Disney • Les Making-Of
Star Wars : The Mandalorian

Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian
L'affiche
Titre original :
Disney • Gallery • Star Wars : The Mandalorian
Production :
Disney+
Lucasfilm Ltd.
Fairview Entertainment
M3 Creative
Date de mise en ligne USA :
4 mai 2020 - 19 juin 2020 (Disney+)
Genre :
Documentaire
Réalisation :
Bradford Baruh
Musique :
Michael Kramer
Durée :
228 minutes
Disponibilité(s) en France :

Liste et résumés des épisodes

1. Directing
La Mise en Scène
Genre : Épisode
Emission : Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian
Saison 1 Épisode 1
Date de diffusion USA : 4 mai 2020
Réalisé par : Bradford Baruh
Durée : 33 minutes
Jon Favreau évoque la mise en scène avec les cinq réalisateurs de la saison.
2. Legacy
L'Héritage
Genre : Épisode
Emission : Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian
Saison 1 Épisode 2
Date de diffusion USA : 8 mai 2020
Réalisé par : Bradford Baruh
Durée : 29 minutes
L'équipe de la série évoque l'influence de l'héritage de Star Wars.
3. Cast
La distribution
Genre : Épisode
Emission : Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian
Saison 1 Épisode 3
Date de diffusion USA : 15 mai 2020
Réalisé par : Bradford Baruh
Durée : 26 minutes
Les acteurs discutent des personnages et de leur interprétation.
4. Technology
La technologie
Genre : Épisode
Emission : Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian
Saison 1 Épisode 4
Date de diffusion USA : 22 mai 2020
Réalisé par : Bradford Baruh
Durée : 28 minutes
Le Volume, technologie innovante au cœur de la conception de la série, est dévoilé.
5. Practical
Les Secrets de la Fabrication
Genre : Épisode
Emission : Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian
Saison 1 Épisode 5
Date de diffusion USA : 29 mai 2020
Réalisé par : Bradford Baruh
Durée : 32 minutes
Les effets pratiques de la série sont présentés.
6. Process
L'Élaboration
Genre : Épisode
Emission : Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian
Saison 1 Épisode 6
Date de diffusion USA : 5 juin 2020
Réalisé par : Bradford Baruh
Durée : 19 minutes
La série emploie des méthodes de pré-visualisation proches de celles de l'animation.
7. Score
La bande originale
Genre : Épisode
Emission : Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian
Saison 1 Épisode 7
Date de diffusion USA : 12 juin 2020
Réalisé par : Bradford Baruh
Durée : 23 minutes
Ludwig Göransson présente son travail de composition pour la bande originale de la série.
8. Connections
Hommages
Genre : Épisode
Emission : Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian
Saison 1 Épisode 8
Date de diffusion USA : 19 juin 2020
Réalisé par : Bradford Baruh
Durée : 38 minutes
L'équipe évoque les multiples références et hommages à la saga Star Wars disséminés dans la série.

La critique

rédigée par
Publiée le 20 juillet 2020

Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian revient sur la création de la première série à prises de vues réelles de la saga intergalactique en donnant la parole à ses concepteurs ainsi qu’aux acteurs, artistes et techniciens ayant œuvré à sa création. Si elle pèche par une construction décousue, la série documentaire s’avère passionnante par moments en montrant l’étendue du génie créatif à l’origine de la Saison 1 de Star Wars : The Mandalorian.

L’idée de la création d’une série Star Wars à prises de vues réelles remonte en réalité à 2005, lorsque George Lucas évoque un projet mené avec le producteur de la prélogie, Rick McCallum. Nommée Star Wars : Underworld, la série explorerait les milieux clandestins de la galaxie avec leurs lots de malfrats. Malheureusement, le budget évoqué de 50 millions de dollars par épisode empêche au concept de se concrétiser avant d'être finalement abandonné en 2010. Les bonnes idées ne disparaissent toutefois jamais totalement. Le rachat de Lucasfilm, Ltd. par The Walt Disney Company, annoncé le 30 octobre 2012, ouvre en effet de nouvelles perspectives. Un temps envisagée pour ABC, l’idée d’une série Star Wars voit son salut arriver avec la création de la plateforme de vidéo à la demande par abonnement de la firme aux grandes oreilles, Disney+.

Lancée en grande pompe le 12 novembre 2019, elle a en effet pour produit d’appel la première saison de Star Wars : The Mandalorian, série centrée sur un chasseur de primes mandalorien reprenant tant des idées issues de Star Wars : Underworld que d’un projet de film dédié au chasseur de primes mandalorien Boba Fett, avorté suite à l’échec commercial de Solo : A Star Wars Story (2018). Et le succès de la série est alors considérable : saluée par la critique, Star Wars : The Mandalorian assure ainsi la promotion du service de Disney en étant présente dans toutes les discussions avec le personnage de L’Enfant qui fait en quelques semaines seulement le tour des réseaux sociaux. Elle accompagne le déploiement de Disney+ sur les différents continents avec beaucoup de réussite, la plateforme recensant le 4 mai 2020 un total de 54,5 millions d’abonnés. En toute logique, l’avenir est donc radieux pour les séries Star Wars sur Disney+ : outre la deuxième saison des aventures du Mandalorien attendue pour octobre 2020, le service doit, il est vrai, accueillir une série sur Obi-Wan Kenobi, une autre sur le personnage Cassian Andor issu de Rogue One : A Star Wars Story (2016) ainsi qu’une quatrième produite et écrite par Leslye Headland (Poupée Russe).

Afin d’honorer l’une des cinq franchises que son catalogue met en avant, Disney+ souhaite donc célébrer de la meilleure des manières le Star Wars Day fixé au 4 mai de chaque année. Prononcée en anglais, la date “May the Fourth” constitue en effet un jeu de mots avec la formule “May the Force be with you”, version originale de « Que la Force soit avec toi ». Alors que la blague se répand au fil des ans entre les fans, un premier événement est organisé le 4 mai 2011 à Toronto, au Canada. Suite à son rachat par Disney, Lucasfilm, Ltd. officialise dès 2013 la journée en organisant différentes festivités ou opérations commerciales, notamment au sein des Parcs à thème Disney.
Pour le 4 mai 2020, le premier de la jeune histoire de la plateforme, Disney+ propose aux États-Unis Star Wars : L’Ascension de Skywalker (2019) et offre ainsi à ses abonnés la possibilité de voir la totalité de la Saga Skywalker. De même, le tout dernier épisode de Star Wars : The Clone Wars (2008-2020) y est proposé à cette date. Si la chronologie des médias pénalise les abonnés français qui ne bénéficient pas de l’Épisode IX (ni même de Star Wars : Les Derniers Jedi avant la fin de l’année 2020), ils se consolent avec l’arrivée à cette date de la Saison 2 de Star Wars : Resistance (2018-2020) sur la plateforme. Enfin, pour couronner les festivités, Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian voit le premier de ses huit épisodes être proposé le 4 mai, les sept suivants étant ajoutés chaque vendredi jusqu’au 19 juin 2020.

Pour narrer la conception de Star Wars : The Mandalorian, la série documentaire réunit différents tours de table autour des deux hommes forts de la série, Jon Favreau et Dave Filoni : un premier avec les réalisateurs des huit épisodes (Dave Filoni, Rick Famuyiwa, Deborah Chow, Bryce Dallas Howard, Taika Waititi) ; un deuxième avec plusieurs comédiens (Pedro Pascal, Gina Carano, Carl Weathers) ; un troisième composé d'artistes du studio d’effets spéciaux Industrial Light & Magic (John Knoll, Richard Bluff, Hal Hickel) ainsi que de la Présidente de Lucasfilm, Ltd., Kathleen Kennedy ; le dernier tour de table restreint voyant le compositeur Ludwig Göransson échanger avec les deux membres permanents.
Jon Favreau, le créateur de la série, est donc chargé de donner la parole à ces différents interlocuteurs tel un présentateur de talk-show. Né le 19 octobre 1966 dans le Queens à New York, il est principalement connu du grand public pour sa participation au Marvel Cinematic Universe avec la réalisation d'Iron Man (2008) et Iron Man 2 (2010) et pour le rôle dans ceux-ci du chauffeur Happy Hogan, qu’il reprend dans Iron Man 3 (2013), Spider-Man : Homecoming (2017), Avengers : Infinity War (2018), Avengers : Endgame (2019) et Spider-Man : Far From Home (2019). Il réalise également pour Disney Le Livre de la Jungle (2016) et Le Roi Lion (2019), remakes des classiques d’animation éponymes. Favreau n’est pas non plus étranger à la saga Star Wars puisqu’il prête sa voix à Pre Vizla dans Star Wars : The Clone Wars et à Rio Durant dans Solo : A Star Wars Story. Le cinéaste se montre éminemment sympathique et remplit sans difficulté son rôle de maître de cérémonie en montrant une aisance déjà entrevue dans son émission culinaire The Chef Show (2019), sur Netflix.

Toutefois, ce choix d’une narration effectuée via des extraits des échanges des tours de table a tout pour dérouter le spectateur. Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian consacre en effet chacun de ses huit épisodes à une thématique différente. S’il paraît évident de réunir les réalisateurs pour aborder le sujet de la mise en scène dans le premier épisode, les thèmes suivants nécessitent de recourir à des extraits provenant de plusieurs rondes d’échanges. Ce qui ne paraît pas aberrant en soi mène pourtant par moments à la diffusion d’extraits qui semblent positionnés dans un épisode alors qu’ils auraient été davantage pertinents dans un autre.
Le spectateur peut également parfois se sentir exclu des discussions, y compris lorsqu’il est fan. Le grand public sera quant à lui laissé de côté à plusieurs reprises, certaines références n’étant pas explicitées, assumant ainsi la cible de la série documentaire : d'abord et avant tout les fans de Star Wars ! Des morceaux d’entretiens individuels plus classiques s’insèrent toutefois de manière plus fluide dans l’ensemble. Ils voient revenir certains participants des tables rondes comme d’autres pouvant en être absents (notamment les acteurs Giancarlo Esposito et Werner Herzog ou le cascadeur Lateef Crowder).
Le format conduit également à traiter d’éléments semblables qui rendent flous les contours des différents sujets, ceci étant principalement le cas pour les épisodes 2 (L’Héritage) et 8 (Hommages) ainsi que les 4 (La Technologie) et 6 (L'Élaboration). À noter par ailleurs que les titres de la version française ajoutent à la confusion. Plusieurs épisodes paraissent ainsi décousus, l’écriture de Meghan Leon (Night Drive) et de Brandon Bestenheider (plusieurs courts-métrages de la franchise Scooby-Doo) étant lacunaire et la réalisation de Bradford Baruh (Night Drive) ne compensant pas ces manquements.
Le spectateur ne peut s’empêcher de penser que la qualité du matériau produit aurait mérité un emballage plus soigné. La comparaison avec le documentaire consacré à la trilogie originale, Star Wars : L’Empire des Rêves (2004), n’est ainsi pas favorable à Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian.

Il n’en reste pas moins que les témoignages sont le plus souvent intéressants et passionnent par leur richesse en informations et anecdotes. Un protagoniste se dégage alors aux yeux des fans de Star Wars et se révèle comme le véritable héritier de George Lucas : Dave Filoni. Né le 7 juin 1974 à Mount Lebanon en Pennsylvanie, il débute sa carrière sur des séries d’animation, notamment Kim Possible (2002-2007) chez Disney Television Animation, en tant que storyboarder ou assistant de direction, avant de réaliser la plupart des épisodes de la Saison 1 d’Avatar, le Dernier Maître de l’Air (2005-2008). Il est alors débauché par Lucas pour réaliser le long-métrage Star Wars : The Clone Wars (2008) et superviser la réalisation des épisodes de la série éponyme. Filoni raconte d’ailleurs avec beaucoup d’humour les conditions de son recrutement dans le premier épisode de Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian, celui-ci étant à cet instant incrédule face à la situation. Il supervise également la réalisation de Star Wars : Rebels (2014-2018) et écrit l’histoire de Star Wars : Resistance - La Recrue (2018), téléfilm pilote de la série Star Wars : Resistance, dont il est producteur exécutif. Jon Favreau ne se trompe ainsi pas lorsqu’il lui propose de contribuer à ses côtés à la création de Star Wars : The Mandalorian, dont il est producteur exécutif et pour laquelle il réalise les chapitres 1 et 5, écrivant le scénario de ce dernier.

Tous les échanges incluant Dave Filoni sont particulièrement intéressants, ce dernier faisant preuve de sa vision de Star Wars, comprenant la saga dans son intégralité et montrant le rôle central de la thématique de l’espoir dans cet univers. Il apparaît évident que son regard de passionné est complémentaire des talents des quatre autres réalisateurs et garant d’une cohérence générale de la série. Chacun d’entre eux a en effet pu apporter sa patte personnelle et son propre vécu par rapport à Star Wars, mais a pu compter sur l’expertise de Filoni pour s’assurer de l’insertion de son ou de ses épisodes dans l’ensemble de la saison. Véritable bras droit de Favreau avec qui l’entente semble excellente, Dave Filoni évoque également ses premiers pas sur une production à prises de vues réelles, illustrant l’apport de son regard de spécialiste de l’animation sur la conception de la série et sur une mise en scène impliquant l’utilisation massive d’effets spéciaux.

Car la plus grande richesse de Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian est de mettre en valeur les innovations incroyables déployées pour la série. Partant d’une contrainte qui veut que le budget d’une série télévisée, même lorsqu’elle est proposée sur une plateforme en ligne, est inférieur à celui d’un film à gros budget, ses créateurs ont su faire preuve de génie artistique et technique pour rendre crédible l’univers dépaysant de Star Wars : The Mandalorian. L’épisode La Technologie dévoile ainsi StageCraft, ou le Volume, la nouvelle technique qui permet de filmer des décors virtuels qui semblent pourtant plus vrais que nature. Elle permet en effet de filmer en temps réel les acteurs et des éléments de décors réels dans un décor virtuel projeté à 270 degrés ainsi que sur un plafond, sur des écrans LED. S’inspirant des jeux vidéo pour un rendu instantané en images de synthèse, le Volume utilise une caméra virtuelle pour suivre les mouvements de la caméra et restituer une perspective toujours parfaite à l’écran. Aussi, si l’illusion est totale, les acteurs profitent également d’un environnement tangible qui n’est pas permis par les fonds verts ou bleus. De même, le gain de temps sur la post-production est considérable et le travail des réalisateurs est facilité, le rendu étant visible à l’écran en temps réel. Le changement de décor peut également être effectué rapidement, facilitant le tournage qui peut se tenir dans un lieu unique. La pré-visualisation virtuelle des scènes, qui doit encore être renforcée sur la production de la Saison 2, ajoute par ailleurs une palette de possibilités aux réalisateurs.

Jon Favreau expérimente ainsi une évolution de ce qu’il a utilisé sur Le Livre de la Jungle et Le Roi Lion en combinant sa vision artistique avec l’expertise d’Industrial Light & Magic. Il se place dans la droite ligne de George Lucas, qui a fait considérablement avancer les effets spéciaux numériques avec sa prélogie entre 1999 et 2005. En expliquant StageCraft de manière didactique et intelligible pour le grand public, à l’appui de propos des spécialistes d’Industrial Light & Magic, la série documentaire constitue un premier témoignage précieux sur cette technologie amenée à changer la façon de réaliser des films et séries à Hollywood. Il n’est d’ailleurs pas surprenant de savoir que la série centrée sur Obi-Wan Kenobi, réalisée par Deborah Chow, doit elle aussi adopter le Volume.

Au-delà de StageCraft, Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian s’attache à démontrer dans quelle mesure Star Wars : The Mandalorian est portée par une addition de talents. Le personnage principal est d’ailleurs lui-même le fruit d’une pluralité, le documentaire confirmant les rumeurs et révélant que Pedro Pascal n’incarne physiquement le Mandalorien que rarement. Il est en effet doublé par Brendan Wayne pour le maniement des armes et par Lateef Crowder pour les combats et cascades, ce qui ne l’empêche pas de se blesser en sortant de sa caravane et de recevoir sept points de suture ! Pour ce héros en armure comme pour les autres personnages masqués, la réussite de leur incarnation tient tant du travail des acteurs que de celui des marionnettistes, prothésistes et autres artistes qui contribuent à les rendre expressifs.
Par ailleurs, la série documentaire montre l’importance du travail de conceptualisation et les différentes étapes et évolutions qui jalonnent le processus de création. La séquence consacrée à la conception de L’Enfant dans l’épisode Les Secrets de la Fabrication est à ce titre passionnante puisque sont dévoilés les différents concepts qui ont mené au visuel final de celui qui est mondialement surnommé “Baby Yoda”, établi par une illustration de Chris Alzmann. La même pédagogie est appliquée pour la composition de la magnifique bande originale de la série. Il est ainsi particulièrement plaisant de voir Ludwig Göransson (Black Panther) expliciter son processus de création dans son studio en jouant les thèmes de la série avec les différents instruments utilisés.

La série documentaire s’attache enfin à montrer l’importance des influences et inspirations qui ont conduit Star Wars : The Mandalorian à disposer d’une identité propre tout en étant naturellement intégrée à la galaxie lointaine, très lointaine de Star Wars. Jon Favreau insiste sur le caractère dérivé de la série par rapport à la saga cinématographique, qu’il compare à une maison de l’architecte Frank Lloyd Wright : il est ainsi possible de s’y installer en respectant les lieux mais pas de pousser les murs !
Il décide donc de s’inspirer des œuvres qui ont elles-mêmes permis à Lucas de définir l’univers. L’influence des westerns est il est vrai évidente, de même que celle des films du cinéaste japonais Akira Kurosawa (Les Sept Samouraï). Le monomythe théorisé par Joseph Campbell est également évoqué et sert de fondement à l’aventure du Mandalorien, enrichie par les influences des réalisateurs et scénaristes qui diffèrent selon les épisodes. Il apparaît clairement qu’un riche travail a été fourni pour conférer une base solide et documentée à la série.

Mais la saga en elle-même, et particulièrement la trilogie originale, est au centre des inspirations de Favreau, qui revendique un fan-service créatif. De nombreux droïdes, accessoires, espèces et créatures sont en effet repris directement des films, ce souci de l’hommage allant jusqu’à demander la confection d’un singe-lézard à Tony McVey, qui avait conçu la marionnette de Salacious Crumb pour Star Wars : Le Retour du Jedi (1983).
Cet héritage concerne également les techniques employées pour les effets spéciaux. La série dresse un éloge aux marionnettes et animatroniques, qui sont utilisés pour les personnages, et notamment celui de L’Enfant, tandis qu’Industrial Light & Magic construit des maquettes de vaisseaux pour rendre leurs modèles virtuels plus réalistes. Enfin, le piteux Au Temps de la Guerre des Étoiles, longtemps banni par Lucasfilm, Ltd. tant George Lucas le déteste, est même évoqué, le bâton du Mandalorien reprenant celui de Boba Fett dans le téléfilm controversé !

Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian illustre donc le grand soin apporté par Favreau, Filoni et l’ensemble des artistes ayant travaillé sur la série pour respecter l’héritage de Star Wars. Au-delà de ce simple fait, c’est l’enthousiasme avec lequel ces derniers ont procédé qui frappe le spectateur, de même que le respect de la communauté des fans qui les conduit à faire appel à la 501e Légion. La célèbre horde de Stormtroopers passionnés vit alors le rêve éveillé ultime en entrant dans le canon de la saga.
Les anecdotes sont une nouvelle fois précieuses et enrichies de nombreuses images qui font sourire et donnent envie de mettre l’image sur pause ou de revenir en arrière afin de ne louper aucun clin d’œil. Si le documentaire génère chez les fans un désir irrésistible de prendre part à l’aventure, ils apprennent qu’ils peuvent immortaliser un souvenir à côté d’un X-Wing ayant servi pour le tournage de Star Wars : The Mandalorian dans le Land Star Wars: Galaxy’s Edge de Disney’s Hollywood Studios.

Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian confirme la vocation de la plateforme Disney+ à s’adresser aux fans de ses célèbres franchises en proposant des bonus ambitieux et inédits dans la veine de ceux proposés durant l’âge d’or des éditions collector en DVD. La série documentaire ouvre ainsi la voie sur Disney+ à d’autres contenus documentant la création des œuvres des différents labels de The Walt Disney Company, complémentaires de ceux repris des éditions vidéo et qui figurent parfois en bonus des films. Dans un Autre Monde : Les Coulisses de La Reine des Neiges II, consacrée au Grand Classique des Walt Disney Animation Studios de 2019, prend la suite et voit la totalité de ses épisodes être mise en ligne sur la plateforme le 26 juin 2020. Son nom original commençant également par “Disney • Gallery”, elle nourrit l'espoir des fans de voir se constituer une collection de séries documentaires au sein des différents labels mis en avant sur le service de la compagnie aux grandes oreilles.

Disney • Les Making-Of • Star Wars : The Mandalorian constitue un témoignage précieux de la création passionnée de la série Star Wars : The Mandalorian. Si son format laisse à désirer, la richesse de son contenu rend la série documentaire incontournable pour les fans de la saga intergalactique, qui profitent d’un regard inédit sur le processus créatif et sur l’innovation technologique du Volume.

Poursuivre la visite

1985 • 2020

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.