détacher de ses liens, Marahute s’apprête à prendre son envol. Mais en déployant ses ailes gigantesques, elle pousse malgré elle Cody dans le vide. La chute, à coup sûr, sera mortelle. Le petit garçon n’a même plus le souffle nécessaire pour crier. La dégringolade est juste hallucinante, comme sans fin. Sur le point de toucher le sol, il est miraculeusement sauvé par Marahute qui le réceptionne sur son dos.

Cody a sauvé Marahute. Marahute a sauvé Cody. Dès lors, une solide amitié se noue entre les deux êtres. Pendant quelques minutes incroyables, l’aigle offre à son nouvel ami une envolée spectaculaire au milieu des nuages. Ensemble, tous les deux survolent la nature sauvage, les falaises et les plaines, la forêt et les cours d’eau. Le sourire jusqu’aux oreilles, Cody en prend plein la vue. Sous lui, Marahute semble heureuse elle aussi.

La folle escapade s’achève à flanc de falaise. Là, Marahute a installé son nid. Au milieu de la paille, des brindilles et des branches, trois œufs attendent au chaud. Ils sont prêts à éclore. Marahute est une future maman comblée. Le malheur a toutefois frappé sa petite famille. Le mâle a été tué par un braconnier. Recouvrant ses œufs pour les maintenir au chaud et à l’abri, Marahute ramène Cody sur la terre ferme. Avant de le quitter, elle lui offre un cadeau exceptionnel, l’une de ses plumes dorées, un trésor pour le petit garçon.

Cette plume est le témoin de la rencontre improbable entre Cody et Marahute. C’est aussi la preuve que le petit garçon connaît l’aigle royale et qu’il sait où se cache son nid. C’est en tout cas ce qu’en déduit le perfide McLeach, l’un des pires braconniers de la région, au moment d’enlever l’enfant... Désormais captif, le garçonnet subit une torture psychologique implacable de la part du chasseur qui rêve de capturer Marahute pour la vendre, morte ou vive, sur le marché noir. Il a déjà fait fortune en tuant le mâle. Il espère renouveler sa chance. Et c’est bien malgré lui que Cody conduit finalement McLeach jusqu’au nid de Marahute...

Aux commandes de son camion, le braconnier ne tarde pas à capturer l’aigle royale. Prise dans ses filets, Marahute est plus que jamais en danger. Ses œufs le sont tout autant. Joanna, l’acolyte de McLeach se voyant déjà les gober un à un... Une fois encore au risque de sa vie, Cody tente le tout pour le tout pour libérer son amie en coupant les liens qui la retiennent prisonnière, en vain... Il est à son tour emprisonné par le chasseur bien décidé à se débarrasser de lui une fois pour toute.

Grâce à la ruse de Bernard, les œufs sont finalement sauvés et confiés à la surveillance de Wilbur. Le sauvetage de Cody et de Marahute est en revanche bien plus ardu. Il faut là encore tout le talent et le courage de Bernard pour venir à bout de McLeach, pris à son propre piège au moment de sombrer dans le fleuve.

Également emportés par le torrent, Cody et Bernard sont récupérés in extremis par Marahute qui leur offre un vol spectaculaire au cœur de la nuit étoilée. Happy End !

La Conception du personnage

Au moment de se lancer dans la production de Bernard et Bianca au Pays des Kangourous, les artistes de Disney en savent très peu sur l’Australie, une terre sauvage rarement mise en valeur dans le cinéma d’animation. Un court-métrage seulement se situe en effet à Oz, Mickey, Pluto et l’Autruche, réalisé par Charles Nichols en 1948. Pour se familiariser avec un environnement totalement inconnu, une petite équipe de cinq artistes s’envole donc pour le continent australien. Durant deux semaines, tous visitent certains des plus beaux sites du pays, Sidney, Ayers Rock, Katherine Gorge et le parc national de Kakadu.

Ne tardant pas à s’imprégner des lieux, majestueux et démesurés, les réalisateurs Hendel Butoy et Mike Gabriel ainsi que le directeur artistique Maurice (Pixote) Hunt font rapidement le choix de concevoir le long-métrage comme un voyage au cœur de l’Australie, avec des cadrages impressionnants, des grands angles et des panoramas à couper le souffle. L’idée est en effet de transcender le spectateur en lui offrant en particulier une scène d’ouverture prodigieuse, un peu comme Bambi l’avait fait en son temps. La séquence du vol de Marahute est dès lors conçue dans cet unique but.

Pour peupler leur film, les artistes envoyés en Australie rencontrent nombre de scientifiques qui leur parlent des espèces autochtones, koalas, kangourous, lézards et autres wombats. De retour en Californie, le zoo de San Diego est un autre refuge pour les dessinateurs qui passent des heures à croquer les différents animaux sous tous les angles.


Recherches graphiques par Pixote Hunt

L’animation de Marahute est néanmoins plus difficile. Contrairement aux autres animaux du film, l’espèce de l’aigle n’est pas clairement identifiée dans le script. La femelle kangourou Faloo parle d’une « grande aigle royale » sans plus de précision. Son plumage est blanc et or. Dans le script, il est précisé qu'elle fait douze mètres d’envergure. Il peut dès lors s’agir d’un aigle d’Australie, ou aigle à queue en coin, le plus grand oiseau de proie du continent australien. Marahute peut aussi bien être une pygargue blagre, ou aigle pêcheur à poitrine blanche, une autre espèce d’oiseau présente en Asie du sud et en Océanie, dont la tête est recouverte de plumes blanches.

Photographie d'un Aigle d'Australie
Photographie d'un Pygargue blagre

La création de Marahute est confiée à Glen Keane. Animateur de talent passé sur les bancs du California Institute of the Arts (CalArts) avant d’être engagé par Filmation, il débute sa carrière chez Disney en 1974 en participant à la production des (Les) Aventures de Bernard et Bianca. Sous l’égide d’Eric Larson, de Frank Thomas, d’Ollie Johnston, de John Lounsbery, de Wolfgang Reitherman et de Milt Kahl, les derniers pionniers qui partent tous progressivement à la retraite, il collabore ensuite à l’animation de Peter et Elliott le Dragon, Rox et Rouky, Le Noël de Mickey, Taram et le Chaudron Magique, Basil, Détective Privé et Oliver & Compagnie. Créateur du Professeur Ratigan et de Bill Sykes, il brille en 1989 puis durant la décennie 1990 en donnant vie à Ariel, Marahute, la Bête, Aladdin, Pocahontas et Tarzan, puis à John Silver dans La Planète au Trésor - Un Nouvel Univers. Créateur du style de Raiponce, il quitte Disney et réalise Duet, Nephtali et Dear Basketball qui lui vaut de remporter l’Oscar du Meilleur court-métrage d’animation en 2018. En 2020, il dirige le long-métrage Voyage vers la Lune distribué sur Netflix.

Glen Keane
Chris Sanders

À l’origine de la superbe séquence durant laquelle Marahute fait voler Cody au-dessus des magnifiques paysages australien, Glen Keane a notamment été épaulé dans son travail par Chris Sanders. Diplômé de l’Institut CalArts en 1984, il fait un bref passage chez Marvel Comics et chez Jim Henson où il sert comme animateur sur la série Les Muppet Babies. Il entre ensuite aux studios Disney en 1987 en tant que storyboardeur et scénariste. À ces postes, il travaille sur Bernard et Bianca au Pays des Kangourous, La Belle et la Bête, Aladdin, Le Roi Lion, Mickey Perd la Tête et Mulan. Animateur du personnage de Petit Frère, il œuvre un temps sur Fantasia 2000 puis sur Lilo & Stitch en tant que réalisateur et voix originale de Stitch. Associé à la série animée adaptée du long-métrage, il quitte Disney en 2007 après vingt ans de service et rejoint les équipes de DreamWorks, S.K.G.. Il reforme son duo avec Dean Deblois et réalise à ses côtés Dragons. Avec Kirk DeMicco, il supervise aussi Les Croods. Pour 20th Century Studios, il réalise en 2020 son premier film en prises de vues réelles, L’Appel de la Forêt, d’après l’œuvre de Jack London.


Dessins extraits du storyboard par Glen Keane

Pour animer Marahute, Glen Keane s’est énormément documenté. L’animateur n’y connaissait en effet rien du tout en oiseaux. Potassant des dizaines d’ouvrages, il a pu profiter de l’expertise de plusieurs scientifiques ainsi que des services du Museum d’Histoire naturelle de Los Angeles qui ont accepté de mettre à sa disposition un spécimen empaillé d’aigle royal. Keane s’est alors rendu compte que le squelette d’un oiseau est semblable à celui d’un humain. Les ailes possèdent en particulier la même ossature qu’un bras et qu’une main d’homme. Dans plusieurs entretiens, Glen Keane confie qu’il s’est ainsi lui-même glissé dans la peau d’un oiseau afin de se fondre dans son personnage et comprendre sa manière de bouger et de voler.


Dessins d'étude par Glen Keane

Contrairement à la plupart des animaux du film, en particulier Bernard, Bianca, Jake, Frank, Red, Krebbs ou bien Faloo, Marahute ne parle pas. Son comportement ne possède d’ailleurs aucune attitude rappelant celle d’un humain. Montrée telle un animal sauvage au sens strict du terme, l’oiseau n’interagit avec les autres personnages qu’en poussant des cris, lesquels, loin d’être ceux d’un aigle, sont en réalité ceux d’un faucon.

Les Autres Apparitions de Marahute

Marahute n’apparaît dans aucune autre production des studios Disney.

L'aigle royale est cependant visible dans l’adaptation en bande dessinée de Bernard et Bianca au Pays des Kangourous.

Personnage mineur d’un long-métrage souvent oublié et boudé au moment de sa sortie, Marahute n’en demeure pas moins un personnage magnifique au cœur de l’une des plus belles séquences jamais produites en animation.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.